Mexique : 50 ans plus tard, la lutte étudiante continue

IRINA CASTRO

Cinquante ans après le massacre de Tlatelolco en 1968, les étudiants mexicains sont à nouveau confrontés à la répression et à la violence. Aujourd’hui, ils s’inspirent de ce passé au nom de la construction d’un autre avenir.

 

Le 3 septembre dernier, la manifestation pacifique convoquée par des étudiants de deux écoles de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM) a été attaquée par un groupe de «porros». Au Mexique, les «porros» sont des groupes de choc) qui tentent de mettre fin aux grèves étudiantes dans les lycées ou les universités, ou qui luttent contre les chefs d’établissement de gauche. Ces groupes ont toujours été utilisés au Mexique par l’État, les instances dirigeantes d’écoles et les partis politiques pour lutter contre la dissidence. Aujourd’hui, ils agissent comme des mercenaires pour une politique de peur imposée au système éducatif. L’attaque a blessé au moins quatorze personnes.

Depuis août, les étudiants protestent pour exiger des contrats complets pour les enseignants, pour s’opposer au «nettoyage» des peintures murales utilisées par les étudiants pour exprimer leurs hommages ou leurs critiques sociales, et pour insister sur le fait qu’il ne devrait pas y avoir de représailles contre les étudiants participants.  Le lendemain de l’attaque, plus de trente campus de l’UNAM (lycées, facultés, écoles supérieures) ont déclaré une grève de 48 heures. De grandes assemblées ont eu lieu pour discuter de la stratégie et des revendications communes. Entre les assemblées, les étudiants ont organisé un réseau de communication et débattu de questions telles que la démocratisation du système éducatif et la lutte contre la violence sexiste et le harcèlement sexuel. Les syndicats et d’autres établissements d’enseignement ont exprimé leur solidarité avec la grève et la répudiation des violences commises à l’encontre des étudiants.

De ces premières assemblées est née une manifestation de masse à l’intérieur du campus principal de UNAM, qui a rassemblé plus de trente mille étudiants. Quelques jours plus tard, le 7 septembre a eu lieu la première assemblée rassemblant les forces des différentes universités et, trois semaines plus tard, une plate-forme commune a été convenue.

Composées de dix points, les revendications du mouvement se concentrent sur le démantèlement des groupes de «porriles»; sur la lutte contre l’insécurité dans les écoles, en mettant l’accent sur la violence sexiste; pour l’élection démocratique des autorités scolaires et l’élimination de la structure de gouvernance autoritaire des écoles et des facultés. En outre, il exige une augmentation du budget de l’éducation et une plus grande dignité du travail des enseignants et des autres membres du corps professoral, ainsi que l’abrogation immédiate de la réforme de l’éducation mise en œuvre par le président sortant Peña Nieto.

Ce mouvement estudiantin est l’héritier des grandes moblisations estudiantines du passé. 2018 en effet marque le 5ième anniversaire des tueries du 2 octobre 1968 . Ce jour-là, l’une des plus grandes manifestations étudiantes du pays avait pris fin par un massacre sur la place des Trois Cultures à Mexico. Il y a cinquante ans, les étudiants mexicains luttaient aujourd’hui pour une éducation publique gratuite et de qualité, un environnement scolaire privilégiant la sécurité et allant à l’encontre de la gestion autoritaire.

Retour sur 1968

En 1968, les Jeux Olympiques avaient lieu dans le pays. L’enthousiasme du gouvernement pour les Jeux avait plus à voir avec la politique qu’avec les sports. La tenue de la dix-neuvième Olympiade avait pour objectif de montrer la stabilité politique et sociale – un miracle économique mexicain . Pourtant, cette image d’harmonie a été perturbée par le tumulte social d’un État autoritaire.

Les changements politiques et culturels survenus à l’étranger (de la révolution cubaine à mai 68) ont également contribué à l’émergence d’un nouveau type de culture de la jeunesse au Mexique – une jeunesse qui s’est rebellée contre l’autoritarisme de l’Etat et qui s’est battue pour la laïcité et la démocratisation de la société. Mais le mouvement qui s’est formé en 1968 faisait également partie d’une longue lutte initiée au milieu des années 1950 par des ouvriers, des paysans et des étudiants.

Le 22 juillet 1968, des élèves de deux écoles préparatoires, l’une appartenant à l’UNAM et les autres à l’Institut national polytechnique, se sont battus dans les rues de Mexico. Les raisons de la lutte restent floues. Un affrontement entre jeunes? Ou bien le conflit a-t-il été provoqué délibérément dans le but de faire de l’ensemble des étudiants une cible légitime de la répression gouvernementale?

Les jours suivants ont vu plusieurs affrontements entre étudiants et policiers anti-émeute. Ces événements ont déclenché une série de mobilisations d’étudiants, qui ont abouti le 2 août 1968 à la formation d’un conseil national de grève. Ses premières revendications concernaient les violences policières et le crime organisé au sein des écoles. Ces demandes ont ensuite été élargies afin de relier la lutte des étudiants à d’autres secteurs de la société mexicaine confrontés à la répression. Cependant, la plate-forme des étudiants n’a pas bien intégré les revendications propres des syndicats. Le mouvement syndical avait perdu d’importantes batailles à la fin des années 50 et au début des années 60.

Les étudiants impliqués dans le mouvement de 1968 ont été confrontés à une situation difficile. Luttant contre la désinformation et le harcèlement de la part de l’État, des étudiants ont commencé à s’organiser en brigades de rue. Ces derniers ont organisé des assemblées spontanées rassemblant des milliers de personnes, peint des slogans sur les murs et fourni un flux continu d’informations. Le gouvernement a répondu aux initiatives des étudiants par une invasion militaire de campus universitaires à travers le pays. Le 18 septembre, le président a ordonné à l’armée de pénétrer dans l’UNAM. Des milliers de soldats avec des chars d’assaut ont pris le contrôle de l’université lors de la réunion du Comité national de grève. L’occupation militaire dura jusqu’au 1er octobre.

Le 2 octobre, juste un jour après le retrait de l’armée de l’UNAM, des étudiants se sont rassemblés sur la place des Trois Cultures, dans le quartier de Tlatelolco, dans la capitale. C’est alors que le bataillon Olympia, a commencé à tirer sur la foule. L’armée est intervenue, puis un massacre est survenu.

Encore aujourd’hui, le nombre de personnes assassinées par l’État est inconnu et de nombreuses théories expliquent pourquoi il a orchestré une réponse aussi violente. Mais malgré le sang et les victimes, le mouvement ne s’est pas arrêté. La lutte a continué. Mais jusqu’à la fin de la grève en novembre (le conseil de grève a été dissout en décembre), des étudiants ont continué à être harcelés, arrêtés, kidnappés et assassinés par la police et les forces armées.

Pourquoi maintenant?

Malgré toutes les tentatives visant à saper le radicalisme des étudiants, les gouvernements mexicains ont continué à faire face à une opposition majeure parmi les étudiants. Cela est particulièrement vrai depuis les années 1960, les grèves de 1986-197 et 1999-2000 représentant également deux luttes particulièrement importantes.

Après une escalade de la violence contre les mouvements ouvriers dans les années cinquante et soixante (parmi les cheminots, les enseignants, les médecins et les travailleurs du télégraphe), le gouvernement mexicain a fait des concessions, avec une augmentation des dépenses publiques en matière de politique sociale et d’éducation. Cela a finalement permis aux enfants d’ouvriers et de paysans d’accéder aux lycées et aux universités. Beaucoup de ces étudiants venaient de familles qui avaient émigré dans les villes pour chercher du travail pendant l’industrialisation de l’économie mexicaine.

Dans les lycées et les universités, ces étudiants ont trouvé un environnement progressiste qui leur a permis de se sensibiliser à l’autorité de l’État et aux changements politiques et culturels en cours ailleurs dans le monde.

Historiquement, de nombreux changements politiques au Mexique ont commencé avec le mouvement étudiant. La question est donc de savoir pourquoi l’attaque contre les étudiants est revenue au premier plan cet automne, à la fin du règne du PRI et avant l’intronisation du nouveau président de centre-gauche, prévue pour décembre.

Parmi ses promesses pré-électorales, Obrador s’est engagé à renverser la réforme de l’éducation mise en œuvre par l’ancien gouvernement sous Peña Nieto. Cela pourrait mettre fin au processus punitif d’évaluation des enseignants introduit par la nouvelle réforme. La réforme a ouvert la porte au gouvernement pour qu’il congédie les enseignants uniquement sur la base de leurs résultats à un examen (processus hautement bureaucratique qui ne tient d’ailleurs pas compte des différences sociales et culturelles du Mexique). Mais cela représente également le retrait des investissements publics, un moyen de privatiser le système éducatif à tous les niveaux.

À première vue, certains analystes ont déclaré que les efforts déployés par des intérêts privés pour conquérir le secteur de l’éducation étaient à l’origine de la déstabilisation. Les protestations des enseignants contre la réforme de l’enseignement ont progressivement gagné le soutien des étudiants, d’où la possibilité d’un fort mouvement unissant les travailleurs et les étudiants, capable de contraindre le nouveau gouvernement à annuler la réforme néolibérale. Mais si l’attaque de la manifestation du 3 septembre était motivée par des intérêts privés cherchant à repousser le mouvement, c’était une erreur. Pour les étudiants qui n’ont pas été réduits au silence; ils ont plutôt répondu par une nouvelle mobilisation. En outre, le nouveau gouvernement a été élu sur une plate-forme politique qui offre aux mouvements sociaux un espace d’influence sur les politiques futures. Dans cette optique, l’hypothèse selon laquelle les attaques serviraient des intérêts privés semble plutôt téméraire.

Une deuxième possibilité est interne à l’université, qui représente elle-même les relations sociales et politiques du Mexique à une micro échelle. Cela signifie que non seulement le gouvernement traverse une période de transition, mais qu’il en va de même pour l’éducation. Étant donné que le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) était dominant pendant plus d’un demi-siècle, les institutions du Mexique ont toujours été contrôlées par le parti. L’émergence d’autres partis politiques et leurs victoires sur le PRI élargissent leur action politique à toutes les institutions de l’État mexicain. Les universités ne font pas exception à la règle et la lutte pour le contrôle de ces universités reste ouverte.

Les acteurs spécifiques derrière les attaques restent donc dans l’ombre. Cependant, il est également important de reconnaître que la mobilisation qu’ils ont provoquée représente une opportunité pour les étudiants, et pas seulement en termes de résistance à la privatisation.

« Ton poing ne me brisera pas l’esprit »

L’une des raisons pour lesquelles des étudiants de CCH Oriente ont participé aux manifestations du 3 septembre était une demande d’enquête sur le meurtre de leur collègue Miranda Mendoza, âgée de dix-huit ans. Miranda a été kidnappée devant l’école le 20 août et quelques jours plus tard, son corps a été retrouvé brûlé.

L’impunité pour le meurtre de femmes est depuis longtemps la norme au Mexique. Les scènes que le monde associe à Ciudad Juárez – considérée comme l’une des villes les plus violentes de la planète, avec des femmes particulièrement touchées – s’étendent depuis longtemps sur l’ensemble du territoire mexicain. Ce fléau reflète une impunité institutionnalisée pour les crimes contre les femmes. Comment pouvons-nous expliquer que chaque heure au Mexique, un étudiant est violé? L’année dernière, des milliers d’élèves ont été violés dans leurs écoles? Ou que chaque jour au Mexique sept femmes sont assassinées?

Le viol, le meurtre, les enlèvements et les disparitions sont des réalitésquotidiennespour les étudiants mexicains. Lorsqu’ils descendent dans la rue pour réclamer leurs droits à une éducation gratuite et à la protection de leur sécurité, ils doivent écrire leurs informations personnelles sur leurs bras ou leurs jambes, au cas où ils disparaissent et que leur corps est retrouvé. Cela reflète également la façon dont l’État mexicain partage aujourd’hui son monopole de la violence avec les formes narco du crime organisé (enlèvements, meurtres, traite des femmes et des enfants, esclavage). La relation entre eux semble profitable pour les deux côtés; le gouvernement peut être qualifié de narcocratie. Ensemble, ils poursuivent la «guerre sale mexicaine» des années 1960 et 1970. La répression militaire menée par l’État vise à dissoudre – par la torture, la détention arbitraire, les enlèvements, les exécutions et les massacres – l’opposition armée et la résistance politique, comme celle des étudiants.

Face à une société hostile, les mouvements féministes et féministes ont été ces dernières années les organisations les plus actives au sein des écoles. Ils ont gardé des espaces de décision et de participation démocratiques, ouverts et sûrs. D’autres luttes sont également importantes pour le mouvement, telles que la lutte pour la défense des enseignants précaires et contre la réforme de l’éducation. Mais nous devons également reconnaître l’importance centrale des mouvements de femmes pour cette nouvelle grève étudiante.

Ces dernières années, les mouvements féministes et féministes se sont organisés dans les écoles pour lutter contre le meurtre de femmes et contre le harcèlement sexuel, en lançant d’importants débats sur les notions de sécurité et de protection qui tentent d’échapper aux influences hétéropatriarcales. C’est ce mouvement qui demande depuis plus d’un an que justice soit rendue à Lesvy Berlín Rivera Osorio. Bien que son assassinat ait été qualifié de suicide pour la première fois par la police, grâce aux femmes qui ont exigé que le processus d’enquête suive une perspective sexospécifique, il a ensuite été reconnu comme un meurtre. Ce mouvement a également exigé que Mariela Vanessa Díaz Valverde, étudiante à l’UNAM disparue le 27 avril sur le chemin de l’université, soit rendue vivante.

Face à la réalité concrète de la violence à l’égard des femmes et dans le cadre d’une prise de conscience accrue de la violence et du harcèlement, l’université offrait un espace dans lequel les femmes pouvaient réagir et s’organiser. Ce mouvement étudiant, qui englobe également les enseignants et le personnel universitaire, a récemment ouvert des espaces sûrs pour signaler différentes formes de violence à l’égard des femmes. «Nous croyons en vous» (Yo Te Creo Compañera) en est un exemple. Ce mouvement a pour but de signaler des cas de harcèlement sexuel et de travail contre les femmes au sein de l’université. Il a également attaqué l’obstruction des procédures d’enquête par les autorités universitaires, ainsi que leur plus grande complaisance et leur silence. Tel est l’exemple de Pedro Burrola Ávila, ancien secrétaire aux affaires étudiantes de la faculté d’économie de l’UNAM, qui fait face à quatre plaintes pour avoir agressé sexuellement des étudiants.

Malheureusement, le rôle des femmes lors de la grève étudiante de 1968 n’a pas été correctement reconnu. À l’époque, la présence des femmes dans les universités était relativement faible. Les statistiques les plus optimistes suggèrent que 16% des étudiants de l’UNAM à l’époque étaient des femmes; chez IPN, 1%. La participation des femmes à la grève s’est principalement concentrée sur les tâches de soins qu’elles ont accomplies durant cette période. Il est donc important de mentionner que les femmes étaient également actives dans les brigades de rue, faisaient face à la police au même titre que les hommes, étaient également arrêtées et étaient au cœur du processus de décision. Les déléguées du Conseil national de grève étaient des femmes, Roberta Avendaño Martínez (Tita) et Ignancia Rodríguez (La Nacha). En outre, le mouvement des femmes qui a émergé durant cette période ne s’est pas limité aux étudiants. Les mères des élèves disparus,

La présence des femmes lors de la lutte des étudiants mexicains de 68 a également permis la montée des mouvements féministes. Ces femmes ont non seulement protesté contre l’autoritarisme de l’État et la violence policière, mais ont également mis en cause le rôle de genre attendu des femmes dans la famille et dans la société en général. Aujourd’hui, les femmes sont confrontées à la même structure d’oppression, dans un contexte de violence encore plus grande. Au sens figuré, ce nouveau mouvement étudiant est constitué des petites-filles des femmes de 68. Mais contrairement à il y a cinquante ans, les demandes actuelles ont une perspective de genre intégrée.

L’avenir est ouvert

Le soulèvement étudiant de cette année au Mexique est une réponse à la criminalité, à la corruption, à l’autoritarisme, à la violence sexiste et aux tentatives néolibérales de privatiser l’éducation. Une fois de plus, les étudiants mexicains expliquent clairement que la démocratie du pays est prise en otage par des intérêts qui ne servent pas le bien commun du peuple.

Entré en fonction le 1er décembre, López Obrador devra luimême répondre aux demandes de ces étudiants. Ils portent le souvenir de 68, éclairé par les flammes d’un esprit inébranlable. Comme le soulignent les étudiants eux-mêmes: «Nous sommes les petits-enfants de 1968, les enfants de 1999, les frères et sœurs d’Ayotzinapa; le combat ne commence pas, il n’a jamais pris fin.

Les étudiants ont besoin d’une stratégie qui leur permette d’aller au-delà des procédures bureaucratiques et de contrôler la table des négociations. Une union entre étudiants, ouvriers et paysans repousse aujourd’hui les conséquences de décennies de destruction du système éducatif public et de la violence institutionnalisée. Et bien que nous ne devrions pas considérer la nouvelle administration de López Obrador comme un gouvernement socialiste, nous pouvons au moins nous attendre à ce que toute manifestation ou mouvement de masse ne reçoive pas de réponse violente.

Le président élu a déjà exprimé sa solidarité avec la grève des étudiants et a promis de mettre fin à tous les groupes de «porriles» dans les écoles et les universités. Son administration a également annoncé récemment qu’une demande émanant du mouvement de 1968 serait enfin satisfaite, avec la création de bourses d’études pour tous les étudiants du secondaire. Selon López Obrador, chaque étudiant recevra une bourse annuelle d’environ 531 dollars américains.

Le succès de ce mouvement dépendra donc du contrôle qu’il a des négociations avec le nouveau gouvernement. À cette fin, le mouvement étudiant continue de promouvoir des relations étroites avec le mouvement des travailleurs, des femmes et des paysans, alors qu’ils associent des questions de travail, de genre et de droits démocratiques.

Ceux qui croient que la répression peut empêcher un soulèvement étudiant n’ont pas appris de l’histoire. La violence d’État à l’encontre des étudiants a toujours entraîné de nouvelles formes d’organisation et de résistance. En fait, les efforts visant à perturber les relations entre les étudiants et l’État ne semblent que nourrir le mouvement des étudiants.

L’opportunité d’un véritable changement au Mexique ne repose pas sur le nouveau gouvernement, mais sur la capacité des mouvements sociaux à faire pression sur ce dernier pour lui permettre de tenir ses promesses et d’ouvrir des espaces de dialogue avec les communautés, les travailleurs et les étudiants. L’avenir est ouvert.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici