États-Unis : la guerre contre les migrants

Ryan Devereaux , Alice Speri, Cora Currier, extraits d’un texte paru dans The Intercept, 11 octobre 2018

Un an après que l’administration Trump ait discrètement lancé un programme de séparation des enfants migrants de leurs familles le long de la frontière américano-mexicaine, le nombre total de personnes touchées reste flou. Les chiffres fournis par le US Customs and Border Protection détaillent la séparation de 6 022 « unités familiales » du 19 avril 2018 au 15 août 2018, selon un rapport publié jeudi par Amnesty International.

En utilisant les statistiques disponibles des deux dernières années, Amnesty rapporte en outre qu’en 2017 et 2018, l’administration Trump semble avoir séparé environ 8 000 « unités familiales » le long de la frontière.

Comme l’indique clairement le rapport d’Amnesty, le nombre de séparations familiales n’est que l’élément le plus connu d’une histoire beaucoup plus vaste, dans laquelle l’administration Trump a mené une attaque systématique, à plusieurs volets et souvent illégale contre certains des immigrants les plus vulnérables du monde. Selon le rapport, les demandeurs d’asile ont été les plus durement touchés, ils se sont illégalement détournés des points d’entrée légaux – avec la coopération, dans certains cas, des autorités mexicaines – et ont été placés en détention pour une durée indéterminée. Le rapport détaille également les cas de demandeurs d’asile à qui leurs enfants ont été enlevés et qui subissent, selon Amnesty, l’équivalent de torture.

Déverser le problème vers le Mexique

Le rapport d’Amnistie décrit une campagne orchestrée de l’administration visant à obtenir «le démantèlement total du système d’asile américain»: décourager les demandeurs d’asile menacés de séparation familiale, détenir des demandeurs d’asile alors que leurs demandes sont entendues dans des conditions insalubres et motivées abandonner et accepter de partir – et essayer de réécrire une politique de longue date pour rendre plus difficile pour les personnes de demander l’asile directement à la frontière. Le rapport fournit également de nouveaux récits de première main sur la manière dont les autorités frontalières américaines ont empêché les demandeurs d’asile de traverser légalement le point d’entrée afin de faire leur demande, les obligeant à retourner dans des villes dangereuses du Mexique. Les responsables de l’immigration mexicaine ont décrit la manière dont les États-Unis ont mobilisé les autorités mexicaines dans cet effort, les encourageant à vérifier le statut, à détenir et éventuellement à expulser les demandeurs d’asile que la patrouille des frontières s’était détournés des points d’entrée américains.

Cette pratique a été rapportée depuis l’entrée en fonction de Trump, mais Amnesty affirme que depuis avril 2018, date de la «tolérance zéro», «les autorités américaines ont procédé plus systématiquement à des refoulements illégaux en masse de demandeurs d’asile le long de la frontière américano-mexicaine». intervient après la publication d’un rapport de l’inspecteur général du DHS la semaine dernière, qui concluait également que les autorités frontalières américaines avaient empêché les demandeurs d’asile de se présenter légalement aux points d’entrée et avaient ainsi poussé les personnes à franchir illégalement la frontière.

Dans une pratique qu’ils appellent « comptage », les responsables des frontières empêchent les demandeurs d’asile d’atteindre physiquement le sol américain, affirmant que les stations frontalières sont à pleine capacité et que les migrants en quête de protection devront faire la queue ou revenir plus tard. Amnesty souligne toutefois que le nombre de personnes sans statut ayant franchi la frontière aux États-Unis a été constant au cours des cinq dernières années et que le CBP avait déjà été en mesure de traiter un grand nombre de demandeurs d’asile. L’agence a refusé de fournir des statistiques sur le nombre réel de personnes censées inonder leurs portes.

Les longues files d’attente et les campements situés du côté mexicain de la frontière laissent les demandeurs d’asile d’Amérique centrale, d’ Afriqueet d’ailleurs vulnérables, non seulement au crime et à la chaleur, mais également à être expulsés du Mexique. Et selon les autorités d’immigration mexicaines citées dans le rapport d’Amnesty, le CBP les a implicitement encouragées à le faire.

La collaboration controversée entre les autorités d’immigration mexicaines et américaines indique un autre objectif de la tentative de l’administration Trump de modifier la politique d’asile: amener le Mexique à assumer la responsabilité des réfugiés centraméricains et des autres réfugiés se présentant à la frontière sud. L’administration a annoncé son intention d’accorder 20 millions de dollars au Mexique pour financer l’expulsion de quelque 17 000 personnes et poursuit un «accord sur les pays tiers sûrs» qui définirait le Mexique comme une destination sûre pour tous les demandeurs d’asile – Les États-Unis doivent refuser tous les demandeurs d’asile mexicains et les forcer à chercher refuge au Mexique en premier. Les groupes de défense des droits s’opposent uniformément à cette idée, soulignant que le système d’asile du Mexique estLes déportations injustifiées sont courantes et les migrants mexicainsrisquent la discrimination, l’exploitation par des groupes criminels et des fonctionnaires corrompus, des agressions sexuelles et d’autres abus. Néanmoins, les États-Unis ont poussé à négocier l’accord, bien que le président nouvellement élu du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, semble peu disposé à le soutenir .

« L’abrogation par le gouvernement américain de ses obligations en vertu du droit des droits de l’homme et du droit des réfugiés sape le cadre international pour la protection des réfugiés », conclut le rapport, « violant de manière flagrante le droit de demander l’asile et invitant les autres pays à une course vers le bas ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici