Le Canada et ses amis du « big pharma »

0
294

L’Organisation mondiale du commerce (OMC) discute actuellement d’une proposition de l’Inde et de l’Afrique du Sud appelant à une dérogation à certaines règles sur les droits de propriété intellectuelle pour permettre aux pays pauvres de produire des vaccins COVID-19. Soutenue par une centaine de pays, l’initiative de déroger temporairement à certains éléments de l’Accord sur les ADPIC – un accord juridique international qui protège les brevets sur les médicaments essentiels – est contestée par Ottawa.

Fait à noter, le Canada est le pire délinquant au monde en ce qui concerne le stockage des vaccins anti COVID, ayant amassé suffisamment de vaccins pour couvrir cinq fois l’ensemble de la population canadienne. De nombreux pays pauvres disposent à peine de suffisamment de vaccins pour couvrir 10% de leur population

Le Canada,  associé aux États-Unis, à la Suisse, à l’Union européenne et à Big Pharma soutient le renforcement des droits de propriété intellectuelle (contre le marché libre) dans les forums commerciaux internationaux. Plus généralement, le Canada s’aligne généralement sur les demandes des pays les plus riches à l’OMC.

Avant la pandémie, Ottawa a coordonné une tentative de réforme de l’OMC de manière à renforcer les inégalités mondiales. En octobre 2018, le ministre du Commerce international de l’époque, Jim Carr, a créé une coalition de 13 membres de l’OMC (Japon, Australie, Brésil, Chili, Kenya, Mexique, Singapour, Nouvelle-Zélande, Corée du Sud, Norvège, Suisse et Union européenne). Le groupe s’est réuni à Ottawa au milieu de tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine et pendant que Donald Trump critiquait l’OMC. Le but de l’initiative était de trouver un accord sur la réforme de l’OMC qui pourrait plus tard être étendu à l’ensemble des membres de l’institution.

Le porte-parole du Groupe africain, l’envoyé de l’Afrique du Sud auprès de l’OMC, Xavier Carim, a critiqué le programme dirigé par le Canada. «Lorsque nous examinons ces propositions, nous les considérons comme aggravant encore le déséquilibre que nous avons», a-t- il déclaré . «Ils devraient empêcher les pays en développement de progresser.» Carim a déclaré que le Groupe africain souhaitait un plus grand espace politique pour s’industrialiser et des réformes pour lutter contre les distorsions des échanges agricoles.

Les personnes sensées devraient exiger que le vaccin COVID-19 soit accessible à tous. Après tout, le remède appartient à l’humanité, pas à une poignée de nations riches. Prenez une minute pour écrire à la ministre du Commerce international Mary Ng et au ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne pour leur dire que le Canada devrait cesser de s’opposer à la «dérogation à certaines dispositions de l’Accord sur les ADPIC pour la prévention, le confinement et le traitement du COVID-19».