États-Unis : la guerre de Trump

0
106

Medea Benjamin et Nicolas JS Davies, Focus on Foreign Policy, 3 janvier 2020.

C’est une nouvelle année et les Américains s’éveillent avec une nouvelle crise de fabrication américaine au Moyen-Orient. Premièrement, les États-Unis ont attaqué Kata’ib Hezbollah, une milice irakienne qui avait été un allié américain majeur dans la guerre contre Daesh. Maintenant, également en Irak, les États-Unis ont assassiné le général iranien Qassem Soleimani, le commandant de la Force Quds, un régiment d’élite du Corps des gardiens de la révolution iraniens.

Le feu aux poudres

Il serait difficile d’exagérer le caractère incendiaire de cette escalade dramatique des hostilités américaines contre l’Iran. Comme l’a dit l’ancien vice-président américain Joe Biden, «le président Trump vient de jeter un bâton de dynamite dans une poudrière.»

Les États-Unis ont jusqu’à présent mené une guerre économique, d’information et par procuration contre l’Iran, mais se sont retenus de la guerre ouverte. Le Congrès n’a accordé au président aucune autorisation légale d’utiliser la force militaire contre l’Iran, et cela a été réitéré dans un amendement à la version maison du projet de loi de budget militaire FY2020 NDAA, qui a été malheureusement supprimé du projet de loi final.

Dans la même frappe qui a tué le général Soleimani, les États-Unis ont tué Abu Mahdi al-Muhandis, le chef du Kata’ib Hezbollah et le commandant militaire des Unités de mobilisation populaire (PMU) irakiennes. Les Unités de Mobilisation Populaire (PMU) ont été recrutées pour combattre Daesh après l’effondrement des forces armées irakiennes et la chute de Mossoul, deuxième ville d’Irak en juin 2014.

Le Kata’ib Hezbollah faisait partie des cinq milices d’origine soutenues par l’Iran. Il a été fondé avant l’invasion américaine de l’Irak en 2003 et faisait partie de la résistance irakienne pendant l’occupation américaine. Il a combattu avec acharnement jusqu’au retrait des dernières forces d’occupation américaines en décembre 2011 et revendiqué la responsabilité d’une attaque à la roquette qui a tué cinq soldats américains à Bagdad en juin 2011.

Depuis la formation d’une UGP en 2014, son chef, Abu Mahdi al-Muhandis, a été le commandant militaire général des UGP, relevant directement du conseiller à la sécurité nationale du cabinet du Premier ministre irakien. Au plus fort de la guerre contre Daesh, les UGP comprenaient environ 60 brigades avec des centaines de milliers de combattants chiites, et comprenaient également jusqu’à 40 000 Irakiens sunnites. Les États-Unis et l’Iran ont tous deux fourni un soutien militaire important aux UGP et aux autres forces irakiennes pendant la lutte contre Daesh, et les peshmergas kurdes irakiennes ont également reçu le soutien de l’Iran.Provoquer une crise en Irak

Les responsables américains et les médias d’entreprise présentent faussement le Kata’ib Hezbollah et les UGP comme des milices soutenues par l’Iran en Irak, mais en réalité, ces groupesils font partie des forces de sécurité irakiennes. Selon le Premier ministre irakien, les frappes aériennes américaines du 29 décembre étaient une «attaque américaine contre les forces armées irakiennes».  

Une nouvelle hostilité entre les forces américaines et le Kata’ib Hezbollah a commencé il y a six mois, lorsque les États-Unis ont autorisé Israël à utiliser des bases américaines en Irak et / ou en Syrie pour lancer des frappes de drones contre Kata’ib Hezbollah et d’autres forces de l’UGP en Irak. Il existe des rapports contradictoires sur l’endroit exact d’où les drones israéliens ont été lancés, mais les États-Unis contrôlaient efficacement l’espace aérien irakien et étaient clairement complices des frappes de drones.

Cela a conduit à une campagne menée par Muqtada al-Sadr et d’autres partis anti-occupation à l’Assemblée nationale irakienne pour appeler à nouveau à l’expulsion des forces américaines d’Irak, comme en 2011, et les États-Unis ont été contraints d’accepter de nouvelles restrictions sur son utilisation de l’espace aérien irakien.

Puis, fin octobre, les bases américaines et la zone verte de Bagdad ont subi une nouvelle vague d’ attaques à la roquette et au mortier. Alors que les attaques précédentes ont été imputées à DAesh, les États-Unis ont imputé la nouvelle série d’attaques contre le Kez’ib Hezbollah.

Après une forte augmentation des tirs de roquettes sur les bases américaines en décembre, dont un qui a tué un entrepreneur militaire américain le 27 décembre, l’administration Trump a lancé des frappes aériennes le 29 décembre qui ont tué au moins 24 membres du Kata’ib Hezbollah et en ont blessé 55. Le premier ministre Abdul-Mahdi a qualifié ces frappes de violation de la souveraineté irakienne et a déclaré trois jours nationaux de deuil.

Les attaques américaines ont également provoqué des manifestations massives qui ont assiégé l’ambassade américaine et l’ancien quartier général de l’occupation américaine dans la zone verte de Bagdad. Les forces américaines à l’ambassade ont utilisé des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes contre les manifestants, faisant 62 blessés parmi les miliciens et les civils.

Les Irakiens demandent le départ des soldats américains

Indépendamment de leur impact en Iran, les frappes aériennes et les assassinats américains ont enflammé les pressions populaires et politiques sur le gouvernement irakien pour fermer les bases américaines en Irak. En colère contre le mépris flagrant de l’administration Trump pour la souveraineté irakienne et le fait de voir leur pays entraîné dans un conflit américain avec l’Iran qui échappe à tout contrôle, un large éventail de dirigeants politiques irakiens appellent à l’expulsion des forces américaines.

La présence militaire américaine en Irak a été rétablie en 2014 dans le cadre de la campagne contre Daesh, mais cette campagne a considérablement diminué depuis la quasi-destruction et la réoccupation de Mossoul, deuxième plus grande ville d’Irak, en 2017. Le nombre d’attaques et de terroristes les incidents liés à Daesh ont régulièrement diminué depuis, passant de 239 en mars 2018 à 51 en novembre 2019, selon le chercheur irakien Joel Wing. Les données de Wing montrent clairement que Daesh est une force considérablement réduite en Irak.

La véritable crise de l’Irak en 2019 n’était pas Daesh mais des manifestations publiques massives, à partir d’octobre, contre le dysfonctionnement du gouvernement irakien lui-même. Des mois de manifestations dans la rue ont forcé le Premier ministre Abdul-Mahdi à présenter sa démission. La répression sévère des forces gouvernementales a fait plus de 400 morts, mais cela n’a fait qu’alimenter encore plus l’indignation du public.

Les manifestations n’étaient pas seulement dirigées contre des politiciens irakiens individuels ou contre l’influence iranienne en Irak, mais contre l’ensemble du régime politique post-2003 établi par l’occupation américaine. Les manifestants blâment le sectarisme du gouvernement, sa corruption et l’influence étrangère persistante de l’Iran et des États-Unis pour son incapacité à investir la richesse pétrolière de l’Irak dans la reconstruction de l’Irak et l’amélioration de la vie d’une nouvelle génération de jeunes Irakiens.

En Irak, les attaques américaines contre les forces irakiennes ne peuvent que favoriser l’Iran, opposant plus fermement l’opinion publique irakienne et les dirigeants irakiens à la présence militaire américaine. Alors pourquoi les États-Unis ont-ils compromis l’influence qu’ils avaient encore en Irak en lançant des frappes aériennes contre les forces irakiennes?

Et pourquoi les États-Unis ont-ils maintenu 5 200 soldats américains en Irak, sur la base aérienne d’Al-Asad dans la province d’Anbar et dans des bases plus petites en Irak? Il compte déjà près de 70 000 soldats dans d’autres pays de la région, dont 13 000 au Koweït voisin, sa plus grande base étrangère permanente après l’Allemagne, le Japon et la Corée du Sud.

Alors que le Pentagone a insisté sur le fait que la présence des troupes américaines est uniquement pour aider l’ Irak combat Daesh, Trump a lui-même défini sa mission comme « aussi de veiller sur l’ Iran. »

Le Premier ministre irakien Abdul-Mahdi a clairement indiqué que les États-Unis n’étaient pas autorisés à utiliser l’Irak comme base pour affronter l’Iran. Une telle mission est manifestement illégale en vertu de la constitution irakienne de 2005, rédigée avec l’aide des États-Unis, qui interdit d’ utiliser le territoire du pays pour nuire à ses voisins

En vertu de l’ accord-cadre stratégique de 2008 entre les États-Unis et l’Irak, les forces américaines ne peuvent rester en Irak qu’à la «demande et invitation» du gouvernement irakien. Si cette invitation est retirée, ils doivent partir, comme ils ont été contraints de le faire en 2011.

Le calcul de Trump

L’effort de Trump pour blâmer l’Iran pour cette crise n’est qu’un stratagème pour détourner l’attention du ratage de sa propre politique.  La décision imprudente de l’administration Trump de se retirer de l’accord sur le nucléaire de 2015 avec l’Iran et de revenir à la politique américaine de menaces, de sanctions et de guerre secrète et par procuration qui n’a jamais fonctionné se retourne aussi mal que le reste du monde l’avait annoncé.

Medea Benjamin est cofondatrice de CODEPINK for Peace et auteur de plusieurs livres, dont Inside Iran: The Real History and Politics of the Islamic Republic of Iran