Kerala : comment le gouvernement de gauche lutte contre le virus

0
221

Subin Dennis et Vijay Prashad Independent Media Institute , 16 avril 2020

KK Shailaja est le ministre de la Santé du gouvernement du Front démocratique de gauche au Kerala, l’État du sud-ouest de l’Inde qui compte 35 millions d’habitants. Le 25 janvier 2020, elle a convoqué une réunion de haut niveau pour discuter de l’épidémie de Covid-19 à Wuhan, en Chine. Ce qui l’inquiétait particulièrement, c’est que de nombreux étudiants du Kerala étudiaient dans cette province de Chine. Shailaja a mérité des éloges pour la manière rapide et efficace dont elle a dirigé son département contre le virus Nipah qui a frappé le Kerala en 2018. Elle a reconnu qu’il n’y avait pas de temps à perdre si le virus se propageait depuis Wuhan; le gouvernement a dû mettre en place des mécanismes pour identifier les personnes potentiellement infectées, puis pour le dépistage, l’atténuation et le traitement. Le 26 janvier, son service a mis en place une salle de contrôle pour coordonner les travaux.

Le ministère de la santé du Kerala, utilisant le précédent de la campagne contre le virus Nipah, est entré en action. Un élément clé du travail a été les conférences de presse quotidiennes, où Shailaja a expliqué calmement et rationnellement ce qui se passait et ce que son département faisait. Ces conférences de presse – et plus tard celles du ministre en chef Pinarayi Vijayan – ont fourni le leadership nécessaire à une population qui devait d’abord être sensibilisée à la gravité du virus, puis participer à une campagne de masse pour vaincre sa létalité.

Un étudiant en médecine qui était à Wuhan et qui avait le coronavirus est rentré chez lui et a été testé positif le 30 janvier; par la suite, deux autres étudiants sont revenus avec le virus. Le système mis en place par le département de la santé du Kerala les a localisés; ils ont été testés et mis en isolement. Ils se sont remis du virus et il n’y a pas eu de propagation secondaire ou communautaire. Le gouvernement n’a pas démantelé le système, car il est devenu clair immédiatement que ce virus allait être virulent et qu’il ne serait pas si facile à combattre.

En mars, le nombre de cas de coronavirus positifs a augmenté, en grande partie au fur et à mesure que des personnes arrivaient au Kerala en provenance d’Europe. La population du Kerala est extraordinairement mobile, avec un grand nombre de ses habitants qui étudient et travaillent à travers le monde. Ce caractère international de la population rend l’État vulnérable aux pandémies.

Briser la chaîne

«Briser la chaîne» était le slogan proosé par le gouvernement de gauche au Kerala. L’idée est simple: une pandémie se propage lorsque des individus positifs par un virus entrent en contact avec d’autres, qui entrent alors en contact avec encore plus de personnes, puis le virus se propage très rapidement. Si ceux qui sont porteurs du virus n’entrent pas en contact avec d’autres, alors la chaîne de dispersion est rompue.

Mais comment savoir si vous avez le virus? L’Organisation mondiale de la santé a déclaré que la seule façon de le faire est de tester la population – tous ceux qui présentent les principaux symptômes – et de s’assurer ensuite que ceux qui sont infectés se mettent en quarantaine. Pour diverses raisons, principalement liées à l’inefficacité des gouvernements qui s’intéressent davantage à l’état des marchés boursiers qu’à l’état de leurs populations, ces tests sont rares. Le gouvernement fédéral indien a été remarquablement irresponsable au sujet des dépenses de santé: il n’a dépensé que 1,28% du produit intérieur brut pour la santé, ce qui signifie qu’il n’y a que 0,7 lit d’hôpital pour 1 000 habitants, 30 000 ventilateurs dans le pays et 20 agents de santé pour 100 000 habitants (en dessous de la norme OMS de 22).

Le gouvernement du Kerala – dirigé par une coalition de partis communistes et de gauche – a testé jusqu’à présent le plus grand nombre de personnes en Inde. Afin de «briser la chaîne», le gouvernement a mené un «traçage des contacts» rigoureux, ou étudié avec qui la personne infectée a été en contact et ensuite avec qui cette personne a été en contact afin que toute la chaîne des personnes potentiellement infectées soit informée et mise en isolement. Des cartes routières montrant les endroits où les personnes infectées se sont rendues sont publiées, et les personnes qui étaient présentes à ce moment-là à ces endroits sont priées de contacter le service de santé afin qu’elles puissent être dépistées et testées. Les cartes routières sont largement diffusées sur les réseaux sociaux et via GoK Direct, l’application téléphonique du gouvernement.

Distance physique, unité sociale

Dès qu’il est devenu clair que le virus persiste sur les surfaces et se propage dans l’air, le gouvernement de l’État a mobilisé ses ressources pour produire des désinfectants pour les mains et des masques. Une entreprise du secteur public a commencé à produire un désinfectant pour les mains. Le mouvement de jeunesse – la Fédération démocratique des jeunes de l’Inde – et d’autres organisations ont également commencé à produire un désinfectant pour les mains, tandis que des unités de la coopérative des femmes – Kudumbashree (4,5 millions de membres) – ont commencé à produire des masques.

Les administrateurs locaux ont formé leurs propres comités d’urgence et mis en place des groupes pour nettoyer les zones publiques. Les fronts de masse du Parti communiste indien (marxiste) ont assaini les bus et installé des lavabos dans les gares routières pour que les passagers se lavent les mains et le visage. La plus grande fédération syndicale du Kerala a appelé les travailleurs à désinfecter les espaces publics et à aider leurs collègues qui souffrent de la détresse en raison des quarantaines. Ces campagnes de nettoyage de masse ont eu un impact pédagogique sur la société, car les volontaires ont pu informer la population sur la nécessité sociale de «briser la chaîne».

Dans une région densément peuplée du monde, la mise en quarantaine n’est pas chose facile. Le gouvernement a pris le contrôle des bâtiments vacants pour mettre en place des centres de soins afin de mettre les patients en quarantaine, et il a pris des dispositions pour que les personnes qui doivent être mises en quarantaine à domicile, mais qui sont dans des maisons surpeuplées, se déplacent vers des installations mises en place par le gouvernement. Tous ceux qui sont en quarantaine et dans ces centres sont nourris et traités par les autorités locales autonomes, et la facture du traitement sera payée par l’État.

Un problème clé avec l’isolement physique et la quarantaine est la détresse mentale. Le gouvernement a mis en place des centres d’appels avec 241 conseillers qui, jusqu’à présent, ont organisé environ 23 000 séances de conseil pour ceux qui ont peur ou sont nerveux face à la situation. Le ministre en chef Pinarayi Vijayan, membre du bureau politique du Parti communiste indien (marxiste), est devenu une sorte de thérapeute en chef. Ses conférences de presse sont calmes et rassemblantes. Il fait référence aux personnes qui doivent utiliser les installations gouvernementales avec gentillesse et dignité. « La distance physique, l’unité sociale – ce devrait être notre slogan en ce moment », a déclaré Vijayan.

Le soulagement

Entretemps, le Premier ministre indien Narendra Modi a appelé à un couvre-feu partiel et exhorté les Indiens à applaudir et à cogner des casseroles en public, comme si cela ferait fuir le virus. En fait, les partisans de son parti de droite ont fait circuler des messages affirmant que le virus serait tué par le bruit. Le même ministre en chef du Kerala, le même jour que le discours terne de Modi, a annoncé un programme de secours d’une valeur de 270 millions de dollars. Le forfait comprend des prêts aux familles par le biais de la coopérative de femmes Kudumbashree, des allocations plus élevées pour un régime de garantie d’emploi rural, deux mois de pensions aux personnes âgées, des céréales alimentaires gratuites et des restaurants pour fournir de la nourriture à des taux subventionnés. Les paiements des services publics pour l’eau et l’électricité ainsi que les intérêts sur les paiements de la dette sont suspendus.