Canada : Les drones, les entreprises québécoises et Israël

0
98
Dans l’une des scènes les plus déchirantes de décennies d’attaques israéliennes contre Gaza, quatre enfants jouant sur une plage ont été assassinés en 2014 par une frappe de drone israélien. En décembre dernier, le Canada a discrètement acheté au fabricant de guerre israélien Elbit Systems une version de nouvelle génération de 36 millions de dollars des drones impliqués dans ce meurtre notoire. Selon Human Rights Watch, ces drones israéliens ont été utilisés en permanence au-dessus de Gaza, surveillant les gens en dessous et les bombardant depuis.
Au cours du mois dernier, la relation canadienne croissante avec l’industrie israélienne de la guerre des drones a été ravivée, alors que l’armée israélienne – qui se classe au 20e rang de l’indice mondial des puissances militaires et qui possède au moins 90 armes nucléaires – a pulvérisé Gaza avec une implacable bombardement terroriste de 11 jours ciblant des installations médicales, des écoles, des routes, des complexes résidentiels et des systèmes électriques.
Le drone Hermes d’Elbit Systems que le Canada a acheté a été largement annoncé comme «éprouvé au combat» contre le peuple palestinien à Gaza en 2014, lorsque 37% des victimes palestiniennes ont été tuées par à des frappes de drones. À l’époque, Amnistie International avait condamné les forces israéliennes pour avoir commis des crimes de guerre dans le cadre de ce qui était alors leur troisième offensive militaire contre Gaza en moins de six ans.
Les Palestiniens ont longtemps servi de cibles humaines pour les tests meurtriers du matériel de guerre israélien. Comme l’a affirmé le chef de la division «technologie et logistique» de l’armée israélienne, Avner Benzaken, «Si je développe un produit et que je veux le tester sur le terrain, je n’ai qu’à me rendre à cinq ou 10 kilomètres de ma base et je peux regarder et voir ce qui se passe avec l’équipement. J’obtiens des commentaires, donc le processus de développement est  plus rapide et beaucoup plus efficace. « 
Contrôles aux frontières d’Elbit
Comme de nombreuses industries de guerre, Elbit se spécialise également dans la surveillance et la «sécurité aux frontières», avec 171 millions de dollars de contrats pour fournir aux autorités américaines des équipements pour empêcher les réfugiés de traverser la frontière avec le Mexique, et un contrat de 68 millions de dollars pour la forteresse Europe pour empêcher les réfugiés de traversant la Méditerranée.
De manière critique, Elbit fournit une infrastructure technique pour surveiller le mur frontalier d’Israël. En 2004, la Cour internationale de Justice a jugé le mur illégal, a demandé qu’il soit démoli et que les Palestiniens dont les maisons et les commerces avaient été volés parce qu’ils se trouvaient sur le chemin du mur soient correctement indemnisés. Le mur, bien sûr, reste debout.
Alors que le gouvernement Trudeau se présente comme un défenseur du droit international et des droits de la personne, l’achat du drone Elbit n’est certainement pas une bonne idée. Le fait qu’en 2019, Israël était le principal bénéficiaire non américain de permis d’exportation d’armes d’Affaires mondiales Canada, avec 401 approbations de technologie militaire totalisant près de 13,7 millions de dollars.
Depuis l’élection de Trudeau en 2015, plus de 57 millions de dollars d’exportations de guerre canadiennes ont été livrés à Israël, dont 16 millions de dollars en composants de bombes. En 2011, le Comité national palestinien BDS a appelé à un embargo sur les armes contre Israël similaire à celui imposé contre l’Afrique du Sud de l’apartheid.
L’industrie canadienne tachée de sang
Entretemps, la filiale canadienne d’Elbit, GeoSpectrum Technologies, travaille sur les composants de la guerre des drones depuis ses bureaux de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse. Le leader de longue date des drones au Canada est L-3 Wescam (Burlington, Ontario), dont les produits de drones ont souvent été impliqués dans la commission. des crimes de guerre (tels que documentés par Homes not Bombs par Project Ploughshares).
En ce moment, L-3 Wescam est un acteur clé dans un effort conjoint canado-israélien nommé Artemis pour obtenir un contrat de 5 milliards de dollars pour des drones armés recherchés par l’armée canadienne. Ce projet implique également une filiale de L3Harris Technologies (Mirabel, Québec).
La proposition de l’équipe canado-israélienne Artemis envisage l’utilisation de moteurs Pratt & Whitney Turbo-Prop PT6 de 1 200 chevaux fabriqués au Canada et devrait voler plus de 36 heures à des altitudes aussi élevées que 45 000 pieds. Il promet également une «interopérabilité» avec d’autres forces militaires, avec la capacité de «séparer», le cas échéant, «les systèmes de vol des systèmes de renseignement et d’armes».
Selon la Canadian Defence Review. « la plate-forme Artemis ‘Heron TP a fait ses preuves. L’armée de l’air israélienne (IAF) a piloté le drone Heron TP pendant des dizaines de milliers d’heures. depuis 2010 et il a été largement exploité dans des conditions de combat. « 
 Si l’équipe Artemis remporte la candidature, les drones seront assemblés dans son installation de Mirabel, qui travaille depuis trois décennies pour s’assurer que les bombardiers CF-18 canadiens soient capables de larguer des bombes.