Canada : silence hypocrite sur le Brésil

0
219

Le 5 avril 2018, l’ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva a été arrêté et emprisonné dans le cadre de Lava Jato (Opération Car Wash), la vaste enquête criminelle menée par le juge Sergio Moro qui a dominé la politique du pays pendant plusieurs années. Le 8 mars 2021, le juge de la Cour suprême Edson Fachin a statué que le tribunal de Curitiba présidé par Moro n’avait pas la compétence pour poursuivre Lula et ses accusations ont été annulées, rétablissant ses droits et préparant le terrain pour un retour politique.

Le parti pris politique de l’enquête Lava Jato est bien documenté. Sur les messages Telegram divulgués à The Intercept Brasil, les principaux procureurs ont ouvertement communiqué leur véritable intention: empêcher Lula, le politicien le plus populaire du pays, de se présenter contre le président actuel Jair Bolsonaro aux élections de 2018. Les procureurs ont travaillé avec les autorités américaines au cours de l’enquête, gardant parfois leur coopération secrète avec l’administration Dilma Rousseff, et il y a de fréquentes références au FBI dans les conversations divulguées qui indiquent clairement que «la relation la plus étroite [était] entre les membres de la police fédérale brésilienne ] et les agents du FBI. En conséquence, la réputation de Sergio Moro et son enquête ont été publiquement ternies. Lors d’une session le mois dernier au cours de laquelle la Cour suprême a décidé de «statuer sur la partialité de Moro», le juge Gilmar Mendes a qualifié Lava Jato de « plus grand scandale judiciaire » de l’histoire du Brésil.

Au moment où Lula a été libéré de prison le 8 novembre 2019, Moro (alors ministre de la Justice et de la Sécurité publique de Bolsonaro) et toute l’enquête sur Lava Jato étaient impliqués dans un scandale politique. Il a démissionné le 24 avril 2020, se séparant d’un Bolsonaro de plus en plus assiégé alors que la gravité de la pandémie de COVID-19 au Brésil augmentait rapidement. Bien que les cotes de popularité de Bolsonaro aient fluctué depuis le début de la pandémie, ses chiffres actuels ne sont pas prometteurs par rapport à ceux de Lula. Une enquête du 7 mars montre que 38% des Brésiliens interrogés envisageraient de voter pour Bolsonaro une deuxième fois, tandis que 50% ont déclaré que Lula – qui a quitté ses fonctions en 2011 avec un taux d’approbation de 87% – recevrait leur vote. Selon le journaliste Michael Fox, l’ancien président a la cote d’approbation la plus élevée et la plus faible désapprobation de tous les 10 candidats à la présidentielle de l’année prochaine.

La présidence de Lula (2003-2010) est souvent saluée comme l’ un des plus grands succès de l’ère de la «vague rose»: sa guerre contre la faim a eu des résultats incroyables (le programme de protection sociale Bolsa Familia a sorti des dizaines de millions de personnes de la pauvreté) et ses projets économiques ont été extrêmement propices, entraînant une croissance de 30% du PIB brésilien entre 2004 2013. En outre, ses alliances avec d’autres gouvernements progressistes de la région ont représenté une occasion de créer un modèle d’intégration alternatif non soumis aux impositions néolibérales du Fonds monétaire international. Les succès de Lula, cependant, ont également fait de lui une cible: ses campagnes de redistribution étaient considérées par les oligarques brésiliens comme un défi à leur privilège sociétal, et sa volonté de travailler avec les gouvernements socialistes autoproclamés de la région en faisait un ennemi des États-Unis. Bolsonaro, en revanche, s’est présenté comme un idéologue d’extrême droite et un défenseur du libre-échange. Ses politiques néolibérales ont été bien accueillies par de nombreux États occidentaux, malgré le fait qu’il ait de plus en plus ouvert la forêt amazonienne, parfois appelée «les poumons de la Terre», au cancer mondial de la déforestation.

Pour sa part, le Canada a discrètement soutenu Bolsonaro au cours de sa présidence. Alors que le gouvernement français a protesté contre la ratification d’un accord de libre-échange (ALE) entre l’Union européenne et le bloc commercial MERCOSUR en raison de l’aggravation de la déforestation, le gouvernement Trudeau a négocié son propre accord avec le MERCOSUR au cours des trois dernières années. En même temps que Trudeau participait à la marche pour le climat de Montréal, son gouvernement était activement impliqué dans les négociations commerciales avec l’homme qui étouffe les poumons de la planète pour le profit.

En outre, Bolsonaro a été dénoncé à deux reprises à la Cour pénale internationale pour «incitation au génocide» contre les peuples autochtones vivant sur ces terres protégées. Selon une réclamation déposée par le chef Raoni Metuktire du peuple Kayapo et le chef Almir Narayamoga Surui de la tribu Paiter Surui le 22 janvier 2021, la déforestation sous Bolsonaro a augmenté «de 34,5% en un an», tandis que «l’assassinat de chefs autochtones est en hausse  depuis un an et les agences environnementales se sont effondrées ou ont fait face à des menaces. »

En août 2019, le chef du NPD, Jagmeet Singh, a demandé à Trudeau d’interrompre les négociations avec le MERCOSUR en raison de l’intensification de la déforestation sous Bolsonaro. Il a été ignoré et les négociations se poursuivent encore aujourd’hui. Selon le site Web du gouvernement du Canada , «un ALE complet avec un grand marché émergent tel que le MERCOSUR améliorerait l’accès au marché [tout en] créant davantage d’occasions pour les exportateurs d’accéder à des marchés à croissance rapide. Nulle part la page Web ne mentionne que, dans ce cas, «accès au marché» est un synonyme direct de «écocide».

La page sur les relations Canada-Brésil indique que les investissements directs du Canada au Brésil en 2019 s’élevaient à 12,2 milliards de dollars, ce qui en fait le 15e plus grand bénéficiaire des investissements canadiens dans le monde. La page affirme également que «le Canada… continue de faire progresser et de promouvoir les droits de la personne au Brésil, y compris [ceux des] peuples autochtones», avant de souligner utilement que «d’importantes opportunités pour les entreprises canadiennes existent dans le pétrole et le gaz [et] l’exploitation minière».

Les raisons du soutien du Canada à Bolsonaro sont aussi évidentes qu’elles sont ignobles. Les entreprises canadiennes investissent des milliards au Brésil chaque année, principalement dans les secteurs miniers et des infrastructures, et elles cherchent toujours à étendre leur portée aux régions inexploitées du pays.  

La société canadienne la plus importante opérant au Brésil est Brookfield Asset Management, basée à Toronto, anciennement Brascan. Selon Yves Engler, cette  société a investi des centaines de milliards à travers le monde, mais son histoire au Brésil est particulièrement écœurante. Brascan (également appelé «la pieuvre canadienne» en raison de son influence démesurée dans le pays) payait à ses employés des salaires très bas, espionnait des militants syndicaux et des responsables gouvernementaux de gauche, et participait à des complots contre le président João Goulart, qui tentait de garder plus de bénéfices tirés des ressources naturelles du Brésil dans le pays. Goulart a finalement été destitué lors d’un coup d’État soutenu par les États-Unis et remplacé par la dictature militaire que Bolsonaro a si souvent louée. Comme le souligne Engler, «la dictature militaire post-coup d’État était bonne pour les affaires ».

Bien que le gouvernement Trudeau ait exprimé de manière malhonnête sa préoccupation pour la situation des droits de l’homme au Venezuela, à Cuba et ailleurs, il a simultanément suivi la longue tradition d’approbation tacite ou d’implication directe dans l’autoritarisme de droite en Amérique latine et dans les Caraïbes. Suivant les traces de Stephen Harper, Trudeau s’est battu contre les forces pro-démocratie en Haïti. Le gouvernement canadien a également gardé le silence sur la répression policière et la violence anti-militante d’un autre allié fort, le gouvernement colombien. 

L’histoire montre que les manifestants qui peuvent être utilisés à des fins impérialistes sont les seuls qui méritent l’attention du gouvernement canadien. Par exemple, lorsque le chef de l’opposition russe Alexei Navalny a été emprisonné en Russie le 2 février, Trudeau et le ministre des Affaires étrangères Marc Garneau ont publié des déclarations appelant à sa libération le même jour. Pendant ce temps, au cours des 580 jours où Lula da Silva a été injustement emprisonnée, le Premier ministre n’a pas fait de bruit. 

Le 26 février, une déclaration d’Affaires mondiales Canada a déclaré que Garneau avait rencontré le secrétaire d’État américain Antony Blinken et «avait réaffirmé son engagement à aborder les droits de la personne et les réformes nécessaires à Cuba». Qu’en est-il de l’engagement du Canada envers les victimes de massacres et de violence policière en Colombie, un pays où la GRC a collaboré à la formation en matière de sécurité , ou des populations autochtones brésiliennes vivant sous la menace de génocide de l’homme que la SRC a inoffensivement décrit comme «un ailier droit qui penche vers des marchés plus ouverts? » D’ailleurs, où est «l’engagement du gouvernement Trudeau à aborder les droits de la personne et les réformes nécessaires» dans les réserves canadiennes, où 43% des réseaux d’eau demeurent à risque moyen ou élevé ?