La lutte contre les inégalités commence dans les rues, pas à Davos

0
95

Jenny Ricks, Al Jazeera, 21 janvier 2020

Soyons francs, le Forum économique mondial (WEF) qui se tiendra à Davos ce mois-ci ne résoudra pas la crise des inégalités parce que ses participants – les 1% ultra-riches et puissants – sont les principaux bénéficiaires du système qui ravage la planète et écarte les 99 pour cent.

Nous n’avons pas besoin de chercher loin pour savoir à quel point les inégalités nous font du mal. À l’échelle mondiale, les inégalités détruisent la vie de la majorité de la population mondiale, tandis que la richesse des plus riches continue de monter en flèche. Nous vivons vraiment dans une crise d’inégalité.

Aux États-Unis, alors que l’homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, gémit qu’il ne sait pas comment dépenser sa vaste richesse et parle de colonisation de la lune, sa société Amazon a bénéficié d’une remise fiscale de 129 millions de dollars en plus de payer zéro impôt fédéral sur le revenu en 2019. La majorité des Américains se débattant de chèque de paie à chèque de paie, cela draine de l’argent qui aurait pu être dépensé pour les services sociaux, les soins de santé et l’éducation. Et ce remboursement d’impôt ne garantit certainement pas aux employés d’Amazon un salaire et des conditions de travail décents.

L’urgence climatique nous montre le problème des inégalités dans son ensemble – nous sacrifions la vie de millions de personnes, principalement les plus pauvres et ceux qui vivent dans les pays en développement, afin que les grandes entreprises polluantes continuent de piller notre planète. Alors que l’Australie brûle et que l’Indonésie est aux prises avec des inondations historiques, leurs gouvernements se démènent pour nier la science et défendre l’industrie des combustibles fossiles.

Nos sociétés sont enracinées dans le patriarcat, le racisme et de nombreuses autres formes de discrimination. Les femmes, en particulier les femmes de couleur , sont les plus durement touchées par la montée des inégalités: ce sont les travailleurs les plus précaires, elles souffrent le plus des coupes dans les services publics et une grande partie de leur travail, rémunéré et non rémunéré, n’est pas reconnu et récompensé . Nos démocraties se corrodent alors que le pouvoir et la richesse se concentrent de moins en moins.

Bien qu’il soit plus facile de penser que la richesse croissante des élites, le patriarcat, le racisme et l’urgence climatique sont des problèmes distincts que nous devons résoudre indépendamment, la vérité est qu’ils proviennent tous du système économique néolibéral qui est truqué par et pour le 1%. . L’inégalité n’est pas seulement un défaut du système, elle est au cœur de sa conception.

L’avidité illimitée de l’élite pour la richesse et le pouvoir fait des ravages sur la planète et sur l’humanité elle-même. Les droits de l’homme ne survivront pas si l’inégalité se poursuit sans relâche.

De nombreux journalistes et commentateurs ont surnommé 2019 « l’année de la protestation ». Nous avons assisté à une vague d’actions de protestation de la part des personnes les plus touchées par les inégalités au quotidien, ainsi qu’à un mouvement grandissant pour la justice climatique.

Collectivement, les gens protestent et écrivent une nouvelle histoire où notre avenir ne sera pas à gagner. Différentes questions ont fourni un point de basculement. Au Chili, les protestations massives ont été déclenchées par une hausse des prix du métro  En France, le déclencheur a été à la hausse des prix du carburant. Au Liban, c’était une nouvelle taxe WhatsApp .

Partout dans le monde, les jeunes sont descendus dans la rue pour sauver la planète d’un changement climatique catastrophique parce que les générations plus âgées ne l’ont pas fait. Mais ces protestations se sont également répandues dans la société car les gens ont lié leurs griefs au fait que le changement doit être systémique, et pas seulement des réformes mineures.

Et si quelqu’un pensait que l’énergie et les exigences de 2019 seraient terminées dans cette nouvelle décennie, ils avaient tort. En janvier, alors que les bouteilles de champagne éclatent à Davos, une mobilisation massive des rues devrait avoir lieu dans plus de 30 pays, dont le Royaume-Uni, les Philippines, la Zambie, le Kenya, l’Inde, le Zimbabwe, le Pakistan, l’Afrique du Sud et le Mexique. La manifestation mondiale coordonnée verra divers mouvements se soulever contre les causes profondes des inégalités.

Les solutions à l’inégalité et aux autres crises qu’elle engendre ne proviendront pas des montagnes glacées de Davos, mais des rues chaudes et bondées de Santiago, Beyrouth et Manille. Nous allons descendre dans la rue avec nos demandes pour de meilleurs services sociaux, la justice climatique, le salaire minimum vital, la protection de notre démocratie, les droits LGBTQIA +, l’égalité des sexes et la justice économique. Et oui, nous demandons plus d’impôts pour les goûts de Jeff Bezos. Il est temps de facturer aux milliardaires tout le chaos et la destruction que leur quête de richesse sans fin a causés.

Lorsque les riches, au moins certains d’entre eux , demandent que leur richesse soit davantage imposée, nous savons que les inégalités sont incontrôlables. La bonne volonté des ultra-riches peut sembler une bonne nouvelle, mais les inégalités ne seront pas résolues par les personnes les plus riches et les plus puissantes. Et il serait naïf de penser que les promesses des gouvernements et des institutions mondiales et les engagements caritatifs des ultra-riches nous sortiront de cette crise. Et c’est à cela que sert le WEF. En fait, dans sa 50e année, le WEF est l’incarnation de la duplicité. Son temps est révolu.

Le changement sera gagné dans les rues. Nous assistons maintenant à un rééquilibrage du pouvoir initié par le peuple. Les grandes manifestations de 2019 ont été une source d’inspiration et une toile de fond pour les actions que nous entreprendrons pour cette nouvelle année et le reste de la décennie.

Les gens se rassemblent et agissent avec hâte et urgence pour proposer leurs solutions à la crise. Nous comprenons maintenant que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans nos sociétés à travers le monde sont enracinés dans le même problème auquel nous sommes confrontés à l’échelle mondiale – l’inégalité. Nous lions les armes pour créer un avenir progressiste où nos vies ne seront pas jetées au profit de ceux au pouvoir.