Venezuela : l’intervention militaire est-elle une option ?

 

Ociel Ali López, NACLA, 30 janvier 2019

 

Les menaces de soutien international en faveur d’un coup d’État – bien que l’opposition ait fait sa première tentative de coup d’État en 2002 – ont débuté au début de 2018. Au cours d’une tournée en Amérique latine, l’ancien secrétaire d’État américain Rex Tillerson a déclaré qu’il pensait qu’il y aurait «un changement» au Venezuela, et que « souvent ce sont les militaires qui gèrent cela ». C’était peut-être la première référence à un coup militaire qui remplacerait le régime actuel au Venezuela. En août dernier, le New York Times a confirmé – selon une information corroborée par le gouvernement des États-Unis – que des responsables américains avaient rencontré des membres de l’armée vénézuélienne qui envisageaient un coup d’État.

L’armée encore loyale

Au cours des deux dernières années, différents contingents de l’opposition ont mis en branle une foule d’actions allant de l’occupation des casernes militaires au vol d’un hélicoptère, en passant par le lancement de grenades sur un bâtiment fédéral, et une tentative d’assassinat par le drone contre le président. Toutes ces actions ont soit avorté, soit échoué à atteindre leurs objectifs. Selon Nikolaus Werz, professeur à l’université de Rostock, «Compte tenu des privilèges dont jouissent de nombreux militaires dans le cadre de la révolution bolivarienne, il est fort probable que les gens en uniforme continueront à soutenir Maduro.  »

Mais les raisons du soutien de l’armée ne sont pas uniquement économiques. D’une part, l’armée s’est unifiée autour des principes du Chavismo, en se fondant sur le rejet de toute forme d’intervention militaire étrangère. Par ailleurs, le traitement réservé par les États-Unis à de hauts responsables de l’armée vénézuélienne contribue à expliquer l’enracinement de l’armée autour de Maduro. Par exemple, le lieutenant Alejandro Andrade, ancien secrétaire au Trésor sous Hugo Chávez, a été condamné à 10 ans de prison pour corruption après avoir collaboré avec des représentants américains en tant que témoin protégé. Si l’armée se tourne vers Maduro, les autres soldats qui veulent se réfugier auront-ils confiance en les États-Unis?

Donc, le départ du président via un coup militaire ne semble pas être imminent. Selon Brian Ellsworth et Mayela Armas, il y a «peu de signes que le haut commandement militaire soit prêt à abandonner Maduro.»

La politique américaine vis-à-vis du Venezuela, en particulier sous l’administration Trump, s’est révélée contradictoire, déclenchant des erreurs stratégiques de la part de l’opposition vénézuélienne. Leur principale erreur a été d’envisager ouvertement de prendre le pouvoir par des moyens non électoraux. Les promesses faites par le gouvernement Trump, en public comme en privé, concernant une option non électorale pour évincer Maduro ont exercé davantage de pression, poussant la plupart des factions de l’opposition à cesser d’envisager des options électorales à un moment où elles auraient pu gagner sur ce terrain.

Mais il existe d’autres messages contradictoires qui pourraient contribuer à la force actuelle du Chavismo en tant que force sociale, politique et militaire, en particulier en ce qui concerne les sanctions imposées par le gouvernement des États-Unis. En 2017 les sanctions ont interdit aux citoyens américains d’effectuer des transactions avec le gouvernement vénézuélien. Les sanctions ultérieures ont visé le Petro, une crypto-monnaie créée par Maduro, et le commerce de l’or développé par Maduro pour compenser les baisses de prix et de production de pétrole.

À la mi-juillet 2018, le département du Trésor a imposé des sanctions aux ressortissants américains faisant affaire avec le gouvernement vénézuélien – un acte d’improvisation. Au moment où les États-Unis sont passés des sanctions contre les fonctionnaires pour viser les entreprises ayant des liens avec le Venezuela, le gouvernement vénézuélien a blâmé le gouvernement américain pour avoir provoqué la crise économique.

En résumé, la politique de Trump à l’égard du Venezuela n’est pas efficace. Elle a entraîné la perte du terrain institutionnel de l’opposition tandis que la Russie et la Chine ont simultanément gagné en influence. Ces politiques ont incité les anti-chavistes à abandonner la politique et à s’abstenir de participer aux processus électoraux, ce qui a entraîné la perte des gouverneurs, des mairies et des sièges que l’opposition occuperait certainement si elle y participait. En outre, Trump n’a pas encore pris de mesures suffisamment énergiques pour justifier la stratégie de l’opposition consistant à abandonner la politique électorale.

Scénarios plausibles

Les deux scénarios économiques les plus radicaux – un blocus économique ou un embargo sur le pétrole – consolideraient l’enracinement du gouvernement vénézuélien autour d’alliés comme la Chine, la Russie et la Turquie. Même le retrait des ambassadeurs ou la fermeture des ambassades ne risquent pas de tordre le bras de Maduro et vont plutôt alimenter une rhétorique nationaliste et anti-interventionniste. Dans le même temps, l’augmentation de la migration a permis à des millions de familles au Venezuela de compter sur les envois de fonds, atténuant ainsi la gravité de la situation.

Sur le plan domestique, l’opposition est à nouveau mobilisée et attend de voir ce que Guaidó peut faire en tant que président. Guaidó est membre du parti le plus radical de l’opposition (Voluntad Popular) et les secteurs les plus modérés sont nerveux car chaque entreprise de ce type a abouti, jusqu’à présent, à un affaiblissement et à une fracture de l’opposition elle-même. Guaidó n’est pas un homme politique très connu dans le pays et ne semble pas disposer d’un soutien suffisant pour subvertir complètement le parti au pouvoir d’un point de vue militaire, qui peut également compter sur des outils éprouvés pour contenir les manifestations de rue. Le scénario pourrait diviser l’opposition et le grand public pourrait perdre patience face à la nature radicale de leurs actions et de leurs revendications.

Dans ce contexte, il est possible que les forces anti-chavistes, nationales et étrangères, n’envisagent que deux options: initier une invasion militaire dirigée par les États-Unis avec l’aide du Brésil et de la Colombie, ou simplement retourner dans l’arène électorale et attendre six mois pour la prochaine élection présidentielle. La première de ces options pourrait conduire les États-Unis – et le peuple vénézuélien – dans une direction incertaine.

Pour le moment, le Venezuela fait face à un gouvernement faible sur les plans économique et social, mais doté d’institutions judiciaires et militaires solides. Ce ne sera le cas que si, affaiblies par la pression internationale, les fissures émergentes du Chavismo prennent de l’ampleur et peuvent nuire à la stabilité du gouvernement. Cependant, tant que la stratégie du gouvernement américain reposera sur des menaces, le Venezuela aura une raison de rester fort et unifié.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici