États-Unis : encercler la Chine avec le « QUAD »

0
129

Vijay Prashad, Globetrotter, 22 mars 2021

Le 12 mars, les chefs de gouvernement de quatre pays, le Premier ministre australien Scott Morrison, le Premier ministre indien Narendra Modi, le Premier ministre japonais Yoshihide Suga et le président américain Joe Biden, se sont réunis pour une réunion virtuelle du Dialogue quadrilatéral sur la sécurité, mieux connu sous le nom de Quad. Les remarques liminaires de Modi illustrent le vide de l’agenda public; il a appelé le Quad «une force pour le bien mondial» sans aucun détail au-delà d’une liste de domaines de collaboration («vaccins, changement climatique et technologies émergentes»). Il n’y a pas eu de mention directe de la Chine lors de la réunion.

Dans les détails relatifs au lancement d’un «nouveau partenariat ambitieux qui va booster la fabrication de vaccins», un agenda plus inquiétant se révèle: les vaccins sont destinés à l’Asie du Sud-Est, qui est au cœur de la lutte américaine contre la Chine, et les «technologies émergentes» font référence au désir des États-Unis de remplacer les produits de leurs propres entreprises de haute technologie et de supplanter l’attrait de l’industrie chinoise de haute technologie. Le but du Quad est d’approfondir la pression militaire et économique contre la Chine.

Le Quad a été créé à la suite du tsunami de 2004, puis approfondi par le président Obama comme élément central de son « pivot vers l’Asie ». Mais cela n’a décollé que lorsque l’administration américaine de Donald Trump a commencé à s’appuyer sur ce groupement pour resserrer la pression sur la Chine. C’est pour cette raison qu’à la fin de 2020, Trump a donné aux chefs de gouvernement de l’Australie (Morrison), du Japon (Shinzo Abe, l’ancien premier ministre du pays) et de l’Inde (Modi) la plus haute décoration militaire américaine, la Légion du mérite. . Ces trois partenaires sont des acteurs clés de la campane de pression du gouvernement américain contre la Chine.

Primauté américaine dans la région

Début janvier 2021, le gouvernement américain a déclassifié un document de 2018 préparé pour l’administration Trump. Ce document s’appelle «Cadre stratégique des États-Unis pour l’Indo-Pacifique». Le texte indique clairement que l’objectif des États-Unis en Asie est de «conserver la primauté des États-Unis dans la région». L’idée de «primauté» a une longue histoire dans la politique étrangère américaine, remontant aux premiers jours après la Seconde Guerre mondiale. Le gouvernement des États-Unis, dans une série de documents, a déclaré qu’il chercherait à être la première puissance mondiale et qu’il façonnerait la création d’institutions mondiales au profit des États-Unis avant tout. Tel est le sens du mot «primauté».

Les rédacteurs de la politique de 2018 du Conseil de sécurité nationale des États-Unis ont noté que la «menace» de la Chine ne provenait pas de son armée. Au contraire, les États-Unis s’inquiétaient des développements chinois dans les «technologies de pointe, y compris l’intelligence artificielle et la bio-génétique». L’objectif du gouvernement américain, selon le document , était de «conserver l’avantage d’innovation de l’industrie américaine vis-à-vis de la Chine», ce qui ne signifie pas seulement d’améliorer l’industrie américaine, mais aussi d’empêcher la Chine d’accéder à la technologie et la finance. La guerre dans le Pacifique promue par les États-Unis n’est pas irrationnelle. Comme ce document le souligne en outre, «la perte de la prééminence américaine dans l’Indo-Pacifique affaiblirait notre capacité à défendre les intérêts américains à l’échelle mondiale.»

L’administration du président Joe Biden, qui hérite de ce document, ne le mettra pas de côté. Tous les signes montrent que Biden continuera à pousser la ligne générale selon laquelle les États-Unis doivent saper le développement scientifique et technologique chinois; cet objectif sera atteint non pas par l’encouragement de l’industrie américaine mais par des menaces militaires et par la tentative de recours aux alliances américaines pour empêcher les entreprises chinoises de faire des affaires dans d’autres pays.

Lors des discussions du Quad, les gouvernements ont formé un groupe de travail sur les technologies critiques et émergentes. Le but de ce groupe est que les quatre pays collaborent sur les télécommunications et sur les normes technologiques. Ce groupe de travail est chargé de convoquer des «dialogues sur les chaînes d’approvisionnement de technologies critiques», qui sont une référence directe à la tentative d’exclure la Chine de toute technologie ou matière première qui aurait un double usage civil et militaire. Il a également été mis en place pour «[e] ncourager la coopération sur le déploiement des télécommunications, la diversification des fournisseurs d’équipements et les télécommunications futures». L’utilisation du mot «diversification» est une référence directe à la tentative des États-Unis empêcher les entreprises chinoises telles que Huawei et ZTE de supplanter les entreprises de télécommunications occidentales, qui disposent d’outils 5G moins sophistiqués et bien trop chers.

Soyez prêt à combattre

Derrière toute cette rhétorique sur les vaccins, le changement climatique et la technologie se cache une histoire encore plus laide. Le 9 mars, l’amiral de la marine Philip Davidson, qui dirige le commandement indo-pacifique des États-Unis, a comparu devant le Comité des services armés du Sénat. Sa déclaration devant le comité était basée sur un rapport sur l’Initiative de dissuasion du Pacifique du Commandement Indo-Pacifique. Ce rapport demandait au Congrès américain de doubler ses dépenses à 4,68 milliards de dollars pour 2022 (22,69 milliards de dollars pour 2023 à 2027). L’amiral Davidson a déclaré que cet argent était essentiel parce que les États-Unis «doivent absolument être prêts à se battre et à gagner si la concurrence se transforme en conflit». Il a ajouté que la guerre commerciale pourrait facilement se transformer en guerre avant 2050.

Une semaine avant que Davidson ne fasse ces remarques, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a prononcé un discours de grande ampleur sur les priorités de l’administration Biden. Il a énuméré les noms de plusieurs pays qui présentent aux États-Unis «de sérieux défis, notamment la Russie, l’Iran et la Corée du Nord». «Mais le défi posé par la Chine est différent», a-t-il déclaré.

«La Chine est le seul pays doté de la puissance économique, diplomatique, militaire et technologique pour contester sérieusement le système international stable et ouvert», a déclaré Blinken, faisant référence à l’ordre mondial mis en place à l’avantage des pays de l’Atlantique Nord. Il a été très explicite sur les bénéficiaires de ce système, affirmant que les règles et les valeurs du système «font que le monde fonctionne comme nous le souhaitons, car il sert en fin de compte les intérêts et reflète les valeurs du peuple américain».

La Chine menace cela, a déclaré Blinken, les États-Unis doivent «engager la Chine en position de force». C’est le véritable objectif du Quad, non pas de proposer des solutions aux grands défis de notre temps (la pandémie, le changement climatique, la guerre, la faim), mais de faire pression sur la Chine pour qu’elle cesse son avance technologique. Si la Chine ne se rend pas, les États-Unis – avec le Quad en remorque – sont prêts à entrer en guerre.