Le Pérou et les possibilités de la gauche

0
138

Maristella Svampa, El Diario AR , 7 juin 2021

 

Peu de gens se souviennent qu’au Pérou dans les années 1980, la Gauche unie était l’une des expressions politiques institutionnelles les plus puissantes d’Amérique latine. Izquierda Unida était un bloc politico-électoral composé de différents mouvements et partis, qui a remporté plusieurs mairies, dont Lima, Arequipa, Cusco et Puno, devenant la deuxième force politique nationale aux élections de 1985.

Ce qui s’est passé à cette époque est bien connu. L’irruption du Sentier lumineux, un groupe armé messianique identifié au maoïsme, et le début d’une guerre civile qui allait durer près de deux décennies, finiraient par restructurer négativement le Pérou en termes politiques. Le résultat serait la violation des droits de l’homme, la mort d’un nombre important de paysans (soixante-dix mille victimes) et l’effondrement de la gauche institutionnelle. Bien que Sentier lumineux ait été complètement vaincu, les crimes contre l’humanité perpétrés principalement par les forces militaires pendant la dictature d’Alberto Fujimori (1990-2000), ont installé un nouveau seuil de violence politique, tout en ouvrant une nouvelle phase politico-économique, avec les mains néolibéralisme sauvage.

Avec le coup du terrorisme sur la nuque de plus en plus éloigné et l’impunité des forces militaires garantie, les élites dirigeantes ont réussi à installer une peur spécifique dans l’imaginaire péruvien, une sorte de déclencheur qui se réactive récursivement en temps de campagne électorale, par l’association automatique entre le communisme, le terrorisme et la gauche. Depuis, les différentes variantes de la gauche institutionnelle au Pérou sont confrontées à un double défi : d’une part, démanteler ces campagnes de peur, brutalement orchestrées par les médias dominants ; d’autre part, générer un agenda de transformation qui dépasse le néolibéralisme, capable d’aborder les secteurs subalternes de manière transversale et transrégionale, du plateau à la côte, en passant par l’Amazonie.

L’une des tentatives qui a suscité le plus d’attentes a été celle d’Ollanta Humala, président entre 2011 et 2016. En tant que candidat, Humala s’est présenté comme l’architecte de « La Grande Transformation », avec un programme nationaliste d’inclusion sociale. Cependant, dans le contexte du second tour des élections contre Keiko Fujimori, la « Grande Transformation » promise est devenue une « Feuille de route » moins inquiétante. Peu de temps après son entrée en fonction, Humala a pris un virage militariste qui a montré la continuité de « l’ordre et des investissements » ; et expulsé les représentants de la gauche du gouvernement pour former une alliance avec les secteurs du pouvoir. La répression des protestations sociales et environnementales s’est durcie. Au cours de la seule première année de gouvernement, 17 décès ont été enregistrés dans le cadre de manifestations, notamment contre des projets miniers.

En 2016, l’émergence d’une nouvelle et jeune dirigeante, Verónika Mendoza, a secoué l’échiquier politique. Mendoza est anthropologue et a commencé comme membre du Congrès à l’ère Humala (dont elle a aidé à fonder le parti). Bien qu’en 2016 elle soit arrivée troisième aux élections présidentielles et n’ait pas atteint le second tour, cette femme de Cusco, qui parle couramment le quechua (son père est péruvien quechua et sa mère est française), a installé un discours sur le changement social, également en termes d’égalité des sexes et, dans une moindre mesure, de critique de l’extractivisme. La rupture rapide du Frente Amplio, dont elle partage la direction avec Marcos Arana, combattant historique contre l’extractivisme du Minas Gerais et leader de Tierra y Libertad, a tué la possibilité de construire une gauche plus large et pluraliste qui lutterait à la fois contre le néolibéralisme et l’extractivisme. Et bien que Mendoza ait créé son propre parti, Nuevo Perú, et ait gagné en visibilité publique nationale et internationale, la vérité est que, au premier tour de ces élections de 2021, les élections du bicentenaire, elle a perdu une partie importante de son électorat, et a été laissée derrière à la cinquième place.

A sa place, la figure de Pedro Castillo, humble enseignant et dirigeant syndical, membre des patrouilles paysannes et connu pour son rôle dans les grèves des enseignants de 2017, qui a remporté 19 % des voix au premier tour en avril dernier. Castillo, originaire de la province de Cajamarca, a été invité au parti Pérou Libre , qui se revendique marxiste et mariateguiste.

Si l’on se demandait quelle sorte de gauche Castillo illustre, nous répondrions sans doute, une gauche traditionnelle, sociale et syndicale, jusqu’ici d’envergure régionale. Dans son émission « Pérou ao Bicentenario sans corruption » il y a des appels à l’ordre politique (transparence), à ​​la santé (la santé comme droit et un plan contre la pandémie de Covid 19). Le noyau dur est anti-néolibéral : relance de l’emploi et de l’économie populaire, amorce d’une seconde réforme agraire, gaz pour tous, nouvel impôt sur les bénéfices extraordinaires, entre autres. D’autre part, dans son discours, il n’y a ni revendications d’égalité des genres, ni revendications environnementales, ni de plurinationalité associée aux peuples autochtones, autant de récits des gauches intersectorielles et démocratiques du 21e siècle.

Castillo, beaucoup s’en souviennent, est un dirigeant syndical, habitué au lobbying et à la négociation, plus pragmatique qu’idéologique. Au second tour, il a tenté de prendre ses distances avec le fondateur de Perú Libre (Vladimir Cerrón, accusé de corruption) et a recherché de nouveaux soutiens, notamment auprès d’une partie du Nuevo Perú, dirigé par Mendoza.

La possibilité d’une victoire de Castillo a généré la panique parmi les élites. Comme jamais auparavant, cela a réactivé la campagne de peur à un niveau antédiluvien. Presque tous les médias se sont rangés contre le « communiste » Castillo, refusant même de diffuser ses événements ou ses rassemblements, tout en donnant une pleine couverture à sa rivale, Keiko Fujimori, qui malgré ses approbations démocratiques nulles et ses affaires judiciaires de blanchiment d’argent, est devenue ipso facto le favori des secteurs hégémoniques, au nom de la « démocratie ». Comme le souligne le chercheur Raphael Hoetmer, au niveau international, ce qui s’est passé ne peut être comparé qu’au référendum de 1988 promu par le dictateur Augusto Pinochet, qui, on le sait, a fini par se retourner contre lui.

Il ne faut pas oublier que, sous et dans les rues, le Pérou est un pays socialement très mobilisé autour de différents enjeux, comme contre l’extractivisme du Minas Gerais (il existe de nombreux mouvements sociaux et organisations et le conflit environnemental est très élevé) ; marches anti-répressives et anti-corruption, comme en témoignent les récentes manifestations de décembre 2020, avec une grande emphase sur les jeunes, qui ont donné naissance à la soi-disant « génération du bicentenaire ». De nombreuses questions en suspens doivent être traitées par le nouveau Congrès national, telles que la ratification de l’Accord d’Escazú (un traité régional qui garantit l’accès à l’information et la protection des défenseurs de l’environnement), bloqué par les partisans de Fujimori et le secteur minier. Les conflits ont persisté en période de pandémie et de pression des secteurs miniers et leur demande de protocoles plus flexibles signifiait qu’en juillet 2020, le nombre d’infections dans le secteur minier avait déjà atteint 3 000. Rappelons que le Pérou compte actuellement 185 000 décès, ce qui en fait le pays avec le taux de mortalité covid-19 le plus élevé par rapport à sa population.

Nous ne savons toujours pas qui sera le prochain président du Pérou. Le comptage rapide effectué par IPSOS a montré 50,2% en faveur de Castillo. Les résultats officiels montrent un avantage minime pour Keiko Fujimori (avec 90,49% des voix comptées, elle a 50,35% contre 49,64 pour Castillo). Le vote exprimé approfondit la forte division sociale et régionale qui existe, d’une part, entre les Andes et le Sud, qui soutient massivement Castillo ; d’autre part, la côte et Lima, où Fujimori gagne. Mais il reste à compter le vote rural et forestier, qui profiterait à Castillo et pourrait changer le scrutin, et le vote de l’étranger, qui est plus favorable à Keiko Fujimori.

Ce que nous savons, c’est que Castillo a généré une réaction disproportionnée contre lui de la part des élites et des médias ; à tel point qu’aujourd’hui beaucoup au Pérou se demandent quelle sera la réponse politique et économique des secteurs hégémoniques face à une éventuelle issue aussi défavorable que proche. Il est vrai qu’il est difficile d’imaginer où irait l’administration Castillo, dans un pays si instable politiquement, si inégalitaire et turbulent, si raciste et fermé dans ses élites, mais aussi avec des gauches institutionnelles à courte vue et si fragmentées. Mais en sa faveur, il faut dire que Castillo a réalisé un autre type d’alignement, le vote d’une grande partie de ces secteurs qui cherchent à imaginer un Pérou différent, digne et égalitaire, en plus des lacunes évidentes du candidat et de sa rare vocation intersectionnelle .