Cuba : le grand débat

0
113
Manuel Gari, Viento Sur, 22 juillet 2021
La situation créée à Cuba à la suite des événements du 11 juillet soulève des questions à plusieurs niveaux pour ceux d’entre nous qui luttent pour une société libérée de l’exploitation de classe et de toute forme d’oppression – pour ceux qui aspirent à construire ce que Marx a appelé le « vrai royaume de liberté » avec des personnes libres et égales vivant en harmonie avec la nature. C’est-à-dire le communisme – l’horizon émancipateur qui donne corps aux espoirs des peuples et des communautés.
Il est urgent de débattre de la meilleure façon de défendre (et d’étendre) les acquis sociaux existants dans un pays post-capitaliste comme Cuba contre le siège impérialiste. Cela signifie examiner des stratégies pour court-circuiter les conceptions restaurationnistes du capital, qu’elles soient d’origine cubaine ou internationale, en apprenant des processus de restauration capitaliste dans d’autres contextes. Ce qui pose la question du scénario politique, ou mieux encore, à quoi pourrait ressembler l’architecture politico-institutionnelle la mieux adaptée à ces finalités. Aucune de ces trois questions ne peut être considérée isolément des autres ; et ce court essai ne peut qu’en donner un aperçu rapide.
Pour commencer, il faut préciser que ce débat n’a rien à voir avec les arguments farfelus avancés par la droite – dans le cas espagnol prenant la forme du Partido Popular et Vox vociférant cyniquement « contre la dictature communiste » dans leur publicité habituelle. -Chercher la voie. Ce n’est pas le débat, et ce n’est certainement pas un débat à avoir avec eux. Qui plus est, ceux qui n’ont pas condamné la dictature franquiste et qui se taisent, ou expriment leur approbation, face aux massacres au Chili ou en Colombie ou aux outrages de Bolsonaro ou du régime saoudien, n’ont aucune autorité morale. La droite cubaine veut juste récupérer ses usines, ses terres et ses casinos et imposer un régime néolibéral au peuple cubain.
Vents de Révolution
Rares sont ceux qui peuvent nier la légitimité de l’origine de la révolution de 1959 ou l’importance de sa croissance vers des objectifs socialistes en 1961. L’encouragement qu’elle a donné aux aspirations populaires en Amérique latine est une caractéristique « structurelle » de la lutte des classes dans la région, et l’enthousiasme qu’elle a suscité. suscité chez de nombreuses générations de militants de gauche à travers le monde s’exprime par l’admiration pour ses deux figures emblématiques, Che Guevara et Fidel Castro. Après des années d’esclavage et de dépendance coloniale vis-à-vis du Royaume d’Espagne puis du colosse américain, le peuple cubain a atteint la dignité de nation souveraine. La légitimité d’origine s’est d’abord consolidée car le renversement du dictateur s’est accompagné d’importants acquis sociaux et d’avancées indéniables dans les conditions de vie de la population cubaine. Les premières années ont également vu des débats socialistes ouverts et publics animés sur le modèle économique, avec des points de vue multiples et une participation internationale. Cela impliquait également des discussions sur les mécanismes de prise de décision politique, car à l’époque la tâche était encore de soutenir la légitimité de la révolution dans la pratique à travers de nouvelles institutions révolutionnaires populaires, au-delà des figures du Che et de Castro.
C’est pourquoi l’impérialisme a été si prompt à intervenir. Comme l’a dit Eduardo Galeano : « Ce qui les dérange à Cuba, ce ne sont pas les erreurs de la révolution, qui ont été nombreuses. Ce qu’ils ne supportent vraiment pas, c’est qu’un petit pays pauvre ne s’est pas incliné devant l’empire. Il a servi d’exemple pour discipliner d’autres voyageurs capricieux. Il s’agissait de tuer l’expérience dans l’œuf ; en plus des aventures militaires ratées, l’impérialisme a décrété un blocus pour contrecarrer la promesse révolutionnaire de 1959 de liberté avec du pain et de pain sans terreur.
Le maudit blocus
L’impact de l’intimidation américaine – intensifié à la suite de la loi Helms-Burton de 1996 et encore une fois par l’entrée en vigueur de son chapitre trois en 2019 et l’assaut de mesures supplémentaires de Trump – a été dévastateur. Les mesures ont empêché l’île de modifier considérablement sa place dans la division internationale du travail – que ce soit son modèle d’exportation de la monoculture sucrière ou sa conversion ultérieure en un pôle touristique majeur. Ajoutez à cela la dépendance du pays vis-à-vis des importations énergétiques et alimentaires, pour lesquelles les avancées en matière d’éducation et de santé ainsi que de recherche et de formation biomédicales de pointe ont été des contrepoids insuffisants. En conséquence, et nous devrions tous être très clairs à ce sujet, les conditions de vie de la population en 2021 ont été affectées par une plus grande rareté mais aussi par un accès inégal aux biens et services – notamment dans le sillage de la dollarisation d’une grande variété de transactions via le mécanisme des devises fortes. Cette situation a été aggravée par l’inflation résultant d’une série de mauvaises décisions.
De larges pans de la population ont été durement touchés. Particulièrement touchés sont les trois millions de Cubains payés par le gouvernement en pesos, et les quelque trois millions de plus qui vivent de la partie plus ou moins informelle de l’économie – auxquels s’ajoutent quelques centaines de milliers de personnes qui exploitent des types limités d’entreprises privées. . Malgré les progrès du pays en matière de soins de santé et les efforts médicaux ciblés qui ont été déployés, la pandémie a porté un coup à la santé publique et au PIB. L’interdiction américaine des envois de fonds familiaux en devises fortes, le manque de livraisons de pétrole vénézuélien et le retour de nombreux professionnels de la santé travaillant à l’étranger ont tous aggravé les choses.
L’impérialisme a perdu de nombreuses batailles, mais il pourrait gagner la guerre en sapant les bases matérielles des gains révolutionnaires existants et tout effort renouvelé pour construire un cadre institutionnel de démocratie socialiste. C’est très clair, et il serait naïf de s’attendre à ce que l’impérialisme aide au développement économique d’un pays dissident. L’internationalisation de la révolution n’est pas une envolée, mais plutôt une nécessité pratique pour la survie à long terme d’un pays post-capitaliste.
Ce n’est pas la première fois que l’impérialisme cherche à étrangler les processus d’émancipation. Cela fait des efforts depuis 1917, et nous avons vu les effets toxiques des efforts militaires que la révolution sandiniste a été forcée de déployer pour faire face à l’agression des Contra. Ces efforts ont sapé les ressources de la satisfaction des besoins du peuple, conduisant à l’échec du projet révolutionnaire et à l’ascendant de la clique despotique Ortega-Murillo. L’impérialisme est assez content de créer une crise humanitaire pour fatiguer le peuple cubain et limiter la marge de manœuvre du gouvernement, et Biden n’a pas tenu ses promesses électorales à cet égard. Dans un tel contexte, il n’est guère surprenant qu’il y ait un mécontentement populaire, notamment parmi les secteurs les plus pauvres.
Redémarrer l’internationalisme
C’est pourquoi il est si important de construire une solidarité anti-impérialiste enracinée dans le peuple – en particulier dans les classes ouvrières. Les gouvernements qui se considèrent comme progressistes ou même tout simplement démocratiques devraient également condamner et appeler à la fin du blocus illégal et inhumain auquel le peuple cubain a été soumis, et exiger que Biden retire Cuba de la liste des États qui soutiennent le terrorisme. Cela apporterait un réel soulagement économique. De plus, et c’est essentiel, la solidarité internationaliste doit permettre de pallier les pénuries en renforçant les campagnes de collecte et d’acheminement des fournitures de base vers l’île. Il est déconcertant que le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador et le président argentin Alberto Fernandez n’aient pas soutenu leurs paroles par des actes ; alors qu’ils n’ont pas de ressources illimitées, ils sont certainement en mesure de fournir une aide significative. Il est également inacceptable que les partis de gauche, les syndicats et les organisations de mouvement social du monde entier, en particulier dans les pays de l’OCDE, n’organisent pas de campagnes actives pour promouvoir et rassembler une aide matérielle entre les peuples.
L’anti-impérialisme est essentiel dans le labyrinthe cubain, mais il ne suffit pas. Et réduire la situation complexe de Cuba à une géopolitique régionale ou mondiale est également manifestement inadéquat. Sans minimiser ces facteurs dans le cadre du problème et de toute solution, nous devons également examiner les faits socio-économiques sur le terrain dans le pays et l’état moribond du système politique cubain. Le marxisme considère le conflit social comme faisant partie de la réalité elle-même en toutes circonstances, et il peut prendre de nombreuses formes. L’oublier, et se limiter au cadre discursif de la géopolitique, c’est s’éloigner de l’ABC du marxisme. Il y a ceux de gauche qui adoptent une position de défense non critique envers tout ce que les gouvernements « amis » peuvent dire à un moment donné en réponse à l’ennemi impérialiste. Ils affichent un campisme grossier et archaïque qui rassemble et défend des régimes et des dirigeants dans différentes parties du monde et de caractère très différent. Une telle approche est contraire à une véritable défense de Cuba contre les attaques auxquelles elle est confrontée.
Une approche plutôt plus intelligente et plus utile consiste à considérer la question de Cuba uniquement ou principalement dans le cadre de l’interaction des centres de pouvoir et des contrepoids à ce pouvoir, des freins et contrepoids, des équilibres et des mesures changeants, entre les États et les gouvernements de la région américaine par rapport à leur tout-puissant voisin du nord. Le rapport de forces, bien sûr, se joue aussi à ce niveau – mais pas seulement. Elle dépend aussi des rapports de forces entre les classes dans les conflits sociaux de chaque pays, qui eux-mêmes influent sur la situation dans les autres pays de la région – et des politiques politiques et économiques adoptées par leurs gouvernements. Et cela vaut aussi pour Cuba.
Les choses n’arrivent pas par hasard
Le malaise grandit sur l’île pour des raisons objectives, matérielles mais aussi politiques. La nouvelle direction du Parti communiste de Cuba (PCC) ne jouit pas de la légitimité de ses aînés – ce n’est pas quelque chose dont on peut hériter. Il n’a pas non plus tenu les promesses et les espoirs suscités par la Constitution de 2019 proclamant « l’État de droit socialiste », qui à ce jour n’a reçu aucune substance matérielle pratique. Les solutions ne peuvent se réduire à une simple « gestion » intelligente des maux du pays ; au contraire, il y a des problèmes structurels dans le système actuellement existant qui nécessitent des solutions de plus grande envergure.
Le 11 juillet a été un signal d’alarme. Il ne sert à rien d’en diminuer la portée en ne faisant référence qu’aux quelques milliers de personnes qui sont descendues dans la rue. Ces milliers de personnes représentaient potentiellement beaucoup plus de personnes, et nous savons que la dynamique sociale peut faire de grands bonds en peu de temps – dans un sens ou dans l’autre. Il est tout à fait inutile de considérer les manifestations comme le résultat d’une conspiration et d’une incitation impérialistes de droite. De telles conspirations et incitations existent, mais il n’y a pas de contournement d’un problème fondamental : le socialisme ne peut pas réussir dans un seul pays, encore moins sur une petite île. Pour que la transition de Cuba vers le socialisme réussisse, la révolution socialiste doit s’approfondir et s’étendre, au moins dans les pays voisins d’Amérique latine.
C’est pourquoi, en plus de dénoncer le blocus et l’impérialisme, la gauche latino-américaine doit également défendre les processus d’émancipation dans chaque pays – autant dans l’intérêt de leurs peuples respectifs que pour la défense de Cuba. À cet égard, les déclarations du Groupe de Puebla sur les récents événements cubains sont l’expression de la myopie politique du progressisme latino-américain. Bien qu’ils soient très bons pour condamner les manœuvres impérialistes et l’impact du blocus et de la pandémie, ils sont désespérés pour proposer des moyens d’éliminer le capitalisme une fois au pouvoir dans les pays de la région. Leur progressisme prend fin lorsqu’il s’agit d’amorcer un processus de transition vers l’objectif d’une société socialiste.
Il ne fait aucun doute que le blocus impérialiste et les complots de droite ont été des facteurs dans les protestations cubaines. Mais ils plongeaient dans une marée plus importante, et il serait stupide de penser le contraire. Mais surtout, une approche fondée sur la perception de l’intervention de puissances étrangères et de forces manipulatrices comme les seuls moteurs du conflit social est une arme à double tranchant. Imaginez simplement réagir de la même manière aux gens d’autres pays lorsqu’ils se mobilisent pour défendre leurs intérêts, en réduisant les causes à une sorte de complot de gauche. Les protestations populaires ne commencent pas nécessairement sur la base d’une conscience de classe pleinement formée, ni ne viennent avec un programme socialiste clair. Ils sont l’expression d’une conscience subjective enracinée dans des conditions objectives. En conséquence, ils sont un groupe luttant pour l’hégémonie sur la direction du mouvement,
Considérer tous les mécontents de Cuba comme des contre-révolutionnaires est une folie du même calibre que de les considérer comme porteurs de solutions révolutionnaires. Mais surtout, il est extrêmement grave que la répression ait été menée par l’appareil d’État contre une frange de la population dont le comportement était extrêmement pacifique et n’impliquait en aucun cas l’usage des armes contre le régime. Ce comportement répressif impliquait l’usage de la force, des arrestations – y compris de certains militants communistes impliqués – et un manque total de transparence concernant les personnes détenues et leur localisation. Cela impliquait également une fermeture d’Internet et des appels à resserrer les rangs. Tout cela est incompréhensible dans un pays où la population a un haut niveau de conscience anti-impérialiste, où il y a une conscience sociale généralisée et une interaction communautaire, et où le Parti communiste cubain lui-même reste fort et continue d’avoir de profondes racines populaires. Les matraques et les pannes de réseau ne sont pas un moyen de faire face aux problèmes socio-économiques pressants et aux demandes et aspirations populaires.
Hégémonie dans la transition vers le socialisme
Cuba n’est pas un pays socialiste ; c’est un pays qui s’est engagé dans une longue transition vers le socialisme, dans un monde capitaliste, dans lequel le capital exerce également une pression constante de l’intérieur de l’île. En tant que tel, il est naïf de croire que les crises économiques et sociales du type de celles que connaît le reste du système mondial n’affecteront pas Cuba. Peut-il y avoir des crises et des mobilisations pour les mêmes raisons fondamentales que dans d’autres pays de la planète ? Des protestations qui ne sont ni réactionnaires ni progressistes en soi , mais qui expriment un malaise dans un contexte de crise ? La réponse est oui. Une fois cela accepté, le débat devient politique : quelle est la sortie ou la réponse proposée lorsque ce genre de protestation a lieu ?
Il faut bien comprendre que le problème vient de l’idée qu’à partir du moment où le Parti communiste arrive au pouvoir, la question de la légitimité et de l’hégémonie dans la période suivant la révolution a été réglée une fois pour toutes. Pour le meilleur ou pour le pire, cependant, ce n’est tout simplement pas le cas. La politique ne s’arrête jamais. De nouvelles exigences, contradictions et dilemmes surgissent, voire de nouveaux protagonistes sociaux. Les sociétés sont de plus en plus complexes et diversifiées, et les solutions nécessitent un débat public permanent. L’hégémonie infâme dont tout le monde parle doit être constamment renouvelée dans la transition vers le socialisme ; la légitimité de l’origine ne suffit pas. Une telle régénération ne peut réussir que grâce à la participation active des masses populaires. Sinon, tôt ou tard, et quoi qu’il en soit, le Parti finira seul.
Chaque organisation, syndicat et groupe engagé dans la lutte contre le blocus et l’intimidation impérialiste devrait avoir une totale liberté d’action et d’expression. Jusqu’ici je n’ai évoqué que la dimension héroïque de la révolution, la dimension de la résistance. Mais ces dernières années, le Parti communiste de Cuba a fait un virage politique majeur vers des réformes pro-marché. Ses cadres parlent ouvertement du modèle vietnamien. Certes, cela est décrit comme un moyen de sortir le pays de son isolement économique, qui a également été aggravé par la catastrophe vénézuélienne et les crises d’autres gouvernements progressistes. Mais il ne faut pas exclure qu’un secteur de la bureaucratie soit ouvert à passer de la NEP à un nouveau modèle économique dans lequel le Parti communiste conserve son pouvoir dans une économie capitaliste d’État. C’est déjà le cas en Chine. Cependant, il y a des dangers encore plus grands à conjurer, il est donc utile de rappeler que ce n’est pas l’impérialisme américain qui a restauré le capitalisme en URSS. C’est plutôt une partie de la bureaucratie – parmi lesquels Poutine – qui a dépasséHolus-bolus au capitalisme, menant un vaste processus de privatisation et d’appropriation des meilleurs morceaux de l’appareil productif.
Débattre de tous ces problèmes et options, et faire des choix conscients et informés, c’est ce qu’est la démocratie socialiste. Et cela n’existe tout simplement pas à Cuba aujourd’hui. Même la lettre de la Constitution, sans parler de son esprit, n’a aucun impact sur la pratique réelle. Alors que les problèmes de pénurie matérielle peuvent certainement être imputés au blocus, la pénurie de libertés socialistes ne peut être comprise que comme une conséquence de la conception monopolistique du pouvoir du Parti communiste. C’est quelque chose qui rappelle plus le stalinisme que Che Guevara, que les dirigeants cubains continuent de revendiquer comme le leur.
Le socialisme signifie plus, mieux et une démocratie complète
Ni chez Marx, ni chez Lénine, ni dans le Castro de l’époque du Mouvement du 26 juillet, on ne trouve aucune théorisation stratégique selon laquelle le socialisme devrait être construit sur le long terme uniquement et exclusivement sous la direction d’un seul parti monopolisant le pouvoir politique.1 Certes, l’État joue un rôle actif dans la transition vers le socialisme, jusqu’à ce qu’il devienne possible de faire écho à Marx et de parler du vrai royaume de la liberté. Cependant, la meilleure garantie de gains partiels et de progrès vers le socialisme est un peuple organisé qui ne dépend ni de l’État ni d’un autre de ses nombreux affluents.
La démocratie socialiste a plusieurs composantes. L’une est la socialisation des moyens de production sous différentes formes (et pas uniquement étatiques) de propriété sociale et collective, sous le contrôle actif de la classe ouvrière. Une autre est la liberté de former des partis politiques, des syndicats et des organisations de mouvement social, qu’elles soient féministes, écologistes, de quartier ou de quelque sorte que ce soit. Une autre encore est la mise en place d’une planification démocratique avec une participation populaire active dans toutes les sphères et à tous les niveaux. Tout cela passe nécessairement par la liberté d’expression à tous les niveaux, avec une pleine liberté de la presse. Rien de tout cela est nouveau; il remonte aux débuts du mouvement communiste il y a un siècle.
Il vaut la peine de citer Rosa Luxembourg ici :
C’est un fait bien connu et incontestable que sans une presse libre et sans entraves, sans le droit illimité d’association et de réunion, la domination des larges masses du peuple est tout à fait impensable. […]  La liberté uniquement pour les partisans du gouvernement, uniquement pour les membres d’un même parti – aussi nombreux soient-ils – n’est pas du tout une liberté. La liberté est toujours et exclusivement la liberté pour celui qui pense différemment. Non pas à cause d’un concept fanatique de « justice », mais parce que tout ce qui est instructif, sain et purifiant dans la liberté politique dépend de cette caractéristique essentielle, et son efficacité s’évanouit lorsque la « liberté » devient un privilège spécial.
L’approfondissement de la démocratie n’est pas une menace pour le processus révolutionnaire et le projet socialiste. Au contraire, c’est une condition préalable nécessaire à leur accomplissement où la véritable émancipation est le but.
Notes
  1. En 1921, les bolcheviks ont interdit les factions internes au 10e congrès du parti. Il s’agissait d’une mesure spéciale et temporaire prise en réponse à la situation dangereuse à laquelle était confrontée la Révolution russe en raison de l’attitude des différents partis dans la guerre civile et des débuts d’attaques contre le statut juridique des conseils ouvriers (soviets) par d’autres partis de gauche. des soirées. L’interdiction est également intervenue à la suite des événements de Kronstadt, qui, à mon avis, ont été mal résolus. Plus tard, en mars 1923, Lénine écrivit son dernier article « Mieux moins, mais mieux», dans laquelle, entre autres, il plaide pour un rapprochement entre l’État et le Parti bolchevique. Pour Lénine, il s’agissait d’une tactique défensive – en réponse à la décision de tous les autres partis ouvriers de quitter les soviets, certains d’entre eux ayant même mené des actions armées contre le nouvel État. À mon avis, il s’agissait également d’une mesure spéciale et temporaire. Malheureusement, la mort de Lénine dix mois plus tard a ouvert la voie au triomphe politique de Staline, transformant l’URSS en une dictature despotique sous sa coupe, effaçant toutes les formes de pouvoir ouvrier et soviétique. Lénine a tardé à comprendre les dangers de Staline et des forces qui l’entouraient. L’Opposition de gauche, et en particulier Trotsky, a tiré les leçons du rôle essentiel de la démocratie socialiste dans la construction d’une société libérée de l’exploitation et de l’oppression.