États-Unis : Trump tente de truquer les élections

0
210

Comment Trump tentera de gagner les élections

John Feffer, extraits d’un texte paru dans Focus on Foreign Policy, 8 septembre 2020.

 

Les conventions des deux partis sont terminées. L’élection présidentielle est dans deux mois. Les sondages suggèrent que Joe Biden, le candidat du Parti démocrate, l’emportera largement sur le président sortant, le président Donald Trump. On le sait, Trump n’aime pas perdre. Et il a démontré à de nombreuses reprises qu’il mentirait et tricherait pour gagner. Voici comment le président tentera de surmonter sa profonde impopularité pour gagner sa réélection.

Option 1: mensonge

Cet été, Trump a raconté son 20 000 e mensonge. On en compte maintenant deux douzaines de mensonges par jour.

Ayant habitué le public américain et les médias d’information à ses mensonges incessants, Trump porte dit maintenant que l’élection oppose «le projet américain » contre le « projet socialiste », comme si Bernie Sanders avait remporté l’investiture du Parti démocrate. Trump a déclaré à plusieurs reprises que Biden voulait diminuer le rôle de la police alors qu’en fait, le candidat démocrate a fait tout son possible pour faire valoir le contraire.

C’est une chose de déformer la réalité. C’est une autre d’inventer simplement les choses à partir de rien. C’est ce qui s’est passé lorsqu’il a affirmé à la fin du mois d’août qu’un avion de voyous portant des uniformes sombres était en route pour Washington pour « faire de gros dégâts ». Le lendemain, il soutenait que l’avion se dirigeait de DC vers un endroit non spécifié.

Trump est totalement détaché de la vérité. Il dira tout ce qu’il faut pour gagner.

Deuxième option : inciter à la violence

Donald Trump a encouragé à plusieurs reprises ses partisans à devenir violents. Au cours de la campagne de 2016, il a dit aux partisans de « frapper la merde » des manifestants et que s’ils faisaient cela, il pourrait couvrir leurs frais juridiques. Il a déclaré, après que les gardes de sécurité ont escorté un manifestant hors du rassemblement, qu’il aimerait «lui donner un coup de poing au visage».

En tant que président, Trump a défendu la police violente et les néo-nazis. Il a fait l’éloge de la théorie du complot QAnon, que le FBI considère comme une menace terroriste.

À l’approche des 60 derniers jours de l’élection, Trump  exhorte sa base à déclencher une guerre civile. Il a défendu Kyle Rittenhouse, un justicier et partisan de Trump qui a tué deux personnes à Kenosha. Il a qualifié la caravane d’extrémistes de droite qui affrontent les manifestants de Black Lives Matter de « GRANDS PATRIOTES ».

Option 3 : voler l’élection

Donald Trump n’a aucun respect pour l’État de droit. Il a enfreint tellement de lois pendant sa présidence – de la clause sur les émoluments de la constitution à sa collusion avec des dirigeants étrangers pour aider sa campagne de réélection – qu’il n’a aucun scrupule à le refaire maintenant.

Le Parti républicain a retiré des électeurs des listes, empêché les gens de s’inscrire et fermé les isoloirs. Trump est intéressé à réduire le nombre d’électeurs aux prochaines élections.

À cette fin, il a remis en question la légitimité même du processus de vote en dénigrant les bulletins de vote par correspondance. Trump a dit : « Par la poste, ils trichent ». Cependant, il n’y a aucune preuve de fraude importante associée aux bulletins de vote par correspondance.

Par crainte d’une infection au COVID-19, de nombreux électeurs resteront à l’écart des urnes en novembre et voteront par courrier, indépendamment de ce que le président dit sur la fraude.  Trump tente de déjouer le système en rendant plus difficile pour le service postal américain de gérer tous les bulletins de vote supplémentaires. Il a admis qu’il bloquait les financements supplémentaires afin que le système postal ne puisse pas répondre à la demande. Et son délégué à la tête du syatème postal, Louis DeJoy, fait des coupes sélectives pour ralentir le traitement du courrier.

Le résultat de cette suppression de vote pourrait être le soi-disant mirage rouge dans lequel Trump «gagne» le jour du scrutin mais perd un jour ou deux plus tard lorsque tous les bulletins de vote par la poste sont comptés. Trump pourrait alors prétendre que sa victoire électorale a été « volée ».

Option 4: Ne quittez pas le bureau

Si tout le reste échoue, Trump pourrait dire que l’élection a été truquée, qu’il a en fait gagné et que ses partisans doivent sortir dans la rue pour défendre sa «victoire». En d’autres termes, Trump pourrait regrouper toutes les options – mentir, voler, inciter à la violence – pour transformer la démocratie en autocratie.

Depuis plusieurs mois, Trump voit exactement sur quelles forces militaires il peut compter en cas d’urgence. L’armée américaine a refusé de participer à la répression de l’administration contre les manifestants. La Garde nationale, à l’exception de celle de la capitale fédérale, est contrôlée par des gouverneurs. C’est pourquoi Trump a envoyé des agents fédéraux de la sécurité intérieure, du service des maréchaux et de la patrouille des douanes et des frontières à Portland pour y réprimer les manifestations. Trump ferait appel à ces troupes, ainsi qu’aux paramilitaires et justiciers pro-Trump, pour soutenir son putsch.

Heureusement, sans le soutien de l’armée américaine, Trump n’a pas assez de puissance de feu de son côté pour suspendre la constitution et subvertir la démocratie américaine. S’il n’est pas démis de ses fonctions en novembre, il sera traîné hors de ses fonctions. Et, j’espère, jeté en prison là où il devait être.