États-Unis : détournement d’élection

0
238

: Edgardo Lander, 25 août 2020

 

Trump a tout prévu. Les sondages d’opinion lui disent de manière convaincante, jour après jour, même s’il tente de les disqualifier comme « fausses nouvelles », que la majorité de la population des États-Unis rejette son administration et qu’il a, selon ces sondages, des possibilités limitées d’être réélu en novembre. Cette situation est la conséquence de ses politiques environnementales désastreuses, qui mettent la vie sur la planète en danger, de ses politiques patriarcales, de ses politiques menant à l’augmentation accélérée des inégalités, de son racisme profond, de son soutien aux organisations armées des suprémacistes blancs d’extrême droite, et de son interminable collection de mensonges. [1]

En plus de ce qui précède, le pays connaît aujourd’hui trois crises graves. Tout d’abord, la pandémie COVID-19 qui, grâce à la politique erratique et irresponsable de Trump, qui a toujours placé ses intérêts politiques personnels (réélection) au-dessus de la vie des Américains, a affecté ce pays beaucoup plus que tout autre. Selon le registre officiel des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies, au 23 août 2020, il y avait 5 643 812 cas d’infection et 175 651 décès dans le pays [2] bien plus que la somme des décès de soldats américains lors des guerres de Corée et du Vietnam et de toutes les aventures militaires américaines ultérieures. Avec seulement 4 % de la population mondiale, les Etats-Unis comptent 22 % des personnes infectées et environ 20 % des personnes tuées par le COVID-19.

Ensuite, une crise économique profonde, avec une chute du produit national plus rapide que celle qui s’est produite pendant la grande récession des années 20, et un taux de chômage qui a triplé en quelques mois. C’est précisément la supposée prospérité économique qui a soutenu les espoirs de réélection de M. Trump.

Troisièmement, l’assassinat de George Floyd a produit les mobilisations de protestation les plus importantes, les plus diverses sur le plan social et ethnique et les plus étendues géographiquement de l’histoire des États-Unis contre le racisme systémique, non seulement de la part des forces de police, mais aussi de la société dans son ensemble. Cette société a dû se regarder dans le miroir. La réaction fondamentalement répressive du gouvernement Trump face à ces mobilisations confirme dans quel camp il se trouve dans ces affrontements.

Face à la crainte croissante de perdre l’élection, M. Trump s’est systématiquement employé à créer un climat de méfiance à l’égard de l’élection. Il a refusé de dire qu’il reconnaîtrait les résultats s’il les perdait, et bien qu’en tant que président il n’ait aucune autorité pour le faire, il a menacé de les reporter.

Dans ce contexte, le vote par correspondance a été placé au centre du débat électoral. Plus de 60 % de la population déclare dans les sondages qu’elle aurait peur d’aller voter dans des conditions de pandémie et la plupart des États ont pris des mesures pour faciliter le vote par correspondance. Trump a répondu à cette situation en menant une campagne systématique pour délégitimer et décourager le vote par correspondance.

Il existe une longue tradition de vote par correspondance aux États-Unis. Ceci est une pratique très répandue, utilisée par ceux qui, pour des raisons de maladie, de vieillesse ou de déplacement, ne peuvent se rendre à leur bureau de vote. Plusieurs États mènent depuis un certain temps déjà l’ensemble de leurs processus électoraux par correspondance. Aucun cas de fraude électorale n’a été constaté dans ces diverses expériences. Le système postal est l’une des institutions les plus respectées du pays, et en tant qu’institution fédérale, toute interférence avec son fonctionnement est sanctionnée par de lourdes peines.

Après la guerre civile et l’émancipation des esclaves, les élites blanches du Sud, afin de préserver leur pouvoir, ont imposé des restrictions légales à la capacité de vote des anciens esclaves : les lois dites Jim Crow. Ce n’est qu’avec l’adoption du Voting Rights Act de 1965, dans le contexte du grand mouvement national des droits civils sous l’administration de Lyndon Johnson, que toutes les restrictions au droit de vote basées sur la soi-disant « race » ont été interdites. Depuis lors, les républicains ont continué à faire tout leur possible pour limiter la participation électorale des secteurs les plus pauvres de la population, principalement, mais pas seulement, la population noire et latino. Parmi les mécanismes les plus efficaces figurent les lois qui empêchent les anciens détenus de recouvrer leurs droits de citoyenneté après avoir purgé leur peine, les privant ainsi du droit de vote. En raison du profond racisme qui caractérise ce pays depuis avant sa fondation, une forte proportion d’anciens détenus sont des pauvres, des noirs, des latinos et d’autres migrants, des groupes démographiques qui ont tendance à voter pour le parti démocrate.

Une attaque à grande échelle contre le droit de vote est avancée par Trump en bloquant le financement nécessaire au bon fonctionnement de la poste. Trump a déclaré à plusieurs reprises que le « vote postal universel » conduira à « l’élection la plus inexacte et la plus frauduleuse de l’histoire ». Le refus de financer la poste est devenu un mécanisme expressément reconnu par Trump comme un moyen de limiter le vote par correspondance.

| « Maintenant, ils ont besoin de cet argent pour que la Poste puisse fonctionner et recevoir tous ces millions et millions de bulletins… Mais s’ils ne l’obtiennent pas, cela signifie qu’il ne peut pas y avoir de vote postal universel ». [3]

Il a nommé Louis DeJoyl, un financier du Parti républicain et du Trump, au poste de directeur général de la poste. Il possède des millions de dollars en actions dans l’une des entreprises privées qui bénéficieraient d’une détérioration ou d’une privatisation de la poste, ce qui est un objectif de ce parti depuis des décennies. Pour limiter la capacité de la poste à traiter les bulletins de vote, il a apporté un certain nombre de changements dans le fonctionnement de la poste. Entre autres mesures, il a éliminé les heures supplémentaires et supprimé un grand nombre de machines de tri automatique du courrier, ce qui a entraîné de sérieux retards dans la distribution du courrier.

De cette manière, deux objectifs sont recherchés simultanément. Réduire le nombre de votes par correspondance, ce qui rendrait leur dépouillement plus difficile et créerait la méfiance à leur égard et, dans le même temps, créerait une crise, voire le chaos le jour des élections. Si une plus grande proportion d’électeurs démocrates que républicains votent par correspondance, le jour du scrutin, les votes qui seraient comptés en premier favoriseraient Trump. Le vote par correspondance, majoritairement démocrate, pourrait être retardé de plusieurs jours et même arriver trop tard pour être comptabilisé. Cela créerait les conditions permettant à Trump de déclarer qu’il a gagné les élections, et la possibilité que ses milices armées d’extrême droite descendent dans la rue pour défendre sa victoire. Ce ne serait pas la première fois que l’élection serait décidée sans comptage de tous les votes. Ce fut le cas lors de l’élection de George Bush, en 2000, lorsque la Cour suprême a suspendu le décompte des voix en Floride et a déclaré que Bush avait gagné l’élection dans cet État et avait donc l’emporté sur Al Gore aux élections nationales.

De nombreux analystes évoquent la perspective d’une très grave crise constitutionnelle si Trump refuse de reconnaître les résultats des élections. Il y a même eu des déclarations publiques appelant les militaires à intervenir si cela se produit.

En tout cas, il s’agit d’une stratégie à deux volets. D’une part, faire tout ce qui est possible pour limiter la participation électorale et, d’autre part, générer le maximum de méfiance dans le processus afin de préparer le terrain pour ne pas connaître les résultats s’ils ne sont pas favorables.