Comment le capitalisme et d’autres virus ravagent les pays du Sud

0
116

SONA PRAKASH, Jacobin, 20 mai 2020

COVID-19 a infligé des dommages sans précédent à travers le monde en quelques semaines – mais il n’a pu le faire que parce qu’il s’est associé à un autre virus bien plus malin et tenace infestant la planète. Leur action combinée a exposé et approfondi les lignes de faille de l’ordre mondial dans lequel cet autre virus prospère. Son terreau est le Nord mondial, son canal privilégié de dispersion de l’hégémonie économique, son principal mode de réplication du régime commercial – et ses principales victimes, agriculteurs et travailleurs dans le Sud global.

Le néolibéralisme que les pays riches ont également enfoncé la gorge des autres a exacerbé la pauvreté et ruiné les systèmes de protection sociale et de santé publique du Sud. La résistance de Cuba à ce «gavage» – malgré des embargos punitifs – l’a laissée capable d’envoyer des équipes médicales dans le monde pour lutter contre la pandémie. Mais dans la plupart des pays du Sud, la majorité appauvrie se retrouve sans recours au soutien du gouvernement ou aux soins de santé alors que les émeutes alimentaires et la famine se profilent à l’horizon.

Les structures financières mondiales – le régime commercial, les politiques d ‘«ajustement structurel» poussées par les institutions financières internationales (IFI), le service de la dette et les paradis fiscaux – ont imposé l’austérité et la privatisation, et siphonné des sommes colossales d’argent des pays pauvres vers les pays riches, dépouiller l’ancien des services publics et le laisser à court d’argent et de fournitures médicales.

Le déclin qui s’ensuit de la petite agriculture a érodé les moyens de subsistance des plus pauvres du monde: les agriculteurs et les travailleurs agricoles du tiers monde sont déjà touchés de manière disproportionnée par le changement climatique. Une cinquantaine de millions de personnes migrent chaque année vers les zones urbaines, subissant des conditions de travail précaires et vivant dans des bidonvilles avec un accès limité aux services publics essentiels comme l’eau et l’électricité.

Ces pauvres urbains sont également les plus vulnérables à l’insécurité alimentaire. La grande majorité des travailleurs (deux milliards) dans les pays du Sud sont employés dans le secteur informel, la plupart étant actuellement incapables de reprendre leur travail. Les travailleurs à salaire journalier et les travailleurs migrants sont déjà confrontés à la faim et ont peu ou pas d’épargne. En Inde, des mesures de verrouillage draconiennes ont contraint les migrants ruraux à rentrer chez eux sans avoir accès aux transports publics. Des millions de personnes ont parcouru des centaines de kilomètres en portant tous leurs biens sur le dos. Puis les frontières de l’État ont été fermées et ils ont été forcés de retourner dans les villes. Beaucoup ont été harcelés en chemin – et plusieurs sont morts .

Les motivations de la cupidité et du profit de Big Pharma , qui entravent l’accès à des médicaments abordables et à des tests rapides pour le coronavirus même dans l’UE et aux États-Unis , sont confirmées par un régime commercial – bloquant cet accès aux soins de santé pour la plupart des pays du Sud. Les politiques d’ajustement structurel sous-tendent l’état catastrophique des infrastructures de soins de santé en Afrique , comme cela a déjà été observé pendant la crise d’Ebola . Le Libéria et la République centrafricaine ont actuellement chacun trois ventilateurs pour une population de 5 millions d’habitants, le Burkina Faso (21 millions) en a onze et la Sierra Leone (8 millions) treize.

La reconnaissance accrue des dangers du néolibéralisme ne s’est généralement pas traduite par des mandats politiques pour des dirigeants progressistes prônant un changement systémique. Dans le Nord, les campagnes de Jeremy Corbyn et de Bernie Sanders ont été sabotées par des éléments néolibéraux au sein de leurs propres partis de centre-gauche. Et dans le Sud, la persécution et la destitution de dirigeants comme Dilma Rousseff et Lula da Silva au Brésil, Evo Morales en Bolivie et Rafael Correa en Équateur ont été ouvertement ou secrètement motivés par le même programme de «changement de régime» du capitaliste dirigé par les États-Unis. -alliance impérialiste comme les sanctions actuelles contre Cuba, le Venezuela et l’Iran. Les sanctions ravagent les systèmes de protection sociale et de santé publique qui fonctionnaient auparavant dans ces pays «exclus», les empêchant de sauver des vies. Cela constitue un crime de guerreau titre de la Convention de Genève et un crime contre l’humanité au titre de la Commission du droit international des Nations Unies. Pendant ce temps, les laquais du Sud de cette alliance – comme Modi, Bolsonaro et Duterte – prospèrent, et leurs copains d’entreprise amassent des richesses obscènes tandis que des centaines de millions de personnes luttent pour survivre.

Néocolonialisme: comment les pauvres financent les riches

L’hégémonie économique exercée par le régime commercial – et les structures financières connexes – reflète et étend les anciens modèles coloniaux d’exploitation et de dépossession. Ses politiques représentent notre «normal». Ils pèsent sur le Sud global depuis des décennies, bien que se manifestant souvent par la vulnérabilité de la majorité marginalisée à d’autres événements – des perturbations climatiques aux pandémies (comme Ebola et COVID-19) et aux crises alimentaires. Comme l’a récemment déclaré Arundhati Roy , rien ne pourrait être pire qu’un retour à la «normalité».

L’économiste Nobel Joseph Stiglitz a estimé que les pays riches coûtent trois fois plus cher aux pauvres en restrictions commerciales que leur aide publique au développement (APD) totale. Dans le secteur agricole, on estime que les politiques du Nord coûtent au Sud global cinq fois le niveau de l’APD pour l’agriculture. Au cours des deux dernières décennies, l’Afrique est devenue un importateur net de produits alimentaires et agricoles, malgré son vaste potentiel agricole. Les autres sorties de capitaux des pays en développement l’emportent largement sur les entrées de capitaux, de sorte que les pays pauvres développent effectivement des pays riches . Parmi eux, la fuite de capitaux non enregistrée et illicite vers des paradis fiscaux ou des juridictions secrètesvia la «fausse facturation commerciale» et le service de la dette. Enfin, l’austérité et la libéralisation imposées par «l’ ajustement structurel » ont causé des dommages à long terme aux économies en développement, marginalisant les pauvres et détournant les bénéfices vers les pays riches.

Le régime commercial mondial

Les pays riches déploient constamment la bannière du «libre-échange» pour insister sur la «réciprocité» dans les relations commerciales avec les plus pauvres, en les poussant à libéraliser leurs marchés en tandem avec l’Organisation mondiale du commerce (OMC), les régimes d’ajustement structurel des IFI et les accords bilatéraux. et les «accords de libre-échange» régionaux (ALE).

D’une part, la réciprocité dans les accords commerciaux entre pays ayant des niveaux de développement économique très différents sert principalement les intérêts des riches avec des secteurs manufacturiers et des services très développés tout en privant les pays pauvres de la possibilité de développer leurs propres industries. D’un autre côté, même la réciprocité n’est pas observée dans des secteurs comme l’agriculture où le Sud global a un avantage et pourrait profiter grandement des exportations. L’Europe et les États-Unis maintiennent une politique agricole hautement protectionniste, renforcée par une batterie de mesures telles que les subventions agricoles et les barrières tarifaires et non tarifaires au commerce. En d’autres termes: protectionnisme pour les riches, libéralisation pour les pauvres.

L’UE dépense actuellement 60 milliards d’euros par an en subventions agricoles via sa politique agricole commune (PAC). Les États-Unis ont accru leurs subventions agricoles, qui ont atteint leur niveau le plus élevé en quatorze ans avec 28 milliards de dollars sur la période 2019-2020. Ces subventions permettent aux producteurs de maintenir des prix artificiellement bas, souvent inférieurs aux coûts de production. Ils stimulent la surproduction et le dumping de surplus de céréales , de sucre, de produits laitiers , de viande et d’autres produits bon marché sur les marchés mondiaux, ce qui empêche les petits agriculteurs des pays du Sud de rivaliser, souvent même sur leurs propres marchés.

L’agriculture ne génère que 1,6% du PIB de l’UE et emploie environ 5% de la population. Aux États-Unis, elle contribue encore moins au PIB et emploie moins de 2% de la population. D’un autre côté, l’ agriculture emploie en moyenne 60 pour cent (de 20 à 90 pour cent) de la population des pays en développement . Sur le milliard de personnes le plus pauvre du monde, 70% sont de petits agriculteurs et ouvriers agricoles des pays du Sud. Les barrières tarifaires et non tarifaires faussées imposées par l’UE et les États-Unis ont encore marginalisé ces agriculteurs, tout comme les conditionnalités des IFI exigeant des tarifs d’importation plus bas et le démantèlement des mesures d’aide.. Leur marginalisation a conduit à des centaines de milliers de suicides d’agriculteurs ainsi qu’à une urbanisation non durable dans les pays du Sud, où une cinquantaine de millions de personnes quittent les zones rurales chaque année à la recherche de moyens de subsistance alternatifs.

Contrairement à une attente raisonnable, les principaux bénéficiaires des subventions agricoles de l’UE et des États – Unis ne sont pas les petits agriculteurs nationaux mais les plus grands propriétaires fonciers, les exploitations industrielles hautement mécanisées et l’agro-industrie. Aux États-Unis , les 10% des bénéficiaires les plus riches reçoivent environ 78% des paiements, tandis que les 1% les plus riches en reçoivent 26%. L’UE paie 80 pour cent à environ un quart des bénéficiaires, ceux qui détiennent les plus gros avoirs . Les subventions aux fermes industrielles et à l’agro  industrie ont stimuléagriculture à forte intensité d’intrants et à forte intensité énergétique, entraînant de fortes émissions de gaz à effet de serre, un appauvrissement des sols et de l’eau, l’eutrophisation, la déforestation et une perte de biodiversité. La déforestation augmente également le risque de pandémie.

Mais l’agriculture n’est pas le seul domaine où règne l’injustice commerciale. Alors que l’agriculture reste la principale source de revenus pour les régions les plus sous-développées du monde, ces régions doivent également se diversifier de toute urgence dans la transformation, la fabrication et d’autres activités à valeur ajoutée – à la lumière des incertitudes climatiques et de l’impact écologique, ainsi que des avantages économiques.

La plupart restent tributaires des importations de produits manufacturés et nombre d’entre eux n’ont toujours pas de secteur des services.

Leurs «industries naissantes» ont besoin de protection pour décoller. Mais les régimes d’ajustement structurel des IFI et les régimes de l’OMC (comme l’accès aux marchés pour les produits non agricoles ou l’AMNA et l’Accord général sur le commerce des services ou l’AGCS) obligent les pays en développement à ouvrir leurs secteurs manufacturiers et de services encore fragiles à la concurrence mondiale dans des conditions de «réciprocité». Les ALE bilatéraux et régionaux entre le Nord et le Sud sont encore plus exigeants: les accords de partenariat économique (APE) de l’UE avec les pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et celui des États-Unis avec l’Amérique centrale ou DR-CAFTA (République dominicaine- Accord de libre-échange d’Amérique centrale) en sont des exemples. Les ALE ont été jugés encore pires pour les pays en développement que pour l’OMC, car cette dernière leur offre encore une certaine flexibilité contre de nouvelles réductions tarifaires sur les importations.

Combinées à une «escalade tarifaire» dans le Nord mondial (où les droits d’importation augmentent le long de la chaîne de transformation), ces politiques sapent les industries à valeur ajoutée dans le Sud mondial, limitant leurs exportations à des matières premières bon marché pour nourrir l’industrie du Nord tout en garantissant la dépendance à l’égard de produits finis coûteux produits du Nord, selon d’anciennes lignes coloniales. L’extraction des ressources et la destruction des industries locales étaient les principales armes de l’arsenal colonial, déployées pendant des siècles pour capturer et contrôler la richesse des pays du Sud.

Les deux Haïti et l’ Afrique de l’ Ouest , par exemple, qui comptent parmi les régions les plus pauvres du monde, pourraient grandement bénéficier de l’ exportation du chocolat transformé au lieu de fèves de cacao pour le traitement dans l’UE ou des États – Unis. La valeur ajoutée locale permettrait d’améliorer les revenus des producteurs ruraux tout en réduisant les flux financiers en provenance des pays pauvres, la pression écologique sur les terres arables et les émissions de gaz à effet de serre dues au transport de grandes quantités.

Le régime commercial bloque également l’accès à des médicaments abordables et à la santé publique dans les pays du Sud. Avant l’entrée en vigueur de l’accord de l’OMC sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC), les gouvernements nationaux pouvaient décider d’accorder ou non des brevets sur les produits pharmaceutiques. L’accord sur les ADPIC a effectivement transféré tous les brevets exclusifs à Big Pharma à partir de 2005, obligeant tous les membres de l’OMC à protéger les brevets pendant au moins vingt ans, y compris ceux enregistrés dans d’autres pays. Médecins Sans Frontières (MSF) rapporte que les ADPIC mettent en danger des millions de vies dans les pays du Sud en traitant les médicaments vitaux comme des biens de consommation et en ignorant l’impact dévastateur des prix élevés.

Le tollé général suscité par les ADPIC dans les pays en développement a atteint son paroxysme lors de la réunion ministérielle de l’OMC de 2001 à Doha, au Qatar. Les demandes des pays en développement de mettre l’accent sur la primauté de la santé publique sur les intérêts commerciaux ont finalement été prises en compte dans la Déclaration de Doha . Il a réaffirmé le droit des pays à utiliser les garanties ADPIC telles que les licences obligatoires pour surmonter les obstacles liés aux brevets d’accès aux médicaments. Le délai de délivrance et d’application des brevets pharmaceutiques a été prolongé pour les pays les moins avancés de 2006 à 2016.

Cependant, lorsque les pays en développement font usage de concessions ADPIC, ils subissent invariablement la pression internationale de Big Pharma et des principaux pays producteurs de médicaments pour éliminer – ou limiter la portée de – ces concessions. Cela s’est produit lorsque l’ Inde a maintenu une licence obligatoire pour le médicament contre le cancer de Bayer Nexavar, permettant effectivement aux fabricants de génériques de le copier et de ramener le prix de plus de 5500 $ par mois à environ 175 $. De même, lorsque la Malaisie a utilisé sa licence obligatoire pour produire le médicament sofosbuvir (titulaire du brevet Gilead) pour le traitement de l’hépatite C, réduisant le prix du cours complet de 68 000 $ à environ 227 $ pour le substitut générique.

Enfin, même les progrès réalisés à Doha ont été annulés ces dernières années. MSF rapporte que, malgré la Déclaration de Doha, les pays en développement ont été contraints d’appliquer des conditions encore plus strictes dans leurs lois sur les brevets que celles requises par l’Accord sur les ADPIC.

Des exemples de ces dispositions «ADPIC-plus» incluent l’extension de la durée d’un brevet au-delà du minimum de vingt ans (appelé «evergreening» – discours intéressant pour une mesure causant des décès parmi les pauvres), et l’introduction de dispositions qui limitent l’utilisation des licences obligatoires ou restreindre la concurrence générique. L’exclusivité des données est une autre caractéristique «ADPIC-plus» par laquelle une entreprise pharmaceutique peut profiter d’une période de monopole sur le marché, facturant des prix artificiellement élevés même pour des médicaments non protégés par un brevet. Bien que non obligatoires par le droit international, ces dispositions «ADPIC-plus» sont fréquemment insérées dans les accords de libre-échange entre pays développés et pays en développement – et ces derniers n’ont souvent d’autre choix que de les adopter.

Petits agriculteurs et sécurité alimentaire

Le monde produit suffisamment de nourriture pour douze à quatorze milliards de personnes, mais environ deux milliards dans le monde souffrent de faim ou de malnutrition chronique. Encore plus ironique, environ 70% d’entre eux sont des producteurs de denrées alimentaires : les petits agriculteurs et les travailleurs agricoles des pays du Sud. Le problème est un problème d’accès et de distribution; l’agro-industrie contrôle les chaînes d’approvisionnement nationales, régionales et mondiales qui contournent les marchés locaux traditionnels où les petits exploitants vendent leurs produits.

Et pourtant, l’agriculture à petite échelle est la mieux équipée pour relever le double défi de l’éradication de la faim et du changement climatique tout en préservant les moyens de subsistance. Il offre des rendements à long terme plus élevés d’aliments plus nutritifs et une croissance plus équitable que les grandes fermes industrielles à forte intensité de capital.

Les coûts environnementaux générés par les fermes industrielles – en provoquant l’épuisement des sols et de l’eau, la perte de biodiversité et le changement climatique – rendent l’approvisionnement alimentaire non durable. Ils génèrent également des coûts socio-économiquesen marginalisant les petits agriculteurs. Cela a provoqué la pauvreté, la malnutrition et la perte de connaissances précieuses sur une agriculture localement optimale et durable, compromettant davantage la sécurité alimentaire tandis que les migrants ruraux augmentent les rangs des pauvres urbains. Ceux qui restent dans les zones rurales dépendent de l’agro-industrie mondiale pour fournir des intrants (semences, engrais, etc.), acheter des produits et accéder aux marchés. L’agroalimentaire dicte les prix et les conditions, laissant les petits agriculteurs endettés et souvent contraints d’abandonner ou de vendre leurs terres à des fermes industrielles. Ces coûts à long terme de l’agriculture industrielle ne sont pas pris en compte; ce sont des «externalités de marché», une conséquence d’une défaillance du marché par laquelle la poursuite de l’intérêt privé entrave l’utilisation équitable des ressources et la distribution équitable des biens publics.

Plus de la moitié des aliments produits dans le monde finissent sous la forme de biocarburant ou d’aliments pour animaux, ou sont gaspillés pendant le trajet entre les fermes industrielles et les commerçants, les transformateurs alimentaires, les magasins et les supermarchés. Suffisamment pour nourrir le monde affamé six fois , une grande partie pourrit sur les tas d’ordures et les décharges, produisant des quantités substantielles d’émissions de gaz à effet de serre.

Il est grand temps que des propositions de longue date visant à faire de la sécurité alimentaire un bien public mondial (GPG) soient réalisées afin que la production, la distribution, le commerce et les prix des denrées alimentaires ne soient plus déterminés par les règles de l’offre et de la demande ou ouverts à la spéculation, objectif structurel de la gouvernance mondiale fondé sur la valeur sociétale plutôt que monétaire. Cependant, le traitement de la sécurité alimentaire doit être qualitativement différent de celui des autres GPG comme l’eau ou l’air pur. La nourriture est produite par les gens: les plus pauvres du monde. Les prix et les conditions alimentaires doivent donc être équitables pour le producteur, abordables et accessibles pour le consommateur. Cela nécessite une facilitation globale, plutôt qu’une obstruction, des mesures visant à renforcer la position et la résilience des petits agriculteurs, y compris le soutien de l’État, la réforme agraire et l’accès direct au marché.

Ajustement structurel

Les régimes d’ajustement structurel et les conditionnalités imposées en échange de prêts du FMI et de la Banque mondiale ont ravagé les infrastructures de protection sociale et de santé publique , les industries nationales et l’agriculture dans les pays du Sud. Cela a exacerbé la pauvreté, les inégalités, les troubles sociaux et la dépendance à l’égard de l’aide ainsi que des biens importés. Les conditionnalités comprennent l’austérité, l’extraction des ressources, la privatisation, l’élimination des subventions alimentaires et la dévaluation de la monnaie.

Les pays débiteurs sont obligés d’aligner leurs économies sur la demande mondiale et de se concentrer sur l’exportation de produits de base et de matières premières dont le prix et la quantité sont déterminés de l’extérieur. Les ressources des pays pauvres sont encore dévaluées par les guerres de prix et la dévaluation de la monnaie, ce qui profite aux consommateurs du Grand Nord. Ensuite, la production de matières premières doit être accélérée pour rembourser les dettes à des taux d’intérêt élevés, les dépenses publiques et la consommation réduites et les réglementations financières supprimées. Les besoins intérieurs sont ignorés et les industries locales anéanties. Il en résulte des flux de capitaux volatils, une faible valeur pour la main-d’œuvre et une dépendance accrue à l’égard des produits finis coûteux. La privatisation et la production de produits de base détournent les bénéfices vers les actionnaires du Grand Nord au détriment des agriculteurs et des travailleurs locaux. Les investisseurs se retirent et la fuite des capitauxa souvent conduit à un effondrement économique .

Où va l’argent

Des analyses récentes des flux financiers mondiaux concluent que les pays en développement ont effectivement servi de créanciers nets au reste du monde. L’argent qu’ils perdent se retrouve principalement dans les banques des pays riches ou dans les paradis fiscaux.

La fuite de capitaux non enregistrée et illicite constitue la plus grande partie de ces sorties, à laquelle les pays en développement ont perdu environ 13 400 milliards de dollars entre 1980 et 2012. La plupart de ces pertes se sont produites par le biais de «fausse facturation commerciale»: les sociétés signalent de faux prix sur leurs factures commerciales pour siphonner de l’argent des pays en développement vers des paradis fiscaux ou des juridictions secrètes à des fins d’évasion fiscale, de blanchiment d’argent ou d’esquive des contrôles des capitaux. En 2012, la mauvaise facturation commerciale a à elle seule privé les pays en développement de 700 milliards de dollars, un facteur cinq fois supérieur à l’aide reçue pendant cette période.

Les entreprises qui falsifient leurs factures commerciales sont évidemment en faute, mais la question est de savoir comment s’en tirer. Dans le passé, les agents des douanes pouvaient bloquer les transactions douteuses, mais depuis 1994, l’OMC a restreint ces pouvoirs pour des raisons d’inefficacité commerciale, facilitant ainsi les sorties illicites. Cependant, ces sorties ne seraient pas possibles sans paradis fiscaux, dont la grande majorité est contrôlée par les pays riches. Certains d’entre eux sont le Delaware et Manhattan aux États-Unis et les pays du Benelux en Europe. Le plus grand est concentré autour de la ville de Londres, d’où il contrôle les juridictions du secret dans le monde entier.

Le service de la dette constitue une autre sortie financière majeure. D’un montant de 4,2 billions de dollars, les espèces directement transférées des pays en développement aux grandes banques des États-Unis et de l’UE depuis 1980, cela éclipse à nouveau l’aide reçue pendant cette période. En 2018 , la dette totale des pays en développement a atteint 191% de leur PIB combiné, le niveau le plus élevé jamais enregistré.

Ensuite, il y a les revenus réalisés par les entreprises étrangères sur les investissements dans les pays en développement qui sont rapatriés chez eux. Des exemples sont les bénéfices extraits par British Petroleum des réserves de pétrole du Nigeria ou par Anglo-American des mines d’or d’Afrique du Sud.

Les retombées de l’assiette fiscale sont également une source majeure de perte de revenus pour les pays en développement et un facteur fondamental d’inégalité. Les gouvernements s’engagent dans une course vers le bas , en concurrence pour attirer les investissements mobiles à l’échelle mondiale en offrant des taux d’imposition des sociétés de plus en plus bas. Cela sape non seulement l’assiette fiscale du pays, mais se répercute également sur d’autres pays. Les pays en développement sont les plus grands perdants – en termes d’effet de base et de perte de revenus, et la plus grande part provient des industries extractives.

Solidarité et internationalisme progressiste

Chacun des éléments ci-dessus a joué un rôle mortel dans les ravages du Sud global. Leur impact collectif, combiné à la pandémie de coronavirus et au verrouillage, est sans précédent. Au cours des deux dernières semaines , les revenus du commerce ont chuté tandis que la fuite des capitaux et la dette extérieure ont monté en flèche au-delà de niveaux déjà intenables. Le service de la dette est un outrage dans le contexte de la récente dévaluation drastique de la monnaie avec une dette largement libellée en devises. Des mesures d’atténuation immédiates telles que le contrôle des capitaux, des droits de tirage spéciaux (DTS) et le règlement de la dette des pays en développement doivent être déployées pour surmonter l’urgence.

Mais ce sont des mesures provisoires. Alors que le monde est libéré des limbes, un retour au statu quo implique de raviver un ordre mondial barbare qui a commencé à s’effondrer. Il doit au contraire être démantelé.

Il est grand temps que la justice commerciale, mise à l’écart pendant plus d’une décennie, occupe une place centrale dans les campagnes de solidarité mondiale. La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) doit prendre la relève en tant qu’arbitre du commerce mondial en coordination avec les organes des Nations Unies pour le développement (PNUD), les droits du travail (OIT), la politique environnementale (PNUE), la sécurité alimentaire (FAO) et la santé. (QUI). La légitimité de la CNUCED est reconnue par les pays du Sud, contrairement à celle de l’OMC et des IFI.

COVID-19 a ouvert une fenêtre qui donne un aperçu d’une crise à long terme beaucoup plus dévastatrice. Mais le risque est que cette fenêtre se ferme à la fin de la pandémie. C’est le moment de le forcer à grand ouvrir, mettant à nu toutes les facettes d’un régime extrêmement injuste. Réparer les anciennes relations d’exploitation coloniale et néocoloniale entre le Nord et le Sud. Réaliser un monde où chaque être humain peut accéder à des aliments nutritifs, à de l’eau propre, à des soins de santé, à un emploi stable et à des logements sanitaires. C’est le moment de l’internationalisme progressiste. Ne la laissons pas passer.