États-Unis : le grand échec

0
156

EVE OTTENBERG, Counterpunch, 6 novembre 2020

Le monde reconnaît ce que les élites américaines ne savent pas: l’échec total et total des États-Unis à contenir Covid-19 a endommagé la position des États-Unis et le fera jusqu’à ce que le virus soit contrôlé. Pendant ce temps, les puissances régionales, la Chine et la Russie, coopèrent et partagent les ressources, en particulier les vaccins. Cuba fournit des traitements, mais les États-Unis renoncent à la médecine cubaine, même si cela signifie que davantage de patients covidés américains meurent – ceci, bien que la pharmacopée cubaine pour ce fléau semble supérieure. La Chine envoie des médecins et des médicaments à travers le monde. La Russie opte pour une immunité collective saine – grâce à la vaccination. Ces pays agissent comme des adultes. Pas un bon look pour les États-Unis

Le déplorable «pivotement commercial et militaire vers la Chine» du régime Obama, ainsi que ses sanctions contre les Russes de haut rang et les entreprises énergétiques, financières et de défense de haut rang et les provocations, sanctions et insultes du régime Trump visant les deux pays ont maintenant porté leurs fruits: il y a parler d’une alliance militaire entre la Chine et la Russie. Les deux pays nient que cela soit imminent, mais le fait que cela soit même discuté révèle à quel point la politique étrangère américaine a créé des ennemis et les a unis. Même s’ils se seraient rapprochés de toute façon, la Chine et la Russie ne peuvent ignorer l’avantage de faire équipe face à l’hostilité américaine. Une approche plus idiote que cette hostilité est à peine imaginable. Rappelez-vous, il n’y a pas si longtemps, les États-Unis avaient peu de problèmes avec leur principal partenaire commercial, la Chine, et il y a même eu des rapports il y a quelques années sur une coopération militaire réelle en Syrie entre les États-Unis et la Russie. Tout cela est parti maintenant, dissous dans un brouillard de mauvaise volonté délibérée.

Alors, quelles sont certaines des politiques américaines absurdes qui ont récolté ce tourbillon potentiel? Une guerre commerciale totalement inutile avec la Chine, avec des tarifs qui ont été payés, non pas par la Chine, mais par les importateurs, puis répercutés sur les consommateurs américains. Il y a l’assaut du régime Trump contre le secteur technologique chinois et sa tentative de verrouiller Huawei de la manne 5G. Ensuite, il y a les attaques contre les entreprises russes, comme son accord de vente de gaz naturel à l’Allemagne, des attaques dans lesquelles les États-Unis insistent pour que l’Allemagne achète le produit américain beaucoup plus cher pour éviter de devenir redevable à la Russie. Et bien sûr, il y a les méga-accords constants impliquant des ventes d’armes américaines à quiconque pourrait s’opposer à la Chine, à la Russie, à la Corée du Nord ou à l’Iran.

Aggravant ces agressions économiques, la marine américaine patrouille de manière agressive dans la mer de Chine méridionale, la mer Noire et de plus en plus dans l’océan Arctique, où la Russie se trouve déjà depuis toujours. La Russie a une longue côte sibérienne, ce qui fait que les États-Unis parlent de la soi-disant posture agressive de la Russie là-bas tout simplement ridicule. Et maintenant, un allié de l’OTAN, la Turquie, remue le pot en poussant l’Azerbaïdjan dans sa guerre contre l’Arménie, qui a un traité de défense avec la Russie. L’Azerbaïdjan est célèbre pour les champs pétrolifères de Bakou.

Il n’a jamais été aussi clair que les États-Unis déploient leur puissance militaire pour faire avancer les intérêts de leurs entreprises, le droit international soit damné. Comme l’écrivait le général Smedley Butler à propos de son service militaire au début du 20 e siècle, il était «un homme musclé de grande classe pour les grandes entreprises, pour Wall Street et les banquiers. Bref, j’étais un racketteur, un gangster du capitalisme. J’ai contribué à rendre le Mexique… sûr pour les intérêts pétroliers américains en 1914. J’ai contribué à faire d’Haïti et de Cuba un endroit décent pour les National City Bank Boys pour collecter des revenus », et ainsi de suite. Rien n’a changé depuis eux. Cela n’a fait qu’empirer. En effet, maintenant, nous sommes dans une position où c’est la Russie qui respecte le droit international, tandis que les États-Unis le bafouent, suivant plutôt quelque chose de faux qu’ils appellent les «règles de l’ordre international libéral».

L’échec de la politique étrangère américaine le plus important et le plus conséquent concerne les armes nucléaires. Ici, le régime Trump a surpassé tous ses prédécesseurs. Il a retiré les États-Unis du traité sur le nucléaire à portée intermédiaire, qui interdisait les missiles balistiques terrestres, les missiles de croisière et certains lanceurs de missiles et qu’il avait signé pour la première fois en 1987. Il s’est retiré du traité Open Skies, signé en 1992. Cet accord permettait aux avions de survoler le territoire des signataires pour surveiller les installations de missiles.

Trump a également clairement indiqué qu’il avait l’intention de revaloriser le traité Nouveau départ de 2010 avec la Russie, qui limite les ogives nucléaires, les bombardiers nucléaires armés, les missiles balistiques intercontinentaux et les lanceurs de missiles. Le régime Trump a fait la demande ridicule et meurtrière du traité que la Chine participe aux pourparlers START. Pourquoi le devrait-il? La Chine a 300 missiles nucléaires, à égalité avec des pays comme le Royaume-Uni. Les États-Unis et la Russie en ont 6000 chacun. La réponse de la Chine? Bien sûr, nous rejoindrons START, dès que les États-Unis réduiront leur arsenal à 300. Naturellement, cela s’est passé comme un ballon de plomb à Washington.

Et maintenant, enfin, la Maison Blanche a exhorté les pays qui ont signé le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires – qui a récemment reçu la ratification officielle de l’ONU – à retirer leur approbation. Les États-Unis ont lancé un double discours sur les dangers du TPNW, afin d’écarter le droit international interdisant les armes nucléaires, tout comme ils ont interdit – et donc stigmatisé – les armes chimiques, les bombes à fragmentation et la guerre bactériologique. Sans aucun doute, la panique du régime Trump à propos du TPNW découle de son désir de «garder toutes les options sur la table» militairement, y compris le nucléaire.

Quel est le point ici? Pour rendre l’impensable pensable, pour faciliter la guerre nucléaire. Le Pentagone semble ravi. On cite périodiquement des gros bonnets militaires faisant l’éloge de nouveaux missiles nucléaires plus petits, développés non pas pour la dissuasion, mais pour l’utilisation. En effet, l’abolition de la politique de dissuasion – qui, dans la mesure où elle ne postule pas de première utilisation, a sans doute été la seule chose à maintenir l’humanité en vie et la planète habitable depuis l’aube dangereuse de l’ère atomique – a longtemps été le rêve des promoteurs du Pentagone du «petit, armes nucléaires intelligentes »pour des guerres nucléaires« limitées ». La façon dont ces génies contrôleraient une telle évolution de l’escalade vers une guerre nucléaire plus large et un holocauste planétaire n’est jamais mentionnée.

Avant de prendre ses fonctions, Trump aurait choqué ses conseillers en demandant, si nous avons des armes nucléaires, pourquoi ne pouvons-nous pas les utiliser? Seule une personne dangereusement ignorante ou profondément dépourvue de moralité humaine fondamentale pourrait poser une telle question. Seul quelqu’un désireux d’abandonner la politique de sauvegarde des espèces humaines de dissuasion nucléaire sans premier coup, mais prêt à risquer l’extinction nucléaire, pourrait flirter avec une telle folie. Plus tard dans sa présidence, Trump a affirmé qu’il pourrait facilement mettre fin à la guerre en Afghanistan s’il le voulait, laissant entendre qu’il voulait dire des armes nucléaires, mais qu’il n’avait pas tendance à assassiner 10 millions de personnes. Eh bien, merci à Dieu pour ce fragment d’humanité.

Certains supposent qu’une présidence Biden tracerait une voie différente, mais ils comptent peut-être leurs poulets avant qu’ils n’éclosent. Biden a fait des bruits très hostiles à propos de la Russie, de la Chine et de la Corée du Nord et s’est entouré de faucons néo-conservateurs. Jusqu’à présent, il n’a fait aucune promesse de revenir à la table des négociations nucléaires pour autre chose que START. Essaierait-il de ressusciter les traités INF et Open Skies? Mettrait-il fin au bavardage du régime Trump visant à scotcher TPNW? Peut être. Ou il a peut-être absorbé tellement de poison anti-russe et anti-Chine qu’il voit, comme Trump, l’absence de traités comme un feu vert pour une agression nucléaire.

Le plan officiel de politique étrangère de Biden dit qu’il considère le but des armes nucléaires comme de la dissuasion, approuvant ainsi ce compromis au mieux très imparfait pour la survie. Qu’il, apparemment contrairement à Trump, abjure une première frappe nucléaire est un énorme soulagement, mais combien de temps cela durera-t-il? Le Pentagone a été très persuasif pendant de nombreuses décennies de régime de centre-droit et il n’y a aucune raison de supposer qu’il adoptera soudainement une politique d’interdiction avec Biden simplement parce qu’il favorise la dissuasion nucléaire. Certains sachems complexes militaro-industriels considèrent le principe de non-utilisation en premier comme une erreur. Rappelez-vous également qu’Obama a approuvé une mise à niveau des armes nucléaires d’un billion de dollars. Biden était son vice-président. Que dire de cela? Ce n’est pas une préoccupation mineure et mesquine. La Russie est armée jusqu’aux dents avec des armes nucléaires supersoniques et la Chine a conclu de la belligérance américaine qu’elle ferait mieux de s’armer aussi. Nous sommes dans des eaux dangereuses ici. Espérons qu’elles ne deviennent pas radioactives.