Le Canada dans le monde : le cancre de la classe

0
147

r Hunter McGill et Lauchlan T. Munro, Groupe McLeod, 22 juin 2020

À la grande surprise de personne, le Canada n’a remporté aucun siège au Conseil de sécurité des Nations Unies pour le mandat 2021-2022, perdant face à la Norvège et à l’Irlande. Une vague d’appels téléphoniques du Premier ministre, des visites de ministres, et même l’annonce une semaine avant le vote de 16,5 millions de dollars de nouveaux fonds d’aide aux femmes touchées par le COVID-19 et l’insécurité alimentaire n’ont pas réussi à sceller l’accord.

L’Irlande et la Norvège ont des antécédents notables en matière de coopération au développement et de soutien aux activités de maintien et de consolidation de la paix des Nations Unies. Les deux pays ont affiché une cohérence dans leur objectif à long terme, tandis que les priorités constamment changeantes du Canada ont miné sa crédibilité. L’Irlande et la Norvège ont commencé leurs campagnes respectives des années plus tôt que le Canada et, nous disent les initiés, elles étaient tout simplement mieux préparées.

Pour ce qui est des résultats obtenus par les pays candidats, l’aide publique au développement (APD) du Canada en pourcentage du revenu national brut (RNB) n’était que de 0,27% l’an dernier. En comparaison , la Norvège a atteint 1,02%; même l’Irlande, un pays à peine remis d’une grave récession en 2008-2012, se situait à 0,31%. Comme l’a déclaré le Comité d’aide au développement de l’OCDE en 2018, «le volume global de l’aide du Canada n’a pas augmenté de façon significative depuis le dernier examen par les pairs (en 2012). Avec la croissance de son économie, la part de son volume d’aide dans l’économie globale (APD / RNB) a diminué. Les augmentations actuelles annoncées par le Canada de l’APD ne la ramèneront pas au niveau 2012 de l’APD / RNB de 0,31%. »

Pour ceux qui sont toujours intéressés par l’aide, le Canada se distingue principalement par les volumes médiocres d’aide qu’il fournit. Au cours des trois dernières décennies, les priorités, les modalités et les pays de concentration de notre programme d’aide ont changé très fréquemment. Nos élites politiques et bureaucratiques semblent incapables de fixer un cap et de s’y tenir. Une telle incohérence est remarquée par les gouvernements étrangers, qui rejettent ensuite les déclarations canadiennes en conséquence.

Hélas, la politique d’aide internationale féministe tant vantée du gouvernement Trudeau ( FIAP ) n’est que la dernière d’une longue parade des priorités de l’aide canadienne, et il est peu probable qu’elle survive à une future victoire conservatrice. Et, comme le Groupe McLeod l’a déjà fait remarquer , la FIAP doit s’accompagner d’une augmentation significative des ressources pour atteindre ses objectifs. Mais il n’y a aucune preuve de cela dans les budgets du gouvernement libéral depuis 2015 et encore une fois, le reste du monde en a pris note.

Aussi importantes que le niveau d’aide, les autres contributions du Canada ont souvent été modestes, tout en étant annoncées à haute voix.

Prenez le «retour» tant vanté du Canada au maintien de la paix, promis par le gouvernement Trudeau lors des élections de 2015. Au 31 mars 2020, il n’y avait que 41 Canadiens dans les opérations de maintien de la paix de l’ ONU , marquant une baisse historique. L’Irlande, un pays qui compte un septième de notre population, en comptait 523. En fait, le Canada n’a pas eu plus de 200 Casques bleus sur le terrain depuis 2005 et n’a pas touché 1 000 depuis 1997. Le retour au maintien de la paix a porté le Canada à un sommet de seulement 181 Casques bleus des Nations Unies en 2018, lors du bref déploiement du personnel des Forces canadiennes au Mali. La mission au Mali n’était pas les bottes proverbiales au sol mais six hélicoptères et les équipages aériens et terrestres associés. D’autres pays peuvent voir à quel point le Canada est timide.

Dans d’autres aspects de la paix et de la sécurité internationales, l’Irlande et la Norvège ont fourni un leadership important dans la médiation et les conseils sur des négociations de paix complexes, par exemple au Sri Lanka et en Palestine, opérant souvent sous le radar proverbial. Un tel professionnalisme discret est apprécié, d’autant plus qu’il est rarement accompagné de la rhétorique d’auto-félicitation qu’Ottawa officielle est si habile à produire. Alors que le Canada se considère comme un honnête courtier, d’autres ne nous voient plus de cette façon. Plus particulièrement, notre réticence à critiquer Israël a été notée par les 55 États membres de l’ Organisation de coopération islamique.

En ce qui concerne le changement climatique, un sujet qui tient à cœur à 38 petits États insulaires en développement, entre autres, aucun des trois candidats n’était idéal. Le Canada, l’Irlande et la Norvège sont d’importants producteurs et consommateurs de combustibles fossiles, par exemple. Mais la contradiction au cœur des politiques énergétiques et environnementales du gouvernement Trudeau – nous voulons être verts mais aussi posséder et construire des pipelines – est de notoriété publique partout dans le monde. Le gouvernement irlandais, quant à lui, a annoncé la fin du forage pétrolier offshore, avec l’exploitation du gaz naturel dans les prochaines années.

Ici, comme ailleurs, les actes du Canada n’ont pas été à la hauteur de sa rhétorique, et le monde l’a remarqué. Il semble que le monde ne croit pas avoir besoin de plus de Canada.

La question, maintenant que le «prix» nous a échappé, est de savoir comment le gouvernement procédera. Le ministre des Affaires étrangères Champagne a rejeté la perte du Canada au vote des Nations Unies comme étant sans importance, affirmant qu’un siège temporaire au Conseil de sécurité n’était qu’un moyen de parvenir à ses fins, car le Premier ministre a insisté pour que le Canada poursuive ses objectifs de politique étrangère de paix, de liberté et de démocratie. et les droits de l’homme par d’autres moyens.

Il n’en demeure pas moins que le Canada n’a accordé que peu ou pas d’attention à un cadre de politique étrangère cohérent et global dans lequel se situent la coopération au développement, le commerce, la diplomatie et la défense. Il y a un manque de volonté politique et de vision au sommet, entravé par un besoin soudain de se concentrer davantage sur la gestion des relations canado-américaines et par une incapacité à reconnaître à quel point la place du Canada dans le monde a changé au cours des dernières décennies. La nostalgie semble dominer la réflexion sur la politique étrangère au Cabinet du Premier ministre, une nostalgie que le reste du monde ne partage clairement pas.