Liban : l’impasse

0
237
A woman of the Lebanese community holds a candle during a vigil in memory of victims of the deadly blast in Beirut in front of Sacre Coeur Basilica in Paris, Wednesday, Aug. 5, 2020. French President Emmanuel Macron is traveling to Lebanon on Thursday to offer support for the country after a massive, deadly explosion. (AP Photo/Michel Euler)

SOLIMAN MOURAD, New Left Review, 10 AOÛT 2021

Cela fait un peu plus d’un an depuis l’explosion dévastatrice du port de Beyrouth le 4 août 2020, qui a détruit plusieurs quartiers et brisé la psyché nationale. L’explosion n’était que trop prévisible : le résultat d’une décision prise en 2013 par les autorités portuaires de confisquer un cargo transportant 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium et de le stocker dans un entrepôt sans mesures de sécurité appropriées. Au départ, peu de gens ont cru que le système politique survivrait aux retombées. Pourtant, jusqu’à présent, il a persisté, même en l’absence d’un gouvernement stable. Les explosions sporadiques de colère publique n’ont pas été suffisantes pour provoquer un changement des allégeances politiques. Pour beaucoup, les développements récents ont paradoxalement affirmé la nécessité d’institutionnaliser le sectarisme et la corruption.

L’État du Liban a été créé à la suite de l’accord Sykes-Picot de 1916, dans lequel la France et la Grande-Bretagne ont convenu de diviser l’Empire ottoman entre eux. La France a acquis la majeure partie de la Syrie et, en 1920, a fait du Liban un « havre de paix » pour les chrétiens de la région. La décision française d’inclure les villages maronites au nord, au sud et à l’est du Mont Liban historique a conduit à l’incorporation de grandes zones habitées par des sunnites (surtout au nord) et des chiites (surtout au sud et au nord-est). Les nouvelles frontières ont éloigné la démographie des maronites, et les sunnites et les chiites en sont venus à former près de 50 % de la population.

Pour corriger le déséquilibre, la France a mis en place un système sectaire qui garantirait l’hégémonie maronite. Presque tous les postes de direction au sein du gouvernement sont allés aux maronites. Ils contrôlaient la présidence, le gouvernement de la banque centrale et la direction de l’armée et des forces de sécurité. D’autres communautés religieuses – sunnites, chiites, druzes, chrétiens orthodoxes – sont devenues un casting de soutien. Les sunnites ont obtenu les postes de Premier ministre et de chef de la police, mais n’ont eu que peu de pouvoirs réels. Les chiites ont reçu la position solennelle de président du parlement. Le sectarisme a ensuite été inscrit dans le Pacte national, un accord oral que les politiciens libanais ont approuvé lorsque la France a accordé l’indépendance du Liban (nominalement en 1943, effectivement en 1946).

Cela a conduit à une crise politique en 1958, lorsque les musulmans, ne voulant plus jouer les seconds rôles aux maronites, se sont alignés sur la cause insurrectionnelle du nationalisme arabe. Les marines américains se sont joints aux renseignements militaires libanais pour les repousser. Le modèle économique inégal du pays – dans lequel les dividendes des taux de croissance croissants allaient aux groupes favorisés de l’Occident – ​​était enraciné. Cela a créé les conditions de la guerre civile de 1975-1990, au cours de laquelle environ 120 000 sont morts et plus d’un million ont été déplacés. Pendant le conflit, Israël a attisé les tensions communautaires en utilisant des milices chrétiennes comme force mandataire pour combattre l’OLP. La guerre civile a finalement abouti à l’Accord de Taif, signé en Arabie saoudite en 1989, qui a démantelé la suprématie maronite et a donné à chaque groupe religieux un véritable enjeu dans le gouvernement.

Dans le nouveau système, les personnes nées dans une secte religieuse particulière étaient obligées (par des incitations ou autrement) de se rallier à certaines dynasties politiques afin de maximiser leur influence sociale et économique – intégrant le clientélisme et la corruption dans les processus démocratiques du pays. La structure dite « confessionnelle » détermine combien de députés peuvent provenir de chaque secte, quels postes ministériels ils peuvent occuper, quels domaines ils peuvent représenter et comment sont attribués les postes clés dans les organismes publics (et certains privés). Si les sunnites, les chiites et certains chrétiens privés de leurs droits espéraient autrefois renverser le sectarisme, des années de guerre civile ont convaincu la plupart que cela était impossible, notamment à cause de la pression extérieure d’Israël, de l’Occident et de la Syrie. Au lieu de cela, ils ont opté pour une plus grande influence au sein de l’État sectarisé comme la deuxième meilleure solution.

En mettant fin au conflit, l’Accord de Taëf a inauguré une période de grand optimisme. Mais cela n’a pas permis de résoudre une série de problèmes économiques sous-jacents. Avec des ressources intérieures limitées, le Liban a toujours dépendu de son rôle de plaque tournante régionale pour les voyages et les banques, le transport maritime et le commerce, les services d’éducation et de santé, l’édition et les arts du spectacle, ce qui le rend vulnérable aux aléas des marchés internationaux et de la politique régionale. Plus récemment, cela a permis aux administrations américaines successives d’infliger des difficultés maximales au pays par le biais de listes noires et d’embargos, adoptés à la demande d’Israël pour cibler « l’infrastructure » qui soutient le Hezbollah. De telles mesures ont poussé les finances publiques à leur limite pendant les années Obama et Trump. En réponse, la Banque centrale libanaise a eu recours à un stratagème de Ponzi : augmenter les taux d’intérêt pour attirer les dépôts des banques locales en sachant qu’elle ne serait pas en mesure de les rembourser. Cela a déclenché une grave crise financière à l’automne 2019. Le pays a fait défaut sur le paiement de sa dette extérieure pour la première fois. Une vague de faillites a été évitée de justesse lorsque le gouvernement a permis aux déposants d’accéder à une fraction de leur argent à un taux de change bien inférieur à celui du marché libre. La plupart des déposants se sont effectivement fait couper les cheveux, qu’ils le veuillent ou non. La classe ouvrière libanaise a envahi les rues, manifestant contre la corruption de la classe politique. Une vague de faillites a été évitée de justesse lorsque le gouvernement a permis aux déposants d’accéder à une fraction de leur argent à un taux de change bien inférieur à celui du marché libre. La plupart des déposants se sont effectivement fait couper les cheveux, qu’ils le veuillent ou non. La classe ouvrière libanaise a envahi les rues, manifestant contre la corruption de la classe politique. Une vague de faillites a été évitée de justesse lorsque le gouvernement a permis aux déposants d’accéder à une fraction de leur argent à un taux de change bien inférieur à celui du marché libre. La plupart des déposants se sont effectivement fait couper les cheveux, qu’ils le veuillent ou non. La classe ouvrière libanaise a envahi les rues, manifestant contre la corruption de la classe politique.

Puis vint l’explosion du 4 août. La monnaie est entrée en chute libre ; aujourd’hui, le dollar américain atteint environ 20 000 livres libanaises, contre 6 750 avant l’explosion (et 1 500 avant la crise de 2019). Les fonds publics se sont taris et le manque de dollars a forcé le rationnement de nombreuses importations, notamment le carburant pour les voitures et l’électricité. Il y a eu des pannes d’électricité prolongées et de longues files d’attente dans les stations-service. Comme la plupart des travailleurs sont payés en livres libanaises, leur pouvoir d’achat a fortement chuté. Beaucoup sont obligés de se limiter aux achats essentiels et de minimiser les dépenses de «luxe» telles que la viande ou les vêtements. Les médicaments, bien que subventionnés, sont rares. Les possibilités d’emploi s’amenuisent : un grand nombre de diplômés collégiaux ne trouvent pas de travail correspondant à leurs qualifications. Cela renforce le système sectaire, car les réseaux religieux ou les relations politiques sont souvent le seul moyen d’obtenir un emploi. Ceux qui ne peuvent pas le faire ont tendance à migrer, leurs envois de fonds étendant une bouée de sauvetage au système même qui les a expulsés.

En aggravant la crise économique, l’explosion a accru la dépendance de la population vis-à-vis des chefs sectaires traditionnels. Les politiciens se sont tournés vers leurs soutiens internationaux (États-Unis, France, Arabie saoudite, Iran) pour obtenir de l’argent et des fournitures à distribuer à leurs partisans locaux. Parallèlement, les manifestations populaires interreligieuses de 2019 se sont tassées. Au cours de la dernière année, nous avons assisté à davantage de rassemblements sectaires liés à des formations politiques spécifiques, dont le but principal est de marquer des points contre d’autres groupes. L’explosion a également érodé les relations fragiles entre ces formations – qui, comme lors des crises précédentes, sont plus soucieuses de blâmer leurs rivaux que de trouver les vrais coupables. Lorsque le premier ministre Rafic Hariri a été assassiné en 2005, quatre généraux pro-syriens ont été emprisonnés, puis libéré quelques années plus tard lorsqu’il est devenu clair qu’ils n’avaient aucun rôle dans le meurtre. De même, le pouvoir judiciaire utilise actuellement son « enquête » pour cibler des individus qu’il peut servir de bouc émissaire pour les défaillances institutionnelles.

Cela a insufflé une atmosphère de méfiance qui empêche la formation d’un gouvernement. Quelques jours seulement après l’explosion, le Premier ministre libanais Hassan Diab a annoncé la démission de son cabinet. Pourtant, il est resté à titre intérimaire au milieu des négociations chancelantes pour assembler une nouvelle administration. Deux tentatives pour établir un exécutif viable, sous la direction du diplomate Mustapha Adib et de l’ancien Premier ministre Saad Hariri, ont échoué. Un autre ancien Premier ministre, Najib Mikati, est actuellement en pourparlers avec le président Michel Aoun, mais on ne sait pas encore s’ils pourront conclure un accord avant les élections législatives très attendues de mai. Alors que les ressources du pays se contractent à un rythme sans précédent, ses factions religieuses sont de moins en moins disposées à risquer leurs positions en faisant des compromis avec leurs adversaires.

Le bras de fer entre politiciens n’est pas aidé par une ingérence étrangère redoublée. Israël a lancé des attaques aériennes sur le sud du Liban : un avertissement sévère qu’il ne tolérera pas un gouvernement dominé par le Hezbollah. Les Saoudiens ont des priorités similaires, se méfiant du lien entre les chiites du Liban et l’Iran. La France et l’UE ont menacé d’imposer des sanctions aux politiciens libanais s’ils ne peuvent pas décider de la composition d’un cabinet. Leurs tactiques sont profondément contre-productives, car en ciblant des groupes spécifiques, elles aggravent l’impression que les acteurs externes remettent le pouvoir à leurs mandataires, dans une relecture directe de l’ère coloniale. La France a promis une aide économique renouvelée – mais cela est conditionné à l’obtention du contrat pour reconstruire le port maritime de Beyrouth, siphonnant les milliards fournis par le FMI et d’autres donateurs. Riad Salameh, le gouverneur de la Banque centrale, a été installé par la France et les États-Unis pour faire leurs enchères dans le secteur bancaire, attirer les investissements étrangers et plaire aux créanciers internationaux. Il est resté en poste tout au long de la crise, bien qu’il fasse l’objet d’une enquête pour blanchiment d’argent.

Si les Accords de Taëf donnaient à chaque secte religieuse une part du gâteau – suffisamment importante pour qu’elle ne cherche pas à défier le système lui-même – maintenant le gâteau diminue ; disparaître, en fait. Cela laisse les politiciens dépendants des bailleurs de fonds étrangers pour maintenir leur système de clientélisme : la seule chose qui puisse assurer la survie de la démocratie confessionnelle dysfonctionnelle du Liban. Les citoyens ordinaires qui ne sont pas cooptés par le système ont tendance à quitter le pays, affaiblissant le bloc social le mieux placé pour le changer. Pour ceux qui restent, le sectarisme est vu comme le diable qu’ils connaissent. Un an après l’explosion, cet arrangement montre peu de signes de changement.