États-Unis : Biden et la guerre sans fin

0
78

Walden Bello, extraits d’un texte paru dans Focus on Foreign Policy,  9 juin 2021

 

La rhétorique initiale de Biden rappelait la détermination initiale d’Obama et de Trump à mettre fin aux engagements américains au Moyen-Orient. Le « pivot vers l’Asie » d’Obama a été ressuscité, identifiant plus explicitement la Chine comme un rival stratégique des États-Unis. Comme le dit le ministère de la Défense, la Chine est le « défi  °, et elle développera des concepts, des capacités et des plans opérationnels pour renforcer la dissuasion et maintenir son avantage concurrentiel. L’approche envers la Chine sera coordonnée et synchronisée dans toute l’entreprise pour faire avancer les priorités du DOD – intégrées dans la politique intérieure et étrangère – dans une stratégie pangouvernementale, renforcée par les alliances et les partenariats du DOD et soutenue sur une base bipartite au Congrès.

Mais qu’un engagement continu envers le Moyen-Orient soit intégré dans la perspective du Pentagone se voit dans le fait qu’après avoir inscrit l’endiguement de la Chine comme sa principale préoccupation, il cite ensuite comme priorité « l’interruption des menaces d’acteurs transnationaux et non étatiques de violences organisations extrémistes, telles que celles opérant au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie du Sud et centrale.

En effet, cette difficulté à mettre fin à ces engagements débilitants a été démontrée par le fait que le premier acte de guerre de Biden a eu lieu – devinez où ? – en Syrie, où des avions américains ont attaqué des milices syriennes un peu plus d’un mois après l’entrée en fonction de la nouvelle administration, le 25 février. .

Qui a perdu l’Afghanistan ?

Si un spectacle parallèle comme la Syrie est si difficile à conclure, il sera d’autant plus difficile de mettre fin à un engagement majeur comme l’Afghanistan. À l’approche de l’échéance de septembre que Biden s’est lui-même imposée, le lobby militaire/civil de la guerre contre le terrorisme se met en quatre pour maintenir une présence américaine là-bas. Le groupe d’étude afghan affrété par le Congrès, co-présidé par le général à la retraite Joseph F. Dunford Jr., ancien président des chefs d’état-major interarmées, a averti qu’« un retrait précipité pourrait conduire à une reconstitution de la menace terroriste contre les États-Unis. patrie dans les dix-huit mois à trois ans. Les habitants de Biden doivent anticiper avec effroi le cri à vous glacer le sang de « Qui a perdu l’Afghanistan ? » que l’extrême droite opportuniste lèverait avant les élections de mi-mandat de 2022.

Rares sont les empires qui ont été capables de desserrer les poings et d’abandonner leurs engagements autodestructeurs. C’est la raison pour laquelle, malgré la rhétorique de retrait de Biden, on ne peut pas blâmer les sceptiques qui prédisent que Biden, bien connu comme un compromis, n’aura finalement pas le courage de défier les intérêts enracinés qui sont acharnés. sur le maintien d’une forte empreinte américaine en Afghanistan et au Moyen-Orient.