Réinventer l’Europe

Walter Actis, Yayo Herrero et Pablo Cotarelo, extrait d’un texte paru dans Viento Sur nº 163

https://vientosur.info/spip.php?article14806

 

Un projet politique européen soutenu par les classes populaires doit défendre comme principe de base la durabilité de la vie humaine et la reproduction sociale. La durabilité nécessite de répondre aux besoins actuels de la population sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs besoins, en combinant une organisation économique avec le bien-être social et le respect de l’environnement. Le projet de changement politique doit clairement intégrer la défense des droits environnementaux qui garantissent un environnement sain et durable grâce à la lutte contre la pollution, à la préservation de la biodiversité et à la protection des ressources naturelles. L’accès et la préservation de l’air, de l’eau ou de la terre, base du soutien de la vie et de la production alimentaire, devraient être considérés comme des droits fondamentaux de l’homme. La défense de la durabilité écologique implique de supposer que la nature et l’environnement ne sont pas une source inépuisable de ressources; par conséquent, l’organisation socio-économique doit être basée sur sa protection et son bon usage. Ces objectifs sont en contradiction avec le système économique actuel, notamment avec le mode de vie des pays riches et la bourgeoisie des pays pauvres, avec le déploiement de moyens de production et d’infrastructures; bref, avec le système capitaliste de production, d’échange et de consommation.

Le projet néolibéral de l’UE est le modèle conçu par les élites pour s’insérer dans la dynamique du capitalisme de plus en plus mondialisé. Au cours des dernières décennies, cela a conduit au paroxysme la dynamique immanente du capital de la consommation continue de ressources matérielles et d’énergie pour maintenir l’accumulation de valeur. Mais ce modèle social rencontre les limites physiques de l’environnement naturel, qui ne peut plus fournir de matériaux dans les quantités et les conditions de rentabilité demandées par le capital, ni en mesure d’absorber ses déchets dans les drains naturels.

Lorsque les forces productives (de plus-value et de capital) deviennent des forces destructrices (de l’environnement et d’autres formes d’organisation sociale), il ne s’agit plus de faire croître l’économie existante pour mieux la répartir, mais de la produire et de la distribuer autrement. Mais un engagement environnemental cohérent ne peut se limiter à modifier la relation humanité-nature sans être pleinement impliqué dans la revendication simultanée de durabilité et d’égalité sociale, ce qui garantit la satisfaction des besoins sociaux et protège en particulier les classes populaires: il s’agit de garantir durabilité avec la justice sociale et garantir l’équité sociale sans le productivisme. Tout cela dans un cadre politique radicalement démocratique.

Pour cette raison, nous avons besoin d’un programme de réduction de la production anticapitaliste, écosocialiste, anticonformiste et matériel. En Europe, cela implique une rupture radicale avec une UE pro-capitaliste dont les politiques climatiques reposent sur des permis de pollution, des obligations vertes et des obligations catastrophes, dans la perspective d’un impossible capitalisme vert. Les traités et les politiques écologiques des institutions européennes, étroitement liés aux lobbies , en particulier ceux de l’énergie et de l’agroalimentaire, doivent être abandonnés et remplacés pour permettre la transformation radicale de l’économie, nécessaire et urgente.

Programme de transition

La seule option efficace, rapide et démocratique pour orienter une transition radicale en faveur des classes populaires consiste à socialiser les secteurs clés de l’économie et à augmenter les investissements publics, en les orientant vers une reconversion claire du système productif. Cela nécessite, à son tour, une autonomie monétaire du secteur public vis-à-vis des facteurs de conditionnement du marché financier capitaliste. Pour cela, les règles de l’Union monétaire européenne devraient être abandonnées au profit d’autres formes de coopération financière. En plus de la transition énergétique est stable, prévisible et soumis à un contrôle démocratique est essentiel de développer un banc public à proximité classes populaires au niveau local pour un maximum d’efficacité selon les critères démocratiques qui limitent les pratiques de clientélisme et de la corruption.

Le nouveau modèle économique devrait stimuler la production locale, réduire les impacts socio-environnementaux, promouvoir le bien-être social et, parallèlement, réduire l’utilisation des ressources matérielles et des sources d’énergie. De cette manière, l’industrie associée à la transition réduira les dépendances externes et les déficits de la balance des paiements.

Quelques conclusions

Garantir les conditions de vie des classes laborieuses actuelles et des générations futures nécessite de passer du modèle capitaliste qui caractérise l’Union européenne à un modèle socialement et écologiquement durable garantissant un emploi décent à tous. Cette transition doit s’effectuer selon les principes suivants:

 

  • Le contrôle public par la communauté des principales structures socio-économiques, afin de garantir une prise de décision démocratique qui profite aux intérêts des classes populaires.
  • Remodeler complètement l’économie en rompant avec le système capitaliste pour adopter un mode de production contrôlé par la population qui réduise considérablement les impacts socio-environnementaux du cycle de production et de consommation.
  • Modifier les réglementations en matière de compétitivité, les marchés publics commerciaux, monétaires et financiers afin de garantir le développement d’un modèle économique démocratique et durable.
  • Préserver les principaux systèmes écologiques terrestres (et hydrologiques), côtiers et marins, en renforçant leur propriété et leur gestion publique ou communautaire.
  • Élaborer des plans de démocratisation et de contrôle public / communautaire des principaux éléments de l’économie afin d’effectuer une transition rapide et efficace, ayant un faible impact sur l’environnement et présentant un risque social et professionnel réduit, et disposant des moyens financiers nécessaires pour atteindre l’objectif de la transition.

Un plan de transition écosocialiste radical est une chose dont l’Europe et le reste du monde ont besoin. Dans cette perspective, une rupture radicale avec les institutions et les traités européens actuels et leur remplacement par des formes alternatives de coopération internationale sont essentiels.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici