Crise climatique : le temps est venu

Naomi Klein (et plusieurs autres), Guardian 24 septembre 2019

 

Le 20 septembre [jusqu’au 27 septembre], à la demande des jeunes qui organisent des grèves dans les écoles du monde entier, nous sortons de nos lieux de travail et de nos maisons pour passer la journée à réclamer des mesures contre la crise climatique, le plus grand menace existentielle que nous sommes tous confrontés. C’est une grève climatique d’une journée, si vous voulez – et ce ne sera pas la dernière. Ce sera le début d’une semaine d’action dans le monde entier. Et nous espérons en faire un tournant dans l’histoire.

Nous espérons que d’autres nous rejoindront: que les gens quittent leurs bureaux, leurs fermes, leurs usines; les candidats quitteront la campagne et les stars du football quitteront le terrain; les acteurs de cinéma vont se maquiller et les professeurs poser leur craie; que les cuisiniers fermeront leurs restaurants et apporteront leurs repas lors des manifestations; que les retraités aussi rompent avec leurs habitudes quotidiennes et unissent leurs efforts pour transmettre le message que nos dirigeants doivent entendre: chaque jour, une approche de statu quo détruit les chances d’un avenir sain et sûr sur notre planète.

Nous sommes bien conscients que cette grève et une semaine d’action internationale sur le climat ne changeront pas le cours des choses. La bonne nouvelle est que nous disposons des technologies dont nous avons besoin – le prix d’un panneau solaire a chuté de 90% au cours de la dernière décennie. Et nous connaissons les politiques pour les faire fonctionner: partout dans le monde, une version du Green New Deal a été proposée, des lois qui remplaceraient rapidement les combustibles fossiles par la puissance du soleil et du vent, fournissant en parallèle de bons emplois et stabilisant les collectivités locales. économies. Nous saluons les populations, dont beaucoup de jeunes, travaillent d’arrache-pied pour adopter ces mesures contre l’opposition enracinée de l’industrie des combustibles fossiles.

La journée d’action mondiale de septembre est conçue pour soutenir ces personnes. Nous espérons que toutes sortes de groupes de défense de l’environnement, de santé publique, de justice sociale et de développement se joindront à nous, mais notre plus grand espoir est simplement de montrer que ceux qui travaillent sur cette crise bénéficient du soutien de millions d’êtres humains qui craignent de plus en plus nos problèmes environnementaux. mais qui sont jusqu’à présent restés principalement sur la touche. Il faudra peut-être quelques tentatives pour obtenir ce genre de chiffres dans les rues, mais nous n’en avons pas trop: notre fenêtre pour une action efficace contre le climat se referme rapidement.

Nous savons que tout le monde ne peut pas nous rejoindre. Sur une planète extrêmement inégale, certaines personnes ne peuvent littéralement pas se passer d’un seul salaire, ou travaillent pour des patrons qui les renverraient si elles osaient essayer. Et certains emplois ne peuvent tout simplement pas s’arrêter: les médecins des salles d’urgence doivent rester à la tâche. Mais beaucoup d’entre nous peuvent reporter à 24 heures notre routine quotidienne habituelle, confiant qu’elle sera présente à notre retour. Nous espérons que certaines personnes passeront la journée en signe de protestation: contre les nouveaux pipelines ou les banques qui les financent; contre les compagnies pétrolières et les hommes politiques qui répandent leurs mensonges. Nous espérons que les autres passeront la journée à isoler les murs des maisons de leurs voisins ou à construire des pistes cyclables.

Évidemment, c’est beaucoup demander. Une journée dans la vie du monde est un gros problème et nous sommes tous habitués à nos routines. Mais nous ne sommes pas à l’aise de laisser les écoliers porter tout le poids, ils ont besoin de notre soutien. Et perturber nos vies normales semble être la clé – c’est la vie normale qui nous occupe, le fait que nous nous levions tous les matins et faisons à peu près les mêmes choses que nous avions faites la veille, même en pleine crise.

Nous sommes le peuple vivant au moment où nos choix détermineront l’avenir pendant des dizaines de milliers d’années: la hauteur des mers, la distance des déserts, la rapidité avec laquelle les forêts brûleront. Une partie de notre travail doit être de protéger cet avenir.

Parmi les signataires:

Margaret Atwood, Geneviève Azam, Noam Chomsky, Maxime Combes, Thomas Coutrot, Nancy Fraser, Bruno Latour, Vandana Shiva et plus de 100 personnes à travers le monde

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici