La « science économique » au service du néolibéralisme

0
136

Les co-lauréats du prix Nobel 2019 en économie représentent un nouveau courant de pensée néolibérale

Aparna Gopalan, The Nation, 15 janvier 2020

En 1974, l’économiste néolibéral autrichien Friedrich Hayek a reçu le nouveau prix Sveriges Riksbank en sciences économiques à la mémoire d’Alfred Nobel. Dans son discours d’acceptation, Hayek a déclaré sans ambages : « Si j’avais été consulté pour établir un prix Nobel d’économie, j’aurais dû en déconseiller décidément. » Un tel prix, selon lui, « confère à un individu une autorité que, en économie, aucun homme ne devrait posséder. » Les économistes sont différents des physiciens ou des chimistes en ce qu’ils exercent un pouvoir énorme sur les laïcs sans être soumis à presque aucune responsabilité démocratique. Leur accorder une adulation irréfléchie, comme même Hayek l’a réalisé, serait une chose dangereuse. Même si les mises en garde de Hayek contre l’autorité des économistes étaient fondées sur sa conviction que les marchés sont « inconnaissables » et qu’il vaut donc mieux ne pas les réglementer, les mises en garde elles-mêmes méritent d’être écoutées, mais sont restées lettre morte. Depuis les années 1970, les économistes ont connu un succès inégalé en s’établissant comme des autorités incontestables : « Il faudrait regarder l’histoire des religions pour trouver quoi que ce soit de semblable », note pertinemment David Graeber, dans un essai récent dans la New York Review of Books.

Toute cette confiance dans les économistes — et leur conviction de longue date que la croissance, même inégale, est bonne — nous a aidés à atteindre des niveaux historiques d’inégalité, une crise mondiale de sous-emploi chronique et de chômage (en particulier chez les jeunes) et, malgré beaucoup de fausses publicités, une augmentation de la pauvreté mondiale documentée par des universitaires tels que Sanjay Reddy, Camelia Minoiu, Arjun Jayadev et Rahul Lahoti.

Pourtant, les efforts des économistes pour se faire passer pour les scientifiques se poursuivent. Prenez les économistes du développement Abhijit Banerjee et Esther Duflo — deux des lauréats du prix Nobel 2019 — qui commencent leur nouveau livre, Good Economics for Hard Times, en déplorant que les économistes soient parmi les experts les moins fiables des deux côtés de l’Atlantique, battant même les météorologues.

Les nouveaux lauréats ne voient naturellement pas cela comme une évolution positive : ils invoquent le terme « déficit de confiance » pour discuter de la manière de corriger la désillusion du public. L’appel à la « confiance » intervient à un moment où, après 2008, de plus en plus de gens voient que l’économie n’est pas une science. Contrairement aux particules et aux forces, les « économies » et les « marchés » sont créés par les gens. Les économistes créent les systèmes qu’ils prétendent simplement décrire. Leurs recherches avancent leurs propres réponses, souvent pro-riches, aux questions politiques et morales de « Comment devons-nous répartir le pouvoir et les ressources ? », alors qu’elles ne visent qu’à expliquer la question technique « Comment fonctionne l’économie ? ». Des choses, les gens s’en rendent compte, peuvent être autrement.

Mais alors même que la confiance dans les économistes commence à être remise en question en Occident, en ce qui concerne le « monde en développement », de nombreux économistes continuent de jouir de la liberté. Les lauréats du prix Nobel 2019 en sont un exemple. Loin d’être assaillis par la méfiance dont ils s’inquiètent dans leur nouveau livre, Banerjee et Duflo surfent sur une vague de profils sur RPN et des réunions avec de premiers ministres. Leur travail, croisant la science et l’humanitarisme — vous pourriez même appeler cela une tentative de « sauver » les pauvres noirs et bruns — a été un succès instantané auprès des libéraux occidentaux. Et même si la politique de lutte contre la pauvreté en Occident devient, quoique lentement, une question politique liée au pouvoir et aux inégalités, la pauvreté dans les pays du Sud continue de se voir traitée comme une question scientifique, exigeant des données et de la déférence plutôt que de la démocratie et de la dissidence.

La pauvreté dans les pays du Sud a toujours été une question politique, liée à la fois à l’argent et au pouvoir. Pour ne prendre qu’un exemple, depuis les années 80, le FMI et la Banque mondiale, conseillés par des économistes et des banquiers, ont mis en œuvre des politiques d’ajustement structurel (PAS) dévastatrices dans les pays du Sud, en vertu desquelles des pays sur le point de ne pas rembourser leurs prêts (non remboursables) étaient offert un refinancement de la dette, sujet à de multiples conditions. Pour obtenir de nouveaux prêts, les pays ont dû démanteler les dépenses publiques, privatiser les services publics essentiels et supprimer les protections commerciales pour les entreprises nationales. Grâce aux PAS, la pauvreté et les inégalités ont augmenté de façon spectaculaire dans le Sud global à la fin du 20e siècle. Depuis 1981, on estime que la population pauvre du monde a augmenté d’un milliard, un chiffre que l’anthropologue Jason Hickel de la London School of Economics nous rappelle représente trois fois la taille de la population américaine.

Les PAS ont fait face à des décennies de protestations intenses de la part des pauvres des pays du Sud, à tel point que depuis la fin des années 1990, ils ont dû être rebaptisés « Documents de stratégie de réduction de la pauvreté » ou DSRPs. Celles-ci ne font que poursuivre la privatisation et l’austérité sous un nom différent. « La force du nouveau consensus », comme le notent David Craig et Doug Porter, « était évidente dans le fait que [le FMI et la Banque mondiale] avaient à peine discuté de l’efficacité de l’orthodoxie néolibérale qui sous-tendait le marché. » Au lieu de cela, depuis 2000, des projets insidieux de privatisation et de plaidoyer en faveur des riches ont été menés non pas par des attaques macroéconomiques directes, mais plutôt en intervenant dans les « rubriques d’organisation et les moyens techniques » de la prestation de services.

Les lauréats 2019 sont un produit de leur temps. Plutôt que de prêcher ouvertement l’intégrisme du marché, les lauréats ignorent la dévastation causée par les processus coloniaux et néocoloniaux comme les PAS, retirent discrètement la question du rétablissement des budgets publics et jettent les bases d’une privatisation, d’une déréglementation et d’un financement supplémentaire à tous les niveaux de l’économie.

Plus impressionnant, ils donnent à leur travail un aspect apolitique, voire carrément bienveillant, parallèlement à la capacité de la Banque mondiale à adopter un placage toujours plus favorable aux pauvres tout en préconisant des politiques toujours plus favorables aux riches. Les économistes du développement, qui semblent intrinsèquement plus nobles et plus libéraux que leurs homologues macroéconomistes qui induisent des crises financières, pourraient en fait être plus dangereux pour les pauvres du monde. Si l’injustice de la pauvreté dans le monde doit être contestée, leur travail mérite un examen approfondi, et non une célébration sans critique.

Abhijit Banerjee reconnaît que le Nobel 2019 a été une victoire non pas pour les chercheurs individuels, mais aussi pour leur « mouvement » plus large d’utilisation de la « méthode expérimentale » en économie du développement. S’inspirant des essais contrôlés randomisés (ECR) — des expériences en laboratoire utilisées dans les domaines de la médecine et de la santé publique — les randomistas (comme les partisans du mouvement de Banerjee sont appelés) ont commencé à traiter la vie des plus pauvres comme un laboratoire géant à ciel ouvert. Au lieu d’étudier des initiatives déjà existantes pour comprendre ce qui réduit la pauvreté, les randomistas ont présenté leurs propres interventions à des groupes de pauvres choisis au hasard. Un groupe pourrait recevoir gratuitement des moustiquaires anti-paludisme et un autre à 75% de réduction, par exemple ; les deux seraient ensuite comparés pour vérifier l’impact du prix sur l’utilisation de la moustiquaire. Le moins cher que c’était d’aider les pauvres, selon la sagesse randomista, plus on pouvait aider les gens.

Banerjee et Duflo ont affirmé que les économistes randomista poursuivent une simple réparation technique dépourvue de toute idéologie — un peu comme la façon dont les plombiers pourraient réparer un drain obstrué, ou les ingénieurs pourraient construire une passerelle. Mais de nombreux économistes ne sont pas d’accord. Le travail des randomistas est entaché d’hypothèses méthodologiques, éthiques et politiques qui ne respectent aucune loi de la physique. Les résultats des ECR du Kenya s’appliquent-ils à l’Inde ? Qu’est-ce qui donne aux économistes l’autorisation d’utiliser les pauvres comme cobayes ?

Quinze experts du développement, dont trois anciens lauréats du prix Nobel, ont dénoncé publiquement dans The Guardian en 2018 les méthodes randomista, reconnaissant que les ECR en cours de développement ignorent les causes profondes de la pauvreté, réduisent excessivement la taille du problème et se concentrent uniquement sur les problèmes de comportement, faisant de la pauvreté un problème de mauvais choix.

La critique vigoureuse est nécessaire et doit être étendue. La nouvelle économie du développement ignore non seulement les déterminants structurels, mais favorise également l’austérité comme solution à l’austérité existante, faisant des inégalités plus capitalistes la solution à la pauvreté dans le Sud.

Prenons un exemple : les travaux des lauréats 2019 sur l’éducation. La question avec laquelle ils ont commencé était : en Inde, au Kenya, les enfants apprennent-ils à l’école ? La réponse a été un « non » retentissant qui a conduit à la question suivante : pourquoi ?

Confrontés à des parents sans instruction, à des classes de grande taille, à l’absentéisme des enseignants, au manque de manuels et à l’absence de repas de midi, les lauréats ont décidé de choisir parmi ces problèmes au lieu de les additionner. Quel était le problème ? Manques de manuels ou repas de midi manquants ? Il s’est avéré que le problème venait des enseignants. Les résultats des tests se sont améliorés lorsque les enfants pauvres ont suivi des cours de rattrapage après l’école dispensés par des travailleurs d’ONG « paraprofessionnels » ; lorsqu’ils jouaient à des jeux informatiques éducatifs gérés également par des travailleurs d’ONG ; lorsque les chercheurs ont embauché des enseignants contractuels qui étaient beaucoup plus « motivés » (lire : désespérés grâce à un emploi précaire) que leurs homologues titulaires ; et lorsque les chercheurs ont installé des caméras dans les écoles et ont commencé à retenir la paie pour chaque jour que manquaient les enseignants permanents.

Tout cela masque le fait simple que — selon les calculs que j’ai effectués dans le cadre de la recherche doctorale à Harvard — l’Inde dépense 0,3% de son PNB par habitant pour chaque enfant. En comparaison, les États-Unis dépensent 26%. De nombreux essais contrôlés randomisés existants sont biaisés dès le départ, car ils omettent cette variable la plus significative en dehors du cadre de mesure. Même au sein de la méthode ECR, il pourrait y avoir de la place pour poser de meilleures questions. Pourquoi ne pas offrir à une école choisie au hasard des fonds publics suffisants et la comparer avec une école sous-financée ? Pourquoi ne pas essayer d’augmenter les salaires des enseignants ou de sécuriser leur emploi ? Pourquoi ne pas améliorer les programmes de certification des enseignants et relever les normes ?

Au lieu de cela, la stratégie des lauréats tente d’amener une école pauvre à produire les mêmes résultats éducatifs qu’une école bien financée, mais sans financement. En fait, toutes les solutions impliquent en fait de nouvelles coupes dans les budgets déjà décevants des écoles publiques : une baisse des salaires des enseignants et une réduction du personnel enseignant permanent. Leurs « petites solutions » ont non seulement absous le gouvernement de sa responsabilité et ne parviennent pas à résoudre les problèmes politiques au cœur du problème, mais elles ont également tendance à aggraver ces problèmes en plaidant pour de nouvelles privatisations et déréglementations.

Par exemple, Abhijit Banerjee a suggéré que la solution à la crise en soins de santé en Inde pourrait résider dans la légalisation des praticiens non formés (charlatans) en utilisant « un test simple qui permet au gouvernement de certifier ces praticiens comme travailleurs auxiliaires en santé. » Ceci est encore un autre rapport coût-efficacité, une stratégie réglementaire qui permet de nouvelles réductions des budgets de la santé.

Le travail des lauréats répond de la même manière à des problèmes allant de la faim au crédit, non seulement en ignorant les déterminants structurels de la pauvreté, mais en défendant activement le financement public et en faisant progresser les marchés non réglementés comme solutions de développement. Dans ce contexte, d’autres ECR en Inde cherchant à amener les travailleurs à salaire journalier à accepter des salaires inférieurs apparaissent non pas comme des aberrations, mais comme des aboutissements logiques de la tendance dangereuse initiée par les lauréats 2019 admirés et leurs partisans.

Dans un article révélateur de 2006 dans la Boston Review, Abhijit Banerjee a classé les interventions potentielles pour augmenter la fréquentation scolaire en fonction de leurs étiquettes de prix : vermifuge (coûte 3,25 $ par enfant et par an), repas scolaires (35 $), uniformes (100 $), transferts en espèces aux familles (6 000 $). « Choisir la mauvaise option », note-t-il sombrement, « peut, en fin de compte, être très coûteux. » Pour Banerjee, le « coût » ici ne fait absolument pas référence aux enfants qui ont des vers dans le ventre ou qui ont faim ; il fait plutôt référence à l’argent supplémentaire que les donateurs pourraient finir par payer si le « mauvais » choix était fait entre vermifugation, repas, uniformes et revenus familiaux.

Pendant ce temps, les lauréats vivent à Cambridge, dans le Massachusetts, une ville dont le système scolaire public dépense au total 28 000 $ par élève par an. Les enseignants de ces écoles se présentent toujours. Ils sont non seulement titulaires, mais aussi syndiqués. Les élèves vont à l’école et apprennent invariablement à lire et à écrire. Il y a des infirmières scolaires, des nutritionnistes, des conseillers, des entraîneurs sportifs, une cafétéria et du savon dans les toilettes. Le succès des écoles publiques de Cambridge n’a pas à être un mystère : c’est parce qu’elles sont financées et réglementées (et fonctionnent en tandem avec un régime de biens publics plus large) que les résultats sont bons.

Si le sens de la causalité n’est pas clair, essayez (comme le suggèrent les conservateurs) de réduire les budgets des écoles publiques de Cambridge de 99%. Les résultats des tests chuteront. Des enseignants bien formés et des élèves plus riches partiront pour des écoles privées. Des enseignants sous-formés seront embauchés et cesseront de venir en classe. Imaginez si, pour répondre à cette crise, les économistes recommandaient de mettre des écoliers de Cambridge dans des cours de rattrapage après l’école avec une ONG, d’installer des caméras pour surveiller les enseignants permanents, de retenir leur salaire s’ils n’étaient pas en classe et de remplacer les enseignants permanents par des temporaires « plus motivés », tout en diminuant encore le 1% du budget de l’éducation publique et en abandonnant le système scolaire public aux bénévoles de Teach for America.

Si un économiste recommandait de supprimer du personnel permanent dans les écoles publiques des États-Unis, il serait considéré comme demandant de privatiser un bien public. Certaines personnes, principalement des conservateurs et des riches, seraient sûrement pour cela, mais beaucoup ne le feraient pas : il suffit de regarder le débat transatlantique en cours sur le sort des soins de santé publics. Mais parce que c’est l’Inde, parce que c’est le Kenya, et parce que c’est du « développement », peu de gens peuvent identifier le programme politique de l’économiste. C’est comme si dans les pays du Sud, il n’y avait ni droite ni gauche, seulement l’avant scientifique neutre.

Les pays du Sud sont régulièrement transformés en exceptions politiques. Par exemple, même si les ECR des lauréats de 2019 ont ignoré à plusieurs reprises les contextes locaux lors de l’extension des expériences, leur travail n’a jamais tenté de violer la spécificité du lieu du « monde développé ».  S’ils voulaient étendre n’importe quel modèle qui montre un bon bilan, pourquoi ne pas étendre Cambridge à l’Inde ?

Il est hypocrite de siéger à Cambridge, de profiter de son régime relativement solide de biens publics et d’agir comme des biens publics n’ont rien à voir avec le bien-être des Indiens et des Kenyans. Les riches n’ont jamais été expérimentés par des économistes pour devenir riches, et aucun ECR n’a été mené à Cambridge avant de décider de dépenser 28 000 $ par étudiant et par an. Ce ne sont pas des questions de science qui doivent être laissées aux experts. Ce sont des questions politiques qui nécessitent des solutions politiques — même dans les pays du Sud.

Les gens ordinaires le comprennent de plus en plus, mais de nombreux économistes ne le comprennent pas. Dans un profil juvénile d’Esther Duflo en 2010, l’économiste française est photographiée avec les pauvres agriculteurs rwandais dont elle prétend d’améliorer la vie. Comme si poser pour une séance photo de sauveur blanc n’était pas assez condescendant, la photo est accompagnée d’un article dans lequel Duflo soutient : « La plupart des gens qui ne sont pas économistes ne comprennent pas. Ils n’ont pas l’idée qu’il y a des contraintes budgétaires. »

Mais s’il y a une chose que les travailleurs du monde entier peuvent comprendre, ce sont les contraintes budgétaires. Ce qu’ils comprennent également, c’est l’hypocrisie et l’injustice de ces contraintes, qui leur sont appliquées, mais qui ne sont pas pour les milliardaires ou le FMI. Dans les rues du monde entier, les gens rejettent l’austérité dirigée par le FMI et le fanatisme du marché et demandent la réparation des inégalités de longue date. Les organisations de développement se joignent à elles, reconnaissant que le fait d’être libéraux au pays et capitalistes à l’étranger ne résoudra pas la pauvreté. Oxfam a notamment adopté la position sans équivoque selon laquelle la pauvreté dans les pays du Sud sera résolue de la même manière que dans les pays du Nord : taxation progressive, financement public des services de base et protection des travailleurs.

Le message est clair : une bonne économie n’est pas la science de fusée pour ceux qui ont une compréhension de l’injustice structurelle et une boussole morale. Il est temps de cesser de déléguer notre réflexion sur la pauvreté à des économistes du développement apparemment bienveillants, en particulier à ceux qui semblent n’avoir ni l’un ni l’autre.

Aparna Gopalan est écrivaine et éducatrice et poursuit son doctorat à l’Université Harvard. Ses recherches portent sur la reproduction des inégalités et de la pauvreté dans l’Inde rurale.