Mexique : derrière la caravane

LAURA WEISS, NACLA, 22 octobre 2018

La caravane de migrants qui fait les gros titres de l’actualité, ces jours-ci, continue de croître alors qu’elle passe du Guatemala au Mexique. Un groupe d’environ 1 600 personnes a  quitté le Honduras au début de la semaine dernière, mais des milliers d’autres l’ont rejoint. Dimanche, quelque 7 000 personnes étaient arrivées à Tapachula après avoir franchi la frontière entre le Guatemala et le Mexique la veille. À leur arrivée, de nombreuses personnes se sont effondrées épuisées après avoir enduré une promenade de 40km dans une chaleur de 40 degrés en une journée. Les caravanes en tant que stratégie militante ne sont pas nouvelles, mais la taille et l’attention médiatique les plus récentes l’ont distinguée.

« Ce qui se passe actuellement, ce dont nous sommes témoins, n’a pas de précédent », a déclaré dimanche un  communiqué publié par les organisations de défense des droits des immigrants mexicains. La situation évolue rapidement, des rapports contradictoires faisant état d’une région chaotique.

Trump s’est engagé à couper l’aide du Honduras s’il n’arrêtait pas les caravanes, tout en promettant de déployer l’armée à la frontière américano-mexicaine pour la fermer aux migrants. Il a  affirmé que des  « criminels et des gens du Moyen-Orient » étaient impliqués dans la caravane et que celle-ci était financée par les Démocrates, un effort alarmiste alarmant deux semaines avant les élections américaines à mi-parcours.

La réponse du Mexique a été mitigée. La semaine dernière, 500 policiers fédéraux sont arrivés à la frontière entre le Mexique et le Guatemala. Lorsque les migrants ont tenté de franchir un pont séparant Tecún Uman et Ciudad Hidalgo, la police est intervenue avec des gaz lacrymogènes. Des migrants ont choisi de traverser en bateau la  rivière Suchiate  tandis que d’autres se sont regroupés.

Quelques jours plus tard, la  police antiémeute  laissait passer les migrants ou les ignorait. Selon diverses informations, de plus en plus de groupes de migrants traverseraient la frontière méridionale du Mexique.

Entre-temps, des agents de migration mexicains amènent certains des migrants dans un refuge temporaire. La police mexicaine a affirmé que le site n’était  pas un « centre de détention »,  mais un groupe d’organisations de défense des droits des migrants a  publié une déclaration condamnant la répression contre les migrants, et contre une situation où les conditions dans ce site ne sont pas adéquates. Outre le manque de préparation, de coordination et de ressources à la disposition des migrants, certains ont signalé que  personne n’était autorisé à sortir  du refuge. Le gouvernement mexicain enregistre actuellement les migrants et les informe de leur droit de demander l’asile. L’année dernière, le Mexique a traité quelque 15 000 demandes d’asile, ce qui est de loin supérieur à 2014.

Le bureau de réfugiés du Mexique a pris de l’ampleur ces dernières années et a reçu une assistance technique et en personnel du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), mais a eu du mal à satisfaire les demandes croissantes d’asile.

Les caravanes reflètent à la fois la nature persistante des problèmes structurels qui obligent à émigrer du triangle nord de l’Amérique centrale, les échecs de la politique de migration et de la politique étrangère des États-Unis et les options de moins en moins offertes à ces réfugiés pour rechercher la sécurité dans la région.

La dernière fois que la situation critique des réfugiés d’Amérique centrale a commencé à faire la une des journaux internationaux, c’était à l’été 2014 : au cours d’une période de trois mois, 70 000 enfants migrants non accompagnés et un nombre égal de familles voyageant avec des enfants, sont venus à la frontière américano-mexicaine, principalement du Honduras, du Guatemala et du Salvador. Les métaphores évoquant l’apocalypse prévalaient: les demandeurs d’asile étaient décrits comme une « vague », «un  torrent », un « déluge ».

La réponse de l’administration Obama a été multiple: tout d’abord, elle a fait pression sur le gouvernement mexicain pour qu’il  durcisse sa propre frontière méridionale. Ce plan est devenu le Southern Border Plan, financé en partie par le gouvernement des États-Unis, qui impliquait de construire des centres de détention et de renforcer les rangs des agents de la migration au Mexique. Le plan est toujours en vigueur, plus activement que jamais.

La deuxième réponse de l’administration Obama a été de proposer d’augmenter l’aide au développement et à la sécurité au Honduras, au Guatemala et au Salvador, afin de s’attaquer aux « causes profondes » de la migration. En réalité, le programme porte principalement sur le  libre-échange  plutôt que sur l’amélioration des conditions de vie. les pauvres. Parallèlement, Obama a tenté d’accroître la capacité des États-Unis de traiter les réfugiés. Mais n’est qu’en 2016 que le Département des douanes et de la protection des frontières a commencé à traiter les demandes d’enfants d’Amérique centrale dans le cadre du  programme de mineurs d’Amérique centrale  (CAM). Sur les centaines de milliers d’enfants en quête de sécurité, très peu étaient éligibles – pendant la durée du programme, seulement 1 627 ont pu entrer aux États-Unis de cette façon.

Sous Obama, il y avait peu de soupapes de sécurité disponibles pour ces enfants et leurs familles afin de rechercher la sécurité. Le statut de protection temporaire (TPS) a permis à 57 000 Honduriens de rester aux États-Unis, mais le programme  expirera en 2020 . Si un enfant n’est pas éligible à l’asile, statut qui exige de  s’inscrire dans des catégories juridiques strictes et exclut la violence dans les gangs, un juge pourrait leur accorder une suspension de l’expulsion. Néanmoins en 2015, au moins  quatre-vingt-trois enfants ont été déportés, en violation flagrante du droit international en matière d’asile, selon lequel une personne ne peut être renvoyée dans un endroit où elle est en danger de mort.

Maintenant sous Trump, la situation s’aggrave.

Complicité américaine

L’idée de couper l’aide au Honduras en réaction à la dernière caravane d’immigrants est absurde. Après l’assassinat de la défenseuse des droits de l’environnement Berta Cáceres en 2015 par des tueurs liés aux forces de sécurité, un certain nombre d’organisations ont œuvré pour faire adopter la  loi Berta Cáceres, qui interdirait toute aide aux appareils militaires et policiers du Honduras. D’autres projets de loi ont recommandé de renforcer les efforts du pays en matière de lutte contre la corruption ou d’affecter 75% de ses fonds au respect des exigences des droits de l’homme.

Au cours de 2017, le Honduras a reçu une aide des États-Unis de 91 millions de dollars et une aide à la « sécurité » de 19 millions de dollars.  L’année précédente, les États-Unis avaient également vendu au Honduras des millions de dollars d’armes. Dans la même période, on a su que le chef de la police du Honduras aurait aidé les cartels à exporter 170 livres de cocaïne aux États-Unis. En décembre dernier, une vioente répression s’est abattue contre des gens qui manifestaient contre l’élection frauduleuse du président Juan Orlando Hernández – qui a été par la suite endossée par les États-Unis.

La violence au Honduras s’est intensifiée plus largement depuis 2009, lorsque le pays a renversé son président démocratiquement élu, Manuel Zelaya, avec le soutien tacite des États-Unis. Les présidents de droite qui ont suivi ont mis en avant des programmes économiques néolibéraux qui ont aggravé les conditions des travailleurs pauvres, dont la conséquence a été l’exode de milliers de de migrants transitant par le sud du Mexique.

L’utilité des caravanes

Au-delà de la visibilité, les caravanes servent à renforcer la sécurité des gens qui en font partie. Sur le sentier des migrants, les migrants font face à une myriade de dangers et de défis au cours de leur voyage, allant de la menace de vol aux blessures en passant par les enlèvements et le viol. Selon certaines sources, 80 % des femmes d’Amérique centrale seraient victimes de violences sexuelles lors du trajet vers les États-Unis. Également, au cours de la dernière année seulement, plus de 400 personnes ont trouvé la mort en tentant de franchir la frontière dans des territoires de plus en  plus dangereux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici