Canada : le ministre de la défense Harjit Sajjan et la torture en Afghanistan

0
97
Matthieu Behrens, extraits d’un texte paru  Rabble, 27 août 2021
Lorsque le premier avion chargé d’anciens interprètes afghans a débarqué à l’aéroport de Toronto le soir du 4 août, ils ont été accueillis par plusieurs ministres du gouvernement Trudeau. Le ministre de la Guerre — désolé, la  » Défense  » — Harjit Sajjan était manifestement absent de la fête de bienvenue. Il semble que le retour de ces collaborateurs afghans pose problème au gouvernement canadien.
 Essentiellement, parmi les personnes que le Canada amène ici, il y aura des interprètes, des fixateurs, des chauffeurs, des agents de liaison et d’autres qui étaient sur place ou savaient ce qui se passait lorsque les Forces canadiennes transféraient des agriculteurs, des commerçants, des enseignants, et d’innombrables autres civils afghans entre les mains de tortionnaires.
Bien entendu, le Canada a la responsabilité d’évacuer le plus grand nombre possible de ses anciens entrepreneurs afghans et de leurs familles. Ce sont des individus qui ont été placés dans une situation impossible : pour nourrir leurs familles, ils ont accepté des missions relativement bien rémunérées et à haut risque facilitant le travail d’une force d’occupation brutale de l’OTAN qui a tué, torturé et blessé des centaines de milliers de personnes. Alors que de nombreux anciens combattants canadiens ont mené une lutte vaillante pendant plus d’une décennie pour aider à faire sortir ces personnes et leurs familles, cette campagne ne semble pas avoir reçu un iota de soutien de la part des généraux, d’autres hauts gradés militaires et des politiciens qui ont un intérêt direct pour empêcher les témoins potentiels de crimes de guerre canadiens en Afghanistan.
« On savait »
Lorsque le transfert de détenus canadiens vers la torture a été une grande nouvelle il y a 15 ans, l’ancien traducteur Ahmadshah Malgarai, un conseiller culturel et linguistique avec une autorisation secrète, a courageusement déclaré à un comité de la Chambre en avril 2010 :

« Il n’y avait personne dans l’armée canadienne avec un uniforme qui a été impliqué de quelque manière que ce soit, à quelque niveau que ce soit, dans les transferts de détenus qui ne savait pas ce qui se passait et ce que fait la NDS [la Direction nationale de la sécurité de l’Afghanistan torturé et contaminé] à leurs détenus. »

À la fin de 2017, le professeur de droit et ancien député Craig Scott a soumis un mémoire sur les crimes de guerre à la Cour pénale internationale (CPI), dans lequel il existe de nombreux documents indiquant que des responsables politiques et militaires canadiens « ont pu aider, encourager ou autrement aider la commission. de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité.
Scott a fait valoir qu’une enquête de la CPI ouvrirait un espace pour les dénonciateurs au sein du gouvernement canadien, notant :

« Je suis assez convaincu qu’il y a plusieurs personnes dans divers départements de la fonction publique fédérale canadienne qui en savent beaucoup mais qui hésitent à se manifester jusqu’à ce qu’il y ait un processus d’enquête crédible qui ait une chance de ne pas être bloqué par tous les autres processus au Canada concernant les détenus à ce jour – et serait donc plus susceptible de se présenter aux enquêteurs dans le cadre d’un processus de la CPI qu’ils considèrent comme sérieux. »

Le bref méticuleux de Scott documente les transferts de détenus « non officiels » ainsi qu’un schéma perfide de tromperie aux plus hauts niveaux de l’armée canadienne. Notamment, Scott souligne que :

« un manque de préoccupation pour le bien-être des personnes transférées n’a pas dû être – et n’était probablement généralement pas – partagé par les soldats au sol et la police militaire qui ont effectué les transferts réels. Il y a de bonnes raisons de croire que de nombreux des personnes ayant reçu l’ordre de leurs supérieurs de transférer s’inquiétaient du sort des personnes transférées étant donné les rumeurs qu’elles avaient entendues sur le traitement des prisonniers en détention… même s’ils n’avaient généralement pas accès aux preuves solides qui prouveraient de telles rumeurs (comme le fonctionnaires de niveau) et même s’ils pouvaient fort bien supposer que le Canada avait mis en place une surveillance efficace afin qu’au moins les personnes transférées au Canada soient moins susceptibles d’être maltraitées. »

Des témoins gênants
En 2007, le Globe and Mail a rendu compte du sort de nombreux détenus, comme un agriculteur de 33 ans dont les dents ont été cassées par des interrogateurs afghans. Dans un mémoire juridique préparé par Amnistie internationale et la BC Civil Liberties Association, ils ont noté que cet agriculteur « a affirmé que des Canadiens lui ont rendu visite entre les coups, ont entendu ses cris et l’ont exhorté à fournir des renseignements à ses ravisseurs afghans ». Un interprète engagé par le Canada doit avoir été sur place pour traduire pour le détenu maintenant ensanglanté, et pourrait maintenant être appelé comme témoin de l’enquête sur les crimes de guerre.
Pendant ce temps, dans un mouvement qui a peut-être eu de nombreux tremblements dans leurs bottes, en mars 2020, la CPI a autorisé à l’unanimité « le Procureur à ouvrir une enquête sur les crimes présumés relevant de la compétence de la Cour en relation avec la situation en République islamique d’Afghanistan . »
En 2006, alors que les conservateurs de Harper prenaient le contrôle d’une guerre déclenchée par les libéraux, le reportage de Graeme Smith dans le Globe and Mail — ainsi que les déclarations courageuses du lanceur d’alerte canadien Richard Colvin, un diplomate en Afghanistan — ont mis en lumière des termes comme « crimes de guerre » pour décrivent les transferts canadiens de détenus vers la NDS afghane entachée de torture.
La torture comme procédure standard
Colvin, qui avait servi 17 mois en Afghanistan, a déclaré en 2008 que les Afghans transférés des Forces canadiennes à la NDS faisaient souvent face à :

« les coups, les coups de fouet avec des câbles électriques et l’utilisation de l’électricité. La privation de sommeil, l’utilisation de températures extrêmes, l’utilisation de couteaux et de flammes nues et les abus sexuels, c’est-à-dire le viol, étaient également courants. La torture pouvait être limitée aux premiers jours. ou cela pouvait durer des mois. Selon nos informations, il est probable que tous les Afghans que nous avons remis aient été torturés. Pour les interrogateurs à Kandahar, c’était une procédure opérationnelle standard.

Colvin a noté que de nombreux détenus n’avaient rien à voir avec les talibans :

« beaucoup n’étaient que des gens du coin : agriculteurs, chauffeurs routiers, tailleurs, paysans, êtres humains au hasard au mauvais endroit au mauvais moment, jeunes hommes dans leurs champs et villages qui étaient complètement innocents mais ont néanmoins été raflés. En d’autres termes, nous détenu et remis pour torture grave de nombreuses personnes innocentes. »

Sajjan, le seul responsable canadien qui ne savait rien !
Depuis les élections de 2015, Sajjan semble fuir toute association avec l’Afghanistan. En 2017, il a été accusé d’ avoir faussement minimisé son rôle dans la guerre, alors que la commissaire à l’éthique Mary Dawson cherchait à déterminer pourquoi il ne consentirait pas à une enquête. Dans une réponse à Dawson, Sajjan a excédé la croyance en affirmant, selon les notes de Dawson , qu’« [à] aucun moment il n’a été impliqué dans le transfert de détenus afghans, et il n’avait aucune connaissance à ce sujet ». Il a peut-être été le seul Canadien en poste en Afghanistan à ne pas savoir.
Quatre ans et deux élections plus tard, Sajjan est de nouveau en campagne électorale, essayant de redorer son image de sauveur d’un peuple dont il pourrait bien être complice de la torture.