États-Unis : le (vrai) déclin de l’Empire

 

Ashley Smith, extraits d’un texte publié dans ISO, novembre 2018

Les États-Unis ont émergé vainqueurs de la guerre froide après l’effondrement de l’empire russe au début des années 90. Cela mit fin à l’ordre mondial bipolaire qui divisait principalement les États du monde en deux camps, l’un dominé par Washington et l’autre par Moscou. À sa place, Washington a tenté d’établir un ordre mondial unipolaire, subordonnant les États du monde à son empire et imposant la mondialisation du libre échange aux économies du monde.

Durant cette période brève et exceptionnelle de l’histoire de l’impérialisme, la plupart des commentateurs ont annoncé que les rivalités entre grandes puissances étaient chose du passé. Le néoconservateur Francis Fukuyama est allé jusqu’à proclamer que le triomphe du modèle de démocratie bourgeoise et de capitalisme de libre marché de l’impérialisme américain marquait «la fin de l’histoire».

Le long boom néolibéral de 1982 à 2007 a fondamentalement modifié la structure de l’économie mondiale, en créant de nouveaux centres d’accumulation de capital, principalement en Chine, qui s’est transformée d’un nain économique isolé en un nouvel atelier du monde. Pékin a commencé à contester les rapports de force politiques et militaires en Asie et dans l’ensemble du système. Conscients de la menace croissante, les États-Unis espéraient subordonner la Chine en l’intégrant dans son ordre mondial néolibéral.

Les choses se sont passées différemment: les catastrophes de politique étrangère, combinées à la crise économique, ont mis fin à l’ordre unipolaire de Washington et ont ouvert la voie à l’affirmation de la Chine en tant que puissance impériale montante. Premièrement, les États-Unis ont subi des revers humiliants en Irak et en Afghanistan. L’administration de George W. Bush avait espéré, en exploitant les attaques du 11 septembre, enraciner l’hégémonie américaine et empêcher la montée de tout concurrent parmi ses pairs en imposant la domination américaine sur le Moyen-Orient et ses réserves d’énergie stratégiques.

Bush savait que quiconque contrôlait cette ressource pouvait faire chanter la Chine, qui reçoit l’essentiel de son pétrole de la région. Après avoir envahi et occupé l’Afghanistan, les États-Unis avaient pour objectif de renverser et de remplacer Saddam Hussein en Irak, puis de procéder à des changements de régime similaires en Syrie et, plus important encore, en Iran. Les plans de Bush ont échoué, entraînant les États-Unis dans une guerre de contre-insurrection sans fin en Afghanistan et en Irak, et donnant à l’Iran un espace pour faire preuve de plus en plus de souplesse dans la région.

En effet, l’Iran a été le véritable vainqueur de la guerre de Bush en Irak. Au lieu de consolider son emprise sur le système mondial, la guerre a considérablement affaibli son emprise, réduisant depuis lors la politique impériale américaine à la gestion de crise.

La Grande Récession à partir de 2008 a mis fin au boom néolibéral en ouvrant une nouvelle époque, caractérisée de manière stagnante par la stagnation séculaire, une récession mondiale ou une longue dépression. L’économie mondiale, même dans le contexte de la reprise mondiale actuelle et synchronisée, reste en proie à des problèmes sous-jacents de surproduction. dette publique, privée et d’entreprise; et des bulles spéculatives. Cela explique pourquoi, partout dans le monde, les taux de croissance restent à des taux de croissance inférieurs à ceux enregistrés après les contractions économiques précédentes.

Les États-Unis, l’Union européenne (UE) et leurs filiales ont été particulièrement touchés par la Grande Récession. Alors que l’État américain a réussi à empêcher l’effondrement économique, aucune de ses politiques n’a résolu les problèmes qui ont conduit à la crise. En conséquence, bien qu’il y ait eu une reprise, celle-ci a été jusqu’à récemment anémique.

En revanche, la Chine a hyperstimulé son économie pour contrer une récession et soutenir son essor. La Chine s’est engagée dans une nouvelle série de mesures de relance pour inverser son ralentissement en rétablissant la croissance de ses fournisseurs de matières premières en Afrique, en Amérique latine et en Australie. Mais ce faisant, la Chine a exacerbé le problème de la surproduction et de la surcapacité au sein de sa propre économie et de l’ensemble de l’économie mondiale.

Les États-Unis sont pris au piège d’une contradiction stratégique. Ils ont subi un déclin géopolitique relatif au sein de l’ordre néolibéral de la mondialisation du libre-échange.Ils connaissent également un déclin économique relatif, sa part dans le PIB mondial passant de 40% en 1960 à 22% aujourd’hui.  En revanche, la Chine a vu son pouvoir politique, économique et militaire augmenter. Selon les prévisions du FMI, son PIB pour 2016, qui représente 14,9% de la part du monde, devrait dépasser les États-Unis dans dix ans.   Ainsi, l’État américain ne peut ni poursuivre la mondialisation comme d’habitude, ni se retirer du protectionnisme, comme semble le préférer l’administration Trump.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici