Dire non à l’apartheid vaccinal

0
103

Nick Dearden (Global Justice Now, Angleterre), Al Jazeera, 26 février 2021

À la fin de la semaine dernière, les dirigeants des pays les plus puissants du monde semblaient avoir été infectés par un accès d’internationalisme. Avant une réunion du G7 organisée par le Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnson a appelé à une accélération du développement des vaccins et à un soutien accru à COVAX, l’organisme censé assurer une distribution équitable des vaccins dans le monde. Johnson a déclaré que «les espoirs du monde reposent sur les épaules des scientifiques». Pour ne pas être en reste, le président français Emmanuel Macron a demandé aux pays plus riches de donner immédiatement 5% de leurs vaccins à l’Afrique.

Le problème décrit par Johnson et Macron n’est que trop réel. L’ONU a clairement indiqué que 75 % de toutes les doses de vaccin COVID-19 administrées à ce jour ont eu lieu dans seulement 10 pays. Entre-temps, 130 pays n’ont pas eu une seule dose. En accumulant des vaccins et en contournant les solutions internationales à la pandémie, les gouvernements du G7 ont créé l’apartheid vaccinal. Permettre au coronavirus de se propager sans contrôle dans certains pays encouragera davantage de mutations, dont certaines pourraient nuire à l’efficacité des vaccins même dans les pays bien approvisionnés en doses.

Entretemps, la Chine et la Russie distribuent leurs propres vaccins dans le monde. Le G7 craint de perdre la guerre diplomatique. Deuxièmement, l’indignation suscitée par l’inégalité des vaccins pousse de nombreux dirigeants et experts mondiaux à soutenir la proposition de l’Inde et de l’Afrique du Sud de supprimer les brevets sur les médicaments liés au COVID-19 et de leur permettre d’être produits à une échelle beaucoup plus large. Johnson et Macron sont des partisans du système de propriété intellectuelle qui profite à leur propre industrie pharmaceutique, et ils sont déterminés à ne pas remettre en question les bénéfices des grandes entreprises pharmaceutiques.

Compte tenu de ce point de départ, les propositions du G7 sont loin de répondre aux besoins du monde en ce moment. L’engagement de Johnson est tout simplement insultant. Le Royaume-Uni, qui a commandé à plusieurs reprises les vaccins dont la population britannique a besoin, a proposé de décharger les doses excédentaires à un moment éloigné dans le futur, alors qu’il s’est assuré de ne jamais avoir besoin de ces vaccins.

À première vue, cela ressemble à la pire forme de charité – remettre de vieux vêtements lorsque vous êtes sûr de ne plus jamais les porter. Mais en fait, ce n’est même pas la charité, car il semble que Johnson, qui semble mal comprendre le mot « don », pourrait en fait facturer les pays à faible revenu pour les rebuts du Royaume-Uni.

L’éléphant dans le système est le système des brevets. Il existe une solution proposée par de nombreux pays du Sud, dirigés par l’Afrique du Sud et l’Inde, et rejoints hier par les 55 pays de l’Union africaine, pour suspendre les brevets sur les vaccins, traitements et équipements de protection liés au COVID-19. Si la technologie derrière ces médicaments était partagée, elle pourrait être produite en plus grandes quantités, à travers le monde. Dans l’état actuel des choses, le système des brevets signifie que même les principaux fabricants de vaccins produisent très peu de ces produits dont nous avons tous désespérément besoin.

Dans les semaines à venir, des réunions à l’Organisation mondiale du commerce opposeront à nouveau le Nord et le Sud sur cette question. Les pays qui ont pré-acheté la majorité des vaccins pour 2021, vont dire aux pays moins riches qu’ils ne peuvent pas produire leurs propres médicaments sans l’autorisation des grandes entreprises. Leurs arguments portent sur la nécessité de créer des incitations à l’innovation. Mais cela n’a pas de sens car les vaccins COVID-19 ont été produits en grande partie avec des fonds publics, les entreprises étant indemnisées en cas de problème.

Ce qui est vraiment en jeu, c’est le profit. L’année dernière, les dirigeants d’entreprise de Big Pharma ont gagné un demi-milliard de dollars en vendant des actions d’entreprises qui gonflent rapidement. Pfizer prévoit de faire 15 milliards de dollars sur son vaccin cette année, bénéficiant d’une marge bénéficiaire de plus de 25%.

Le système mondial des brevets a fait des ravages sur la capacité du monde à faire face aux urgences sanitaires depuis sa création. Cela a causé des morts et des souffrances massives en Afrique australe pendant la crise du VIH / SIDA, où des millions de personnes se sont vu refuser l’accès aux médicaments afin que les monopoles des grandes sociétés pharmaceutiques soient protégés. Depuis, le Sud mondial a été exclu de nombreux médicaments vitaux par ce même système. Et maintenant, ce système est responsable de la division du monde en deux camps: les pays qui vaccinent rapidement leur population contre le COVID-19, et ceux qui n’ont aucune chance d’obtenir l’immunité pendant plusieurs années.

Nous devons construire un système de santé mondial basé sur la collaboration et le partage. Ne nous laissons pas séduire par les dons moins que généreux du G7. Le Sud global n’a pas besoin de la charité, il a besoin que les des pays du G7 abandonnent des règles qui font du profit avant de sauver des vies.