Mexique : la grande bataille des syndicats

David Bacon, Socialist Project, 14 janvier 2019

 

L’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) était en vigueur depuis quelques mois lorsque Ruben Ruiz a trouvé un emploi à l’usine Itapsa de Mexico au cours de l’été 1994. Itapsa a fabriqué des freins automobiles pour Echlin, un fabricant américain racheté plus tard par l’énorme groupe Dana Aftermarket. Dans l’usine, la poussière d’amiante provenant des pièces de freinage recouvrait les machines et les personnes. Ruiz avait à peine commencé son premier quart de travail quand une machine fonctionnait mal, coupant quatre doigts à la main de l’homme qui la manipulait.

Pour Ruiz, il était clair que les choses tournaient très mal, il est donc allé à une réunion pour parler de l’organisation d’un syndicat. Lorsque les responsables d’Itapsa ont eu vent de l’effort, ils ont commencé à licencier les organisateurs. Néanmoins, de nombreux travailleurs ont adhéré au STIMAHCS, un syndicat indépendant et démocratique de métallurgistes.

Les travailleurs d’Itapsa ont déposé une pétition pour une élection, mais ont ensuite découvert qu’ils avaient déjà un «syndicat» – une unité de la Confédération des travailleurs mexicains (CTM). Ils n’avaient jamais vu le contrat syndical – en substance, un «contrat de protection», qui isole la société des conflits de travail.

Le responsable des ressources humaines de l’usine a déclaré à Ruiz que la direction d’Echlin aux États-Unis avait déclaré que tout travailleur organisant un syndicat indépendant devrait être immédiatement licencié. «Il m’a dit que mon nom figurait sur une liste de ces personnes», a raconté Ruiz, «et j’ai été renvoyé sur place.»

Néanmoins, un vote a eu lieu en septembre 1997 pour décider de l’affiliation syndicale. Mais avant les élections, un agent de la police d’État a conduit une voiture remplie de fusils devant l’usine. Deux bus chargés d’étrangers sont arrivés, armés de gourdins et de barres de cuivre.

Au cours du vote, des employés de la CTM ont escorté des travailleurs devant le club et des inconnus armés de fusils. Certains travailleurs ont été maintenus de force dans une partie de l’usine pour les empêcher de voter. Au bureau de vote, on a demandé à haute voix aux employés quel syndicat ils préféraient, devant la direction et les représentants de CTM.

STIMAHCS a tenté d’annuler l’élection. Mais l’organe gouvernemental chargé de le gérer, la Commission de conciliation et d’arbitrage (JCA), a endossé ce pseudo vote, même après que des voyous aient brutalisé un des organisateurs du syndicat indépendant.

Les syndicats d’affaires au Mexique

Depuis 20 ans, l’élection d’Itapsa est le symbole de tout ce qui ne va pas avec la législation du travail mexicaine, qui protège sur le papier les travailleurs qui cherchent à s’organiser, mais qui a été systématiquement miné par une succession de gouvernements décidés à maintenir une main-d’œuvre à faible salaire et attirer des investissements étrangers. Dana Corporation n’était qu’un bénéficiaire – Itapsa était la norme, pas l’exception.

En 2015, des milliers de travailleurs agricoles ont frappé des producteurs américains en Basse-Californie. Au lieu de reconnaître leur nouveau syndicat indépendant, les producteurs ont signé des contrats de protection avec la CTM, qui ont été certifiés par la JCA locale. Les grévistes ont été mis sur la liste noire. Plus tard dans l’année, des travailleurs ont tenté d’enregistrer un syndicat indépendant dans quatre usines de Juarez. Quelque 120 travailleurs qui fabriquaient des cartouches d’encre pour Lexmark ont ​​été licenciés, ainsi que 170 personnes chez ADC Commscope et beaucoup d’autres à Foxconn et Eaton.

La commission du travail a refusé de réintégrer les travailleurs licenciés à Juarez et à Baja, conformément au schéma établi à Itapsa deux décennies plus tôt. En effet, les JNC ont joué un rôle clé dans la défaite des tentatives des travailleurs de former des syndicats démocratiques, protégeant invariablement les employeurs et les syndicats favorables aux entreprises.

Ça pourrait changer

Le président Andrés Manuel López Obrador (AMLO), dit maintenant que tout cela est fini. Le secrétaire adjoint du Travail dans la nouvelle administration, Alfredo Dominguez Marrufo, a promis qu ‘«après toutes ces luttes, nous pouvons enfin nous débarrasser du système de contrat de protection. Nous pouvons démocratiser nos syndicats, choisir nos propres dirigeants et négocier nos propres contrats. Ce gouvernement défendra la liberté syndicale des travailleurs. Ce droit existait en théorie, mais nous avions une structure qui le rendait impossible. Cela va changer.  »

Cela pourrait avoir un impact important sur la vie politique au Mexique, où les dirigeants syndicaux d’entreprises sont insérés dans le pouvoir politique et la corruption. Cela pourrait changer le rôle dominant joué par les entreprises américaines dans l’économie mexicaine et affecter les relations entre les travailleurs des deux pays. Surtout, cela augmenterait le niveau de vie des travailleurs que López Obrador a qualifié de «parmi les plus bas de la planète». Dans son discours devant le Congrès mexicain lors de son investiture le 1er décembre, le nouveau président a mis en procès 36 ans de politique économique néolibérale. Les réformes ont abaissé le pouvoir d’achat du salaire minimum mexicain de 60%. Aujourd’hui, à la frontière, ce salaire atteint un peu plus de 4 dollars par jour.

Protéger les entreprises des exigences de salaires plus élevés a fait du Mexique un endroit rentable pour faire des affaires. Les grands constructeurs automobiles, les principaux fabricants de vêtements du monde et les assembleurs électroniques de haute technologie ont tous construit de grandes usines pour tirer parti de la politique économique néolibérale du Mexique, qui a commencé plus de deux décennies avant la négociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Ce capitalisme sauvage a eu d’autres résultats Entre 1988 et 1992, 163 enfants de Juarez sont nés avec une anencéphalie, sans cerveau, une maladie extrêmement rare. Selon les experts, les défauts étaient dus à l’exposition à des produits chimiques toxiques dans les usines ou à leurs rejets toxiques. La colonie de Chilpancingo située en banlieue de Tijuana, où se trouvait l’usine de batteries de Metales y Derivados, a connu le même fléau.

Quand les compagnies sont venues au sud, les Mexicains sont partis pour le nord. «Au cours de la période néolibérale, nous sommes devenus le deuxième pays du monde où la migration est la plus forte», a déclaré López Obrador. 24 millions de Mexicains [la population du Mexique était de 129,2 millions en 2017] vivent et travaillent aux États-Unis,… Ils envoient 30 milliards de dollars par an à leurs familles. Au cours de sa campagne électorale de six ans au cours de laquelle il a parlé dans pratiquement toutes les grandes villes du pays, López Obrador a répété ce qu’il a dit plus tard au Congrès, à savoir que seul un développement visant à fournir une alternative à la migration : « Nous allons mettre de côté l’hypocrisie néolibérale ».. «Les pauvres nés ne seront pas condamnés à mourir pauvres… Nous voulons que la migration soit facultative et non obligatoire [pour rendre les Mexicains] heureux où ils sont nés, où se trouvent les membres de leur famille, leurs coutumes et leurs cultures.»

À contre-courant du néolibéralisme

López Obrador a critiqué deux autres articles de foi néolibéraux, à savoir que la privatisation de la partie de l’économie mexicaine appartenant à l’État entraînerait une croissance économique et que des modifications favorables à la société dans le droit du travail créeraient des emplois et augmenteraient les revenus.

Avant l’adoption de l’ALENA, le président mexicain Carlos Salinas de Gortari a imposé les modifications apportées par le Congrès aux garanties de la réforme agraire contenues dans la Constitution, afin de faciliter la propriété des terres par des particuliers. De nombreuses terres communales (ejidos) créées au cours des décennies précédentes ont été dissoutes et leurs terres vendues à des investisseurs. Les agriculteurs sont devenus des travailleurs salariés sur des terres qu’ils possédaient auparavant. Les réformes agraires ultérieures ont multiplié l’octroi de concessions à des sociétés minières étrangères sur plus d’un tiers du territoire mexicain, leur permettant de développer leurs activités même face à l’opposition locale.

Les prix des produits de base ont été dérèglementés et les subventions gouvernementales sur les denrées alimentaires réduites ou totalement supprimées. En 1998, le gouvernement a dissous CONASUPO, un système de magasins d’État vendant des produits alimentaires de base tels que des tortillas et du lait à bas prix subventionnés. Dans le même temps, les soutiens de prix pour les petits producteurs de maïs ont également été supprimés. Alors que l’ALENA permettait aux sociétés américaines d’inonder le marché mexicain de maïs importé bon marché et subventionné, des millions d’agriculteurs ont été déplacés et ne pouvaient plus vendre leur maïs à un prix qui en payait pour le faire pousser.

«Le Mexique est à l’origine du maïs, cette plante bénie», a noté amèrement López Obrador, «et nous sommes maintenant la nation qui importe le plus de maïs au monde.» Il a annoncé qu’un système de production et de distribution subventionné de type CONASUPO serait rétabli.

La privatisation a marqué un changement de 180 degrés dans l’orientation de la politique économique mexicaine. Après la révolution de 1910-1920, les républicains pensaient que pour être véritablement indépendant, le Mexique devait s’assurer que ses ressources étaient contrôlées par les Mexicains et utilisées à leur avantage. La voie vers ce contrôle était la nationalisation, pour mettre fin au transfert de richesse hors du pays et pour mettre en place un marché intérieur dans lequel ce qui était produit au Mexique serait également vendu là-bas.

Le Mexique a donc garanti aux travailleurs des droits dont les syndicats et les travailleurs américains ne pouvaient que rêver. Les indemnités de licenciement sont obligatoires et les travailleurs ont le droit de participer aux bénéfices. Lors de grèves légales, les entreprises ont dû fermer leurs portes jusqu’à la résolution du conflit. Sur papier, le gouvernement a reconnu le droit de toute personne à l’éducation et au logement.

En contrepartie, les syndicats mexicains ont toutefois renoncé à l’autonomie et au contrôle de leurs propres affaires. Le gouvernement a enregistré les syndicats et supervisé leurs processus internes et le choix de leurs dirigeants. Elle n’a jamais toléré une action indépendante des travailleurs et des syndicats en dehors de sa structure politique. Lorsque le gouvernement a modifié sa politique économique, utilisant des salaires bas pour attirer les investissements étrangers et produisant pour le marché américain plutôt que pour le Mexique, le gouvernement pouvait et devait punir sévèrement la résistance.

Sous les présidents Salinas de Gortari et Zedillo (1988-2000), les réformes de la privatisation sont devenues un tourbillon. Parmi les entreprises et industries concernées figuraient la compagnie aérienne Aeromexico, la compagnie de téléphone, le secteur pétrochimique dépendant de la compagnie pétrolière gérée par l’État, l’aciérie Sicartsa, le réseau ferroviaire, de nombreuses mines mexicaines et l’exploitation des ports du pays.

Le dirigeant du syndicat chez Aeromexico a été emprisonné après avoir refusé d’accepter la privatisation de l’entreprise et le licenciement de milliers de travailleurs. Le chef de l’un des plus grands groupes du syndicat des employés du système de sécurité sociale, l’IMSS, a également passé des mois en prison en 1995 pour avoir dénoncé les projets du gouvernement de privatiser l’énorme agence fédérale des retraites et des soins de santé.

En 1991, l’armée mexicaine a repris le port de Veracruz, a dissous le syndicat et installé trois entrepreneurs privés pour charger et décharger les navires. Les salaires horaires des débardeurs de Veracruz sont passés d’environ 7,00 $ à 1,00 $, alors que la productivité est passée de 18 à plus de 40 conteneurs d’expédition traités par heure.

Lors de la privatisation de l’aciérie Sicartsa en 1992, les salaires ont été réduits de moitié et 1 500 des 5 000 employés de l’usine ont été licenciés. Ils ont ensuite été réembauchés en tant que travailleurs temporaires en vertu de contrats de 28 jours.

Le gouvernement mexicain a vendu les mines de cuivre Cananea et Nacozari, parmi les plus grandes au monde, au groupe Larrea, à une fraction de leur valeur comptable. En 1997, Larrea a acheté le chemin de fer Pacific North, en partenariat avec Union Pacific, en Pennsylvanie. Les travailleurs de tout le nord du Mexique ont organisé une série de grèves sauvages sur leurs effectifs, qui ont été réduits de plus de 13 000 fois. Ils ont perdu.

Treize financiers mexicains sont devenus des milliardaires sous l’administration Salinas, et Larrea était l’un d’entre eux. Grupo Mexico a forcé le syndicat des mineurs de Cananea à se mettre en grève en 2009, un conflit toujours non résolu. Après l’explosion de la mine de charbon Pasta de Conchos de Grupo Mexico en 2006, après l’effondrement de 65 mineurs, le président du syndicat, Napoleón Gómez Urrutia, a été contraint de s’exiler au Canada. Il avait accusé Larrea d’homicide pour avoir abandonné ses efforts de secours au bout de trois jours seulement. En octobre dernier, Gómez Urrutia a été élu sénateur à Sonora sur le ticket Morena (le parti de López Obrador) et est finalement revenu du Canada pour reprendre ses fonctions.

La privatisation la plus dure a eu lieu en 2009, lorsque le président Felipe Calderon a dissous la société d’État PME, située dans le centre du Mexique. En licenciant ses 44 000 travailleurs, Calderon espérait détruire l’un des syndicats les plus anciens et les plus démocratiques du Mexique, le Syndicat mexicain de l’électricité (Sindicato Mexicano de Electricistas – SME). Les activités de la société ont été intégrées à la Commission fédérale de l’électricité. Salinas et Zedillo ont déjà autorisé la production d’électricité privée, et le prédécesseur immédiat de López Obrador, Enrique Peña Nieto, a mis en place des projets de vente d’énergie privée aux consommateurs. Pendant ce temps, la Commission fédérale de l’électricité devait être éliminée. Peña Nieto a poussé le Congrès à adopter une réforme de la Constitution pour annuler la garantie de la propriété nationale des industries pétrolière et électrique.

Loin d’accroître la productivité et les investissements, cependant, «les dommages causés au secteur national de l’énergie par le néolibéralisme sont si graves», a déclaré López Obrador, «que nous ne sommes pas seulement le pays pétrolier qui importe le plus d’essence au monde, J’achète maintenant du pétrole brut pour approvisionner les six seules raffineries qui survivent à peine.  »

Humberto Montes de Oca, secrétaire aux affaires extérieures du syndicat des PME, a déclaré: «Le pays est en faillite. Avant de pouvoir redistribuer la richesse, nous devons la récupérer. Nous savons que les banques vont s’opposer à l’inversion de la réforme énergétique avec les autres. Nous devrons tous participer pour défendre les changements que ce nouveau gouvernement tentera d’apporter. »La PME a mis en place une coopérative et a repris le contrôle de sept centrales électriques, ainsi que d’autres biens ayant appartenu à l’ancienne société.

«La corruption est le signe distinctif du néolibéralisme», a déclaré López Obrador. «La privatisation est synonyme de corruption au Mexique… Le vol des biens du peuple et des richesses de la nation est un mode opératoire … Au cours des trois dernières décennies, les plus hautes autorités se sont consacrées à faire des concessions sur le territoire et à transférer des entreprises. et des biens publics, voire des fonctions de l’État, à des particuliers nationaux et étrangers … Le gouvernement ne facilitera plus les pillages et ne sera plus un comité au service d’une minorité rapace.  »

La bataille de l’éducation

À ce jour, seule une réforme économique promulguée par les prédécesseurs de López Obrador a été totalement abrogée: la réforme de l’éducation qui prévoyait des tests standardisés pour les élèves et des tests et des licenciements des enseignants. Les enseignants mexicains ont une longue histoire de résistance et de politique radicale. Plus de 100 enseignants dans le seul État d’Oaxaca ont été tués au cours de leur lutte pour le contrôle de leur syndicat et pour la défense des communautés autochtones dans lesquelles ils vivaient. Des années de grèves massives d’enseignants contre la réforme de l’éducation menée par le gouvernement ont finalement conduit à un massacre à Nochixtlan en juin 2016, au cours duquel neuf personnes ont été abattues par la police fédérale et la police d’État.

La disparition et l’assassinat de 43 étudiants de l’école de formation d’ Ayotzinapa en septembre 2014 étaient également un produit indirect du programme de réforme de l’éducation en entreprise. Leur école avait la réputation de devenir des enseignants radicaux, à l’instar de nombreuses écoles de formation rurales, et leurs élèves venaient de certaines des familles les plus pauvres de la campagne.

Dans son allocution, López Obrador a promis : «La soi-disant réforme de l’éducation sera annulée, le droit à une éducation gratuite sera établi à l’article 3 de la Constitution à tous les niveaux de l’enseignement et le gouvernement n’offensera plus jamais les enseignants. La disparition des jeunes d’Ayotzinapa fera l’objet d’une enquête approfondie. La vérité sera connue et les responsables seront punis. »Lors de réunions avec le caucus des enseignants démocrates, il a également promis des élections libres dans leur syndicat, le plus important d’Amérique latine. L’élimination du groupe autoritaire qui a occupé le pouvoir au sein de l’union pendant des décennies pourrait modifier l’équilibre entre la gauche et la droite dans la politique institutionnelle du Mexique.

Réformer la législation du travail

Malgré les mesures prises contre la réforme de l’éducation, la plupart des syndicats mexicains ne s’attendent pas à ce que le nouveau gouvernement renverse les privatisations déjà engagées, du moins pas durant les trois premières années du mandat de six ans de López Obrador. Au lieu de cela, ils se concentrent sur le projet de réforme fondamentale du droit du travail.

En mai 2000, la Banque mondiale a formulé une série de recommandations à l’administration mexicaine intitulée «Un programme de développement intégré pour l’ère nouvelle». La Banque a recommandé de réécrire la Constitution mexicaine et le droit fédéral du travail en supprimant ses obligations en matière du statut de 90 jours qui limite le travail à temps partiel et respecte la semaine de 40 heures. La Banque recommande également de supprimer l’indemnité de licenciement. Elle demande enfin la levée de l’interdiction de briser les grèves, ainsi que de ses garanties en matière de formation professionnelle, de soins de santé et de logement.

Les recommandations étaient si extrêmes que même certains employeurs les avaient condamnées. Le président Vicente Fox (2000-2006) a souscrit à la proposition, mais elle n’a pas été approuvée par le Congrès. Après de nouvelles tentatives, le président Felipe Calderon (2006-2012) a néanmoins adopté une réforme similaire en 2012. Elle permet aux entreprises d’externaliser ou de sous-traiter des emplois, ce qui était auparavant interdit. Cela permet un travail à temps partiel ou temporaire et une rémunération à l’heure plutôt que le jour. Les travailleurs peuvent maintenant être licenciés sans motif pour leurs six premiers mois de travail.

Arturo Alcalde, l’un des avocats du droit du travail les plus respectés au Mexique et ancien président de l’Association nationale des avocats démocrates, a qualifié les réformes d’«invitation ouverte aux employeurs à multiplier les licenciements». En un seul cas, Grupo Mexico a remplacé les grévistes de la mine de Cananea en sous-traitant leurs emplois. Des remplaçants inexpérimentés sont morts dans des accidents de mines et ont laissé un énorme déversement de résidus de mines toxiques dans la rivière Sonora, contaminant les communautés et rendant les habitants malades.

Selon Benedicto Martinez, coprésident du Front authentique des travailleurs (FAT), la fédération syndicale à laquelle appartient le STIMAHCS, «le gouvernement, motivé par des syndicats d’entreprise, avait pour objectif d’encourager la mise à pied des employés de longue date,. Il existe actuellement des entreprises où tous les travailleurs sont sous-traités et qui n’ont aucun employé. Les conditions sont à peine au-dessus du minimum légal et parfois même en dessous.

L’année dernière, sous la pression de l’Union européenne, qui cherchait un accord de libre-échange avec le Mexique, le gouvernement Peña Nieto devait accepter de réformer certaines des pratiques de travail favorables aux entreprises. Le gouvernement a été contraint de ratifier la convention 98 de l’Organisation internationale du travail (OIT) garantissant la liberté d’association. Peña Nieto a ensuite demandé au Congrès mexicain d’adopter une réforme constitutionnelle pour péréniser ces changements. Les syndicats d’entreprise comme la CTM, se sentant clairement menacés par la réforme, ont présenté leur propre législation pour en annuler les effets. Ils n’ont pas réussi à la faire adoptée, car il est devenu évident que López Obrador serait élu président suivant.

Aux yeux de Martinez, la réforme constitutionnelle est «la proposition la plus avancée que vous puissiez imaginer. Cela inclut la démocratie syndicale et la disparition des conseils de conciliation et d’arbitrage, qui ont toujours été complices des patrons et des syndicats d’entreprise. Dans certains États, un contrat syndical est traité comme un secret d’État, que personne n’est autorisé à voir.  »

Martinez pense que la réforme est le fruit de nombreuses années de groupes tels que son combat contre le gouvernement. «C’était comme parler à un mur», se souvient-il. « Nous avons été accusés d’être des traîtres au pays, car nous avons organisé des pressions internationales avec des syndicats du monde entier, dénonçant les pratiques ici au Mexique. »

Domingues Marrufo, secrétaire adjoint du Travail de López Obrador, est du même avis. «S’il n’y avait pas eu ce soutien du Syndicat des métallos du Canada et des États-Unis, il aurait été impossible de réaliser la réforme constitutionnelle.»

Mais changer la Constitution ne change pas les lois particulières qui régissent l’activité du travail. Une législation de mise en œuvre doit être adoptée pour définir les droits et les procédures et pour mettre en place la structure permettant de faire appliquer la réforme. Après la victoire de López Obrador, mais avant son entrée en fonction en décembre, les syndicats et les avocats du droit du travail mexicains ont créé un groupe de discussion, l’Observatoire citoyen du travail, Citizens.

Certains veulent annuler complètement la réforme de Calderon de 2012, en renversant, par exemple, les lois de réforme qui permettent désormais la sous-traitance et le travail temporaire. En fin de compte, cependant, le consensus parmi les syndicats démocratiques est de limiter la proposition à la législation d’application donnant aux travailleurs le droit de voter pour le syndicat et les dirigeants syndicaux de leur choix et d’approuver leurs contrats. Il est clair que c’était le choix de López Obrador. En 2000, en tant que maire de la ville de Mexico, il avait nommé à la tête de la commission du travail de la ville un autre doyen des avocats du travail mexicains, Jesus Campos Linas. Campos Linas a ensuite rendu public environ 70 à 80 000 contrats de protection dont le contenu n’avait jamais été communiqué aux travailleurs couverts.

Deux jours avant Noël, les députés de Morena ont présenté leur projet de loi sur la réforme du travail. Il abolira les JCA et remplacera un système indépendant de tribunaux du travail. Les syndicats seront indépendants du gouvernement et des entreprises et les dirigeants devront être élus à la majorité des travailleurs. Les contrats syndicaux seront publics et devront être ratifiés par la majorité des travailleurs lors d’un vote libre et secret.

La nouvelle loi sur le travail n’est qu’un début. À son entrée en fonction, López Obrador a nommé Maria Luisa Alcalde comme nouvelle secrétaire au Travail. Elle est une ancienne législatrice, fille de l’avocat du travail Arturo Alcalde et, à 31 ans, la plus jeune membre du cabinet d’AMLO. «Elle est très claire sur le fait que la démocratisation des syndicats va créer une nouvelle situation et que notre société aura de bien meilleures chances d’améliorer le niveau de vie», a déclaré Dominguez. Mais, a-t-il averti, «Nous ne sommes pas habitués à nous organiser. Nous avons l’habitude d’attendre qu’une personne puissante vienne d’en haut nous aider. ”

Et en attendant que les syndicats et les travailleurs utilisent la nouvelle loi, le gouvernement doit encore faire face à de nombreuses grèves et luttes héritées de 36 années d’administrations néolibérales. La réforme des télécommunications, par exemple, a imposé la dissolution de TelMex, l’ancien monopole téléphonique vendu au milliardaire Carlos Slim. En février, il devrait être divisé en deux, un mouvement auquel le syndicat des travailleurs du téléphone s’oppose farouchement. Ils menacent de faire la grève si rien n’est arrêté.

Au milieu des années 90, les téléphonistes, ainsi que le FAT et deux autres syndicats, ont formé l’Union nationale des travailleurs, une fédération du travail indépendante. Ils ont soutenu fortement López Obrador.

Aujourd’hui, les dirigeants de l’UNE sont dans l’expectative. Ils notent que le nouveau président a invité Carlos Slim à l’entendre devant le Congrès, mais cette invitation n’a pas été adressée au secrétaire général du syndicat, Francisco Hernandez Juarez. De plus, des concessions d’exploitation à long terme ont été renouvelées pour Televisa et TeleAzteca, deux géants des médias aux mains des forces conservatrices.

La grève à Cananea doit encore être réglée et à Nacozari, deux des plus grandes mines de cuivre du monde, le syndicat des mineurs a été contraint de démissionner par des décisions antérieures de la JCA favorables au CTM et à Grupo Mexico. Les communautés du Rio Sonora souffrent encore des effets sur la santé du déversement toxique, trois ans plus tard. Et le 29 novembre, dans l’usine géante de faisceaux de câbles de la PKC à Ciudad Acuña, deux jours seulement avant que López Obrador ne soit assermenté, des gangsters de CTM sont entrés dans l’établissement en criant « Mineros Afuera! ”, Alors que les travailleurs s’apprêtaient à voter pour le syndicat des mineurs. Ils ont renversé les urnes, l’élection a été annulée et les mineurs disent que ses représentants ont été battus.

«Nous voulons tous un changement», a déclaré Moises Acuña, secrétaire politique des mineurs. «Nous avons une chance d’aller de l’avant maintenant et nous devons l’utiliser ».

Cependant, face à la recrudescence des travailleurs et à l’émergence de nouveaux syndicats, le gouvernement de López Obrador est confronté à une situation complexe. Les JCA disparaîtront et les nouveaux tribunaux seront formés. Mais il n’y a pas encore de juges, et ils ne seront pas en place avant trois ans. Les tribunaux doivent être financés et les juges et le personnel formés à l’administration d’une loi entièrement nouvelle.

Malgré les défis institutionnels, Dominguez estime que le moment est venu où les travailleurs mexicains pourraient peut-être réorganiser leur pays. «Aujourd’hui, de nombreux travailleurs vivent dans la pauvreté avec un ou deux dollars par jour. C’est le problème fondamental. Mais nous ne luttons pas uniquement pour un objectif économique, pas seulement pour des salaires décents, mais pour la revitalisation de la vie démocratique des travailleurs, de nos syndicats et des organisations auxquelles nous appartenons ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici