Le débat sur les migrations : Retour du colonialisme

Gonzalo Fernández Ortiz de Zárate. Juan Hernández-Zubizarreta, Viento Sur, 17 janvier 2019

Il est de plus en plus évident que le capitalisme  nous conduit vers l’humanité et la planète vers un abîme d’inégalités croissantes et d’effondrement écologique. L’agenda politique et médiatique hégémonique insiste pour nier cette réalité, ignorant les causes structurelles de la situation que nous traversons. L’accent est mis, dans le sens opposé, sur les conséquences. Bien entendu, ce renversement des priorités n’est pas une coïncidence. Si l’accumulation de capital subit une crise sans précédent – dans laquelle on attend peu de croissance économique, de réduction de la base matérielle et énergétique et de vulnérabilité climatique – ceux qui détiennent le pouvoir ne peuvent se permettre une remise en cause profonde de leur système et vos privilèges. Ils détournent l’attention d’autres phénomènes – produits de ce système -, transformé en un noyau central de la crise, pour sauvegarder et même renforcer son échafaudage d’injustice et de durabilité en ce moment particulièrement critique. La migration est sans aucun doute un de ces phénomènes phares.

L’approche la plus répandue des flux migratoires illustre parfaitement ce nouveau moment politique dans lequel la logique du fascisme social et politique est mise à profit, tirant parti de la crainte engendrée par la crise. La guerre entre les pauvres est fomentée, la querelle interne entre secteurs dominés et exploités pour des raisons de classe, de sexe, de sexe et de race / ethnie, tandis que ceux qui dominent et exploitent laissent le centre de la lutte politique. De cette manière, les récits exclusifs se multiplient, donnant voix et haut-parleur aux messages et pratiques hétéropatriarchalistes, classistes, xénophobes et coloniaux.

La conséquence devient cause. Les majorités sociales, en particulier les parias de la terre, coupable. Les migrants, chez les envahisseurs. Peu importe que les Nations Unies soulignent que 70% des conflits actuels – et donc la genèse des flux migratoires – ont une origine socio-environnementale, en lien direct avec le modèle économique à l’origine du changement climatique. Peu importe que la majorité des conflits armés en vigueur partent de conflits géopolitiques et économiques entre blocs capitalistes. Peu importe que la précarité, l’exclusion, la domination et l’expulsion de groupes sociaux en croissance soient la marque du système actuel. La cause de la crise réside dans les migrants et l’idée de fermer les frontières, de créer des murs, des barrières, des concertinas, est de plus en plus entendue et de plus en plus forte. La réalité est simplifiée, le mensonge est amplifié. Le processus d’inversion des priorités se termine:

Dans ce contexte, un universitaire de Harvard, ancien économiste de la Banque mondiale – Lantant Pritchett – a présenté une proposition de migration très controversée , qui semble contredire le vent de l’ouragan en faveur d’une forteresse du Nord.imprenable. Il défend avec véhémence que l’Europe aura besoin de 200 millions d’immigrés dans les 30 prochaines années si elle veut mettre un terme à ce qu’elle considère comme le « suicide démographique » actuel. Il parie donc sur une immigration de masse, sélective, tournante et sans droits, sur la base de travailleurs peu qualifiés, dont le permis de séjour serait limité à une période de 3 à 5 ans, pendant laquelle ils n’auraient aucun type de droit. de citoyenneté, puisqu’ils seraient « intégrés économiquement, mais pas politiquement ». À son avis, c’est une stratégie gagnant-gagnant, tout le monde gagne. D’une part, l’Europe pourrait compter sur une main-d’œuvre employée dans des secteurs à faible valeur ajoutée pour des salaires très bas, mais supérieurs à ceux qu’elles obtiendraient dans leurs pays. De cette manière, le vieillissement structurel serait inversé et certaines normes de protection sociale pourraient être maintenues, par le biais de services à faible coût et de la sécurité sociale grâce à une augmentation des cotisations. D’autre part, il comprend que les écarts de productivité entre les pays du Nord et du Sud génèrent l’échec des programmes actuels de développement et de coopération internationale. Il n’y a aucune possibilité d’avancer dans des espaces qui ne favorisent pas la productivité. Investir dans le développement des pays du Sud n’est donc ni efficace ni efficient. En échange,

Comment se positionner avant cette proposition? Est-ce défendable sur le plan éthique et politique? Est-ce viable? La soutiendrions-nous simplement parce qu’elle ne soutient pas la fermeture des frontières, laissant ainsi la place au débat sur la pertinence des migrants dans nos sociétés, même s’il est supposé répondre aux besoins du marché du travail? Devrions-nous au contraire y faire face, dans la mesure où cela généraliserait en Europe la situation des migrants asiatiques aux Émirats arabes unis ou en Arabie saoudite? En bref, sommes-nous réellement confrontés à une vision différente des migrations, ou s’agit-il du même loup avec une nouvelle peau d’agneau, une sorte de colonialisme et de racisme froid ?

À notre avis, la proposition de Pritchett impose un fardeau politique extrêmement dangereux – qui est moins évident – et doit être absolument rejetée pour quatre raisons complémentaires: elle repose en premier lieu sur une fausse alternative entre « la fermeture des frontières » et « Politique de migration liée au marché du travail », lorsque les deux font partie de la même histoire qui cherche à fouiller dans la précarité et l’absence de droits des positions racistes et pro-capitalistes; deuxièmement, la logique gagnant-gagnant est irréalisable, basée sur une approche de développement clairement coloniale – qui élimine la matrice coloniale et impériale de développement et de mondialisation – et peu rigoureuse – en simplifiant l’analyse à des calculs économétriques – générant des résultats construits sur la boue, oubliant une réalité beaucoup plus complexe; troisième, la proposition va au-delà non seulement de l’histoire et des phénomènes systémiques qui affectent les pays du Sud, mais également de questions mondiales aussi pertinentes aujourd’hui que l’épuisement des ressources en matières premières et des énergies fossiles, le changement climatique, la nouvelle vague d’accords commerciaux , la quatrième révolution industrielle, etc., annulant ainsi ses conclusions et ses calculs; quatrièmement, et en corollaire, cela donne lieu à une puanteur xénophobe explicite qui contrevient indéniablement au droit international des droits de l’homme, raison pour laquelle il repose sur le déni de l’ensemble des accords internationaux. la nouvelle vague de traités commerciaux, la quatrième révolution industrielle, etc., annulant ainsi ses conclusions et ses calculs; quatrièmement, et en corollaire, cela donne lieu à une puanteur xénophobe explicite qui contrevient indéniablement au droit international des droits de l’homme, raison pour laquelle il repose sur le déni de l’ensemble des accords internationaux. la nouvelle vague de traités commerciaux, la quatrième révolution industrielle, etc., annulant ainsi ses conclusions et ses calculs; quatrièmement, et en corollaire, cela donne lieu à une puanteur xénophobe explicite qui contrevient indéniablement au droit international des droits de l’homme, raison pour laquelle il repose sur le déni de l’ensemble des accords internationaux.

Nous discuterons brièvement de ces quatre critiques. Nous commençons par dire que la proposition de Pritchett n’est en aucun cas une alternative au récit difficile de la fermeture de la frontière. Comme très bien expliqué par Filigree PastorToutes les propositions qui subordonnent les migrations à l’offre de travail n’ont jamais eu pour objectif de répondre aux besoins du marché du travail, dans un contexte où le plein emploi n’est pas seulement une chimère, mais que nous avançons dans la direction opposée à cause de automatisation Son argument est donc fallacieux, car ce que nous proposons réellement dans des propositions comme celle-ci, c’est de disposer d’une main-d’œuvre abondante et bon marché, utile et sans droits, quelle que soit l’offre de main-d’œuvre. Le racisme et le colonialisme constituent donc un outil pour faire progresser l’un des principaux besoins du capitalisme, qui est de disposer d’une armée de réserve.abondante et précaire, cela permet d’augmenter le taux de profit des entreprises en resserrant encore plus la noix pour les travailleurs. Et c’est le même message et le même objectif qui maintiennent, en d’autres termes, des tonalités et des intensités, qui prônent la fermeture des frontières et la fermeture des frontières: approprier le travail des migrants, tout en transformant ceux-ci en boucs émissaires de la crise quand le moment le demande. Deux façons, deux histoires, donc, de poursuivre le même message qui introne le capitalisme de sa matrice coloniale et raciste.

Mais en outre, cette proposition est irréalisable et repose sur une analyse médiocre, en dehors de la réalité. Ce n’est pas un hasard si Pritchett était l’économiste en chef de la Banque mondiale, une mémoire lamentable pour les mouvements sociaux, les peuples et les communautés de nombreux pays pauvres. Sa conception du développement ignore non seulement l’histoire de l’impérialisme et du colonialisme qui a déconstruit ses propres processus et engendré des dépendances dans les pays du Sud – et il continue de le faire aujourd’hui, sous d’autres paramètres. En outre, il présente une approche méthodologique qui analyse la réalité économique complexe à partir du simple calcul de deux variables – en l’occurrence l’analyse comparative entre les revenus des migrants en Europe et dans leurs pays d’origine, ainsi que les écarts de productivité entre les territoires. – garder le resteceteris paribus , c’est-à-dire constant. Soutenir de cette manière que la productivité des personnes peu qualifiées dans les secteurs à faible valeur ajoutée augmentera nécessairement en travaillant temporairement en Europe (leur opinion d’une grande productivité est temporaire) est une chimère. Prétendre également que le retour de ces personnes sur leurs territoires d’origine est en corrélation directe avec le développement du pays, sans prendre en compte les phénomènes historiques et systémiques qui le conditionnent structurellement, c’est vivre dans un monde irréel. La thèse, par conséquent, que les personnes improductives dans les espaces productifs augmentent leur productivité et que cela se répandra dans leur pays d’origine au retour – l’idée centrale de la proposition – est tout un toast au soleil.

Mais si ce récit de l’ancien modèle de développement élaboré par la Banque mondiale est irréalisable – et donc le gagnant-gagnant avec lequel elle essaie de nous éblouir n’est pas vrai – il l’est encore plus au niveau mondial. Pritchett applique ceteris paribus aux phénomènes mondiaux indispensables aujourd’hui à toute étude internationale qui se respecte. L’augmentation individuelle de la productivité compensera-t-elle le pillage par les entreprises de biens communs et de bénéfices? Peut-il y avoir du développement dans le cadre d’ une nouvelle vague d’accords commerciaux qui menacent la démocratie et promeuvent un gouvernement de facto ?des grandes entreprises? Pouvons-nous exclure le changement climatique, l’épuisement des sources d’énergie fossiles ou des terres rares de l’analyse internationale d’aujourd’hui? Serait-ce que les gens migrent à cause du vice ou du désir de faire du tourisme? Pritchett insiste obstinément sur l’erreur classique de l’économie hégémonique, qui abuse du calcul économétrique et se distancie de la réalité, comme si l’économie était une entité autonome dont les prémisses et les conclusions peuvent être isolées de la réalité. Le résultat final est sans aucun doute un château de sable fragile dont l’objectif semble être de donner une patine académique à l’agenda hégémonique actuel: plus de capitalisme, exploitant sa matrice exclusive, raciste et coloniale, mais d’un ton différent. cool celui de Trump, Salvini et autres.

Enfin, nous affirmons que la proposition de Pritchett n’est pas seulement irréalisable, mais aussi qu’elle est comprise comme une agression contre le droit international des droits de l’homme. Selon cela, tous les êtres humains, où qu’ils soient, naissent libres et égaux en dignité et sont les détenteurs sans discrimination de l’ensemble des libertés et des droits, tant individuels que collectifs, inhérents à leur condition d’êtres. les humains Tous les citoyens, et en particulier les groupes les plus vulnérables, doivent participer de manière décisive aux décisions qui affectent leur vie et leur environnement. Enfin, les États ont l’obligation de promouvoir, respecter, protéger et garantir les droits de l’homme, c’est-à-dire les droits civils, politiques, sociaux, économiques, culturels et environnementaux, à la fois sur son territoire et à l’extérieur. La proposition migratoire de Pritchett ignore incontestablement ces maximes et contrevient aux conventions internationales: définit les citoyens de première et de deuxième classe; établit une ligne de citoyenneté abyssale parmi la masse des migrants pauvres; Il le fait également dans le cadre d’une stratégie à laquelle les États et l’Union européenne sont invités à collaborer.

En résumé, Pritchett fait une proposition migratoire qui ne constitue en aucun cas une alternative à la fermeture des frontières; dont les analyses sont non viables et étrangères à la réalité globale; qui viole le droit international des droits de l’homme; et qui cherche seulement à nous vendre le capitalisme, le colonialisme et le racisme d’une manière coolet sous une patine académique supposée, inverser les causes et les conséquences. Rien à voir avec une approche émancipatrice de la migration. Cela implique nécessairement de souligner la genèse de la crise actuelle; pour répondre à court terme aux besoins pratiques quotidiens et immédiats des migrants; et en recherchant un autre usage du droit qui permettrait à toutes les personnes exclues du modèle néolibéral de faire l’objet de droits de manière complète, sans distinction de frontières ni de hiérarchies. Ne cherchons pas de raccourcis, le moment l’exige.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici