Haïti : les lobbyistes américains de Jovenel Moïse

0
184
Le Nouvelliste et le Miami Herald, 20 avril 2021
Le Nouvelliste publie la traduction de cet article du Miami Herald intitulé « Cash-strapped Haiti has an image problem. The government is spending thousand to fix it » paru sous la plus de la journaliste Jacqueline Charles en date du mardi 20 avril 2020. Le lien pour consulter cet article du Miami Herald https://www.miamiherald.com/news/nation-world/world/americas/haiti/article250769074.html
Avec plus de 4,4 millions de personnes souffrant de la faim, une inflation à deux chiffres et une pauvreté chronique en nette progression, le gouvernement haïtien a trouvé les moyens de fouiller dans ses maigres ressources pour payer à grands frais des lobbyistes américains pour aider le président Jovenel Moïse, de plus en plus assiégé par les critiques des membres du Congrès et les appels à la démission de ses compatriotes, à redorer son image afin d’avoir bonne presse internationalement.
Selon un article du Miami Herald, paru sous la plume de Jacqueline Charles, citant des enregistrements auprès du ministère américain de la Justice, Haïti a ajouté le mois de mars dernier quatre nouveaux membres de haut niveau à son équipe de lobbying aux États-Unis. Il s’agit d’un ancien ambassadeur des États-Unis en République dominicaine, un ancien chef de cabinet de l’Organisation des États américains et deux donateurs démocrates influents.
A en croire le Miami Herald, se référant à des archives, les contrats du gouvernement haïtien s’élèvent à environ 804 000 dollars américains par an en frais de lobbying. Le montant réel, cependant, est beaucoup plus élevé. En ce sens, le journal floridien a découvert que la valeur totale du contrat de la firme Mercury Public Affairs  n’a donc pas été divulguée publiquement.
D’un autre côté, le Miami Herald a souligné les efforts de lobbying de l’homme d’affaires haïtien, le Dr. Reginald Boulos, critique virulent de Jovenel Moïse, pour contrer le message du gouvernement haïtien à travers le cabinet Estopinan Group LLC, dirigé par Art Estopinan, ancien chef de cabinet de la représentante Illeana Ros-Lehtinen. Les messages d’Estopinan se concentrent sur la détérioration de la situation des droits humains en Haïti y compris les enlèvements et la violence.
La plupart des contrats du gouvernement haïtien mentionnent l’ambassade du pays à Washington et son ambassadeur, Bocchit Edmond, comme contractants. «À l’heure actuelle, notre pays est confronté à de graves problèmes de sécurité qui nécessitent de rechercher toutes les voies pour obtenir de l’aide. La sécurité nationale est une entreprise coûteuse, pour tous les États », a déclaré Bocchit Edmond au Miami Herald, estimant que des pays vulnérables comme Haïti doivent trouver des moyens de faire entendre leur voix dans les couloirs du pouvoir de la nouvelle administration américaine en train de se concentrer sur leurs propres problèmes.
Alors que de nombreux Haïtiens et certains membres du Congrès demandent à l’administration Biden de prendre une position plus dure à l’égard de l’exécutif haïtien, plaidant pour un gouvernement de transition, le président Moïse a rejeté tous les appels à la démission arguant que son mandat se termine en février 2022. Un point de vue partagé par l’administration Biden et poussé par les lobbyistes à grand renfort de communiqués de presse, d’articles d’opinion et de réunions.
Le mois dernier, l’influent donateur démocrate Ralph Patino a enregistré son cabinet d’avocats à Coral Gables, Patino and Associates, en tant que lobbyiste au nom du gouvernement haïtien moyennant le versement de 37 000 dollars américains par mois. Selon le Miami Herald, Patino et Edmond ont signé un contrat fin février et la firme a commencé à représenter Haïti le 4 mars dernier, et son rôle consiste à consulter et à fournir des conseils stratégiques à l’ambassade d’Haïti afin de consolider une relation positive avec les États-Unis.
Les frais mensuels de Patino sont plus élevés que ce que la plupart des municipalités américaines paient pour les lobbyistes de Washington, a noté le Miami Herald. Selon des documents consultés par le quotidien floridien, le gouvernement haïtien devait verser 74 000 dollars à l’avance pour mars et avril à l’entreprise Patino and Associates.
Pour l’aider à s’occuper d’Haïti, Patino a fait appel à l’ancien ambassadeur des États-Unis en République dominicaine, James Walter Brewster Jr., en qualité de consultant à temps partiel moyennant un payement de 15 300 dollars américains. Le Miami Herald ignore s’il s’agit d’un paiement mensuel ou non.
Outre Patino et Brewster, deux autres lobbyistes influents ont également été sollicités par le Latin America Advisory Group, basé à Miami, qui a signé un contrat l’année dernière avec le gouvernement haïtien. L’entreprise a augmenté ses frais mensuels de 8000 dollars à 25000 dollars par mois après avoir prolongé son contrat jusqu’en janvier 2022.
Le Latin America Advisory Group a fait appel à Carlos Suarez, un partenaire de Continental Strategy of Coral Gables, et au conseiller démocrate en matière de collecte de fonds et de célébrités basé à Los Angeles, Ronald Eric Baldwin, pour aider aux efforts de lobbying au nom d’Haïti, selon les documents déposés.
Suarez a déclaré du Miami Herald que son rôle était limité à utiliser ses contacts pour s’assurer que des élections libres et équitables ont lieu en Haïti et «pour s’assurer que des informations exactes sont fournies et non par ouï-dire».
«Je ne suis pas un lobbyiste professionnel. Mon lien avec Haïti est assez personnel», a déclaré Baldwin, ancien directeur exécutif pendant près de quatre ans à Port-au-Prince de la J / P Haitian Relief Organization mise sur pied par l’acteur Sean Penn après le tremblement de terre dévastateur de 2010. Baldwin a décidé de s’impliquer en Haïti après avoir regardé l’audition de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants le 12 mars sur la crise actuelle du pays.
Carlos Suarez est un ancien administrateur adjoint par intérim pour l’Amérique latine et les Caraïbes à l’Agence américaine pour le développement international. Lui et Baldwin sont chacun payés 7 000 dollars par mois. Suarez a précédemment occupé le poste de chef de cabinet de l’ancien ambassadeur des États-Unis auprès de l’Organisation des États américains, Carlos Trujillo, qui est également son associé au sein du cabinet et n’est pas impliqué dans le dossier.
Damian Merlo, le fondateur de Latin America Advisory Group, a déclaré qu’il avait décidé d’augmenter son équipe avec Suarez et Baldwin en raison de leur connaissance du pays.
«J’ai travaillé en Haïti pendant près de 10 ans … et j’ai fait partie de l’équipe de campagne de Moïse, et je travaille pour mieux informer les décideurs américains sur la situation en Haïti et pour travailler à un référendum constitutionnel bien nécessaire et encore plus présidentiel, élections législatives et locales », a déclaré Merlo, confirmant que Trujillo n’est pas impliqué dans le dossier.
Johanna LeBlanc détient également un contrat de lobbying pour le compte du gouvernement haïtien. Dans un document datant de mars 2019, LeBlanc a déclaré qu’elle recevait 5 000 dollars par mois pour interagir avec les responsables gouvernementaux des «États-Unis» et des entités publiques afin de promouvoir les intérêts de l’État d’Haïti et de ses citoyens aux États-Unis. »
LeBlanc n’a répondu ni à un SMS ni à un e-mail du Miami Herald lui demandant un commentaire.
Fulton Armstrong, un expert d’Haïti et professeur principal au Center for Latin American and Latino Studies, a surtout retenu la réticence apparente de l’administration Biden à proposer une nouvelle stratégie vis-à-vis de la situation compliquée d’Haïti. Dans ce contexte, a admis l’expert, les efforts de lobbying du gouvernement haïtien peuvent tout simplement fonctionner.
«Vous avez une administration qui n’est pas bien informée, pas bien engagée; n’a pas de hauts fonctionnaires ayant une expérience en Haïti, n’a pas de secrétaire d’État adjoint principal pour l’Amérique latine et l’intérimaire ne connaît pas ces problèmes », a déclaré Armstrong.