Canada : comment des militant-es ont fait dérailler les ambitions de Trudeau

0
48

Yves Engler, Rabble. 9 juin 2021

Il y a un an aujourd’hui, l’ambassadeur du Canada à l’ONU a effectivement confirmé qu’une demi-douzaine d’activistes non rémunérés avaient fait dérailler la campagne de lobbying pluriannuelle du gouvernement auprès du Conseil de sécurité de l’ONU, dans le but d’obtenir un siège au sein de ce Conseil. Traditionnellement, le Canada était élu dans ce conseil qui comprend 5 membres non-élu et permanents (États-Unis, Russie, Chine, France, Angleterre) et 10 membres élus parmi les quelques 190 États membres de l’ONU

Le 10 juin 2020, Marc-André Blanchard a envoyé une lettre privée à d’autres ambassadeurs de l’ONU défendant la politique canadienne sur les droits des Palestiniens.

« En réponse aux récentes réclamations reçues d’un groupe de Canadiens concernant la position du Canada sur le conflit israélo-palestinien », a commencé la lettre de Blanchard. Il a ensuite déploré des « inexactitudes importantes » dans ce que disait la campagne NoUNSC4Canada. Le gouvernement fédéral a été mis sur la défensive une semaine avant le vote du Conseil de sécurité par une campagne à multiples facettes lancée dans le Toronto Star avec une critique générale de la politique étrangère canadienne.

Une lettre ouverte ultérieure exhortant les pays à voter contre la candidature du Canada au Conseil de sécurité en raison de ses positions anti-palestiniennes a eu le plus grand effet sur les ambassadeurs de l’ONU. Signé par plus de 100 groupes de la société civile et des dizaines de personnalités éminentes, il déclarait : « [L]e gouvernement canadien depuis au moins une décennie et demie s’est constamment isolé contre l’opinion mondiale sur les droits des Palestiniens à l’ONU. … Poursuivant ce modèle, le Canada ‘se range du côté d’Israël en votant non’ sur la plupart des votes de l’ONU sur la question. de Palestine en décembre. Trois d’entre eux étaient les votes du Canada sur les réfugiés palestiniens, sur l’UNRWA et sur les colonies illégales, chacun distinguant le Canada comme étant en opposition directe aux votes « oui » de l’Irlande et de la Norvège [les deux concurrents du Canada pour un siège au Conseil de sécurité ]. »

La lettre également notait que « Ottawa a justifié le meurtre par Israël des manifestants de la « Grande Marche du retour » à Gaza et a cherché à dissuader la Cour pénale internationale d’enquêter sur les crimes de guerre israéliens. En fait, le ministre des Affaires étrangères du Canada a annoncé que s’il remportait un siège au Conseil de sécurité agir comme un « atout pour Israël » au Conseil. »

Finalement, le 17 juin 2020, le Canada a perdu sa candidature pour siéger au Conseil de sécurité. La défaite au premier tour du scrutin a constitué un revers fulgurant pour le gouvernement Trudeau, qui avait annoncé sa volonté d’obtenir le siège quatre ans plus tôt. L’ambassadeur d’Israël à l’ONU a déclaré qu’il était « déçu » que le Canada ait perdu et que le lobby israélien au Canada ait été brièvement mis en retrait.

Récemment, la Norvège et l’Irlande ont publié une déclaration avec d’autres membres du Conseil de sécurité européen, la France et l’Estonie, condamnant les frappes aériennes israéliennes à Gaza et appelant Israël à cesser les activités de colonisation, les démolitions et les expulsions. Il est très peu probable que le gouvernement Trudeau aurait poursuivi une voie similaire s’il avait remporté un siège au Conseil de sécurité.

Une demi-douzaine de gens ordinaires ont sapé la campagne du gouvernement pour un siège au Conseil de sécurité, légèrement amélioré la position diplomatique des Palestiniens et ébranlé la mythologie de la politique étrangère canadienne. Cela devrait être une source d’inspiration pour les militants du monde entier.