États-Unis : l’élection pandémique

0
96

John Feffer, extraits d’un texte paru dans Focus on Foreign Policy, 29 octobre 2020

 

En 2008, les Américains ont voté pour l’espoir et le changement. En 2016, ils ont voté pour le feu et la fureur – et le changement. En 2020, le vote pour le changement vient dans un autre contexte.

La pandémie a tué plus d’un million de personnes dans le monde et fait plus de 230 000 victimes aux États-Unis. Infectant les gens jusqu’à la Maison Blanche, le COVID-19 a également révélé de graves défauts dans le statu quo et un profond désir de changement.

Les États-Unis étaient censés avoir les meilleurs hôpitaux du monde. La pandémie a tourné en dérision cette vantardise, écrasant partout les systèmes médicaux. De nombreuses personnes sont décédées simplement parce que les hôpitaux manquaient de fournitures médicales.

La pandémie a déclenché une récession économique mondiale, et l’économie américaine va décliner de 4 % en 2020. Le filet de sécurité sociale n’a pas été en mesure de protéger les dizaines de millions de nouveaux chômeurs. Dans un pays qui nourrit le monde,  près de 30 millions d’Américains n’ont pas assez à manger, un pourcentage qui a tripé depuis deux ans.

Le COVID-19 a également révélé un dysfonctionnement politique aux États-Unis. Le pays ne peut surmonter les divisions politiques face à ce qui aurait dû être une situation où tout le monde se met ensemble. Le gouvernement fédéral n’a pas réussi à coordonner une réponse efficace avec les États.

Une quasi-guerre civile a éclaté entre les masqués et les sans masque, ceux qui acceptent le confinement et ceux qui ne l’acceptent pas

En conséquence, la prochaine élection présidentielle s’est transformée en référendum sur la riposte à la pandémie.

Les Américains sont à juste titre contrariés que leur pays, qui ne compte que 4% de la population mondiale, ait subi 20% des décès dans le monde. La Chine et la Corée du Sud ont déjà redémarré leurs économies tandis que les États-Unis ont encore du mal à retrouver un semblant de normalité.

Donald Trump a promis de rendre l’Amérique à nouveau formidable. Dans aucune élection de mémoire récente, l’écart entre la promesse électorale et la réalité politique n’a été aussi énorme.

Le président a passé son mandat à se moquer des experts et de leurs avis scientifiques. Il a minimisé la menace du COVID-19 au point de mettre en danger sa propre vie et celle de ceux qui l’entourent. Il a ignoré le nombre de morts aux États-Unis.

Si Trump perd en novembre, ce sera en grande partie à cause de sa gestion de la pandémie. Alors que les électeurs bravent la maladie pour faire la queue le jour du scrutin ou envoyer leurs bulletins de votes par la poste. le 3 novembre restera dans l’histoire comme « l’élection pandémique ».