Canada : complicité avec l’apartheid israélien

0
63

Une fois de plus, un groupe de défense des droits de l’homme a déterminé que le traitement réservé par Israël aux Palestiniens équivaut à l’apartheid. Human Rights Watch appelle les gouvernements du monde entier à «imposer des sanctions et à reconsidérer les accords commerciaux», selon le Globe and Mail de mardi .

Une fois de plus, les partisans d’Israël réclament « la partialité » et « l’antisémitisme » au lieu de reconnaître le crime évident contre l’humanité et de promettre de changer. Ces négateurs de l’apartheid se plaignent également qu’il est injuste de comparer Israël à l’Afrique du Sud. Et peut-être que c’est – mais pas de la façon dont les nationalistes israéliens l’entendent. 

Comme Noam Chomsky l’a noté, l’oppression des Palestiniens dans ce pays est  » bien pire  » que le racisme du régime sud-africain. De même, le soutien canadien à l’apartheid israélien est bien plus important qu’il ne l’était pour la variante sud-africaine.  

Par exemple, peut-on imaginer que les grandes institutions canadiennes auraient pu bafouer la loi pour recruter des jeunes blancs pour rejoindre l’armée brutale de l’apartheid en Afrique du Sud dans les années 1980? Mais c’est exactement ce qui se passe aujourd’hui avec le recrutement de Canadiens pour l’armée qui applique l’apartheid israélien.  

Plusieurs groupes subventionnés par les contribuables bafouent la loi canadienne pour inciter les jeunes à parcourir 10 000 kilomètres pour réprimer les Palestiniens. Heureusement, une nouvelle pétition parlementaire réclame une enquête sur le recrutement militaire israélien illégal au Canada.

Soumise par le rabbin David Mivasair et parrainée par le député néo-démocrate Matthew Green, la pétition appelle « le ministre de la justice à entreprendre une enquête approfondie sur ceux qui ont recruté ou facilité le recrutement pour les Forces de défense israéliennes (FDI) et, si nécessaire, des accusations contre les personnes impliquées dans le recrutement et l’encouragement au recrutement pour l’armée israélienne. « 

La pétition fait partie d’une campagne soutenue par Chomsky, Roger Waters, Yann Martel et de nombreuses autres personnalités éminentes qui ont présenté des preuves du recrutement militaire israélien au ministre de la Justice et au commissaire de la GRC. Tout en visant à mettre fin au recrutement officiel, l’objectif est également de perturber un vaste réseau de promotion de des forces armées israéliennes (Tsahal) au Canada.

La réalité est que de nombreuses institutions canadiennes célèbrent la force d’occupation israélienne et certaines d’entre elles le font avec le soutien des contribuables. Recevant près de la moitié de ses fonds des deniers publics, la plus grande école juive de Montréal, l’Académie hébraïque, montre des films qui célèbrent l’armée israélienne, invite les étudiants à envoyer des cadeaux aux soldats de Tsahal et fait venir des émissaires israéliens pour diriger des classes de maternelle. 

Les écoles torontoises Heschel, Bialik Hebrew, Netivot HaTorah, Bnei Akiva et Leo Baeck font également la promotion de Tsahal de différentes manières. Ces écoles alimentent les élèves à TanenbaumCHAT, la plus grande école secondaire privée du Canada, qui organise des collectes de fonds pour les initiatives militaires israéliennes et organise régulièrement des «journées de Tsahal». 

À l’autre extrémité du spectre des âges, un groupe de Torontois de 80 ans se réunit régulièrement depuis la pandémie pour fabriquer des tuques tricotées à la main pour les soldats de Tsahal. Ils font partie de l’initiative « Des chapeaux pour les soldats israéliens ». Une autre organisation qui soutient la force d’occupation est Israel Defence Forces Widows & Orphans-Canada, qui est un organisme de bienfaisance enregistré et financé en partie par le gouvernement israélien. 

Sar-El offre un soutien plus concret à Tsahal. Quelque 150 Canadiens se portent volontaires pour travailler sur les bases de ravitaillement de l’armée israélienne chaque année avec une organisation fondée par un général de Tsahal. Une publicité régulière dans le Canadian Jewish News pour Sar-El notait: « Exprimez votre sionisme en servant comme volontaire civil sur une base d’approvisionnement de l’armée israélienne. » 

De son côté, l’Ambassade chrétienne internationale de Jérusalem (Canada) a parrainé des « activités ludiques » pour les « soldats seuls ». Créée par le couple de pouvoir milliardaire Gerry Schwartz et Heather Reisman, la Fondation Heseg pour les soldats solitaires soutient également les non-Israéliens au sein de Tsahal. 

À son bureau de Toronto, le programme Garin Tzabar des Amis des Scouts israéliens offre des cours d’hébreu et des services de soutien, ainsi qu’une aide au transport et à l’hébergement en Israël, pour les « soldats seuls » canadiens. Nefesh B’Nefesh aide également les non-Israéliens à rejoindre l’armée israélienne. En violation de la Loi sur l’enrôlement à l’étranger, les organismes de bienfaisance enregistrés United Jewish Appeal of Greater Toronto et Federation Combined Jewish Appeal Montréal ont diffusé en juin dernier un webinaire de Nefesh B’Nefesh intitulé « Joining the IDF », qui offrait aux participants des informations pour ceux qui veulent rejoindre Tsahal.  » 

Quelques mois avant le début de la pandémie, 1 100 personnes ont assisté à un événement de l’Association des soldats d’Israël-Canada et de l’Association culturelle sioniste canadienne à Toronto. « La soirée comprenait des discours sincères et captivants des commandants de Tsahal, ainsi qu’une performance de l’ensemble de Tsahal », a rapporté le Canadian Jewish News . 

Association for the Soldiers of Israel in Canada, Sar-El, Israel Defence Forces Widows & Orphans, Beit Halochem Canada (Disabled Veterans of Israel), Heseg Foundation for Lone Soldiers et Hats for Israel Soldiers ont tous reçu une couverture sympathique dans le journal Canadian Jewish News. Le site d’information a publié des dizaines d’articles faisant la promotion de ces organisations et célébré à plusieurs reprises les Canadiens qui se joignent à l’armée israélienne ou en font la promotion. 

S’il est immoral de promouvoir et de rejoindre la force d’occupation, c’est logique d’un point de vue sionisteisraélien. L’armée est au cœur de la société israélienne. « Israël est une armée avec un État », dit le dicton. Compte tenu de sa petite taille, Israël est l’une des nations les plus guerrières de l’histoire de l’humanité. Né d’une guerre qui a viré au nettoyage ethnique en 1948, le pays a presque toujours été en guerre.

En plus d’étouffer Gaza, d’occuper la Cisjordanie, d’envahir régulièrement l’espace aérien libanais et d’annexer les hauteurs du Golan en Syrie, Israël a récemment attaqué des navires iraniens et bombardé la Syrie des dizaines de fois. Au fil des ans, il a également bombardé la Palestine, la Jordanie, l’Égypte, le Soudan, le Liban, la Tunisie, l’Irak et déclenché la violence dans de nombreux autres endroits. 

Chaque fois que l’on voit un soldat de Tsahal mettre sa botte sur le cou d’un Palestinien en Cisjordanie, tirer sur un manifestant à Gaza ou bombarder la Syrie, il est important de reconnaître les groupes canadiens qui font activement la promotion de l’armée israélienne. La colère contre ces groupes est la première étape vers la rupture de la promotion de Tsahal au Canada. 

Ceux d’entre nous qui s’opposent à toutes les formes d’apartheid doivent contester le recrutement des FDI au Canada, ce qui contrevient à la loi et est manifestement immoral. Des plaintes doivent également être déposées contre des organismes de bienfaisance enregistrés soutenant l’armée israélienne en violation des restrictions de l’Agence du revenu du Canada sur le soutien militaire non canadien. Les écoles et autres groupes qui font la promotion de Tsahal devraient être publiquement humiliés.