Brésil : le juge et l’assassin (nucléaire)

0
197

 

Chico Whitaker, 3 mars 2021

Ancien militaire brésilien, dûment expulsé de l’armée mais malheureusement élevé à la présidence de la République, Bolsonaro s’est vanté duran dans sa campagne électoral, d’avoir été entraîné à tuer. C’est sûrement pourquoi il n’est même pas ému par les plus de 250 000 morts déjà causées par le covid 19 dans notre pays. Il est lui-même responsable d’avoir causé des milliers de ces morts, avec ses actions et ses omissions.

Il est préférable de supposer que les gens normaux ne sont pas ainsi déformés par l’entraînement militaire. Et que cette formation s’en tient à «expliquer» que tuer est une exigence de la logique absurde de la guerre, dans laquelle le camp qui tue et détruit le plus l’emporte. Mais l’un des principaux entraînements des militaires reste le maniement des armes, afin qu’ils puissent, dès que possible, tuer ceux qu’ils affrontent pendant la guerre et préserver leur propre vie.

Dans cette dynamique infernale, les gouvernements inventent et fabriquent continuellement des armes de plus en plus meurtrières. Et à la fin de la dernière Grande Guerre, les États-Unis ont réussi à construire la bombe atomique. C’était l’arme des armes. Ellel a permis, en appuyant simplement sur une seule gâchette, de tuer des milliers de personnes. C’était aussi le plus barbare: elle  a tué non seulement des soldats ennemis, mais aussi, sans discernement, des hommes et des femmes, des personnes âgées, des jeunes, des enfants, comme la bombe larguée sur Hiroshima, qui a détruit toute la ville et tué immédiatement 80 000 personnes.

Il est difficile pour un militaire, nécessairement plongé dans ce processus, d’échapper à la déformation qui en résulte. C’est ce qui est arrivé au pilote de l’avion qui a largué cette bombe: il a dû être très heureux de nommer sa mère d’après l’avion avec lequel il commandait l’opération.

Mais cette arme terrible a rapidement cessé d’attaquer et est devenue un puissant moyen de dissuasion: d’autres pays la construisaient également et des représailles enchaînées pourraient conduire à une apocalypse nucléaire.

Grâce à cela à cause de sa propre déformation, l’actuel président de la République veut nous donner accès aux armes, mais nous ne sommes formés ni à les manier ni à les tuer. On nous apprend à respecter la vie dans toutes ses expressions, à prendre soin de nos besoins et de tous les êtres humains, à être solidaires, à préserver la nature, à construire la paix entre les nations par le dialogue diplomatique.

Nous n’échappons cependant pas au meurtre d’autres êtres humains, pour différentes raisons: besoins extrêmes, déviations de personnalité, passions exacerbées, cupidité et même jalousie maladive. Beaucoup se livrent au crime organisé, où la vie humaine est la moins prisée.

Mais il y a ceux qui causent la mort non pas à cause d’un manque de formation, mais à cause de la désinformation. Les décisions gouvernementales ou judiciaires peuvent tuer, indirectement et sans discrimination, et sans que les décideurs soient conscients de ce qu’ils font, car ils ignorent toutes les conséquences de leurs décisions. Autrement dit, dans ce cas, c’est l’inconscience qui tue. C’est ce qui se passe à Angra dos Reis.

Nos militaires ont visiblement rêvé de construire la «bombe brésilienne», juste après l’explosion de la première, et sont allés jusqu’à aller sur ce projet. Mais ils ont dû s’en tenir aux centrales nucléaires, sous l’impulsion du programme Atoms for Peace, lancé à l’ONU par Eisenhower, alors président des États-Unis. Dans leur objectif déclaré, ces usines étaient un moyen pour les décideurs de construire des bombes atomiques, comme l’a récemment fait la Corée du Nord. Et, étonnamment, après que le Brésil ait mis longtemps à signer le Traité de non-prolifération des armes nucléaires, une « suggestion législative » était en cours au Congrès national pour construire « notre bombe », ce qui découragerait « l’ingérence étrangère ».

La construction et l’exploitation de centrales électriques permettent d’approfondir la connaissance de votre technologie, qui est la même que celle des pompes. Et bien qu’elles soient faites pour produire de l’électricité, elles peuvent être rapidement transformés en usines de bombes – comme les dirigeants d’Eletronuclear, une entreprise qui construit et exploite nos centrales électriques et est toujours présidée par l’armée. En outre, il existe des raisons stratégiques de s’appuyer sur les centrales nucléaires: l’un de ses sous-produits est le plutonium, qui est le combustible idéal pour les bombes, tel que «testé» avec la deuxième des bombes atomiques lancées, qui a tué 40 000 habitants de Nagasaki sur l’endroit.

Ce sous-produit laisse des déchets nucléaires. Maiis pour Eletronuclear, ces  «déchets nucléaires» ont une valeur militaire est très élevée. Tous les pays qui ont ou veulent avoir des bombes atomiques essaient de les stocker.

La simple «fabrication» de ces déchets crée un risque énorme pour la vie, car ils sont hautement radioactifs. Une personne infectée par le plutonium meurt en quelques jours, voire quelques heures, selon la dose reçue. Le plutonium a disparu presque entièrement, dans la nature, au fil du temps – car le niveau de radioactivité sur Terre elle-même a également baissé. Mais les êtres humains ont réussi l’exploit de le créer artificiellement, comme dans les réacteurs nucléaires des centrales électriques. Et, une fois créé, il faut 24 100 ans pour que la moitié de sa masse cesse d’être radioactive (il existe un type de plutonium avec une «demi-vie» de 376 000 ans…).

Désormais, Eletronuclear peut laisser aux habitants de la région d’Angra un véritable «cadeau du grec», en construisant des réservoirs temporaires de stockage à sec pour le combustible usé des usines d’Angra 1 et 2. Ils ne seront pas remplis de soldats ennemis, comme le cheval de Troie , mais principalement du plutonium, qui reste radioactif pendant au moins un demi-million d’années – si l’on ajoute toutes ses «demi-vies». Et quand je dis résidents, je veux dire non seulement les plus anciens, comme les autochtones, les quilombolas et les caiçaras, mais aussi les ouvriers des usines qui vivent à proximité, les 207 000 habitants de la commune d’Angra dos Reis, les municipalités et aussi aux touristes qui visitent son magnifique littoral et aux millionnaires qui y ont construit des demeures d’été paradisiaques.

Des tonnes de ce matériau extrêmement dangereux resteront « pour toujours » sur la plage d’Itaorna (pierre pourrie, dans la langue indigène locale), c’est-à-dire beaucoup plus longtemps que les plantes qui y sont installées, même s’il est décidé que leur durée de vie sera prolongée . Et à partir de ces dépôts, des particules invisibles qui tueront de nombreuses générations d’êtres humains sans défense, de tout âge ou sexe, peuvent fuir, en raison d’accidents naturels ou d’usure des matériaux, à court, moyen ou long terme.

Mais le plutonium placé dans ces gisements continuera à s’échauffer, dans le processus naturel de décomposition de sa radioactivité, car il sera «sec», c’est-à-dire hors des piscines refroidies en permanence dans lesquelles il se trouvait. Il faudra donc l’aérer en permanence, pour que la chaleur ne conduise pas à son explosion. Cette ventilation devrait se produire naturellement dans les dépôts, car ce sont de grands tubes verticaux. Mais que peut-il se passer à l’intérieur si, en raison des espaces ouverts pour la ventilation, des pluies torrentielles les pénètrent, ou si l’eau de mer elle-même les envahit – si l’élévation attendue du niveau de la mer se produit, même à moyen ou long terme?

N’oublions même pas qu’ils envisagent de créer six autres de ces monstres sur les rives de la rivière São Francisco. A Angra, ce qu’ils veulent maintenant, c’est la fin de cette région. Et pour cela, ils utilisent les mains de l’IBAMA, autorisant le travail des gisements, et la plume du juge fédéral qui a annulé sa propre décision antérieure, qui était correcte car elle leur interdisait le transfert de «déchets» nucléaires.

Dans sa sentence, cette juge a déclaré qu’il n’y avait pas d’alternative et que c’était urgent. Ainsi, il s’est conformé à ce qui avait été demandé par Eletronuclear, qui stipule que l’épuisement de l’espace disponible dans les piscines entraînera l’arrêt des usines. Le ministère public fédéral a lancé une action civile publique afin de mieux évaluer la question, mais en vain. Une opération entière a été mise en place pour le faire taire. Et l’IBAMA, devant tenir une audience publique avant d’autoriser l’œuvre, a montré à quel point elle était non structurée et domestiquée dans la mauvaise gestion actuelle: elle a convoqué une seule audience mal médiatisée, et n’a même pas répondu aux doutes soulevés.

Ne serait-il pas au moins approprié d’essayer de réduire les risques, par exemple en construisant des gisements non pas en bord de mer – un risque de plus créé, compte tenu des changements climatiques prévisibles – mais à l’intérieur de tunnels dans les collines, comme le recommande l’expérience internationale?

Sans aucun doute, le Brésil n’a pas la capacité financière de disposer d’un équipement qui sépare le plutonium «précieux» du reste des «déchets», ce qui pourrait justifier des dépôts avec un accès plus facile au combustible usé. Cela n’est fait que par la France et le Royaume-Uni. Il est encore moins possible pour le Brésil de construire des gisements définitifs de déchets nucléaires, qui sont considérés comme la seule solution à cet énorme mal de tête nucléaire dans le monde.

La France a tenté depuis un certain temps, sans succès, de lancer la construction d’un tel gisement. L’Allemagne a déjà eu des expériences infructueuses, tout comme les États-Unis, qui ne parviennent donc à faire que des dépôts provisoires, comme ceux qui ont maintenant vendus au Brésil. Seule la Finlande a pu construire, depuis 2004, un tel espace de stockage de 500 mètres de profondeur qui sera prêt en 2023 – prévu pour «cacher» les ordures pendant 100 000 ans…

Pendant ce temps, des milliers de tonnes de ces «restes» gênants de centrales nucléaires s’accumulent sur Terre. L’activation par l’homme de l’énergie contenue dans l’atome a pu rendre notre planète à nouveau menacée par la radioactivité, dont elle s’était débarrassée seule depuis des millions d’années.

Mais les informations qui circulent sur la question nucléaire, dans le monde entier, sont peu nombreuses et très techniques, et ses promoteurs cachent la réalité avec des mensonges. Par conséquent, il y a des civils non informés qui mènent des activités liées à ce problème et peuvent, sans aucune arme, par pure désinformation, créer les conditions de la perte de nombreuses vies. Tout comme ceux qui soutiennent les «chars» militaires qui écrasent, dans une guerre entre inégaux, quiconque s’oppose à l’initiative irresponsable de stocker du plutonium dans des tubes à ciel ouvert, sur une plage, pendant des siècles, transformant Angra dos Reis en un puits de radioactivité.

L’analyse de ce qui se passe à Angra exigerait que l’on considère un autre problème, plus lointain, mais tout aussi grave, et directement reporté à la capacité stratégique des militaires brésiliens dans leur fonction principale: la défense du pays, sans utiliser de moyens barbares, contre les attaques d’ennemis extérieurs. Avec l’implantation de gros tubes remplis de plutonium sur une plage près de Rio de Janeiro, l’une des plus grandes villes brésiliennes, ils offriront une cible extrêmement visible, de l’air et de la mer, à d’éventuels ennemis pour produire facilement une dispersion incontrôlable de radioactif. particules, bien plus encore que celles qui seraient dispersées par une bombe atomique.