Irak : cruel octobre

Sinan Antoon, poète irakien. Al Jazeera, 24 octobre 2019

 

Ce mois d’octobre a été l’un des plus sanglants d’Irak de tous les temps. Plus de 150 civils irakiens ont été assassinés de sang-froid et 5 000 autres ont été blessés. Le coupable n’est ni  Daesh ni ses filiales, ni les voitures piégées qui ont coûté la vie à des dizaines de vies innocentes pendant de nombreuses années. L’auteur de ce crime est le régime irakien, qui a fait usage d’une force mortelle sans précédent et inutile contre des citoyens qui exerçaient leur droit légitime de protester contre un système politique dysfonctionnel et une classe politique corrompue.

Le déclenchement de ces manifestations n’est ni surprenant ni sans précédent. En 2011, la vague de révoltes arabes qui a balayé la Tunisie, l’Égypte et la Syrie a atteint l’Irak et a connu son « Jour de la rage ». Mais les manifestations massives qui ont éclaté cette année en Irakont été annulées par les autorités. Ces dernières années, les manifestations contre la corruption massive, le chômage et les services défaillants sont devenues presque saisonnières. En particulier pendant les mois d’été caniculaires, lorsque les pénuries d’électricité et le manque d’eau potable suffisante exacerbent la colère des citoyens. Bouleversées par la colère, les Irakiens à Bagdad et dans d’autres villes irakiennes descendent dans la rue pour faire entendre diverses demandes. Les manifestations sont réprimées et éventuellement dissipées et / ou sont détournées par telle ou telle force politique. Les promesses de réforme du gouvernement suivent chaque fois, mais le changement ne se matérialise jamais.

Bien que cela ne soit pas surprenant, les manifestations de ce mois-ci diffèrent nettement de celles des années précédentes à plusieurs égards. Contrairement aux précédentes, cette vague était totalement spontanée. Il n’a pas été lancé en réponse à un appel ni organisé par aucun parti ou groupe d’activistes. Les manifestations ont été déclenchées par la colère suite à l’annonce de la rétrogradation du lieutenant-général Abdul Wahab al-Saadi, commandant de la force de lutte contre le terrorisme d’élite irakienne. Al-Saadi a acquis une grande popularité après avoir dirigé la libération de Mossoul de Daesh il y a deux ans et est devenu un héros national qui transcende les divisions sectaires et projette un sens du patriotisme irakien. Mais le général

Le sentiment de désespoir et de déception ressenti par les manifestants et leur désir de reconquérir l’Irak se sont cristallisés dans l’un de leurs principaux slogans: « Nous voulons un pays ». Ces manifestants sont de jeunes Iraquiens devenus majeurs à la suite de l’invasion anglo-américaine de 2003. L’invasion a renversé le régime de Saddam Hussein, mais elle a également démantelé l’État irakien et ses institutions, dicté une constitution défectueuse, mis en place un système dysfonctionnel basé sur la secte. système, et le peuplé de partis et de politiciens, dont beaucoup étaient des alliés, sinon des pions des États-Unis, de l’Iran et de l’Arabie saoudite. Le soi-disant processus politique, qualifié à tort de « démocratie » par les experts et les journalistes occidentaux, a rassemblé un État défaillant incapable de fournir les conditions préalables minimales à une vie digne pour un Irakien moyen.

Les vastes revenus pétroliers du pays sont cannibalisés par une corruption massive et nourrissent une oligarchie vorace avec des partenaires transnationaux, tout en laissant des millions de personnes affamées et humiliées. Selon l’indice de corruption de Transparency International, l’Irak est le 12 e pays le plus corrompu au monde. C’était autrefois le pays le plus corrompu du monde. C’est peut-être pourquoi certains journalistes occidentaux ont commencé à écrire des articles sur l’amélioration de la situation en Irak ces dernières années. Au total, 450 milliards de dollars de fonds publics se sont évaporés depuis 2003. Ces jeunes manifestants ont vécu selon ce système toute leur vie et ont subi les pertes les plus lourdes.

Ce qui distingue encore plus cette vague de manifestations, c’est que ses foules ne sont pas des citoyens de la classe moyenne. Les manifestations ont éclaté dans des quartiers populaires et des taudis pauvres où l’échec de l’État et la misère de la vie quotidienne sont des plus viscéraux. La vie et les histoires de ces jeunes hommes et de leurs familles figurent rarement dans les reportages journalistiques sur l’Irak, qui tendent à suggérer naïvement que la vie s’améliore en Irak après la défaite de Daesh il y a deux ans.

Bien que les forces de sécurité irakiennes aient réprimé brutalement les manifestations, le niveau de violence et le nombre de victimes étaient choquants cette fois-ci. Les forces de sécurité ont utilisé de véritables balles et les tireurs isolés postés sur les toits ont tué des manifestants. Le deuxième jour des manifestations, les autorités irakiennes ont fermé Internet en Irak pour bloquer le flot d’images et de preuves de ses crimes et isoler les Iraquiens du reste du monde. Plusieurs chaînes de télévision ont été attaquées et vandalisées. Les responsables irakiens ont d’abord prétendu ignorer l’identité et l’affiliation des tireurs d’élite. Des rapports récents suggèrent qu’ils appartiennent à certaines des milices soutenues par l’Iran qui font partie des unités de mobilisation populaire formées pour combattre Daesh et qui ont depuis acquis davantage de pouvoir politique.
La propagande d’État a tenté de délégitimer les manifestations en affirmant qu’elles avaient été instiguées par des forces extérieures ou faisaient partie d’une conspiration visant à revenir au pouvoir par les baathistes. L’appel au dialogue lancé par le Premier ministre Adel Abdul Mahdi a été inefficace, voire naïf, car ces manifestations n’ont pas de chef. Son plan de réforme économique, promis (un record pour les Iraquiens à présent), et les subventions destinées à calmer les manifestations ont été bien loin.

Le système politique corrompu en Irak est au-delà de toute réforme ou réparation. Il a perdu toute légitimité aux yeux des Irakiens. Il ne sera pas facile de récupérer l’Irak et de sauver son avenir de nouvelles ruines. Il devrait y avoir un nouveau gouvernement intérimaire. Des élections libres sous contrôle international doivent être organisées et une constitution non confessionnelle, écrite par des représentants légitimes, doit être rédigée et ratifiée. La classe politique et ses alliés régionaux et mondiaux vont se battre contre ce scénario ou tout autre scénario pour un changement authentique. Mais les jeunes irakiens, comme leurs pairs ailleurs, sont courageux et résilients et continueront à se battre pour un nouvel Irak. Ils ont appelé à une nouvelle manifestation massive le vendredi 25 octobre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici