Quelques leçons sur la crise en Italie

0
95

Quelques leçons sur la crise en Italie

Raffaella Bolini, Association italienne de loisirs et de culture

 

  1. Après des décennies d’individualisme et de compétition, nous découvrons que notre propre sécurité dépend de la sécurité des autres, ainsi que du lien entre les comportements individuels et la responsabilité sociale. Cela peut amener à comprendre le besoin d’universalisme de la protection et des droits sociaux:  Le Portugal a étendu la protection sociale aux migrants («ils vivent parmi nous, nous devons aussi les protéger afin d’éviter des dangers pour eux et pour nous»). En Italie, le salaire universel de survie n’est plus un tabou dans le débat politique. Le virus ne reconnaît pas les frontières: et parce que nous ne pouvons pas fermer les frontières pour toujours, il peut amener à prendre davantage soin des pays et des continents les moins protégés, et au besoin d’un nouveau système mondial de sécurité humaine et écologique.
  2. Nous avons redécouvert que le bien commun existe et qu’il ne peut être protégé que par les institutions publiques pour le bien commun. Après des années de démantèlement et de privatisation du système de santé, on découvre la nécessité du système de santé publique et en général de l’autorité publique, qui est au-dessus des intérêts individuels: la réprobation contre les entreprises privées qui obligeaient les travailleurs non essentiels à travailler, mettre en danger la santé publique, est vraiment élevé.
  3. La hiérarchie de la valeur de l’œuvre a été inversée. L’importance du travail de soin a été énormément reconsidérée:médecins, infirmières, pharmaciens, personnel de nettoyage, travailleurs de l’épicerie, collecteurs de déchets…. Nous avons, par exemple, été contraints de découvrir que la chaîne d’approvisionnement en fruits et légumes commence par des travailleurs migrants irréguliers ou temporaires sur le terrain, et que leur absence met en danger notre vie quotidienne: et les propositions concernant leurs droits trouvent désormais plus de consensus.
  4. L’énorme fragilité et insécurité du système de marché mondial est désormais claire. La relocalisation de l’économie n’est plus un rêve, c’est un besoin. Les masques et équipements médicaux ont été bloqués ou confisqués par les pays de production et de transit: nous avons découvert que nous dépendons de l’étranger pour les meubles essentiels, et de nombreuses entreprises nationales ont été obligées de se reconvertir rapidement pour les produire.  Le rêve de survivre au verrouillage grâce au commerce en ligne a été brisé par l’incapacité du système à être pleinement opérationnel en cas d’urgence. Nous avons redécouvert l’importance des magasins de proximité, qui desservent une petite communauté de personnes, tandis que les supermarchés obligent les gens à faire la queue pendant des heures.
  5. La solidarité est redevenue une valeur sociale reconnue. Une énorme quantité d’entraide communautaire et auto-organisée a été créée pour les personnes les plus vulnérables.  Les actions de solidarité d’autres pays (médecins et équipements médicaux de Chine, Cuba, Albanie) ont eu un impact social énorme. Le manque de solidarité de l’Union européenne et de l’Union européenne a également une réprobation populaire, et il sera payé cher si l’attitude ne change pas.
  6. L’avenir sera différent du passé :c’est une compréhension très courante. Bien sûr, elle a un aspect négatif: la crise économique sera terrible. Néanmoins, il porte également une énorme quantité d’espoir. Espoir d’une nouvelle vie, plus orientée vers les valeurs essentielles. Une nouvelle relation avec le temps, avec la nature, avec la communauté. Nouvelles priorités politiques et économiques, consacrées aux biens communs et à la bonne vie. Investissements publics visant à la reconversion sociale et écologique.
  7. La vie sur la planète n’a pas besoin de nous. Le printemps arrive même si nous sommes enfermés à la maison. Les animaux occupent nos rues, les dauphins et les poissons reviennent dans nos ports. Les gens retrouvent le silence.  Le sentiment que nous ne sommes pas propriétaires de la planète et que d’autres formes de vie peuvent bénéficier de notre absence est plus fort que jamais. L’idée du virus comme une «vengeance» de la nature contre nous se propage, ainsi que la nécessité de faire amende honorable.  (Et la perte massive de personnes âgées produit une valorisation populaire des anciennes générations, de leur histoire, de leur rôle au sein de la société).

Pour ne pas conclure

Bien sûr, chacun des 7 points a également une version régressive et réactionnaire. Les forces réactionnaires sont toujours fortes et mèneront la bataille pour l’hégémonie culturelle après la crise.  Néanmoins, en regardant la crise d’un pays où les réactionnaires avaient une grande majorité de consensus, je vois que cette période a un autre signe potentiel, un bon.  Le problème est le manque de référence pour cet espoir de changement, au niveau national et international.   Notre fragmentation est si élevée, au niveau national et international.  Il y a beaucoup de bons acteurs sociaux sur différents territoires et thématiques, mais personne ne peut représenter un collectionneur crédible, reconnu et facile à trouver pour une nouvelle vision globale.  Ainsi, le risque est élevé, de ne pas offrir de réponse à toutes les personnes qui pourraient être prêtes à mettre en œuvre les enseignements tirés de la crise.