Canada : le grand détournement de l’aide internationale

0
165

Le Fonds monétaire international rédige fréquemment des documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) sur les pays sous-développés dans lesquels il a mis en œuvre des politiques d’ajustement structurel néolibérales. 

Faire défiler le catalogue rend la lecture dépaysante, car on découvre vite que les pays les plus pauvres du monde sont souvent ceux qui ont le plus de documents sur la lutte contre la pauvreté : les entrées de la République Démocratique du Congo commencent en 2002 et se terminent en 2013 ; Le Rwanda passe de 2000 à 2013 ; Burundi de 2004 à 2012 ; Burkina Faso de 2000 à 2008 ; Mali, Ouganda et Mozambique de 2000 à 2014 ; et ainsi de suite.

Ce qui est particulièrement étonnant, c’est l’incapacité obstinée du FMI à reconnaître que ses politiques perpétuent en fait la pauvreté. 

Comme indiqué dans le rapport 2006 sur le Burkina Faso , le FMI affirme que « le secteur privé reste le principal moteur de la croissance ». Chaque rapport réitère le même point : le gouvernement a l’intention d’intensifier la privatisation ou doit l’étendre davantage. Du DSRP 2000 sur le Burkina Faso : le gouvernement a décidé de procéder… à la libéralisation du commerce [et] à la privatisation des intérêts étatiques existants… le gouvernement s’emploiera à restructurer le secteur [coton]… en encourageant l’entrée de nouvelles entreprises et une plus grande concurrence… Le gouvernement devrait également poursuivre résolument la libéralisation de le secteur des exportations de cuirs et peaux d’animaux pour le rendre plus compétitif et dynamique.

Au cours des années suivantes, les DSRP ont inclus un langage similaire promouvant des « programmes de privatisation » pour « améliorer les fondamentaux et la compétitivité de l’économie, et en particulier le climat des affaires pour faciliter le développement du secteur privé ».

En 2009, après que le Burkina Faso ait mis en œuvre une série tentaculaire de réformes néolibérales qui ont amené pratiquement tous les secteurs de son économie entre des mains privées concentrées dans le Nord, la crise financière a frappé. Le FMI rapporte que la croissance du PIB a baissé de 5,2 % cette année-là et que la pauvreté a augmenté de 4 %. Aucun DSRP ultérieur concernant le Burkina Faso n’est accessible au public.

En avril 2020, plus de 75 % des Burkinabés vivaient avec moins de 3,20 USD par jour. Plus de 92 pour cent des gens vivent avec moins de 5,50 $ par jour, ou ce que les économistes de la Banque mondiale appellent « le revenu de la classe moyenne supérieure ». Les taux d’extrême pauvreté (ce que la Banque mondiale définit comme vivant avec moins de 1,90 USD par jour) restent entre 40 et 50 pour cent dans une grande partie de l’Afrique de l’Ouest. Et pourtant, les politiques d’ajustement structurel continuent d’être défendues par les institutions financières internationales (IFI) telles que le FMI et la Banque mondiale, qui considèrent les taux de croissance du PIB comme synonymes de réduction de la pauvreté dans une forme mondialisée de « l’économie du ruissellement » largement discréditée. maquette.

Par exemple, la Banque mondiale vante comme un succès le fait que le revenu par habitant au Burkina Faso est passé de 360 USD en 1990 à 720 USD en 2013 : une augmentation de 1 USD par jour à 2 USD sur une période de 23 ans, un période qui a vu des milliards de bénéfices canalisés des secteurs agricole et minier du Burkina Faso dans les poches des entreprises occidentales.

Selon l’idéologie néolibérale du développement, seuls ceux qui produisent du profit pour leurs investisseurs sont dignes d’investissement. Selon ce cadre, les Africains appauvris ne retournent pas sur l’investissement à moins qu’ils ne soient intégrés dans une économie capitaliste mondiale qui profite aux privatiseurs – ou en d’autres termes, retire des fonds importants des mains africaines et les place dans les poches nord-américaines et européennes, un minuscule dont une fraction est parfois renvoyée vers le continent africain, souvent via des ONG.

Les programmes du FMI et de la Banque mondiale représentent ce que l’économiste indien Prabhat Patnaik appelle l’approche du développement « fondée sur les moyens ». Cette approche ne considère pas le capitalisme mondial ou les relations néocoloniales entre le Nord et le Sud comme les causes profondes de la pauvreté et du sous-développement, et estime en fait que « l’essence du problème du développement consiste simplement à augmenter la somme totale des moyens de production disponibles. et la consommation. En d’autres termes, l’expansion du capitalisme dans le monde et la restructuration libérale des économies du Sud global sont considérées comme réduisant progressivement la pauvreté plutôt que de cultiver une sous-classe à l’échelle du continent dont la pauvreté est l’inverse dialectique de la prospérité du Nord. Cette vision positiviste du développement humain ressemble aux arguments d’écrivains libéraux populaires tels que Steven Pinker,

Tout en prétendant respecter l’universalité des droits humains fondamentaux tels que le droit à l’alimentation, à l’eau et à l’absence d’esclavage, l’approche fondée sur les moyens lie l’aide au développement à la volonté d’un pays de se soumettre aux mécanismes d’exploitation qui servent le monde occidental industrialisé. . Cette approche rejette l’idée que le socialisme, le communisme ou toute forme de politique qui a historiquement caractérisé les ambitions émancipatrices à travers les pays du Sud peuvent atténuer la pauvreté car l’aide basée sur les moyens est, par la diffusion active de ses modes de production, synonyme d’atténuation de la souffrance. Que cela soit dit ouvertement ou non, c’est la logique dans laquelle opèrent les pays occidentaux industrialisés, les IFI et les agences d’aide parapubliques : le développement ne passe que par la productivité pour le Nord global,

Ce sont les motivations matérielles qui se cachent derrière la rhétorique fondée sur les moyens de la réduction de la pauvreté et de la prospérité partagée. Les justifications sont superstructurelles et existent pour excuser un statu quo inéquitable. La logique derrière l’approche basée sur les moyens, qui lie intrinsèquement la valeur humaine aux modes de production défendus par le capital occidental, est étrangement similaire à la vision du monde adoptée par Larry Summers dans son tristement célèbre mémo de 1991 comme économiste en chef de la Banque mondiale, dans laquelle il prône le déversement de déchets toxiques dans « les pays les moins avancés » parce qu’ils sont moins productifs à ses yeux.  La logique économique qui sous-tend l’association de l’aide au développement à la libéralisation du commerce est, du point de vue d’un fervent partisan du fondamentalisme de marché, tout aussi irréprochable.

L’aide canadienne au développement est distribuée selon la même logique. Les fonds que le gouvernement distribue dans les pays du Sud fonctionnent souvent comme des programmes de formation professionnelle pour les industries basées au Canada, en particulier les sociétés minières, plutôt que comme des programmes qui s’attaquent aux causes profondes de l’injustice et des inégalités systémiques. Le projet Gouvernance et durabilité économique de l’Afrique de l’Ouest dans les zones d’extraction (WAGES) en est un exemple illustratif. Lancé en 2016, l’objectif déclaré de WAGES est de « soutenir… un développement économique durable et inclusif et la réduction de la pauvreté… ainsi qu’une gouvernance responsable dans trois régions minières : la région du Sahel au Burkina Faso, la région de l’Ouest au Ghana et la préfecture de Boké. en Guinée. Les méthodes par lesquelles WAGES cherche à réduire la pauvreté « renforcent les entreprises locales et nationales ».

Le gouvernement canadien a financé WAGES avec 20 millions de dollars remis à une ONG appelée Entraide universitaire mondiale du Canada, qui a mis en œuvre conjointement le programme avec une deuxième ONG appelée le Centre d’études et de coopération internationales. Le gouvernement canadien se vante que des centaines de personnes au Burkina Faso, au Ghana et en Guinée ont été formées aux « compétences techniques » qui leur ont donné de nouvelles opportunités « d’entrepreneuriat » dans le secteur minier et leur ont permis de « développer de nouveaux marchés ». Le gouvernement énumère les gains suivants pour l’industrie minière comme des étapes vers la justice économique et la réduction de la pauvreté en Afrique de l’Ouest : « par le biais de WAGES. 51 liens commerciaux établis entre des acheteurs du secteur privé, des sociétés minières et des entreprises et coopératives ont permis de saisir des opportunités économiques pour les communautés riveraines des sociétés minières… 500 jeunes hommes et femmes ont été formés à l’entrepreneuriat et à l’élaboration de plans d’affaires [ce qui] a renforcé leur capacité à créer des opportunités d’affaires avec les sociétés minières… 6 forums nationaux soutenus dans les 3 pays ont permis aux bénéficiaires d’élargir leurs réseaux de partenaires et de créer de nouveaux marchés ».

Selon le site Web du gouvernement du Canada, le budget total des initiatives d’aide opérationnelle et de développement dans les seize États d’Afrique de l’Ouest reconnus par l’ONU, qu’il s’agisse de projets de lutte contre la faim, de formation professionnelle ou de collaboration en matière de sécurité, est d’un peu plus d’un milliard de dollars canadiens (environ 804 $ millions de dollars). Lorsque l’on considère le fait que les participations des sociétés minières canadiennes au Burkina Faso totalisent à elles seules 3 milliards de dollars canadiens (trois fois plus que tous les programmes d’aide opérationnelle et de développement dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest), la disparité est consternante.

Depuis 2000, le Canada a alloué 1,6 milliard de dollars en aide humanitaire pour « promouvoir la paix, la sécurité et le développement durable » au Mali. Une société minière canadienne opérant dans le pays, la B2Gold basée à Vancouver, a fait des profits de 630 millions de dollars en 2021, principalement de la mine Fekola dans le sud-ouest. En vérité, les flux de trésorerie de 2021 à travers une société minière basée au Canada opérant au Mali sont égaux à environ 40 pour cent de toute l’aide « humanitaire » canadienne au pays depuis 2000. Il suffit d’un rapide coup d’œil. à ces chiffres pour se rendre compte que l’investissement du Canada dans la sécurité, la formation professionnelle et la réduction de la pauvreté en Afrique de l’Ouest est infinitésimal par rapport aux bénéfices annuels que les sociétés minières basées au Canada tirent de ces économies postcoloniales libéralisées de force.

Bien qu’il vante le succès de WAGES et d’autres initiatives de développement en Afrique de l’Ouest, le site Web du gouvernement du Canada reconnaît que le principal problème auquel le Burkina Faso est actuellement confronté est « la pauvreté croissante de la plupart de la population ». Tous les gains temporaires que ces programmes font dans la lutte contre la violence et la pauvreté sont largement contrebalancés par l’ampleur de la richesse en ressources que les sociétés minières canadiennes extraient de ces pays – une richesse qui serait restée entre les mains des Africains sous les modèles étatiques du type préconisé par le président burkinabé Thomas Sankara. avant son assassinat par des acteurs régionaux proches de la France.

Le principal problème de ces initiatives de développement et d’aide est qu’elles s’en remettent à la logique du capital, considérant comme allant de soi que les sociétés minières basées au Canada devraient être autorisées à opérer librement dans une chaîne d’approvisionnement néocoloniale qui valorise les affaires étrangères plutôt que la souveraineté du Sud. En effet, l’approche « basée sur les moyens » de Patnaik est assujettie au motif du profit, qui sous-développe nécessairement les pays d’Afrique de l’Ouest afin d’extraire des quantités croissantes de richesse quelles que soient les intentions déclarées des programmes.

Il existe une issue simple à ce cycle de sous-développement que les « horizons du pensable » capitalistes obscurcissent. Patnaik dichotomise le développement fondé sur les moyens avec le développement « fondé sur les droits », ou l’épistémologie selon laquelle les moyens axés sur le profit du capitalisme mondial ne devraient pas dicter l’allocation et la mise en œuvre de l’aide, mais une approche fondée sur les droits qui identifie les droits humains qui sont en train d’être mal desservies dans les régions touchées (faim, soif, exploitation par le travail) et modifie le système économique dominant pour répondre à ces besoins.

Le développement basé sur les droits cherche à renverser la logique capitaliste de l’anti-impérialisme du profit et du centre et la nécessité d’aider à la création d’économies souveraines et autocentrées dans les pays du Sud. Ce n’est qu’alors que le sous-développement de l’aide au développement basée sur les moyens pourra être remplacé par l’autosuffisance qui profitera bien plus aux pays postcoloniaux que le dicton erroné du FMI selon lequel le secteur privé est le seul moteur viable de réduction de la pauvreté.