Le Canada au Yémen : pleurnichades et complicités

0
191

Kirsten Mosey, Projet Ploughshares, 18 mars 2021

 

Le 1er mars, la ministre canadienne du Développement international, Karina Gould, a promis une aide de 69,9 millions de dollars au Yémen, maintenant embourbé dans sa sixième année de guerre continue. Gould a déclaré: «Le Yémen traverse la pire crise humanitaire au monde et sa population mérite une action décisive. Leurs souffrances doivent cesser et leurs droits et leur dignité doivent être protégés. Nous devons faire tout notre possible pour que cela se produise. »

Ces sentiments, aussi louables soient-ils, doivent être opposés aux actions du Canada pour armer les combattants dans la guerre – les Émirats arabes unis et, en particulier, l’ Arabie saoudite , qui dirige une coalition de pays qui soutiennent militairement le gouvernement yéménite.

Bien entendu, le Canada n’est pas le seul pays à fournir à la fois des armes et de l’aide. Le Royaume-Uni , par exemple, continue d’ autoriser les ventes d’armes à l’Arabie saoudite, tout en fournissant également une aide au Yémen. Ironiquement, cette année, il a réduit de moitié le montant de l’aide.

Le Yémen avait connu l’instabilité et l’insécurité avant l’éclatement du conflit. Maintenant, la guerre a aggravé tous les problèmes.

Dans ces cas comme dans d’autres, il existe une disparité importante entre la valeur croissante des armes vendues aux parties au conflit et le montant relativement faible de l’aide destinée au Yémen. L’ajout des deux aboutit à un déficit moral.

DESTRUCTION EN COURS

La guerre civile au Yémen a eu un impact horrible sur les civils et les infrastructures. Et il n’y a pas de solution militaire ou humanitaire en vue.

À la fin de 2020, la guerre civile au Yémen avait entraîné la mort de 230000  Yéménites, dont des dizaines de milliers de  civils tués et blessés directement en raison des hostilités. Quatre millions de Yéménites sont déplacés à l’intérieur du pays , tandis que plus de 260 000 ont fui le pays depuis 2015. Sur 24 millions de personnes dans le besoin , environ 2,2 millions sont des enfants malnutris et 16,2 millions sont en situation d’insécurité alimentaire. La quasi-totalité de la population du Yémen, qui compte environ 29 millions d’habitants, est menacée par des maladies transmissibles telles que le choléra, la diphtérie et le COVID-19.

L’utilisation d’ armes explosives dans les zones peuplées a détruit des infrastructures essentielles – hôpitaux, écoles, stations-service, routes, etc. Les blocus des territoires contrôlés par les Houthis ont considérablement réduit l’accès à l’aide, à la nourriture et à l’eau potable.

Le Yémen avait connu l’instabilité et l’insécurité avant l’éclatement du conflit. Maintenant, la guerre a aggravé tous les problèmes.

L’AMPLEUR DU DÉFICIT MORAL DU CANADA

Constamment l’un des 10 principaux donateurs internationaux au Yémen, le Canada a donné plus de 30 millions de dollars par année depuis 2017. En 2019, le Canada a donné près de 37 millions de dollars , son don le plus élevé à ce jour.

Mais le Canada profite également énormément de la vente d’armes aux combattants de la guerre, en particulier des véhicules blindés légers (VBL) à l’Arabie saoudite. En 2019, le Canada a exporté des armes d’une valeur de 2,8 milliards de dollars aux Saoudiens, soit plus de 77 fois la valeur en dollars de l’aide canadienne au Yémen la même année. Non seulement moralement suspectes, de telles ventes peuvent être illégales.

NON-RESPECT DES OBLIGATIONS INTERNATIONALES

Les groupes de défense des droits de l’homme , y compris Project Ploughshares , se sont opposés aux ventes d’armes aux Saoudiens pendant de nombreuses années. L’une des raisons est que ces ventes contreviennent au Traité sur le commerce des armes (TCA).

En tant qu’État partie au TCA, le Canada doit respecter certaines obligations , notamment l’évaluation du risque que l’utilisateur final des armes exportées utilise ces armes pour violer les droits de l’homme. Pour déterminer qu’un tel risque existe, il faut qu’un État partie cesse ses exportations. Le Canada ne semble pas disposé à s’acquitter de ce devoir.

L’Arabie saoudite a fait l’objet de nombreux examens et critiques au sujet de son bilan abyssal et bien documenté des violations des droits de l’homme. Prenons le meurtre brutal du journaliste Jamal Khashoggi par le gouvernement saoudien en 2018.

À ce moment-là, le Canada a interrompu temporairement les exportations de nouvelles armes vers les Saoudiens, même si les transferts précédemment approuvés se sont poursuivis. Cependant, en avril 2020, moins d’un mois après que le secrétaire général de l’ONU a appelé à un cessez-le-feu mondial en réponse à la pandémie COVID-19, la suspension des exportations d’armes a été levée.

Il est également prouvé que l’Arabie saoudite a utilisé illégalement des armes importées, y compris des armes de fabrication canadienne, au Yémen. Le rapport 2020 du Groupe d’experts internationaux et régionaux éminents au Yémen a explicitement désigné le Canada comme l’un d’un petit groupe de pays qui «ont continué à soutenir les parties au conflit, notamment par le biais de transferts d’armes, contribuant ainsi à perpétuer le conflit.

 Le Yémen a désespérément besoin d’une assistance internationale. Il a besoin d’aide – médicaments et nourriture, hôpitaux portables et abris temporaires. Mais ce n’est pas pour que la guerre puisse continuer et que les marchands d’armes puissent continuer à récolter des profits impies.

Le Yémen a besoin d’une paix juste et durable. Qu’est-ce que le Canada et ses alliés sont prêts à faire pour y parvenir?

Le Canada ne peut plus prétendre que l’aide financière et les attitudes morales compensent le fait qu’il continue de fournir des armes aux parties à la guerre au Yémen. Pour atteindre le niveau moral élevé, le Canada doit immédiatement mettre un terme aux exportations d’armes vers toutes ces parties, tout en s’engageant activement dans les efforts visant à instaurer une paix réelle.

Récemment, des alliés canadiens comme les États-Unis, l’Italie et l’Allemagne ont pris des mesures décisives pour mettre fin à certains accords d’armement avec l’Arabie saoudite. Le Canada doit suivre leur exemple. Comme les groupes de la société civile continuent de le faire valoir, toutes les ventes et exportations d’armes aux participants à la guerre au Yémen prolongent les souffrances du peuple yéménite.

L’aide est nécessaire et devrait être augmentée. Mais l’aide sans mettre fin aux exportations d’armes est, selon le directeur exécutif de Project Ploughshares Cesar Jaramillo , «un peu comme aider à payer les béquilles de quelqu’un après avoir aidé à lui casser les jambes».