Comment les États-Unis ont détruit le Mexique

Walden Bello, extraits d’un texte paru dans Focus on Foreign Policy, 5 octobre 2018

Les syndicats de drogue mexicains étaient relativement modestes jusque dans les années 1980. C’est la Central Intelligence Agency qui les a rendus célèbres.

Dans son exposé courageux sur la montée des cartels de drogue mexicains, Narcoland: Les trafiquants de drogue mexicains et leurs parrains, la célèbre journaliste d’investigation mexicaine Anabel Hernandez écrit que lorsque le Congrès américain a interdit l’utilisation de fonds publics pour financer le renversement des Sandinistas, La CIA a passé un accord avec les cartels afin de permettre la vente à grande échelle de cocaïne aux États-Unis, mais à la condition qu’une partie du produit soit affectée au soutien des Contras.

En effet, un certain nombre de journalistes américains ont documenté la complicité de la CIA dans la promotion des cartels mexicains, qui ont finalement remplacé les cartels colombiens en tant que principaux transporteurs de cocaïne aux États-Unis. Parmi les principaux bénéficiaires des relations avec la CIA, citons le cartel de Sinaloa, qui a finalement donné naissance au seigneur des seigneurs de la drogue: « El Chapo » Guzman.

L’autre source du contrecoup mexicain était économique.

À la suite de la crise de la dette du tiers monde au début des années 80, les États-Unis – via le Fonds monétaire international et la Banque mondiale – ont entrepris un ambitieux effort de restructuration de l’économie mexicaine selon le principe du marché libre. La réduction du soutien gouvernemental à de nombreux services agricoles, ainsi que le programme de privatisation visant à inverser la propriété communale des terres institutionnalisées par la révolution mexicaine, ont provoqué des souffrances généralisées dans les campagnes, de nombreux paysans ayant été chassés de leurs terres.

Parallèlement, l’intégration du Mexique dans l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), a fait en sorte que ce pays est rapidement devenu un site de dumping de maïs et d’autres produits agricoles subventionnés aux États-Unis. Selon un rapport de 2003 du Carnegie Endowment, les importations de produits agricoles américains dans le cadre de l’ALENA ont mis 1,3 million d’agriculteurs mexicains au chômage.

Pour ces paysans, le choix était, soit les bidonvilles de Mexico ou « El Norte », un grand nombre d’entre eux optant pour ce dernier. En 2006, environ 10% de la population mexicaine vivait aux États-Unis, 15% de sa main-d’œuvre y travaillait et un Mexicain sur sept émigrait aux États-Unis. Un commentaire sardonique disait : en raison de l’impact sauvage de l’ALENA sur l’agriculture paysanne, la paysannerie mexicaine s’est simplement déplacée aux États-Unis.

Les politiques américaines au Mexique et en Amérique centrale ont donc eu un double effet dramatique. D’un côté, la CIA a parrainé un puissant cartel dont les exportations massives de cocaïne ont dévasté les centres-villes de Los Angeles à Washington – et dont la violence a maintenant tué ou déplacé des dizaines de milliers de Mexicains. De l’autre côté, l’ajustement structurel parrainé par les États-Unis et l’ALENA ont ruiné l’agriculture paysanne mexicaine, entraînant la migration de millions de personnes vers le nord, où ils sont devenus les boucs émissaires des problèmes économiques américains.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici