Le Canada et les vaccins

0
219

Wyatt Schierman, Canadian Dimension, 26 février 2021

 

Le Canada est dans une situation étrange ces jours-ci.

Après avoir obtenu suffisamment de doses de vaccin pour couvrir chaque citoyen cinq fois, nous sommes maintenant le plus grand stockeur d’inoculations de COVID-19 au monde. Pourtant, dans le même temps, le Canada ne se classe que 42e dans le classement mondial des vaccins administrés pour 100 personnes. Selon les derniers chiffres, le Canada n’a administré que 4,5 doses pour 100 personnes, comparativement, par exemple, au Royaume-Uni à 29,03 et aux États-Unis à 20,56.

Alors qu’une majorité de gouvernements et de citoyens seraient heureux d’échanger des positions pour se trouver dans une telle «situation difficile», les Canadiens ont été beaucoup moins enthousiastes.

Selon un récent sondage mené par l’Institut Angus Reid, près de trois Canadiens sur cinq affirment maintenant que le gouvernement a «mal réussi à obtenir des doses de COVID-19 pour la population».

Cela représente une déconnexion importante et qui devrait inquiéter le gouvernement, d’autant plus que récemment, en décembre, seulement 23% des Canadiens considéraient sa stratégie d’achat de vaccins si défavorablement.

Ressentant cette pression publique, le gouvernement fédéral a décidé de s’appuyer sur un approvisionnement en vaccins contre les coronavirus de COVAX, un programme de l’Organisation mondiale de la santé conçu pour aider certains des pays les plus pauvres du monde à accéder à des vaccins plus abordables.

Alors que d’autres pays, comme la Nouvelle-Zélande et Singapour , ont également reçu des vaccins de COVAX, le Canada a remporté la distinction pour être le seul pays du G7 à puiser dans le fonds.

Il n’est pas surprenant que cette décision ait déplu à de nombreux Canadiens, en particulier les progressistes, qui étaient furieux qu’un pays aussi riche exploite davantage les pays à faible revenu – après avoir déjà accumulé des vaccins – sans augmenter sensiblement le taux de vaccination de ses propres citoyens.

Quant aux gouvernements des pays du Sud, il est difficile d’imaginer qu’ils étaient satisfaits du gouvernement canadien.

La thésaurisation des vaccins était déjà assez mauvaise. Mais maintenant plonger dans le fonds COVAX?

Cependant, tout n’est pas perdu.

Le gouvernement Trudeau a encore la possibilité de réécrire ses torts et d’améliorer sa réputation, tout en augmentant la distribution de vaccins, tant au pays qu’à l’étranger.

En octobre 2020, l’Inde et l’Afrique du Sud ont présenté une motion au Conseil de l’Organisation mondiale du commerce sur les aspects de la propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC), demandant une dérogation temporaire des droits de propriété intellectuelle sur les vaccins COVID-19. En d’autres termes, il s’agit d’une proposition visant à mettre fin à la monopolisation des connaissances médicales sur les vaccins et à permettre aux pays moins riches (contenant la plupart des populations mondiales) de produire des vaccins beaucoup plus rapidement et à un prix plus abordable.

C’est une initiative qui en vaut la peine et tous les citoyens devraient soutenir son potentiel à accroître la fabrication et l’administration de vaccins dans le monde, tout en créant une distribution plus équitable des doses.

Pour qu’elle soit adoptée, cependant, la motion exige qu’au moins 75 pour cent des pays membres la soutiennent; un défi formidable pour les gouvernements indien et sud-africain. Au cours des mois qui ont suivi, la motion a pris un élan important. Il bénéficie désormais du soutien ou de l’approbation de plus de 100 pays du Sud , ainsi que d’innombrables groupes de la société civile , comme Amnesty International et Oxfam .

Malheureusement, il y a encore beaucoup trop de pays riches dans le Nord (y compris le Canada) qui se sont opposés à cette motion, tout comme les grandes sociétés pharmaceutiques .

Pour l’industrie pharmaceutique, en particulier, ne serait-ce qu’une renonciation temporaire à certains droits de brevet est une atteinte inacceptable à l’immense concentration de richesses et à l’influence qu’ils ont accumulées au cours de la pandémie.

Pour ceux qui ont un doute persistant à ce sujet, considérez le fait que deux sociétés à elles seules, Pfizer-BioNTech et Moderna, devraient récolter des dizaines de milliards de dollars de leurs vaccins COVID-19. Ceci, même comme l’a souligné Stephen Lewis, ancien envoyé spécial des Nations Unies pour le VIH / sida en Afrique, «La grande masse de financement consacrée à la découverte, à la fabrication et à la livraison de ces vaccins provient de fonds publics.

Comme pour de nombreux pays du Nord, la plupart ne sont pas pressés de renoncer à la monopolisation des vaccins dont ils disposent actuellement. Selon une étude menée par le Duke University Global Health Institute, seulement « 16% de la population mondiale », la plupart d’entre eux originaires des pays les plus riches, « ont obtenu 60% des doses de COVID-19 disponibles ».

Avec cette immense richesse et la monopolisation des vaccins en péril, les pays riches ne veulent pas renoncer, même temporairement, aux droits de propriété intellectuelle sur les vaccins.

C’est dommage, car, comme l’ ont soutenu des défenseurs comme Akshaya Kumar , une telle dérogation a le potentiel d’augmenter considérablement la fabrication mondiale de vaccins, y compris même au Canada. Non seulement cela garantirait l’inoculation de millions d’autres personnes dans le besoin à travers le monde, mais cela contribuerait également à accélérer la reprise économique mondiale, au profit tant des Canadiens que des pauvres du monde.