La migration en Amérique centrale et l’impérialisme américain

0
191
Honduran migrants heading in a caravan to the US, remove a barrier at the Guatemala-Mexico international border bridge in Ciudad Hidalgo, Chiapas state, Mexico, on October 19, 2018. - Honduran migrants who have made their way through Central America were gathering at Guatemala's northern border with Mexico on Friday, despite President Donald Trump's threat to deploy the military to stop them entering the United States. (Photo by Pedro Pardo / AFP)

Ce serait bien si le gouvernement américain reconnaissait que son ingérence impérialiste en Amérique centrale a poussé des millions de personnes à fuir vers les États-Unis. Au lieu de cela, Kamala Harris est allée au Guatemala cette semaine et a eu le culot de dire aux migrants potentiels : « Ne venez pas ».

Lorsque nous avons entendu parler pour la première fois du plan de la vice-présidente Kamala Harris pour s’attaquer aux « causes profondes » de la migration en Amérique centrale et au Mexique, nous avons pensé qu’elle pourrait en fait s’intéresser à l’histoire de l’empire américain dans la région. Plutôt que d’utiliser son voyage en Amérique centrale comme une simple séance de photos, peut-être reconnaîtrait -elle le rôle des États-Unis dans son passé troublé et ses répercussions dans le présent. 

Mais, alors que nous applaudissons les efforts visant à mettre fin à la traite des êtres humains et à endiguer la corruption, est-ce que quelqu’un pense que cela s’attaque aux causes profondes de l’immigration ? Est-ce que quelqu’un croit que la promotion du « développement économique » en augmentant la présence d’entreprises étrangères en Amérique centrale ralentira l’immigration ? Quelqu’un pense-t-il que le fait de déclarer impitoyablement « Ne venez pas » améliorera le sort des migrants potentiels ?

Plutôt que de s’attaquer aux causes profondes, le gouvernement américain continue de considérer l’Amérique centrale comme une source de main-d’œuvre bon marché, un exportateur de matières premières et une opportunité d’investissement pour des entreprises comme Nestlé . Pourtant, le bilan de Nestlé en Asie du Sud est tout aussi déplorable que celui de United Fruit Company en Amérique centrale. Les deux ont formé des relations néocoloniales qui ont asservi les populations locales, généré des hiérarchies raciales et de genre, fomenté des coups d’État et subverti la démocratie et la souveraineté. Au lieu de s’écarter du passé, l’approche de Harris le répète, renforçant le pouvoir des élites dirigeantes et des entreprises de faire ce qu’elles souhaitent.

Des réseaux de migration du Mexique et d’Amérique centrale vers les États-Unis ont émergé parallèlement à l’ouverture d’opérations d’entreprises américaines dans la région. Ces sociétés – la Rosario Mining Company dans les années 1850, la United Fruit and Standard Fruit Company dans les années 1890, la Cananea Mining Company dans les années 1900 – ont construit des « zones américaines », ont introduit des systèmes de travail stratifiés racialement et ont créé des citoyens de seconde classe. Les industries extractives se sont emparées des ressources naturelles sur les terres autochtones et afro-autochtones. La répression, les disparitions, la torture et le meurtre de civils et de paysans ont suivi.

Harris ne s’est pas rendu au Honduras ou au Salvador, deux pays dont des milliers de personnes ont fui ces dernières années. Mais, à ce jour, les États-Unis versent de l’argent dans la «sécurité» et les initiatives économiques qui militarisent le pays et ne profitent qu’aux riches. Le règne corrompu et lié au trafic de drogue du président hondurien Juan Orlando Hernández qui a dévasté le pays a été rendu possible par un coup d’État de 2009 soutenu par les États-Unis. El Salvador – dirigé par Nayib Bukele , un néolibéral méprisant la démocratie – ne s’est pas encore remis de l’intervention américaine des années 1970 aux années 80, qui a engendré le meurtre de quatre-vingt mille civils et forcé des milliers d’autres à fuir. 

L’idée que la migration forcée peut désormais être ralentie en ouvrant une usine Nestlé ou en permettant aux investisseurs de construire des zones dites de libre-échange ou en promouvant une autre industrie extractive suppose que cela a toujours été un bon modèle pour l’Amérique centrale. Peu importe à quel point il s’habille de la politique bienfaisante des démocrates, ce n’est toujours pas la réponse. 

Harris a raison de dire que « la plupart des gens ne veulent pas quitter la maison ». Mais recycler les politiques du passé sans s’attaquer aux causes profondes de la crise en Amérique centrale et au Mexique garantit que les gens continueront à venir aux États-Unis en désespoir de cause. 

Nous n’avons pas besoin de plus d’actions secrètes et de coups d’État. Nous n’avons pas besoin de plus d’intervention dans les élections ou de soutien aux narco-dictateurs ou aux guerres de drogue militarisées. Nous devons, comme Ella Baker nous l’a déjà encouragé, nous attaquer à la cause profonde et la comprendre . Et cela commence avec l’empire américain.