Pourquoi les femmes fuient l’Amérique centrale

Jeffrey Hallock, Ariel G. Ruiz Soto et Michael Fix, Extrait d’un texte paru dans Migration Policy Institute 30 MAI 2018

 

Au cours de la dernière décennie, le profil des migrants arrivant à la frontière entre les États-Unis et le Mexique a progressivement évolué. À partir de 2014, les arrestations de migrants en provenance d’El Salvador, du Guatemala et du Honduras (connu sous le nom de Triangle Nord de l’Amérique centrale) ont commencé à augmenter. Aujourd’hui, les migrants du Triangle du Nord constituent la majorité des arrestations à la frontière du Sud-Ouest, beaucoup se rendant aux autorités pour demander l’asile plutôt que de tenter de traverser illégalement. Plusieurs facteurs qui contribuent à l’instabilité dans la région poussent les populations à fuir en nombre record, ce qui se traduit par des flux qualifiés de réfugiés. La pauvreté enracinée et le désir de réunification avec des proches aux États-Unis entraînent également une partie de la migration.

Une situation méconnue

Les femmes et les enfants se sont révélés particulièrement vulnérables aux formes émergentes de violence et d’instabilité politique dans le Triangle du Nord. Depuis que les mineurs non accompagnés ont commencé à arriver à la frontière des États-Unis en 2014, ils ont reçu à juste titre une attention académique et médiatique suffisante. Cependant, les expériences sexospécifiques des femmes et des filles forcées de quitter la région ont été moins ciblées. Les normes sociales et les précédents juridiques dans les pays du Triangle du Nord permettent systématiquement aux crimes fondés sur le sexe de rester impunis et les auteurs de violences agissent en toute impunité. Recrutement forcé de femmes pour être les amies de membres de gangs (novias de pandillas) et certains des taux de féminicides les plus élevés au monde ont entraîné des comportements et des sentiments d’insécurité personnelle qui contribuent directement à la décision des femmes de migrer.

Les conditions qui ont conduit à cette migration ne sont pas apparues du jour au lendemain, mais elles sont plutôt liées à des problèmes politiques et socioéconomiques systémiques. Les guerres civiles qui ont ravagé le Triangle Nord au cours de la deuxième moitié du XXe siècle ont entraîné une perte de confiance du public dans le gouvernement et un sentiment d’insécurité personnelle – un terrain fertile pour les gangs, les cartels et autres groupes criminels. Les institutions gouvernementales sont faibles et leur contrôle territorial est remis en cause par ces acteurs non étatiques; la corruption du secteur public est généralisée; les économies sont stagnantes et les inégalités élevées; les populations autochtones sont systématiquement chassées de leurs terres; et les droits des citoyens sont régulièrement violés.

Bien que les expériences de migration des femmes n’existent pas en dehors de celles des hommes, les femmes sont souvent confrontées à des défis distincts pendant leur voyage, dans leur pays de destination, pendant leur détention et lors de leur rapatriement. Cet article esquisse la représentation croissante des femmes d’Amérique centrale dans les activités d’exécution des lois relatives à l’immigration, met en lumière les problèmes rencontrés par les femmes immigrées dans le contexte de la politique américaine et examine les menaces à leur retour dans leur pays d’origine. Une évaluation plus holistique du cycle de la migration, telle qu’elle apparaît dans le Triangle du Nord, peut servir de modèle pour comprendre les flux de migration mixte dans d’autres contextes et régions du monde.

La violence

Les pays du Triangle du Nord abritent certains des taux les plus élevés d’homicides et de crimes violents dans le monde, en partie à cause des défis constants à la sécurité des citoyens et à la primauté du droit. Les gangs et les groupes criminels organisés rivalisent avec la police et les forces de sécurité nationales pour le contrôle territorial. En El Salvador, le gouvernement aurait eu recours à des exécutions extrajudiciaires dans le cadre d’une tentative infructueuse pour réprimer les deux gangs les plus en vue, Mara Salvatrucha (MS-13) et Barrio 18. Le Honduras est confronté à des troubles civils élection par le président sortant Juan Orlando Hernandez à la fin de 2017. En raison de l’influence des gangs et d’autres acteurs criminels sur les institutions publiques, la confiance des citoyens dans les forces de l’ordre est faible dans les trois pays.

Bien qu’il n’y ait pas de consensus sur les causes profondes des changements dans les sorties de capitaux, la violence est un fil conducteur dans les histoires de personnes qui quittent la région, y compris des femmes. La migration en provenance d’El Salvador et du Honduras est liée à des actes de violence ciblés, tels que le meurtre, l’enlèvement, l’extorsion et le recrutement forcé de gangs, qui produisent un sentiment d’insécurité personnelle. Les membres de gangs contraignent les jeunes femmes et les filles à avoir des relations sexuelles. la résistance peut entraîner la mort. Les gangs sont également connus pour se venger de leurs rivaux via le viol et le meurtre de filles et de soeurs.

El Salvador affichait le troisième taux le plus élevé de décès violents de femmes dans le monde en 2015, tandis que le Honduras se classait au cinquième rang. Sur les 662 affaires de féminicides ouvertes par le gouvernement salvadorien de 2013 à la fin de 2016, 5% seulement ont abouti à une condamnation. Une culture du machisme en Amérique centrale contribue à perpétuer les schémas de violence tout en laissant les femmes se sentir dévalorisées et vulnérables aux abus.

Pendant ce temps, les migrations guatémaltèques sont plus souvent liées à un mélange de violence générale, de pauvreté et de violation des droits, en particulier chez les populations autochtones. Il est difficile de démêler les facteurs exacts qui inspirent la décision finale de migrer, mais il semble qu’en El Salvador et au Honduras, la décision résulte plus souvent de menaces immédiates pour la sécurité, alors qu’au Guatemala, elle découle de facteurs de stress chroniques. Bien que ces généralisations ne soient pas vraies dans tous les cas, elles peuvent servir d’indicateurs utiles pour mieux comprendre le nombre record de femmes d’Amérique centrale émigrant au Mexique et aux États-Unis.

La peur

Les femmes sont confrontées à des difficultés extrêmes lors de leur voyage vers le nord, car elles subissent des taux de violence sexuelle disproportionnés et peuvent être victimes d’acteurs tels que les passeurs (coyotes), les gangs, les cartels et la police. Malgré ces dangers, un nombre croissant de femmes d’Amérique centrale ont traversé le Mexique ces dernières années.

Les données montrent clairement une augmentation de la part et du nombre de femmes migrantes appréhendées au Mexique depuis l’exercice financier 2012. Cette année-là, les autorités mexicaines ont enregistré 11 336 arrestations de femmes, soit 13% du total des adultes. Les femmes appréhendées représentaient 25% du total, selon l’Institut national de migration du Mexique (INM). L’augmentation de la migration féminine à partir du Triangle du Nord et les changements majeurs dans l’application de la législation mexicaine en matière d’immigration semblent entraîner une augmentation des appréhensions. Dans l’ensemble, les migrants du Triangle du Nord ont composé la grande majorité des appréhensions à la frontière au Mexique et aux États-Unis au cours des dernières années.

Le Programme de la frontière méridionale du Mexique (Programa Frontera Sur), lancé en juillet 2014 par le président Enrique Peña Nieto, a renforcé la sécurité mexicaine à la frontière avec le Guatemala et le Belize et élargi le mandat de l’INM pour la répression intérieure. Un résultat important de cette politique est que les itinéraires de migration traditionnels employés par les hommes sont de plus en plus surveillés, les détournant vers des itinéraires et des modes de transport généralement utilisés par les femmes. Celles-ci comprennent principalement les autobus, les voitures et les camions de marchandises sur les autoroutes. L’application des frontières a suivi ces déplacements vers les autoroutes, où l’INM utilise désormais des points de contrôle pour détecter le transport des migrants dans les véhicules. Ensemble, les flux détournés et les nouvelles stratégies d’application ont accru la probabilité que les femmes soient appréhendées.

Les données des douanes et de la protection des frontières des États-Unis montrent également une augmentation de la part et du nombre de femmes migrantes placées en détention à la frontière américano-mexicaine depuis l’exercice 2012. À l’image de la hausse observée au Mexique, la proportion de femmes de 14% en 2012 à près de 27% en 2017. Les filles de moins de 18 ans du Triangle du Nord représentent une part encore plus grande de la population d’enfants appréhendés, soit 32% en 2017.

Au Mexique et aux États-Unis, les demandes d’asile provenant d’Amérique centrale ont considérablement augmenté depuis 2013, même si les données disponibles ne sont pas ventilées par sexe. Les appréhensions familiales sont également en hausse par rapport aux années précédentes, de plus en plus de familles voyageant ensemble, ce qui indique que les parents ne sont plus disposés à laisser leurs enfants dans le pays d’origine, ce qui diffère des tendances passées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici