Signons la pétition à la Chambre des communes pour défendre l’Amazonie et le climat

Pas d’accord de libre-échange entre le Canada et le Mercosur

Dans les suites de l’action menée le 22 septembre dernier dans le cadre des mobilisations sur l’environnement, une coalition adhoc composée de plusieurs organismes se sont donnés rendez-vous pour défendre l’Amazonie et le climat. Le mouvement se poursuit actuellement avec l’ouverture d’une pétition sur le site de la Chambre des communes du Canada, initiée pas Greenpeace. Paul Manly, député du Parti vert dans le comté Nanaimo-Ladysmith de Colombie Britannique parraine la pétition.

 

On peut signer la pétition jusqu’au 28 novembre avec le lien suivant en cliquant ici. 

Cette action permettra d’introduire le sujet au sein de la Chambre des communes et d’interpeler le gouvernement canadien sur la question. Voici le contenu de la pétition:

Attendu que :

  • Les feux dans la forêt pluviale amazonienne ont atteint un record en une décennie cette année;
  • Les marécages du Pantanal et la savane du Cerrado adjacents subissent aussi des feux dévastateurs et la destruction d’écosystèmes;
  • Ces feux sont pratiquement tous causés délibérément, principalement par des usurpateurs de terres et des éleveurs pour défricher les terres en vue du pâturage du bétail et de l’agriculture industrielle;
  • La déforestation et les feux ont considérablement augmenté depuis l’arrivée au pouvoir du président brésilien Jair Bolsonaro;
  • Son gouvernement a activement démantelé les réglementations environnementales, leur application et les protections des droits des Autochtones;
  • Les peuples autochtones du Brésil connaissent des niveaux particulièrement élevés de violence, d’appropriation des terres et d’autres violations des droits de la personne;
  • La déforestation en Amazonie approche d’un point de basculement au-delà duquel la forêt pluviale pourrait ne pas se rétablir;
  • La perte de cette forêt pluviale porterait atteinte à la sécurité de toute l’humanité;
  • Le Canada négocie un accord commercial qui devrait augmenter les importations de viande et de soya en provenance du Brésil, et qui légitimerait les violations de l’environnement et des droits de la personne du gouvernement Bolsonaro.

Nous, soussignés, citoyens et résidents du Canada, prions le ministre des Affaires étrangères de :

  1. Mettre immédiatement un terme aux négociations en vue de la conclusion d’un accord de libre-échange entre le Canada et le Mercosur;
  2. Faire une déclaration publique selon laquelle l’assaut donné par le gouvernement Bolsonaro contre l’environnement et les droits de la personne est inacceptable pour le Canada.