La mondialisation du trumpisme

Nick Dearden, extrait d’un texte paru dans Red Pepper, 3 juin 2019

https://www.redpepper.org.uk/trumpism-goes-global/

 

«J’ai voyagé 24 heures, de Manille à Rio, pour être ici, mais j’ai le sentiment que je n’ai pas quitté mon pays.» Walden Bello, chef de file du mouvement altermondialisation et ancien membre du Congrès philippin, a réfléchi à la montée des « hommes forts », ces autoritaires de droite qui parviennent au pouvoir, des Philippines au Brésil. Je me suis joint à lui au Brésil pour évaluer ce qui a changé au cours des 20 années écoulées depuis que les manifestations de masse à Seattle ont paralysé l’Organisation mondiale du commerce et annoncé la naissance d’un nouveau mouvement international dans le monde. Selon Walden, il y a 20 ans, Seattle était une « affaire exclusivement de gauche », mais maintenant, « la droite nous a enlevé le tapis sous les pieds ».

À l’invitation du réseau Alternatives systémiques, nous étions au Brésil pour comparer les expériences, apprendre les uns des autres, trouver un moyen de reconstruire un internationalisme suffisamment puissant pour lutter contre cette tendance « trumpiste ». Comme l’indique Bello, les similitudes qui touchent des sociétés très différentes dans le monde sont surprenantes. Le capitalisme est confronté à sa crise la plus profonde depuis la Seconde Guerre mondiale, une crise qui menace l’existence même de ce modèle économique. Mais alors que la gauche politique recule dans de nombreux endroits et se concentre fortement sur un agenda national défensif, l’extrême droite a profité de ce moment pour construire un réseau mondial terrifiant, soutenu par de grosses sommes d’argent et capable de nourrir le mécontentement populaire. Au Brésil, en Inde, aux Philippines, en Turquie, des hommes forts et autoritaires ont été élus, alimentant des mouvements de peur et de haine, démonisant les groupes marginalisés, annulant les acquis limités en matière de changement climatique, d’égalité raciale et sexuelle et contestant même les espaces relativement démocratiques dans lesquels nous nous organisons. Donald Trump est le pilier de ces politiques, qui donnent confiance aux réseaux d’extrême droite.

Le trumpisme à travers le monde

Il y a 20 ans, le Brésil était l’une des rampes de lancement de ce que l’on a appelé le mouvement altermondialisation. C’est à Porto Alegre, une grande ville du sud du pays, que s’est tenu le premier Forum social mondial, une tentative de contrer le rassemblement des élites à Davos, en Suisse, connu sous le nom de Forum économique mondial. Le Forum social mondial était un espace de rencontre, d’apprentissage et de stratégie avec des activistes du monde entier. Deux ans plus tard, Lula était élu président, faisant partie de la « vague rose » qui a balayé l’Amérique latine et constitué une épine pour le capitalisme mondialisé.

Aujourd’hui, Lula est en prison et le Brésil est gouverné par Jair Bolsanaro, un membre d’extrême droite de l’élite, apologiste de la dictature militaire qui viole les droits de l’homme et qui a quand même réussi à entretenir une image populaire et à gagner la majorité. Il est arrivé au pouvoir en traitant les militants de gauche et les mouvements sociaux de terroristes. Raciste, misogyne et homophobe, Bolsanaro donne l’air modéré à Trump.

Bien sûr, quand vous arrivez au Brésil, vous ne voyez pas de chemises brunes ou de croix gammées. Et beaucoup de touristes ne remarqueront même pas que quelque chose a changé. Mais pour la gauche et pour les marginalisés, les choses ont beaucoup changé. La police et l’armée ont été « libérés ». Au cours de nos 5 jours dans le pays, des soldats ont tiré 80 balles sur une voiture transportant une famille, sans prévenir, tuant un musicien noir. Ils ont affirmé qu’il s’agissait d’une erreur. Il y a 12 mois, Marielle Franco, une conseillère municipale noire qui a défendu les démunis des favellas contre la violence policière, a été assassinée avec son chauffeur. Deux hommes viennent d’être arrêtés pour ce crime, après un tollé général, mais nous savons que les véritables commanditaires du meurtre sont associés à un groupe criminel ténébreux lié à l’élite, y compris le nouveau président.

Le Brésil n’est pas seul dans cette tendance. Le président des Philippines, Rodrigo Duterte, est responsable de l’assassinat de 20 000 toxicomanes, victimes d’une soi disant guerre contre la drogue. Duterte a comparé sa guerre contre la drogue à l’extermination des Juifs par Hitler. Il est fier de ça. Il a encouragé les escadrons de la mort à prendre part aux meurtres, qui incluent non seulement des consommateurs de drogue, mais également des enfants des rues et des pauvres marginalisés en général. Et il est un adversaire agressif des organisations de défense des droits de l’homme qui critiquent ces politiques.

Ensuite, il y a l’Inde, dirigée par Narendra Modi, un nationaliste hindou, dont le mandat a vu une montée en flèche de crimes de haine, de meurtres, de lynchages, de passages à tabac publics, de viols collectifs, visant particulièrement les musulmans et les groupes de basse caste, combinés, avec une quantité sans précédent d’ingérence politique dans les institutions démocratiques, allant du parlement aux tribunaux, en passant par les médias.

Bien sûr, ce ne sont que trois pays. Mais les idées de Trump se répandent plus largement, y compris en Europe où les fascistes sont une partie importante du gouvernement italien et où la Hongrie est essentiellement dirigée par un fasciste. En Uruguay, société stable et progressiste sans histoire d’extrême droite récente, le chef des forces armées a récemment pris la décision inconstitutionnelle de critiquer le système judiciaire pour avoir ouvert une enquête sur les violations des droits de l’homme. Après sa destitution par le président, il est devenu une star populiste montante qui craint que les militants ne se présentent aux élections présidentielles à la fin de l’année.

L’essence du trumpisme

Toutes ces situations présentent des différences importantes. De par la nature de «l’homme fort», il existe une lourde dose d’excentricité individuelle, parfois proche de la maladie mentale, chez les dirigeants ascendants. Mais il y a suffisamment de points communs pour commencer à tirer les leçons de la situation à laquelle nous sommes confrontés.

Les dirigeants et les mouvements trumpistes diabolisent les groupes vulnérables de la société : les migrants, les classes inférieures (appelés «criminels» ou «consommateurs de drogue»), les musulmans ou les groupes de basse caste, les femmes, les trans et les gais. Cela s’est avéré un moyen essentiel de renforcer la popularité de ces dirigeants. La base populaire pour les Trumpistes est très masculine et nourrit le sentiment que les hommes blancs (ou hindous ou latinos) ont perdu de la place pour des groupes marginalisés, qu’ils ne peuvent plus dire ce qu’ils ressentent sans être mis au défi. Le fascisme fait toujours appel à ceux qui ont le pouvoir de perdre, même les petits.

Les politiciens d’élite se sont présentés comme la voix de la majorité ordinaire et oubliée, mobilisant une colère souvent légitime contre une élite qui a passé la 40 dernières années s’enrichissant aux dépens de tous les autres.

Cela explique également l’aspect le plus effrayant de ces hommes forts – leur popularité. Aucune de ces personnes n’est arrivée au pouvoir lors d’un coup d’État. Ils ont été élus démocratiquement. Ils bénéficient d’un soutien important de la part des classes moyennes et de couches de la classe ouvrière qui risquent de perdre économiquement. Le meurtrier Duterte a un taux d’approbation oscillant autour de 80%. Modi a gagné les récentes élections indiennes. Trump et Bolsanaro, même s’ils ne sont pas aussi populaires, pourraient remporter un second mandat dans l’état actuel des choses.

Comme les fascistes traditionnels, les Trumpistes sont déterminés à renverser toute forme de pluralisme ou de démocratie susceptible de contrecarrer leur pouvoir ou de permettre à la résistance de se construire et de réussir. Ils essaient de remodeler notre politique dans son ensemble, de manière à ce que leur pouvoir, leurs programmes, bénéficient d’une longévité bien supérieure à leur mandat.

Quel est ce programme? À la base, il laisse le capitalisme intact. Plusieurs de ces leaders sont des négationnistes sur la question du réchauffement. Trump s’est retiré du principal traité international sur le climat et Bolsanaro devrait le faire, quelles que soient les conditions extrêmement faibles de ce traité. Trump a commencé à ouvrir toutes les zones extracôtières à l’exploration pétrolière et gazière, à accroître considérablement le potentiel de fracturation et à ouvrir pleinement le marché américain aux sables bitumineux canadiens. Bolsanaro a promis de supprimer la protection de l’Amazonie et de l’ouvrir à l’exploitation illimitée. Modi est sur le point d’expulser plus d’un million d’Autochtones de terres que les sociétés minières cherchent désespérément à exploiter. Les autochtones, globalement, sont une cible majeure pour les hommes forts, parce que même s’ils sont au sommet de certaines des pires terres du monde – là où ils ont été repoussés – le capitalisme est si désespéré qu’il a également besoin de cette ressource. Et les indigènes sont « sur le chemin ».

La vision du capitalisme est beaucoup plus autoritaire et nationaliste que celle que nous avons vue au cours des dernières années, mais les grandes entreprises et la grande finance sont toujours au cœur du modèle. Trump a accordé àl’un des plus grands cadeaux fiscaux aux entreprises américaines de l’histoire. Bolsanaro a nommé un ministre de l’économie du marché ultra libéral, qui prend exemple sur la gestion du général Pinochet au Chili. Modi et Duterte sont tous deux impliqués dans une déréglementation radicale de l’investissement financier et des privatisations.

Le programme consiste donc essentiellement à supprimer les limites imposées au capital par le changement climatique et l’opposition publique. Mais la prétention que l’État-nation n’a pas d’importance pour le capitalisme est balayée. C’est en partie parce que l’État sera nécessaire pour faire face à la colère croissante qui résultera de ces politiques. Il est clair que les politiques, par exemple, vont alimenter la migration à travers le monde. Rien d’étonnant à ce que la construction de murs plus hauts et l’application de règles plus strictes en matière de migration fassent partie du programme. Une approche autoritaire croissante vis-à-vis de ceux qui opposent de la résistance sera également nécessaire.

Bien sûr, le problème avec ces hommes forts est qu’ils sont difficiles à contrôler, même difficiles à prévoir. Il n’y a pas de plan. Duterte prétend se soucier de l’environnement et se dit même socialiste. On dit que Trump entretient avec certains syndicats des relations plus étroites que ses prédécesseurs démocrates. Modi a renoncé à un certain nombre de réformes économiques face à la résistance. Mais c’est cette très imprévisibilité – cette capacité à déchirer le règlement de la politique – qui rend ces dirigeants si nécessaires en ce moment.

Une partie de cela va également être en contradiction avec les valeurs des chefs d’entreprise individuels. Jeff Bezos, responsable d’Amazon, se moque de la rhétorique incendiaire anti-immigrée de Trump.  Je suis sûr que de nombreux chefs d’industrie ont détesté certains aspects de la rhétorique de Mussolini ou d’Hitler. Mais l’important n’est pas qu’il s’agit là de régimes sous lesquels les capitalistes individuels aimeraient idéalement vivre. C’est qu’il y a une nécessité structurelle à ces politiques, et la Silicon Valley en a plus besoin que beaucoup d’autres. Après tout, la révolution technologique et de la communication en cours pourrait éliminer des millions d’emplois ordinaires, décimer les petites entreprises, permettre à l’entreprise de prendre le contrôle de l’agriculture et accroître considérablement la surveillance que nous subissons tous les jours.

Il existe des solutions démocratiques à cela: la socialisation généralisée de ces technologies. Mais cela signifie que Jeff Bezos et Mark Zuckerburg perdent le contrôle de leurs empires. Ils ne voudront pas cette solution. Et l’alternative est que les choses vont vraiment devenir très compliquées. S’ils pensent être sous surveillance maintenant, ils n’ont encore rien vu. Ils découvriront qu’ils ont besoin du capitalisme autoritaire plus que quiconque, qu’ils le veuillent ou non.

Dans les années 1930, les grands industriels et les finances ont trouvé le fascisme plus acceptable que le communisme. Aujourd’hui, ils trouvent le trumpisme plus acceptable que les formes de démocratie sociale modérées.

Résister

Comment répondons-nous? D’abord en ne cédant pas un pouce. Nous ne devons pas sacrifier les plus touchés et les plus opposés aux hommes forts. En fait, nous devons leur donner les moyens d’agir. La part de la société américaine la moins susceptible d’avoir voté pour Trump est celle des 20% les plus pauvres, mesurée par la richesse de la société américaine. Les personnes vraiment marginalisées n’aiment rien de tout cela, et avec raison. Il est essentiel de les aider à s’organiser et à occuper des postes de direction dans notre mouvement. Et affronter visiblement Trump et ses semblables dans les rues constitue un élément essentiel de cet affrontement

Cela ne signifie pas que nous pouvons écarter les travailleurs de la classe ouvrière qui ne sont pas des racistes inconditionnels, mais qui ont été attirés par la rhétorique de type Trump, parce que le système économique les a clairement laissés tomber. Sans atténuer notre défense des migrants, notre opposition à l’avortement et ainsi de suite, nous devons admettre que ces messages seuls ne parviendront pas à tous. Ils ne peuvent travailler que dans le cadre d’une plate-forme radicale de restructuration économique – mettre le pouvoir entre les mains du peuple grâce à la socialisation de ce dont nous avons besoin – logement, soins de santé, éducation, énergie, communications. Nous devons démontrer clairement que nous sommes du côté des pauvres et non de l’élite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici