Les syndicats et le défi climatique

0
195

Asbjørn Wahl, extrait d’un texte pardu dans Socialist Project, 3 décembre 2019

Le GIEC a conclu l’année dernière que, pour rester à moins de 1,5 degré, le CO2 d’origine humaine devrait chuter d’environ 45% par rapport aux niveaux de 2010 d’ici 2030. Les émissions devront donc atteindre leur niveau maximum d’ici deux ans. Ce qui rend ce défi encore plus exigeant, c’est que les investissements dans la nouvelle capacité d’énergie propre sont en train de diminuer. Il a chuté de 8% de 2017 à 2018, et la raison en est claire: les marges bénéficiaires se contractent et les investisseurs se tournent ailleurs.

Ainsi, l’approche néolibérale de la protection du climat axée sur le marché a échoué de manière spectaculaire. Cet échec appelle un «changement de programme» de la part du mouvement syndical international – un mouvement qui détourne l’attention de la «croissance verte» axée sur le marché vers une position ancrée dans la nécessité de récupérer de l’énergie au profit de la propriété publique et du contrôle démocratique. Il est temps de commencer à explorer des moyens de se concentrer sur l’élaboration d’engagements politiques fondés sur des classes et d’un contenu programmatique clair. Les travailleurs des industries des combustibles fossiles et leurs communautés locales auront besoin de notre solidarité à tous pour assurer une transition juste vers un avenir sans ressources fossiles – avec des emplois sûrs et alternatifs, des salaires décents et la sécurité sociale.

Parce que les mesures de lutte contre le changement climatique nécessiteront de grands changements dans la société, nous sommes confrontés à une lutte sociale majeure, à une lutte pour le type de société que nous voulons. Une focalisation étroite sur les questions de politique environnementale ne suffira tout simplement pas. Le climat et la lutte environnementale doivent donc être replacés dans un contexte politique plus large. Une approche critique du système est nécessaire. De plus en plus, tout notre modèle social, la façon dont nous produisons et consommons, est remis en question. Pour sortir de la crise climatique, il faut changer de système, ce qui ne sera possible que si nous sommes en mesure de modifier considérablement l’équilibre des forces dans la société.

Le mouvement syndical devra jouer un rôle décisif dans cette lutte, en raison de sa position stratégique dans la société. Cependant, les syndicats sont sur la défensive dans le monde entier et subissent une pression immense de la part de forces économiques et politiques fortes. Malgré l’énorme changement dans l’équilibre des pouvoirs en faveur des intérêts capitalistes, le mouvement syndical a continué de s’attacher à l’idéologie de partenariat social et au dialogue social comme principal moyen d’influence – ce qui, pour le moment être, donne très peu d’avantages aux syndicats.

Ces dernières années, de nombreux syndicats ont pris des engagements en faveur de la justice climatique, mais sans politique claire en matière d’énergie (principale source d’émissions et de réchauffement de la planète) pour accompagner ces engagements. Ce déficit politique n’est pas seulement un problème pour les syndicats progressistes, c’est un problème pour toute la gauche internationale. Par exemple, les forces progressistes se concentrent beaucoup sur les objectifs et calendriers climatiques, les revendications pour la création d’emplois et tous les aspects de la justice sociale, mais beaucoup moins d’attention a été accordée au développement du type de politique nécessaire pour réaliser ces engagements ambitieux – et à la mobilisation des citoyens. pouvoir social qui est nécessaire pour les atteindre.

Cette lutte contre le changement climatique n’est pas une lutte supplémentaire que le mouvement syndical doit mener, en plus de lutter contre l’austérité et les inégalités. C’est et sera de plus en plus une partie importante de la même lutte. Si le changement climatique n’est pas stoppé ou limité à une cible de 1,5 ou 2 – ce qui est à portée de main si nous agissons rapidement et avec force – il deviendra en réalité le principal tueur de travail. Cela détruira les communautés et entraînera une énorme dégradation sociale. Il redistribuera davantage la richesse du bas en haut, augmentant énormément la pauvreté et provoquant des crises d’émigration de dimensions inconnues. Notre lutte pour éviter le changement climatique dévastateur est donc une partie importante de la lutte basée sur les intérêts – la lutte de classe – pour le type de société que nous souhaitons.

Pour les syndicats, lutter contre le changement climatique ne peut être une question de sacrifier ce qui a déjà été réalisé. Au contraire, il s’agit de créer une société meilleure pour tous. La transition vers une société environnementale et durable présente de nombreux avantages. Des milliers de nouveaux emplois seront créés dans les transports publics, les énergies renouvelables, la rénovation de logements et l’industrie durable. Une réduction des gaz à effet de serre conduira également à des lieux de travail et des communautés moins pollués. Un contrôle démocratique accru de l’économie réduira la concurrence et la pression sur les lieux de travail. La fin de la surexploitation des ressources non renouvelables ouvrira la voie à une réduction radicale du temps de travail. Moins de stress, de tension et de pression mentale seront des effets importants d’un tel développement.

Asbjørn Wahl travaille avec Syndicat norvégien des employés municipaux et généraux et également, vice-président de la section des travailleurs des transports routiers de la Fédération internationale des ouvriers du transport.