Pourquoi la droite radicale gagne-t-elle encore?

John Feffer, Foreign Policy in Focus,10 octobre 2018.

Lorsque les Brésiliens se sont rendus aux urnes au premier tour du scrutin national, près de la moitié d’entre eux ont voté pour un candidat pro-Trump et anti-Lula. Jair Bolsonaro est un idéologue du marché libre qui se livre souvent à des discours homophobes, misogynes et racistes . Il aime les armes à feu, la torture et l’autocratie. Les Brésiliens qui craignent un retour au pouvoir militaire se réfèrent à Bolsonaro comme « la Chose ».

Le Brésil est sur le point d’être trompé. Et compte tenu de l’état périlleux de l’économie du pays (taux de chômage supérieur à 12%, pauvreté extrême en hausse, fossé grandissant entre riches et pauvres), Bolsonaro causera encore plus de dégâts au Brésil que son inspiration gringo aux États-Unis.

Ailleurs dans le monde, la droite a certainement mobilisé le ressentiment contre  la mondialisation néolibérale. Mais cela n’explique pas la situation au Brésil. Après tout, le conseiller économique en chef de Bolsonaro, le banquier Paulo Guedes, adhère à la même philosophie que l’Université de Chicago qui a donné au monde le brave nouveau Chili d’Augusto Pinochet dans les années 1970. Grâce à Guedes, Bolsonaro a renversé ses positions précédemment anti-libérales sur l’économie. Maintenant, il promet une privatisation généralisée et une réduction des dépenses du gouvernement, tout en appelant à moins d’impôts.

Je ne suis pas sûr que les partisans de Bolsonaro, à l’exception des très riches, accordent beaucoup d’attention à son programme économique. Ce qui dégoûte les Brésiliens, c’est le statu quo, qui est corrompu et économiquement insoutenable.

Le discours populiste cible une élite mondiale. Il critique un ordre économique corrompu. Il parle dans une langue compréhensible pour tous. Il utilise les dernières technologies – les médias sociaux – pour diffuser son message. Il est plein de feu et de fureur. Et avec la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles de 2016, il s’est propagé au cœur même de l’ordre mondial.

En Pologne, le Parti du droit et de la justice polonais et en Hongrie, le Fidesz contrôlent fermement leurs pays. En République tchèque, le Premier ministre Andrej Babis, un géant des médias corrompu, tente de soumettre son pays à Berlusconi. En Bulgarie, la coalition d’extrême droite United Patriots fait partie du gouvernement. En Bosnie, l’ultranationaliste Miroslav Dodik vient d’être élu membre de la présidence.

Ailleurs en Europe, la droite contrôle l’Allemagne, partage le pouvoir en Italie et accumule un nombre considérable de parlementaires en Allemagne et en Suède. Ces insurgés se préparent pour les élections au Parlement européen de 2019 dans l’espoir de réunir une minorité suffisante pour bloquer la législation. « Nous ne luttons pas contre l’Europe, mais contre l’UE, qui est devenue un système totalitaire », a déclaré Marine Le Pen du Front national . En France, le Front national se classe juste en dessous du parti au pouvoir d’Emmanuel Macron.

Aux frontières de l’Europe, la Turquie est gouvernée depuis 15 ans par un autocrate de droite au casting islamiste – Recep Tayyip Erdogan. Vladimir Poutine, quant à lui, est en charge en Russie depuis près de deux décennies. Cet oligarque se faisant passer pour un président aspire à créer un vaste réseau conservateur réunissant corrompus, anti-libéraux, nationalistes et anti-immigrés – avec Moscou au centre.

En Asie, le nationaliste de droite Shinzo Abe est sur le point de devenir le plus ancien Premier ministre du Japon. Après avoir remporté la présidence de son parti le mois dernier, Abe devrait s’en remettre à son prix recherché depuis longtemps: démanteler la « constitution de paix » du pays.

L’Asie du Sud-Est regorge de militaristes de droite : en Thaïlande, au Cambodge et au Myanmar. Rodrigo Duterte, des Philippines, a une prédilection pour le meurtre extrajudiciaire et d’autres politiques autoritaires qui le placent fermement parmi les populistes de droite. La victoire surprise à la présidence de Mahathir Mohamad, âgé de 92 ans, en Malaisie, en mai dernier, semble indiquer que cet ancien dirigeant autoritaire a découvert un moyen de se réinventer dans une optique populiste. Et, bien sûr, Narendra Modi s’est affairé à imposer en Inde son approche de la droite marquée par le nationalisme hindouiste.

En Amérique latine, Bolsonaro n’est pas seul. En Colombie, Ivan Duque a remporté l’élection présidentielle de juin dernier. Comme Bolsonaro, Duque adopte un programme économique néolibéral de réduction des impôts et une approche pro-militaire de la sécurité. Daniel Ortega, bien qu’il ait commencé comme parti de gauche, s’est de plus en plus rapproché du militarisme clérical de droite au Nicaragua.

La vague de populisme de droite n’a pas complètement couvert le monde. Le Mexique a pris un virage à gauche très attendu avec l’élection de Andrés Manuel López Obrador. Moon Jae-in, progressiste sud-coréen, trace une nouvelle voie pour son pays après 10 ans de règne conservateur. Jacinda Ardern fait de grandes choses en Nouvelle-Zélande, tout comme Katrín Jakobsdóttir en Islande. Des partis conservateurs plus traditionnels, comme les démocrates chrétiens en Allemagne, tiennent la ligne opposée à l’extrême droite.

Mais globalement, c’est une goutte d’eau dans le panier comparé à l’influence des populistes de droite.

Certains des pays qui sont passés à l’extrême droite se sont assez bien débrouillés sur le plan économique ces dernières années, comme la Pologne et la République tchèque. Mais les partis populistes qui ont bien réussi aux élections ont quand même réussi à susciter le ressentiment de ceux qui ne bénéficiaient pas de ce succès économique. La tâche de faire appel aux mécontents est encore plus facile dans les pays qui ne se sont pas complètement remis de la crise financière d’il ya dix ans.

En général, les populistes s’intéressent à la capture de l’État : ils utilisent les mécanismes du pouvoir de l’État pour s’enrichir et enrichir leur cercle de partisans. C’est le capitalisme de copinage élevé à un niveau très élevé.

Politiquement, les nouveaux populistes de droite profitent d’un dégoût généralisé pour les élites politiques. Ce dégoût s’est notamment concentré sur les scandales de corruption qui ont touché tant de pays. Parce qu’ils se concentrent sur la corruption, les électeurs sont disposés à accepter des candidats qui font également partie de l’élite politique et qui sont personnellement corrompus – tant qu’ils promettent de « nettoyer le marais ».

Mais ce sont peut-être des questions culturelles pressantes qui constituent la méthode la plus directe par laquelle les populistes de droite peuvent se distinguer de la concurrence.

De toute évidence, ce populisme culturel prend différentes formes dans le monde. Duterte défie l’Église catholique aux Philippines, tandis qu’Ortega s’aligne sur l’Église au Nicaragua. Mais un dénominateur commun est le nationalisme. Ce n’est pas seulement un nationalisme tourné vers l’extérieur contre les mondialistes et les immigrés. Ces populistes de droite attisent délibérément la colère des populations majoritaires qui se sentent en quelque sorte laissées pour compte par un monde caractérisé par une plus grande égalité et diversité.

Martin Luther King Jr. avait autrefois envisagé une campagne pour les pauvres afin de réunir une coalition arc-en-ciel des dépossédés. Les populistes de droite ont découvert une coalition tout aussi puissante : la Campagne du peuple privilégié, qui réunit riches et pauvres sur la base de la couleur de leur peau et non du contenu de leur personnage. King a souligné l’importance de la dignité. Les populistes insurgés lancent un appel similaire, mais à la dignité de la race, de la classe ou du sexe dominant.

La gauche institutionnelle est compromise sur les trois terrains. Elle reste attachée au multiculturalisme. Une fois au pouvoir, elle s’est souvent avérée aussi corrompue (ou du moins axé sur le statu quo) que n’importe quel autre bloc politique. Et les partis de gauche ont encouragé la mondialisation économique avec autant de vigueur que la droite, sinon davantage : les démocrates de Clinton, les travaillistes de Blair, les socialistes français de Mitterand, les anciens partis communistes d’Europe de l’Est, etc. Il n’est donc pas surprenant qu’aucun des éléments ci-dessus ne soit devenu si populaire.

Ce qui est remarquable chez beaucoup de nouveaux populistes de droite, c’est le temps qu’ils ont réussi à conserver au pouvoir par le biais des urnes. Poutine, Erdogan, Ortega, tous au contrôle depuis plus d’une décennie chacun. Viktor Orban est à la tête de la Hongrie depuis 2010 et Abe à la tête du Japon depuis 2012. Zeman est le président tchèque depuis 2013.

Cette réforme populiste n’est pas un spin récent ou temporaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici