Une prison nommée Gaza

SARI BASHI, Extraits d’un texte paru dans Jacobin, 25 avril 2018

 

 

Trois décennies de fermeture imposée par Israël ont fait des ravages dans les infrastructures, les ressources naturelles, l’économie et, surtout, dans la population de la bande de Gaza, à qui on refuse le droit de s’engager dans un travail digne et productif. Les équipements et les compétences s’atrophient à mesure que les matières premières sont interdites, que les marchés sont coupés et que les pénuries d’électricité rendent la production trop coûteuse. Les universités sont isolées du reste du monde. Les entrepreneurs de haute technologie sont limités par les restrictions israéliennes sur la technologie des smartphones 3G et l’incapacité de rencontrer les clients en face à face. Les familles sont séparées. Les patients ont du mal à accéder à des soins adéquats.

La division des factions palestiniennes a exacerbé ces maux, alors que le Fatah et le Hamas se disputent qui paiera pour les services à Gaza, et aucun d’entre eux ne semble répondre aux besoins de Gaza.

Comprendre le « dé-développement » de Gaza exige un examen attentif de l’évolution des politiques israéliennes en matière de mouvement et d’accès et de ce qu’elles signifient pour les territoires occupés. Défaire le développement de Gaza exige de changer le principe fondamental de ces politiques, à savoir la fermeture des frontières par Israël et la répudiation de la responsabilité pour les personnes piégées à l’intérieur. Et finalement, inverser la tendance pour Gaza exige aussi de repenser la sagesse de l’autonomie palestinienne intérimaire sur les affaires locales, étant donné le manque de contrôle palestinien sur les principaux aspects de la vie à Gaza et en Cisjordanie.

De l’intégration à la fragmentation

Depuis juin 2010, Israël a assoupli les restrictions sur les marchandises arrivant à Gaza, tout en restreignant une liste toujours croissante de biens « à double usage », y compris certains matériaux de construction et certaines matières premières pour l’industrie, au motif qu’ils pourraient être utilisés à des fins militaires. Certains produits sortants sont maintenant autorisés, sous réserve de quotas et d’arrangements logistiques contraignants, tandis que les voyages entre Gaza, Israël et la Cisjordanie ont été étendus. Mais, pour l’essentiel, Gaza reste fermée.

Le transit via Erez était en moyenne de treize mille sorties par mois en 2016, soit moins de 3% du niveau en septembre 2000. Bien qu’Israël soit le plus grand marché de Gaza, les habitants de Gaza ne peuvent transférer que des quantités limitées d’aubergines, de tomates et de meubles, de textiles et de ferraille aux acheteurs israéliens. Le passage de Rafah avec l’Egypte est fermé la plupart du temps, reflétant la relation aigre du Hamas avec le régime égyptien. Israël refuse d’autoriser la réouverture de l’aéroport ou la construction d’un port maritime. La nature radicale des restrictions soulève des questions sur la justification de la sécurité d’Israël.

Bien qu’Israël et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) aient convenu dans les Accords d’Oslo de traiter Gaza et la Cisjordanie comme une seule unité territoriale, les dispositions de l’accord sur l’utilisation de l’eau séparent l’économie palestinienne de l’eau. L’aquifère de montagne, qui s’étend sous la Cisjordanie et Israël, a été désigné pour l’usage israélien, avec Israël prenant 80% de l’eau et les Palestiniens prenant 20%. La bande de Gaza devait compter sur son aquifère côtier, qui est insuffisant pour les besoins de ses 1,9 million d’habitants, ainsi que pour les petites quantités achetées à Israël. Le pompage excessif a salinisé l’aquifère, rendant 90% de l’eau de Gaza impropre à la consommation humaine. L’ONU prévient que le surpompage continu causera des dommages irréversibles.

Bien qu’Israël ait connecté Gaza à son réseau électrique en 1970, au moins depuis la période d’Oslo, il a traité Gaza comme responsable de son propre approvisionnement en électricité. Gaza reçoit moins de la moitié de l’électricité dont elle a besoin, en raison des bombardements de sa centrale électrique par l’armée israélienne, des infrastructures inadéquates et des conflits de financement entre les deux factions palestiniennes concernant l’achat de diesel industriel d’Israël. Depuis l’année dernière, les habitants de Gaza ont reçu de l’électricité pendant trois à huit heures par jour. Les grandes usines et les hôpitaux ont des générateurs de secours, mais l’énergie qu’ils fournissent est chère et peu fiable , et les fluctuations de puissance endommagent les équipements médicaux et limitent les procédures que les hôpitaux peuvent mener.

En poursuivant activement l’administration palestinienne locale dans la plus grande partie de la Cisjordanie et de Gaza, en l’absence de contrôle palestinien des frontières, la communauté internationale, l’Autorité palestinienne et le Hamas ont – sans le savoir – cautionné et facilité l’occupation.  Le cadre intérimaire d’Oslo a officiellement dispensé Israël de financer les besoins de la population civile qu’il continue de contrôler. Ses dispositions obligeant l’AP à payer pour les soins de santé, l’éducation, le traitement des eaux usées et d’autres services publics ont été étendues et approuvées par toutes les parties, y compris les donateurs occidentaux et arabes de l’AP. Le Hamas, bien qu’il se soit auto-proclamé organisation de résistance, a également assumé la responsabilité de l’administration de la vie quotidienne à Gaza,

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici