Afrique : extractivisme et crise

0
129

ELISA GRECO, Afriques en lutte, 17 février 2021

Extrait de l’éditorial du dernier numéro de ROAPE, Elisa Greco fournit une dénonciation excorante du sous-développement de l’Afrique dans le contexte de la pandémie. Décrochant la stratégie politique du néo-extractivisme, elle soutient que chaque récession mondiale, ou baisse des prix des matières premières, les économies africaines qui ont adhéré à ce modèle succombent à la crise et à la récession.

En avril 2020, Macky Sall, le président du Sénégal, a appelé à un nouvel ordre mondial , demandant l’annulation de la dette de l’Afrique dans le contexte de la pandémie actuelle. Son argumentation reposait sur une évaluation lucide de la nature extractive des structures productives du continent.

Alors que de larges généralisations sur une région composée de pays très diversifiés risquent de répéter les tropes néocoloniaux, l’extractivisme est la caractéristique dominante de la plupart des économies africaines. L’absence de processus de transformation structurelle et la persistance de la dépendance aux produits primaires créent des économies extraverties hautement poreuses, organisées autour de noyaux extractifs. Les recettes en devises sur le continent proviennent en grande partie des produits de base et du secteur extractif : extraction minière, pétrolière et gazière et agriculture orientée vers l’exportation.

Le modèle d’extractivisme agraire et minier hérité de la colonisation a été renforcé par des modèles postcoloniaux de développement et d’accumulation de capital inégaux et combinés, soutenus par une tendance mondiale à la croissance de l’extraction des ressources naturelles, qui est passée de 27 milliards de tonnes en 1970 à 92. milliards de tonnes en 2017. L’urbanisation et l’industrialisation rapides des pays asiatiques qui ont conduit au boom des produits de base de 1993 à 2003 ont fait en sorte que les industries extractives ont attiré des investissements croissants. Depuis 2000, le secteur s’est développé à un taux de croissance annuel moyen de 3,2%. Jusqu’en 2014, la hausse des prix mondiaux des produits de base – impliquant les mines, le pétrole et le gaz, mais aussi les produits alimentaires et agricoles – a conduit à une augmentation des investissements directs étrangers dans les industries extractives et l’agriculture en Afrique et en Amérique latine.

Combiné par des investissements financiarisés après la crise financière mondiale de 2007-08, l’extractivisme agraire par accaparement des terres (McKay 2017) et une augmentation des investissements dans les mines et l’énergie ont conduit à un renouvellement du débat sur l’extraction et l’impérialisme (Veltmeyer et Petras 2014). Surtout dans les secteurs des mines et de l’énergie, elle a également conduit à de nouvelles réponses politiques, baptisées « néo-extractivisme », fondées sur un retour de l’État développementiste dans ses fonctions d’appropriation et de redistribution des rentes. En Amérique latine, le néo-extractivisme décrivait les industries extractives comme des vecteurs de développement à travers des états de développement forts, qui réinvestissaient les rentes extractives dans les programmes sociaux et la transformation structurelle (Gudynas 2010). Sa politique avait l’ambition de se définir comme post-néolibérale, tout en conservant la tendance du capital à l’exploitation des travailleurs,

Suivant l’exemple latino-américain du néo-extractivisme, de nombreux gouvernements africains ont expérimenté le nationalisme des ressources, bien qu’avec des variations considérables au niveau national. Au niveau régional, la Vision minière africaine de l’Union africaine(AMV) 2030 est une tentative de proposer une extraction plus forte de la rente du secteur minier et de l’utiliser pour financer des programmes de transformation structurelle sur le continent (Bush 2018). Cependant, les politiques néo-extractivistes contemporaines en Afrique sont loin d’être aussi ambitieuses que celles tentées autrefois par les gouvernements socialistes africains. Celles-ci visaient à réguler le marché mondial des industries extractives, comme dans l’initiative zambienne de Kenneth Kaunda du Conseil intergouvernemental des pays exportateurs de cuivre (CIPEC), ou l’interdiction nationaliste de Julius Nyerere sur les industries extractives, visant à maintenir les ressources dans le sol jusqu’à ce que la nation puisse développer la production forces pour gérer les industries extractives pour le développement national. Ces politiques ont souvent attaqué les multinationales dans les industries extractives, interdire leurs opérations ou les réglementer fortement d’une manière que le néo-extractivisme n’a pas réussi à faire. La plupart des pays africains sont passés du contrôle national des ressources naturelles à un programme plus modeste visant à accroître le «  contenu local ’’ des politiques extractives, non seulement dans les mines mais aussi dans l’extraction de pétrole et de gaz (Ovadia 2016).

Si l’African Mining Vision prouve l’agence africaine, elle vit également sous l’ombre des échecs du nationalisme des ressources des années 1970. Et comment pourraient-ils pas ? L’expérience latino-américaine revêt une importance considérable pour celle de l’Afrique, montrant que l’appropriation de la rente foncière médiée par les politiques étatiques tend à créer «  une dépendance structurelle de l’ampleur de la rente foncière disponible pour l’appropriation ’’ (Purcell, Fernandez et Martinez 2017, 924) même lorsque ces mêmes politiques soutiennent et encouragent les petits capitaux et utilisent les rentes pour la protection sociale et les politiques sociales de redistribution.

Les effets des récessions mondiales sur les économies extractives sont bien connus : à mesure que la demande mondiale de produits de base diminue, les économies extractives tombent rapidement en récession, leurs loyers baissent, de même que les programmes de redistribution qui en découlent – comme le montre la dernière chute des prix des produits de base, a commencé en 2014. Dans cette analyse, les mineurs et les agriculteurs africains restent fermement inscrits dans les relations de valeur mondiales grâce à leur intégration dans le marché mondial (Araghi 2003) et dans le capitalisme en tant que totalité – l’économie mondiale étant plus que simplement «  la somme de ses parties ’(McNally 2009 : 43).

Pour Marx, le marché mondial a exprimé «  la primauté de la corporéité concrète de la somme totale de la vaste multitude de travaux vivant sous les géographies de la société capitaliste, avant de prendre des formes déformées dans les relations politiques internationales et la concurrence intercapitaliste ’’ (Arboleda 2020 : 52). La dépendance totale des «  succès ’’ de ce néo-extractivisme à la rente foncière des matières premières, liée aux fluctuations du marché mondial et inscrite dans les relations de valeur mondiales, a déjà échoué à passer le test de la baisse des prix des matières premières. À chaque récession mondiale ou à chaque baisse des prix des matières premières, la stratégie politique du néo-extractivisme montre ses limites, et les économies africaines qui ont adhéré à ce modèle risquent de succomber à la récession actuelle.

La crise cette fois

La pandémie a en effet déclenché une récession mondiale et, par conséquent, l’ Afrique est entrée dans sa première récession depuis 1995 . Les recettes en devises provenant des industries extractives ont chuté en raison de la baisse de la consommation en Europe, aux États-Unis et en Chine causée par la pandémie et à la récession mondiale qui se déroule, avec un commerce mondial considérablement réduit et des prix des matières premières dans une tendance à la baisse. L’économie des envois de fonds a également été affectée par la pandémie. Alors que le secteur des services formel, structuré autour de modèles de spéculation immobilière et financière, est susceptible d’être moins affecté, la reproduction sociale de la majorité de la population sera plus impactée, dépendante qu’elle l’est de l’agriculture et de l’exploitation minière artisanale (souffrira en tant que résultat de la récession mondiale) et les activités de circulation (petit commerce, transports et services), dont beaucoup échappent largement aux calculs du PIB. Le rapport régional de la Banque mondiale estime la contraction à 3,3% en 2020, soulignant qu’il s’agit de la première récession en Afrique au cours des 25 dernières années.

Sur la base de ces estimations, la baisse du PIB ramènera le PIB réel par habitant aux niveaux de 2008, et environ 40 millions de personnes seront très probablement poussées dans l’extrême pauvreté sur le continent. L’Afrique est également la région qui compte le plus grand nombre de pays (39) qui, depuis avril, bénéficient d’un allégement d’urgence de la dette du Fonds monétaire international pour faire face à la pandémie , aux côtés de 28 pays qui ont rejoint la suspension du service de la dette Banque mondiale / G20 Initiative (DSSI). Cependant, en 2018, environ un tiers de la dette publique des gouvernements africains était dû à des investisseurs financiers privés, échappant ainsi au mandat de la DSSI. De leur côté, les groupes financiers privés restent peu disposés à renégocier la dette avec les gouvernements africains pour atténuer l’impact de la pandémie et ont répondu aux critiques publiques en créant une agence de relations publiques, le Africa Private Creditor Working Group (2020).

Les 10 premiers mois de cette pandémie ont montré clairement que de nombreux gouvernements ont adopté une approche extrêmement pragmatique : si l’économie ne peut pas se permettre les pertes, les travailleurs doivent continuer à travailler pour mettre de la nourriture sur la table. Le « sombre calcul » – le nombre de personnes que les gouvernements décident peuvent être considérés comme jetables – et le pur pragmatisme ont éclairé de nombreuses décisions sur les politiques économiques.

Le pragmatisme des gouvernements qui ne peuvent se permettre de payer pour une crise est incarné par la position du président John Magufuli en Tanzanie. La Tanzanie est à ce jour le seul pays africain à avoir cessé de soumettre des rapports officiels sur les cas de Covid-19 et la mortalité à l’Organisation mondiale de la santénier la présence du virus dans le pays. Alors que les déclarations présidentielles mêlaient un anti-scientisme douteux (venant d’un président titulaire d’un doctorat en biologie) et un sentiment religieux, à l’approche des élections présidentielles, Magufuli a laissé tous les vendeurs de rue dans les rues, n’a pas fermé les magasins et les écoles, ni a-t-il interdit les rassemblements religieux, s’assurant le soutien populaire. Bien que cette réponse ait été largement présentée comme un exemple extrême de populisme autoritaire, elle peut également être interprétée comme le pragmatisme d’une nation pauvre, fortement dépendante des donateurs, qui est sur le point d’être frappée par une récession mondiale. La politique recouvre par des actions populistes la reconnaissance pragmatique que son gouvernement ne peut pas se permettre la moindre perturbation de la production – en particulier agraire,

Mais cette position s’écarte-t-elle de la norme ? Je dirais que c’est plus une position extrême qu’une position exceptionnelle. De nombreux gouvernements du Nord mondial ont implicitement admis la défaite du capital, face à une pandémie qui menaçait de perturber les circuits du capital, frappant à la fois la production et la consommation et les mettant à l’arrêt. Une récession mondiale provoque le chômage et la faim qui peuvent, si elles ne sont pas atténuées par les politiques publiques, tuer plus que le virus ; et seule une minorité de pays ont répondu par des interventions keynésiennes.

Les crises du capitalisme provoquent à la fois « d’immenses souffrances et épreuves pour les travailleurs du monde entier » et ouvrent également des moments dans lesquels « de nouveaux espaces de résistance peuvent être forcés de s’ouvrir » (McNally 2009 : 72). Comme avant la pandémie, les services de santé semi-privatisés se révèlent bons pour les affaires, et le long héritage de l’ajustement structurel en Afrique est le plus visible dans l’échec des services de santé de base. Ce qui unifie les gouvernements du monde entier, c’est ce que la pandémie n’a pas fait : remettre en question le rôle de l’État dans la prestation des services de santé publique de quelque manière que ce soit.Capitalisme mondial et Afrique après Covid-19 ’).

Le climat politique conservateur meurtrier fait passer toute proposition de redistribution à une étape radicale, comme le suggèrent les plans néo-keynésiens avancés par le Transnational Institute – taxer les riches et utiliser la richesse pour une réponse à une pandémie et conclure en citant des paroles exhortatives prononcées par le révolutionnaire africain Thomas Sankara.

Ce que la pandémie a fait, en fait, c’est de prouver une fois de plus que la maladie et la mort peuvent être de très bonnes affaires pour le capital. La pandémie a ouvert des opportunités pour d’énormes gains privés, dérivant principalement d’entreprises spéculatives dans le domaine de la santé et de la technologie sur le marché boursier. Cela a conduit à une augmentation de la richesse totale des milliardaires, qui a atteint 10,2 billions de dollars américains en juillet 2020, contre 8,9 billions de dollars américains à la fin de 2017, répartis entre 2189 milliardaires . Le travail mort triomphe du travail vivant, et les implications de classe de ce triomphe sont mortellement claires.

Elisa Greco est rédactrice en chef de la Revue de l’économie politique africaine (ROAPE) et enseigne à l’École européenne des sciences politiques et sociales, Université catholique de Lille, Lille, France.