Etats-Unis : pourquoi la défaite chez Amazon

0
233

Jane McAlevey, (Article publié da The Nation, le 9 avril 2021 ; traduction par la rédaction de A l’Encontre)

Plus tôt dans la journée, le National Labor Relations Board a annoncé les résultats du vote sur l’adhésion des travailleurs de l’entrepôt Amazon de Bessemer, en Alabama, à un syndicat. Le vote a été de 738 pour et 1798 contre. C’est une mauvaise nouvelle, mais cela ne signifie pas que les travailleurs des futures campagnes d’Amazon ne pourront pas ou ne voudront pas gagner. Ils le peuvent. Les résultats n’ont cependant pas été surprenants, pour des raisons qui ont plus à voir avec l’approche utilisée dans la campagne elle-même qu’avec tout autre facteur.

Les histoires de conditions de travail horribles chez Amazon sont bien connues. Bien avant la campagne de Bessemer, quiconque y prête un minimum d’attention sait que les travailleurs travaillent à un rythme si effréné qu’ils en viennent à uriner dans des bouteilles pour ne pas être sanctionnés pour avoir pris trop de temps pour utiliser les sanitaires, ce que l’entreprise appelle «temps libre». Christian Smalls a été licencié il y a un an pour s’être exprimé publiquement sur le fait que des personnes ne recevaient pas d’équipement de protection individuelle dans son établissement Amazon, dans l’État bleu vif de New York. Jennifer Bates, l’employée d’Amazon de l’entrepôt de Bessemer, a livré au Congrès un témoignage qui vous retournerait l’estomac. Les travailleurs d’Amazon ont désespérément besoin de se syndiquer, en Alabama, en Allemagne et dans tout autre endroit où l’employeur high-tech et futuriste, qui a une attitude moyenâgeuse à l’égard des salarié·e·s, installe un site d’emploi de quelque nature que ce soit. Avec des conditions aussi mauvaises, comment expliquer la défaite à Bessemer?

Trois facteurs pèsent lourdement dans tout vote ayant trait à la syndicalisation: le comportement outrageusement pernicieux des employeurs – parfois illégal, la plupart tout à fait légal – y compris le harcèlement et l’intimidation des travailleurs et travailleuses, et les mensonges éhontés (ce qui, en dehors des pays aux gouvernements ouvertement répressifs, est unique aux États-Unis); les stratégies et tactiques utilisées dans la campagne par les organisateurs; et le contexte socio-politique plus large dans lequel l’élection syndicale se déroule.

Destruction des syndicats

Compte tenu de l’efficacité totale d’Amazon dans la livraison de colis et de sa nouvelle domination à Hollywood en tant que producteur et financier clé de films et de séries télévisées, il n’est pas difficile d’imaginer que son opération de démantèlement syndical est de premier ordre. La nature impitoyable des campagnes menées par les employeurs pour vaincre les syndicats n’a rien de nouveau.

Si vous avez besoin de vous rafraîchir la mémoire, lisez Confessions of a Union Buster, de Martin Jay Levitt (Crown Publishers., 1993). Ce livre est écrit par un ancien mercenaire des employeurs. Il est rempli d’arrogance, comme il se doit, étant donné le nombre de campagnes que Levitt a contribué à détruire. Il y dit au lecteur: «La lutte contre les syndicats est un domaine peuplé de brutes et fondé sur la tromperie. Une campagne contre un syndicat est une attaque contre les individus et une guerre contre la vérité. En tant que telle, c’est une guerre sans honneur. La seule façon de démanteler un syndicat est de mentir, de déformer, de manipuler, de menacer et de toujours, toujours attaquer. Chaque campagne de “prévention syndicale”, comme on appelle ces guerres, s’appuie sur une stratégie combinée de désinformation et d’attaques personnelles.»

Il suffit de lire le livre de Levitt – qui devrait être obligatoire pour tous les organisateurs et militants syndicaux – pour se rendre compte à quel point les cartes sont pipées contre les travailleurs et travailleuses qui tentent de se syndiquer aux États-Unis (et, de plus en plus, dans le monde entier, car le démantèlement des syndicats est désormais une exportation très prisée du secteur des services). Son livre, la campagne d’Amazon et à peu près toutes les élections syndicales depuis l’ère Reagan prouvent à suffisance que pour avoir une chance d’inverser la tendance à la baisse du sort des travailleurs étatsuniens, il faut absolument adopter la loi HR 842, Protecting the Right to Organize [PRO] Act of 2021, qui vient d’être adoptée par la Chambre des représentants.

Le soutien populaire aux syndicats atteint aujourd’hui des sommets, tandis que le soutien aux grandes entreprises est à un niveau historiquement bas. Malheureusement, le soutien populaire à une proposition n’a que peu, voire rien à voir avec l’approbation de la législation par le Congrès. Compte tenu de l’historique des tentatives infructueuses de changement progressif du droit du travail sous des administrations contrôlées par les démocrates – même avec des majorités dans les deux chambres – l’adoption définitive de la loi PRO semble peu probable. Mais malgré les nombreux obstacles qui se dressent sur le chemin des travailleurs qui tentent de se syndiquer, il est crucial de reprendre les stratégies et les tactiques qui ont permis d’obtenir les meilleurs résultats.

Accepter la défaite des campagnes de syndicalisation difficiles à gagner, c’est accepter un avenir très sombre. Pour avoir une chance de gagner les campagnes les plus difficiles, il faut déployer les meilleures méthodes dès les premiers jours d’une campagne et les suivre tout au long de l’élection. Les vœux pieux et les intuitions inexpérimentées n’ont pas leur place dans une campagne contre un employeur aussi sophistiqué et bien équipé qu’Amazon.

Les nombreux signes d’alerte durant la campagne

• Liste inexacte des travailleurs. Dès le départ, la campagne de Bessemer présentait ce que de nombreux organisateurs expérimentés ont reconnu comme des faiblesses presque fatales. La première d’entre elles était une hypothèse largement inexacte sur le nombre d’employés travaillant dans l’entrepôt. Lorsque le syndicat a déposé les documents officiels auprès du NLRB pour organiser l’élection le 20 novembre 2020 – à une époque où peu de gens prêtaient attention à autre chose qu’à l’élection présidentielle américaine – le syndicat Retail, Wholesale and Department Store Union (RWDSU) a supposé que l’entrepôt comptait 1500 travailleurs. Peu de temps après le dépôt de la plainte du RWDSU, Amazon a répondu au NLRB qu’il y avait environ 5800 travailleurs dans l’entrepôt. Une fois que le syndicat a franchi cette première étape du processus – l’acte officiel de dépôt d’une demande d’élection de syndicalisation – il a déclenché le processus juridique véritablement byzantin qui régit les élections syndicales aux États-Unis. Les avocats d’Amazon ont fait valoir que si le syndicat pensait que seuls 1500 employés avaient le droit de voter aux élections, il n’aurait pas ce que l’on appelle une «démonstration d’intérêt» suffisante, qui exige que 30% de tous les employés aient signé des cartes d’autorisation indiquant qu’ils souhaitaient organiser une élection syndicale.

Dans un signe qui aurait pu sembler encourageant pour les organisateurs du syndicat, ils ont réussi, entre la fin novembre et la mi-décembre, à rassembler suffisamment de signatures de salarié·e·s supplémentaires pour atteindre le seuil minimum de 30% permettant d’organiser une élection, même sur le nombre beaucoup plus important de travailleurs qu’Amazon a déclaré être éligibles (pour atteindre 30% de 1500 employés, le seuil serait de 300 cartes signées, mais 1740 étaient nécessaires pour atteindre ce seuil pour 5800).

En fait, selon le New York Times, les organisateurs avaient rassemblé un total de 2000 cartes d’autorisation à la fin décembre 2020. Les organisateurs moins expérimentés sont souvent déconcertés lorsque les travailleurs signent une carte d’autorisation pour la tenue d’une élection – puis votent non. Les organisateurs syndicaux expérimentés ne formulent jamais la question comme suit: «Voulez-vous avoir le droit de voter pour avoir ou non un syndicat?» Nous leur demandons de s’engager à voter oui et à signer une pétition en ce sens lorsqu’ils signent la carte d’autorisation pour l’élection. Ce sont des questions très différentes, et elles vous donnent des résultats très différents au final.

Mais la manifestation d’intérêt a préparé le terrain pour l’étape suivante du processus lourd et compliqué: l’audience officielle du NLRB qui détermine si une élection sera organisée et, si oui, selon quelles modalités. Cette audience a eu lieu le 20 décembre. Entre cette date et la fin du mois de janvier, alors que l’attention du pays était concentrée sur l’assaut contre Capitole, Amazon s’est livré à sa propre attaque contre la démocratie, celle qui est censée être garantie aux personnes sur le lieu de travail.

• En gérant les discussions sur les cotisations syndicales. Les signes d’alerte suivants sont apparus en février, lorsque Amazon a lancé www.doitwithoutdues.com, un site web décrivant toutes les choses que les travailleurs pouvaient faire avec l’argent qu’ils auraient autrement payé en cotisations à un syndicat. Parallèlement, Amazon a publié un hashtag sur Twitter. Le stratagème s’est retourné contre lui. Les militant·e·s pro-syndicats de tout le pays se sont emparés de la plateforme pour tweeter une réponse intelligente après l’autre, faisant des réactions à Amazon une obsession presque aussi forte que les blagues Twitter sur le navire bloqué dans le canal de Suez.

Pour les organisateurs syndicaux, aussi drôle qu’ait été la réaction nationale sur Twitter – donnant aux gens une plateforme numérique pour montrer leur désapprobation d’Amazon – une cause plus profonde de préoccupation a été révélée dans la réponse officielle du RWDSU. Son président national Stuart Appelbaum et d’autres représentants de la campagne ont lancé une offensive pour prouver que la direction d’Amazon mentait. «Amazon essaie de faire des cotisations un problème, même si les gens n’ont pas à payer de cotisations», a déclaré Stuart Appelbaum au Washington Post. Des messages similaires ont dominé la couverture médiatique en réponse au message antisyndical entièrement prévisible sur les cotisations. un responsable syndical déclarant à NPR (National Public Radio): «Comme certains travailleurs le soulignent, les lois sur le «droit au travail» de l’Alabama stipulent que les salarié·e·s peuvent choisir de ne pas payer de cotisations syndicales.»

Bien que la réponse du syndicat soit exacte – les travailleurs n’ont pas à payer de cotisations dans un État avec une loi de «droit au travail» – les organisateurs de campagnes réussies ne suggèrent jamais que les travailleurs et travailleuses peuvent choisir de ne pas payer de cotisations. C’est plutôt le contraire. En effet, il est tout à fait prévisible qu’il y aura des panneaux partout – dans les salles de bains, les cantines, les salles de repos, à côté des pointeuses, etc. – suggérant que l’entreprise vous offre davantage que le paiement de cotisations à un syndicat. Une réponse plus nuancée consiste à demander aux travailleurs pourquoi l’entreprise souhaite soudainement discuter de la manière dont les travailleurs dépensent leur propre argent. Les syndicalistes peuvent alors aider le travailleur à comprendre que payer des cotisations est essentiel pour construire le pouvoir nécessaire pour s’attaquer à des employeurs monstrueux comme Amazon.

La sémantique et les messages ont soulevé des préoccupations allant au-delà de la conversation sur les cotisations. Sur les pancartes pro-syndicats, les messages diffusaient des slogans tels que «Le syndicat est de votre côté». Dans les nombreuses vidéos qui sortent de Bessemer sur les médias sociaux, les militant·e·s et les syndicalistes parlent régulièrement du «syndicat», comme si un syndicat était autre chose que les travailleurs qui tentent d’en former un. Un meilleur slogan aurait été: «Lorsque les travailleurs s’unissent, de vrais changements se produisent», ou n’importe quoi qui ne fasse pas ressembler «le syndicat» à un nom de bâtiment ou à une adresse.

• La porte de l’usine comme point de mire, pas de visites à domicile. Dans la grande majorité des campagnes réussies, la manière et le lieu des conversations avec les travailleurs sont cruciaux. Sur un moteur de recherche Internet, si vous tapez «Amazon change le schéma des feux de signalisation en Alabama» [pour empêcher la récolte de signatures], les résultats montrent des dizaines d’histoires, mettant en évidence l’une des nombreuses tactiques déployées par Amazon pour frustrer les militant·e·s et les syndicalistes de la campagne. Bien qu’infâme, cette tactique est tout à fait conforme à la norme des luttes acharnées autour de la syndicalisation aux États-Unis. Sur Twitter, lorsque l’histoire a été diffusée pour la première fois, des personnes qui avaient vécu la même chose ont pris la parole pour dire: «Oui, c’est arrivé dans le nord de l’Ohio, aussi – dans notre élection où l’entreprise domine la politique de la ville.» Aucune de ces tactiques n’est surprenante à la lecture de Confessions of a Union Buster. Ce qui inquiétait les organisateurs expérimentés, cependant, c’était de réaliser que la majorité des contacts en face-à-face avec les travailleurs se déroulaient à l’entrée de l’usine.

Comme d’expliquer, «Ne vous inquiétez pas. Vous n’avez pas à payer de cotisations en Alabama», mener une campagne depuis la porte de l’usine est une autre tactique que les organisateurs qui réussissent n’utilisent jamais. Pourquoi? Parce que l’employeur regarde. Cela vaut pour tous les employeurs, sans parler d’Amazon – une entreprise qui développe réellement des systèmes de surveillance. La dernière chose que veulent les travailleurs nerveux, c’est d’être vus près de leur lieu de travail en train de discuter avec des partisans du syndicat.

Les campagnes réussies nécessitent des visites à domicile – des visites physiques inopinées au domicile des travailleurs afin que la conversation puisse avoir lieu loin de l’œil vigilant de l’entreprise. Dans un entretien paru dans The American Prospect [revue de la gauche démocrate] un organisateur de la campagne Amazon a expliqué qu’ils ne faisaient pas de visites à domicile, en raison de la pandémie de Covid. Mais dans une campagne difficile à gagner, vous devriez mettre un masque, sonner à la porte, avoir votre désinfectant qui pend sur votre poitrine ou se trouve dans vos mains pour que ce soit évident; et prendre du recul pour engager le dialogue avec le travailleur, à distance sociale mais en toute sécurité.

Cette même question, à savoir que Covid ne signifiait pas de porte-à-porte, a également été soulevée au début de la campagne de Biden, après que Sanders se soit retiré et que la pandémie se soit intensifiée. Et Biden s’est trompé très tôt, avant de corriger le tir lorsqu’il a réalisé à quel point l’élection était serrée. De même, dans les articles consacrés au second tour des élections sénatoriales en Géorgie, les organisateurs du droit de vote ont clairement indiqué qu’ils devaient battre le pavé, prendre leur voiture et rendre visite à chaque électeur en face-à-face, malgré la pandémie. Ils ont porté des masques et rendu visite aux électeurs par dizaines de milliers.

La recherche universitaire la plus complète sur la syndicalisation réussie, menée par Kate Bronfenbrenner, directrice de la recherche sur le travail à l’université Cornell, présente des arguments irréfutables en faveur des visites à domicile. Pourtant, les organisateurs de Bessemer ont déclaré qu’ils s’appuyaient sur des «stratégies numériques». Le syndicat indique également qu’à part se tenir aux portes de l’usine, le principal moyen pour les organisateurs d’entrer en contact avec les salarié·e·s a été de téléphoner aux travailleurs de Bessemer Amazon à partir d’autres syndicats du pays. Rien ne remplace la visite à domicile dans une campagne difficile, point final.

Une exception possible à la règle de l’entrée de l’usine aurait été qu’un grand nombre de travailleurs réels de Bessemer Amazon soient les personnes qui se tiennent à l’entrée de l’usine lors du changement d’équipe. Mais ce n’était pas le cas. Au lieu de cela, les salarié·e·s ont vu des permanents du syndicat et des partisans extérieurs.

• Absence de soutien majoritaire. L’une des tactiques les plus importantes dans les luttes difficiles pour la syndicalisation est ce que les syndicalistes appellent les tests de structure publique majoritaire. Un test de structure publique majoritaire consiste à ce que la majorité des travailleurs qui ont le droit de voter lors d’une prochaine élection syndicale, ou qui votent pour la grève, signent une pétition ou prennent des photos et produisent une affiche publique, un dépliant ou ouvre un site Web qui affiche leurs signatures ou leurs visages, avec un message indiquant leur intention de voter oui. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi cela n’avait pas été fait à Bessemer, le syndicat a répondu qu’il devait «protéger la main-d’œuvre» contre les licenciements, et qu’il ne voulait donc rien faire en public. La partie était terminée.

Une erreur fréquente dans les batailles syndicales difficiles est que les dirigeants de l’effort pensent qu’il y a quelque chose d’unique dans leurs circonstances particulières – l’industrie, le groupe de travailleurs, le type de travailleurs, la région du pays, le moment de l’histoire, le niveau de surveillance, et ainsi de suite – qui justifie de ne pas suivre les bonnes pratiques d’organisation, comme effectuer des tests de structure majoritaire et éventuellement rendre ces tests publics une fois que vous avez atteint une majorité. Lorsque la peur est omniprésente dans un établissement – ce qui a certainement été le cas lors de l’élection d’Amazon – la seule façon de la surmonter est de demander à chaque travailleur pro-syndicat de sortir et de se déclarer publiquement pro-syndicat. Ce qui «protège les travailleurs», c’est lorsqu’une majorité d’entre eux entreprennent cette action ensemble, tous en même temps. Vous enseignez le pouvoir collectif dans les conversations et les actions.

Les tests de structure sont répétés en privé et en silence jusqu’à ce qu’une majorité de travailleurs soit prête à signer. Une fois qu’une majorité signe, c’est généralement une indication sérieuse que la campagne sera victorieuse. Mais vous ne vous arrêtez pas à un test de structure public. Vous continuez, car il y a généralement une explosion de soutien supplémentaire une fois que les collègues hésitants qui se retiennent réalisent qu’en réalité une majorité de leurs collègues s’unissent. Les tests de structure majoritaire prouvent que les personnes en qui les travailleurs faisant face à une campagne de peur ont le plus confiance – leurs propres collègues – sont prêtes à déclarer d’elles-mêmes que trop c’est trop.

Ce sont les salariés qui regardent leurs collègues prendre position en grand nombre qui gagnent, pas les rassemblements avec des superstars de l’extérieur de l’État, pas les joueurs de football célèbres, pas les acteurs et actrices célèbres, pas même Bernie Sanders ou le président des États-Unis. (Même si la vidéo du président Biden mérite d’être applaudie pour de nombreuses raisons: les futures campagnes et la légitimité générale des syndicats, notamment). Lorsqu’il y a plus de partisans et de personnel extérieurs cités et mis en avant dans une campagne que de travailleurs de l’établissement, c’est un signe clair que la défaite est imminente.

Le contexte de Bessemer

On a beaucoup parlé de l’histoire de Bessemer, et par extension de Birmingham (proche de Bessemer), comme d’un endroit qui – bien qu’il se trouve dans l’Alabama rouge comme le soleil, un État qui se sent coincé dans le système Jim Crow [ségrégation raciale], avec l’un des taux de syndicalisation les plus bas du pays – est en quelque sorte une exception en raison de l’histoire de la syndicalisation de la ville. Et quelle histoire étonnante!

Il y a de merveilleux récits des luttes des travailleurs pour se syndiquer dans la région, des Noirs s’unissant entre eux et avec les travailleurs blancs – sacrifiant parfois leur vie – pour forger des syndicats dans les mines qui parsemaient autrefois le paysage. La couverture médiatique a également mis l’accent sur le pourcentage de travailleurs noirs dans l’entrepôt d’Amazon, suggérant que la démographie assure la voie. Si ce dernier point était vrai, il y aurait eu une solide victoire lors de l’élection de Nissan à Canton, dans le Mississippi, en 2017, alors que les médias ont également grossièrement exagéré l’élection et surjoué le facteur d’une majorité de travailleurs noirs. Lors de cette élection, le vote était de 38% de oui, 62% de non.

Si vous parcourez la documentation que le syndicat a affichée sur son site Web, vous verrez une longue liste de partisans nationaux des travailleurs – et une liste beaucoup plus courte de groupes locaux soutenant les efforts des salarié·e·s. Les médias ont souvent mis en avant l’aspect religieux de la campagne, le personnel clé de l’effort étant des leaders religieux ou des pratiquants. Mais les organisations religieuses de Bessemer ou de la région de Birmingham étaient presque totalement absentes de la liste des soutiens à la campagne. Bien que les reportages aient souvent souligné que les réunions commençaient par des prières, les principaux dirigeants religieux locaux n’ont pas soutenu publiquement les salarié·e·s. Dans les campagnes réussies, le soutien public manifeste des chefs religieux locaux est souvent essentiel lorsque l’affiliation religieuse est commune parmi les travailleurs.

À Detroit, avant que les usines automobiles ne soient organisées, de nombreux Noirs étaient opposés au syndicat. La raison, selon le Dr Steven Pitts, qui dirige le nouveau podcast Black Work Talk: «De nombreux pasteurs éminents de la région de Detroit entretenaient de bonnes relations avec Henry Ford. Alors que l’émigration des Noirs du Sud [vers le Nord] était à son apogée, des familles noires se sont installées à Detroit, ont trouvé une église et ont obtenu un emploi à l’usine Ford par l’intermédiaire des responsables de leur église. Il faudra une décennie de lutte entre les travailleurs noirs pro-syndicats et leurs dirigeants civiques avant que la dynamique ne fasse basculer Detroit en faveur des syndicats.»

À Bessemer, les groupes communautaires locaux que j’ai joints par téléphone m’ont dit que c’était la première campagne syndicale dont ils se souvenaient où le syndicat avait pris contact pour la première fois si tard dans la campagne – aussi tard qu’en février. Lors d’autres élections dans la région, même celle de l’usine de pièces automobiles Mercedes de Tuscaloosa, où l’usine se trouvait à 80 km de la ville – beaucoup plus loin que Bessemer de Birmingham – les syndicats avaient tendance à intervenir bien avant que les travailleurs ne rendent la campagne publique (ce qui s’est produit dès octobre à Bessemer).

Dans les prochains jours, vous verrez probablement beaucoup de messages affirmant que «même si les travailleurs n’ont pas gagné, ils ont vraiment gagné». Mais ce n’est pas le cas. Et c’est terriblement malheureux. Les médias, en particulier le genre de médias appelés les médias syndicaux, n’auraient jamais dû surestimer cette campagne – ou la campagne Volkswagen, ou la campagne Nissan. Dans ces trois cas, la défaite imminente était évidente partout. Lorsque les médias donnent la priorité aux clics et aux adeptes plutôt qu’à la réalité, cela n’aide pas les salarié·e·s et leur nuit probablement. La couverture médiatique a amassé une montagne d’attention injustifiée qui pourrait servir le récit en faveur de la loi PRO, mais les campagnes surmédiatisées laissent aussi les gens avoir le sentiment d’être battus. Parfois, en fait, ils se sentent tellement battus qu’ils se retirent et abandonnent pour toujours. Cette campagne n’aurait probablement pas dû être menée lorsque les syndicalistes ont réalisé à quel point leur évaluation du nombre de travailleurs présents dans l’entrepôt était erronée. Rien ne justifie de mettre les travailleurs dans ce que les syndicalistes appellent une «marche de la mort».

Pour les travailleurs de Bessemer, la prochaine étape probable est que le syndicat déposera un grand nombre d’objections totalement justifiées, ou de plaintes pour «pratiques déloyales de travail», contre Amazon. Il est probable qu’ils obtiendront le droit à une nouvelle élection sur la base du comportement illégal de l’employeur. Dans la légendaire campagne d’organisation de Smithfield, où les travailleurs du plus grand abattoir de porcs du pays ont gagné leur syndicat [en 2008] après 16 ans de lutte, à leur troisième tentative d’élection, la leçon que les gens auraient dû tirer est que, oui, le droit du travail n’est pas respecté, mais aussi qu’il ne faut pas prendre de raccourcis quand on mène une campagne.

Beaucoup des mêmes limitations dans le premier tour de vote de Smithfield étaient vraies dans le premier tour de Bessemer. Il est temps que nous ne prenions pas les travailleurs pour de facto acquis, que nous ne les vendions pas à découvert et que nous ne créions pas une terre brûlée au hasard.

Les conditions que subissent la plupart des travailleurs et travailleuses aux États-Unis lorsqu’ils essaient de former un syndicat font paraître inoffensives les récentes mesures prises par l’assemblée législative de Géorgie en vue de supprimer davantage d’électeurs [pour les élections dans l’Etat]. Si le Sénat adopte la loi PRO, il ne fait aucun doute que le taux de syndicalisation augmenterait rapidement, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles son adoption dans un avenir proche semble étrangement lointaine. Bien que le pays ait le président le plus favorable aux syndicats depuis près de 100 ans, le Sénat reste immobile sur des questions bien moins difficiles qu’une réforme majeure du droit du travail. Il n’accepterait même pas un salaire minimum de 15 dollars de l’heure imposé par le gouvernement fédéral. Et les progressistes essaient de faire passer une loi sur le travail depuis la présidence de Jimmy Carter – sans succès.

Chaque travailleur de la campagne de Bessemer méritait de gagner. Et si les règles de syndicalisation aux États-Unis étaient proches de l’équité, ils auraient gagné. Mais les règles ne sont pas équitables. C’est plutôt le contraire: elles sont outrageusement injustes. Ce que les travailleurs qui essaient de former des syndicats contre des employeurs immoraux méritent, c’est le genre d’effort qui a une chance de gagner. Il existe de nombreuses preuves de ce qui fonctionne. Les médias sociaux et les approches numériques raccourcies ne fonctionnent pas lorsque la peur et la division sont les armes principales des employeurs.

Les travailleurs et travailleuses peuvent gagner des syndicats – et les travailleurs et travailleuses peuvent faire grève et gagner. C’est difficile comme l’enfer, et pour y arriver, il faut une approche sans raccourcis. (Article publié dans The Nation, le 9 avril 2021 ; traduction par la rédaction de A l’Encontre)