Les autoritaristes ont le vent dans les voiles

Kenneth Roth, New York Review of Books, 31 mars 2020. Roth est directeur de Human Rights Watch

 

Pour les dirigeants autoritaires, la crise du coronavirus offre un prétexte pratique pour faire taire les critiques et consolider le pouvoir. La censure en Chine et ailleurs a alimenté la pandémie, contribuant à transformer une menace potentiellement contenue en calamité mondiale. La crise sanitaire s’atténuera inévitablement, mais l’expansion dangereuse du pouvoir des gouvernements autocratiques pourrait être l’un des héritages les plus durables de la pandémie.

En temps de crise, la santé des gens dépend au minimum d’un accès gratuit à des informations précises et à jour. Le gouvernement chinois a illustré la conséquence désastreuse d’ignorer cette réalité. Lorsque les médecins de Wuhan ont tenté de sonner l’alarme en décembre au sujet du nouveau coronavirus, les autorités les ont réduits au silence et les ont réprimandés. Le non-respect de leurs avertissements a donné à Covid-19 une longueur d’avance dévastatrice de trois semaines. Alors que des millions de voyageurs quittaient ou passaient par Wuhan, le virus s’est propagé à travers la Chine et dans le monde.

Aujourd’hui encore, le gouvernement chinois place ses objectifs politiques au-dessus de la santé publique. Il prétend que le coronavirus a été apprivoisé mais ne permet pas une vérification indépendante. Il expulse des journalistes de plusieurs publications an, y compris celles qui ont produit des reportages incisifs, et a détenu des journalistes chinois indépendants qui s’aventurent à Wuhan. Pendant ce temps, Pékin pousse les théories du complot sauvage sur l’origine du virus, espérant détourner l’attention des résultats tragiques de sa dissimulation précoce.

D’autres suivent l’exemple de la Chine. En Thaïlande, au Cambodge, au Venezuela, au Niger, au Bangladesh et en Turquie, les gouvernements détiennent des journalistes, des militants de l’opposition, des travailleurs de la santé et toute autre personne qui ose critiquer la réponse officielle au coronavirus. Inutile de dire que l’ignorance, c’est le bonheur n’est pas une stratégie de santé publique efficace.

Lorsque les médias indépendants sont réduits au silence, les gouvernements peuvent promouvoir leur propagande plutôt que les faits. Le président égyptien Abdel Fattah el-Sisi, par exemple, a minimisé la menace ducoronavirus pendant des semaines, voulant apparemment éviter de nuire à l’industrie touristique égyptienne. Son gouvernement a expulsé un correspondant du Guardian et « averti » un journaliste du New York Times après que leurs articles aient interrogé les chiffres du gouvernement sur le nombre de cas de coronavirus.

Le gouvernement du président turc Recep Tayyip Erdogan nie invraisemblablement qu’il y ait des cas de Covid-19 dans ses prisons. Le Premier ministre thaïlandais Gen Prayut Chan-ocha a averti les journalistes de ne faire rapport que sur les conférences de presse du gouvernement et de ne pas interroger le personnel médical sur le terrain.

Bien sûr, un média gratuit n’est pas un antidote absolu. Un gouvernement responsable est également nécessaire. Le président américain Donald Trump a d’abord qualifié le coronavirus de «canular». Le président brésilien Jair Bolsonaro a qualifié le virus de «fantasme» et les mesures préventives d’«hystériques». Avant de dire tardivement aux gens de rester à la maison, le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a organisé des rassemblements avec ostentation et a étreint et serré la main de partisans. Mais au moins un média libre peut mettre en évidence une telle irresponsabilité; un média réduit au silence lui permet de continuer sans contestation.

Reconnaissant que le public est plus disposé à accepter les prises de pouvoir du gouvernement en temps de crise, certains dirigeants voient le coronavirus comme une occasion non seulement de censurer la critique, mais aussi de saper les freins et contrepoids face à leur pouvoir. Tout comme la «guerre contre le terrorisme» a été utilisée pour justifier certaines restrictions de longue durée aux libertés civiles, la lutte contre le coronavirus menace à plus long terme les atteintes à la démocratie.

Bien que la Hongrie n’ait signalé des infections à Covid-19 que par centaines à ce jour, le Premier ministre Viktor Orbán a utilisé la majorité parlementaire de son parti pour obtenir un état d’urgence indéfini qui lui permet de gouverner par décret et d’emprisonner jusqu’à cinq ans tout journaliste qui diffuse des informations. qui est considéré comme «faux». Le président philippin Rodrigo Duterte s’est également accordé des pouvoirs d’urgence pour faire taire les «fausses» nouvelles.

Alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu fait face à des accusations de corruption, son ministre de la Justice a cité le coronavirus pour suspendre les tribunaux, une décision que la Cour suprême estime menacer les fondements du processus démocratique. L’administration Trump a cité le coronavirus pour décourager les demandes en vertu de la loi sur la liberté de l’information, insistant soudainement pour qu’elles soient faites uniquement par courrier traditionnel, malgré la plus grande sécurité  des communications électroniques.

Certains gouvernements poussent un soupir de soulagement que le coronavirus ait fourni une raison pratique pour limiter les manifestations politiques. Le gouvernement algérien a stoppé les manifestations régulières en faveur d’une véritable réforme démocratique en cours depuis plus d’un an. Le gouvernement russe a arrêté les manifestations d’une seule personne contre les plans de Vladimir Poutine pour lever les limites de mandat de sa présidence. Le gouvernement indien a récemment annoncé un verrouillage de trois semaines qui met fin commodément aux manifestations contre les politiques de citoyenneté anti-musulmane du Premier ministre Narendra Modi. Il reste à voir si ces restrictions survivent à la menace des coronavirus.

D’autres gouvernements utilisent le coronavirus pour intensifier la surveillance numérique. La Chine a étendu l’état de surveillance le plus développé au Xinjiang, pour identifier un million d’Ouïghours et d’autres musulmans turcs à des fins de détention et d’endoctrinement forcé. La Corée du Sud a diffusé des informations détaillées et très révélatrices sur les mouvements des personnes à quiconque aurait pu être en contact entreelles. Le gouvernement israélien a cité le coronavirus pour autoriser son agence de sécurité interne du Shin Bet à utiliser de grandes quantités de données de localisation à partir des téléphones portables des Israéliens . À Moscou, la Russie installe l’un des plus grands systèmes de caméras de surveillance au monde équipé d’une technologie de reconnaissance faciale.

Il ne fait aucun doute que ce sont des temps extraordinaires. Le droit international des droits de l’homme autorise des restrictions à la liberté en cas d’urgence nationale qui sont nécessaires et proportionnées. Mais nous devons nous méfier des dirigeants qui exploitent cette crise pour servir leurs fins politiques. Ils mettent en danger la démocratie et notre santé.