Le désert de l’asile : de l’internement à la disparition

Lorsque les pratiques d’enlèvement d’enfants, d’internement familial et de détention à durée indéterminée sanctionnés par l’État interdisent toute possibilité de demander l’asile aux points d’entrée officiels, les réfugiés d’Amérique centrale sont de plus en plus forcés de se frayer un chemin vers les États-Unis.

Sophie Smith, Guerres frontalières, 08/11/2018

Au milieu des États-Unis, dans le calme immense du désert de Sonora, une demi-douzaine d’agents de police frontalière en civil vêtus de gilets pare-balles poussent un garçon salvadorien âgé de 15 ans menotté dans le dos vers un véhicule banalisé. La terre cuit à 117 ° F. Deux milles à l’ouest, un hélicoptère Black Hawk poursuit un groupe d’adolescents migrant à travers des ranchs, volant à basse altitude pour projeter un nuage brun de poussière, de cactus et de gravier dans les airs. Un enfant guatémaltèque fuyant la fureur de la machine se heurte à la cour d’un gardien résident, criant au secours, vomissant. À une dizaine de kilomètres au sud, une escouade tactique de policiers de la frontière armés de longs fusils et de lunettes de vision nocturne suit une jeune Hondurienne de 12 ans sans chaussures. Trois milles au nord, dans les plis d’un lit de rivière asséché, les restes d’un père récemment déporté disparaissent en poussière. Trente-cinq milles au sud-ouest, dans le tunnel du port d’entrée de Nogales, Sonora / Arizona, des dizaines d’enfants demandeurs d’asile salvadoriens campent des jours entiers sur le béton, buvant des sodas donnés et plaquant des cartons aplatis contre une vitre révélant aux voyageurs munis de passeports des cadavres passant devant des douaniers armés, à travers les tourniquets et à la lumière des journée.

Ce collage d’incidents récents dont ont été témoins ceux d’entre nous résidant dans la zone militarisée de la frontière sud-ouest ne représente que quelques-uns des méfaits quotidiens que les enfants d’Amérique centrale et leurs familles endurent aux mains des opérations de patrouille des frontières menées dans le désert. Ce scénario risque de dégénérer alors que l’administration Trump s’apprête à déployer jusqu’à 15 000 soldats américains dans la région.  Au cours des deux dernières décennies d’intensification des opérations de sécurité aux frontières, la violence de l’application des lois en matière d’immigration a été évoquée de manière fugace, voire totalement absente de la conversation nationale. Tout cela a semblé changer au cours de l’été lorsque le sort des enfants réfugiés d’Amérique centrale, séparé de leurs parents par l’Immigration and Customs Enforcement (ICE) des États-Unis, a fait irruption dans le paysage médiatique. Un groupe de voix à travers le spectre politique a décrié à juste titre la pratique consistant à isoler les enfants de leurs parents, affirmant que de telles mesures ne font que ramener les réfugiés dans un danger mortel dans leurs pays d’origine. En conséquence, il existe un consensus populaire croissant selon lequel la logique d’enlever des enfants comme moyen de dissuasion de demander l’asile aux États-Unis constitue une forme de terreur d’État.

Détention dissuasive

Pour les Américains centraux cherchant la sécurité à l’intérieur des frontières américaines, les conditions continuent de sombrer dans le cauchemar collectif. En avril, le New York Times a révélé que les autorités américaines avaient séparé des centaines d’enfants de leurs parents demandeurs d’asile. Bientôt, les médias ont révélé que les chiffres étaient beaucoup plus élevés : plus de 2 500 enfants avaient été isolés de leurs tuteurs alors qu’ils étaient en détention. Bien que la pratique des enlèvements d’enfants sanctionnée par l’État ait été officiellement suspendue depuis , la menace du retour d’enlèvements d’enfants est toujours d’actualité, alors que l’administration Trump se bat pour le droit à la détention illimitée de sa famille. Pendant ce temps, des centaines de ces enfantsn’ont toujours pas été retournés à leurs parents. D’autres mères ont été «réunies» avec leurs petits enfants uniquement pour être détenues ensemble dans des cages séparées des maris et des pères.

Le désert comme dissuasif

La terrible réalité du passage de la frontière n’est pas un hasard. C’est le résultat d’un long héritage de services de police fondés sur la dissuasion, qui structure le contrôle des frontières depuis des décennies. Au début des années 90, les agences américaines de contrôle des frontières ont cherché à transformer le désert du sud-ouest en une arme meurtrière.  De Clinton à Bush en passant par Obama, l’arrivée d’une armée d’agents de la police des frontières en pleine croissance, ainsi que la construction et la fortification de plus de 650 km de barrières et de barrières frontalières dans et autour des ports d’entrée officiels, ont imposé une politique basée sur la dissuasion en détournant tactiquement les migrants vers l’arrière-pays.

La doctrine américaine de contrôle des frontières stipule que la prolifération graduelle de morts et de disparitions contribuera à empêcher d’autres migrants potentiels de s’engager dans un voyage épuisant. En fin de compte, la séparation des familles et la crise de la mort dans le désert, les pratiques de dissuasion n’imposent pas le respect général du droit de l’immigration, mais contribuent manifestement à la prolifération des crises humaines et des catastrophes morales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici